Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPGC> Communication de son porte-parole adjoint

Saisie de faux documents administratifs

 

DSC 0976Le porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité publique et gestion des catastrophes, Moïse Nkurunziza a sorti un communiqué à partir des service national des renseignements faisant état des faux documents tels qu’un ordinateur, une imprimante, des faux papiers de voyage, les faux permis biométrique, les documents pour les véhicules etc.qui sont confectionnés par un réseau de fausseurs de documents administratifs. 

 

Pour Moise Nkurunziza, en date du 25 juin 2019, la police nationale du Burundi en collaboration avec le service national des renseignements a eu une information faisant état d’un réseau de fausseurs qui produisent différents documents administratifs. La police a pu appréhender trois personnes en cette même date du 25 juin 2019. Il a signalé que cette arrestation est survenue après que la police a communiqué le circuit de ces trafiquants de faux documents, en date du 19 juin 2019, en province de Rutana, où la police de la localité a constaté des fausses quittances de l’Office burundais des recettes (OBR) pour les amandes exigées. A ce moment, la police a promis que ce réseau va être démantelé. La police se félicite alors du démantèlement d’un parmi les réseaux des fausseurs de documents.Le porte-parole adjoint a montré comment ils ont eu cette information. Un propriétaire de camion benne est allé chercher la validation des documents à l’Office burundais des mines et carrières, mais il a vu que son document a été refusé, parce qu’il n’a pas été reconnu par la société. Il s’est retourné contre son chauffeur et a pu montrer ce réseau. Le porte-parole adjoint a signalé que les utilisateurs de ce réseau paient 30% de ce qu’ils devaient payer au trésor public. Il a lancé un appel au propriétaire des véhicules de vérifier aux services habilités que les chauffeurs possèdent des permis de conduire authentiques, car dit-il, la responsabilité des détenteurs n’est pas épargné. Il a demandé aussi à ces fausseurs de couper court à ce raccourci, car les conséquences sont énormes quant à la responsabilité, mais aussi à toute la société toute entière, car, dit-il, en cas d’accident aucune société d’assurance ne pourra les secourir.

Aline Nshimirimana

Ouvrir