Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECURITE ROUTIERE> Non port de casque par les conducteurs de moto, un danger public

La sécurité routière est l’affaire de tout le monde.

Mais certains usagers de la route ne sont pas conscients du danger que peut causer le non port du casque pour les conducteurs de moto, mais aussi le fait de porter plus d’une personne sur la moto.  Les conducteurs de moto disent être au courant que le chauffeur et le passager à bord doivent mettre le casque de protection. Cependant, la plupart n’en portent pas et circulent librement sans crainte.

Même les passagers à bord n’en portent pas à ce moment. Dans ce cas, leur vie est en danger. Le danger dont courent les conducteurs de moto n’épargne pas les passagers. Ces derniers eux aussi refusent des fois de porter des casques disant que ceux-ci sont sales, et d’autres prétextant le fait qu’ils sont  juste dans le quartier et qu’ils ne vont pas parcourir de longues distance, alors que l’accident peut survenir n’importe où et n’importe quand. Un autre aspect de danger pour les conducteurs de moto, c’est le fait de transporter plus d’une personne. Sur les routes où on passe tous les jours, on croise des motos à bord desquelles il y a deux personnes, y compris des adultes, en plus du chauffeur. Cette situation est très fréquente surtout pour les enfants qui vont à l’école. Un conducteur de moto peut facilement porter quatre enfants. Il y a lieu de se demander si cette situation est connue chez les parents de ces enfants. Les parents doivent être responsables de la sécurité de leurs enfants. Cette situation est plus dangereuse, car, en cas d’accident, l’assurance n’indemnise que deux personnes, alors que sur la moto il y avait au moins trois. Nous avons essayé de contacter le commandant de la  Police de la sécurité routière pour lui demander ce qu’ils sont en train de faire pour arrêter cela, mais il était empêché. 

ALINE NSHIMIRIMANA

Ouvrir