Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SYNATEF> Commémoration septième anniversaire

Pour présenter le bilan de ses réalisations depuis 2010 et informer le public de son plan d’action de 2017

 

Le vendredi 6 janvier 2017, le Syndicat national des travailleurs de l’enseignement fondamental (synatef) a présenté le bilan de ses réalisations depuis 2010 avant d’informer le public de son plan d’action de 2017.

 

Dans son discours, le président du Synatef, Victor Ndabaniwe a indiqué que depuis 2010, le syndicat a lancé la campagne d’initier des organisations syndicales responsables qui préconisent des voies non violentes dans la revendication des droits. Cette approche fortement combattue par les syndicats des années 90 qui mettaient en avant les grèves répétitives, parfois mêlées à des spéculations quasiment politiques, des grèves qui secouaient l’économie nationale en générale et celle des familles des enseignants en particulier, a-t-il poursuivi. En effet, le syndicat Synatef s’est heurté à de nombreuses difficultés lors de sa campagne de sensibiliser les enseignants sur l’importance du dialogue et de l’amour du travail, seules voies sûres pour procéder aux revendications en milieu de travail.
« A l’heure actuelle, le Synatef se réjouit du climat d’entente qui règne en milieu du travail et se félicite d’avoir apporté sa contribution à la recherche des solutions aux doléances des enseignants», a dit M.Ndabaniwe. Selon lui, c’est une occasion d’apprécier les efforts consentis par le gouvernement à travers sa politique de réduire les disparités salariales de ses fonctionnaires. Pour l’exercice 2017, le Synatef a presenté une série de doléances auprès de l’employeur, qui nécessitent une attention particulière et qui font objet de son plan d’action.

Nécessité de réorganiser les procédures de passation des concours nationaux

Parlant des doléances présentées au gouvernement, M. Ndabaniwe a cité notamment les frais de mission à l’intérieur et à l’extérieur du pays des travailleurs de l’Etat; une prime de fonction des responsables scolaires ; la réorganisation des procédures de passation des concours nationaux ; la nomination des responsables scolaires ; la redynamisation des conseils provinciaux de l’éducation ; la nécessité d’une politique claire en vue d’agir sur les écoles privées et le comportement indigne affiché par certains syndicats.
Enfin, le syndicat n’a pas manqué de remercier le gouvernement pour avoir rémunéré les fonctionnaires malgré les difficultés sociopolitique que traverse le pays.
Olivier NISHIRIMBERE (Stagiaire)

Ouvrir