Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CDAL> Clôture de la semaine catholique interuniversitaire, 15e édition

 

Dieu t’appelle pour t’envoyer. Sois la lumière du monde

00000a0aaa19Le dimanche 12 mai 2019, au Foyer de Charité de Bujumbura, ont eu lieu les cérémonies de clôture de la semaine catholique interuniversitaire. Les étudiants ont été appelés à surmonter tous les préjugés et stéréotypes, écouter et discerner afin d’être la lumière du monde.

Exploitant  le thème  du  jour  qui  était « La vie nouvelle en Jésus Christ : L’identité chrétienne face au défi des conflits identitaires », le conférencier, Mgr Jean Louis Nahimana a salué le comportement des filles et fils du Burundi du fait que la diversité n’a pas été source de conflit. « Malgré des luttes, dit-il, ils ont su dire non à la barbarie fondée sur l’identitaire ». Mgr Nahimana a expliqué que les crises africaines ne sont ni d’origine religieuse ou ethnique mais de certaines stratégies politiques. « Ce qui est en jeu dans nos pays, a-t-il indiqué, est le fait politique car les Hutu, les Tutsi et les Twa du Rwanda comme du Burundi parlent la même langue, vivent ensemble, entremêlés dans les collines et parfois même vivent sous le même toit. Il a rappelé qu’il y a de nombreux pays africains où la population vit pacifiquement. Ce qui explique que la diversité ne conduit nullement pas aux conflits. « Ce n’est pas l’absence de la diversité, a-t-il souligné, mais la volonté de la politique de diviser pour régner. Il faut chercher les causes des conflits en dehors de la diversité. C’est la réalité d’une idéologie fondée sur l’autre différent. Cette idéologie exprime une certaine haine. D’où l’exclusion et la violence ». Pour Mgr Nahimana, la politique identitaire n’a cessé d’endeuiller l’Afrique post-coloniale. Cette politique est opposée à l’idée humaine qui pense au développement de l’Homme. L’identitaire constitue une régression par rapport à la lutte menée par les pères du panafricanisme. Comme il a continué de le dire, l’inconvénient est que cette vision politique divise et provoque les guerres, mine les efforts d’intégration, va souvent contre l’unité africaine et l’être humain devient un simple objet. Et de dire encore que l’identitaire a pour fin ultime le génocide et se retourne souvent contre ses promoteurs. Il fait savoir en outre que la culture de paix n’est pas un concept fermé mais en perpétuelle évolution. D’où les chrétiens sont invités à sortir des appartenances et construire une nation d’un peuple de Dieu. 

Ayez le courage de risquer pour la promesse de Dieu

 Dans son homélie, lors de la messe de clôture de la Semaine catholique interuniversitaire, rappelant les paroles du saint père François I, « Le courage de risquer pour la promesse de Dieu », le Vicaire général Anatole Rugerinyange a demandé aux étudiants catholiques de différentes universités du Burundi, d’être la lumière des autres et de passer loin de tous ceux qui voudront les induire en erreur. Pour lui, Dieu cherche à nous sauver et nous offrir sa plénitude. « Dieu a besoin de toi. Il t’appelle pour t’envoyer. Ecoute, sois docile et obéis à sa voix car l’amour de Dieu se manifeste de différentes façons », a-t-il prophétisé. Il a ajouté qu’il n’est pas du tout nécessaire de se consacrer mais qu’il faut surtout savoir que toute bonne chose faite est un accomplissement de la volonté de Dieu.Pour l’aumônier interuniversitaire, Abbé Jérémie Bukene, ils sont ravis car ils ont atteint l’objectif qu’ils se sont fixé au départ. « Nous avons atteint l’objectif car le programme qu’on s’était fixé s’est bien déroulé sauf que le système BMD qui fait que les étudiants soient engagés à temps plein n’a pas beaucoup facilité le travail ». Il demande à ces étudiants catholiques d’être le relais pour transmettre ce qu’ils ont reçu comme enseignement. 

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir