Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Avec un jeune «Mutwa» sur ses moyens à sortir de la pauvreté

Combat la pauvreté grâce aux activités liées à la culture du café

 

DSC03891La pauvreté est un élément préoccupant pour toute la population sans distinction aucune. C’est ainsi que des moyens de lutte contre cette dernière sont tentés ici et là.Les jeunes de la communauté «batwa» s’impliquent, eux-aussi,dans ce combat pour lutter contre la pauvreté. Leonidas Mbonwanayo, un jeune mutwa de la zone Rusi en commune Shombo de la province Karusi, révèle ses moyens pour sortir de la pauvreté.

 

C’est grâce aux activités qu’il exerce  dans le secteur du café que M. Mbonwanayo fait aujourd’hui face à la pauvreté. Comme il le signale dans un entretien qu’il a accordé, dernièrement, à la rédaction du quotidien d’informations Le Renouveau, une avancée significative est remarquable dans sa vie, après son recours aux activités liées à la culture du café.« Je suis né d’une famille vraiment pauvre parce que nous ne vivions que de la poterie exercée par ma mère seule», fait savoir M. Mbonwanayo. Mais, ce dernier a petit à petit contourné la pauvreté hérité de sa famille en recourant à ces activités.« Comme j’étais assez grand pour travailler, en 2010, j’ai quitté la mendicité et j’ai recouru aux activités de récolte du café cerise et d’entretien des caféicultures moyennant un payement journalier.»,  explique-t-il.Il ajoute que  dès lors, il a constaté que l’activité de cultiver est l’un des moyens de lutte contre la pauvreté. M. Mbonwanayo a ainsi tenté ses propres projets de cultiver. Comme il le précise, il était beaucoup attiré par la culture du café parce que, explique-t-il, c’est une culture générant plus de revenu. C’est ainsi qu’il a mis en place une petite plantation de caféiers en fonction de la taille de la parcelle dont dispose ses parents.  Notre interlocuteur signale que son projet de culture du café a incité ses voisins de la même communauté des « batwa», à  venir s’associer à luipour cette culture. En association, ils ont aussi pensé à la multiplication des plans de caféiers dans les pépinières. Cette association a par la suite à solliciter le financement  du Projet d’appui à la compétitivité du secteur café qui leur octroie 100% du prix de chaque plan, pour que les caféiculteurs reçoivent gratuitement ces plans.De ces activité dans le secteur du café, M. Mbonwanayo signale qu’il n’est plus dans la pauvreté, parce qu’il parvient à couvrir ses besoins primordiaux.

Eric Sabumukama

Ouvrir