Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ngozi> Célébration de la fête marquant la fin du mois de Ramadan

Elle a été caractérisée par une série de prières au stade Kugasaka

 

DSC 0035La Communauté musulmane du Burundi s’est jointe à celle du monde entier dans la célébration de la fête marquant la fin du mois de Ramadan, Eïd el Fitr, le mardi 4 juin 2019. C’est une fête qui intervient après un mois de jeun. Au chef lieu de la province de Ngozi, les cérémonies  ont été caractérisées par une séance de prière dans la matinée au stade Kugasaka.  Selon cheik Abdullah Maaruf, l’Imam de Ngozi, le jeun du mois de mai c’est pour rendre hommage à Allah le Dieu de l’humanité qui a confié le saint Coran à Mahamet, son prophète.   

 

D’après cheik Maaruf, tout vrai musulman est appelé à jeuner durant vingt neuf ou trente jours afin d’exprimer sa gratitude envers Allah pour avoir confié le saint Coran à Mahamet, le 27ème jour du mois de Ramadan.  Il a alors remercié Dieu le Seigneur pour cette journée. Il a fait savoir que cette journée est une fête de manger. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, à l’occasion de cette fête, tout musulman aisé est invité à donner deux kilogrammes  et demi de vivres pour assister les vulnérables  afin qu’ils puissent clôturer cette période en ayant à manger eux-aussi. « Nous rendons grâce à Dieu car à la fin de ce mois de Ramadan, il n y a pas eu de carence de vivres car tout le monde a contribué et tous les vulnérables ont eu à manger ». L’Imam de Ngozi a aussi souligné que si on n’offre pas de vivres à ceux qui ne sont pas capables de s’en acheter à l’occasion de cette fête, cela signifierait que le jeûne demeurerait. « Donc, il faut que tout le monde ait, à tout prix, à manger pour marquer la fin du mois de jeûne ». M. Maaruf, pour un musulman le Coran signifie la lumière, la vision et  la vie. « C’est pourquoi, en guise de remerciement envers  Dieu pour ce Coran, il a été décidé que chaque année les musulmans passent obligatoirement presque tout un  mois dans le jeûne, c'est-à-dire sans manger et sans boire la journée, comme le faisaient les anges ». D’après l’Imam de Ngozi, cheik Abdullah Maaruf, après ce mois de Ramadan, les musulmans de Ngozi vont continuer à prier comme d’habitude mais aussi à remercier Dieu pour le fait qu’on continue à connaitre la saison pluvieuse jusqu’au mois de juin. Ce qui est une chose spéciale pour lui car ce n’est pas toutes les années  qu’on voit la pluie continuer à pleuvoir jusqu’au mois de juin. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir