Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

DROITS DES PRISONNIERS> Questions des journalistes au représentant de l’association « Ntabariza-SPF »

Bientôt, de nouvelles prisons seront construites pour améliorer les conditions de vie des détenus

L’association  solidarité avec les prisonniers et leurs familles « Ntabariza-SPF » est une organisation nationale qui lutte pour le respect des droits des prisonniers et ceux de leurs familles. Lors d’une conférence de presse que Jean Marie Nshimirimana, représentant légal de cette association, a animée, le lundi 2 janvier 2020, sur la mesure de la grâce présidentielle en faveur des prisonniers du Burundi, pour l’année 2020, les journalistes ont posé des questions pour avoir plus d’éclaircissements sur la vie des détenus burundais dans leurs lieux de détention. M. Nshimirimana a annoncé que d’autres prisons seront bientôt construites afin d’améliorer les conditions de vie des prisonniers.
Au moment où la prison centrale de Mpimba enregistre plus de quatre mille trois cent détenus alors qu’elle était destinée à accueillir   seulement huit cent prisonniers,  la question des journalistes était de savoir ce que l’association   « Ntabariza-SPF » prévoit pour améliorer les conditions de vie des détenus du Burundi. Le représentant légal de Ntabariza-SPF  a  d’abord indiqué qu’ils sont au courant de cette situation, et que le même cas a été constaté dans les autres prisons. Il a ajouté à ce sujet que le désengorgement de toutes les prisons burundaises est l’une  de ses principales missions.« Dans cette même perspective, l’association Ntabariza-SPF prévoit de travailler en collaboration avec le gouvernement du Burundi à travers le ministère de la Justice, de la protection civique et garde des sceaux, pour  réhabiliter certaines prisons qui ne sont pas actuellement en bon état, et construire trois prisons successivement  dans les provinces de Mwaro, Karuzi et Cibitoke », a indiqué M. Nshimirimana.  Ce dernier a  précisé que l’association Ntabariza-SPF  s’est donnée cet objectif dans le but de désengorger  les différentes prisons du Burundi afin d’améliorer les conditions de vie des détenus. « Nous voulons que les prisonniers puissent vivre comme les autres populations dans leurs lieux de détention, et surtout en respectant leurs droits »,  a souligné M. Nshimirimana.
« Il faut que seuls les prisonniers qui le méritent soient libérés »A la question de savoir comment l’association va faire pour que seuls les prisonniers bénéficiaires de la grâce présidentielle soient libérés, M. Nshimirimana a d’abord affirmé que l’association a  dernièrement remarqué qu’il y a des prisonniers qui bénéficient de cette mesure prise par le chef de l’Etat burundais, alors qu’ils ne remplissent pas les conditions exigées. « Pour cette année, nous comptons travailler en étroite collaboration avec le ministère ayant la justice dans ses attributions pour qu’on puisse étudier tous les dossiers des détenus concernés par la grâce présidentielle de 2020, analyser cas par cas afin de pouvoir libérer les prisonniers qui remplissent toutes les conditions exigées, et en plus conformément à la loi », a insisté M. Nshimirimana.

Avit Ndayiragije

Ouvrir