Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Vieillesse> Le rejet des vieux parents par leurs enfants

Il faut les combler d’amour  et d’affection

00000000aaaa000Les personnes âgées sont souvent prises en charge par leurs enfants. Mais en raison de leur âge avancé et de leur fragilité, elles ont besoin d’une plus grande attention et de l’amour. Malheureusement, leurs enfants ne peuvent pas subvenir à tous leurs besoins du fait qu’ils doivent s’occuper de leurs familles et leur travail. On pourrait alors s’interroger sur nos rapports avec nos vieux parents.


Une personne dite « âgée » est une personne d’un âge avancé.Généralement, les gens qui ont plus de 60 ans (âge de la retraite) font partie de la catégorie des personnes âgées. Le vieillissement est un processus progressif. Avec le poids de l’âge viennent les modifications physiques et physiologiques d’une personne. Le corps est un peu comme une machine qui s’use avec le temps. Ce qui entraîne une fragilité et une vulnérabilité physique et physiologique de la personne. Nos vieux parents souffrent du manque d’affectionPendant la vieillesse, le corps se fragilise. Les cheveux deviennent blancs, et les maladies chronique deviennent fréquentes. Face à cette fragilité physiologique, nos vieux parents sont également confrontés au rejet de la part de leur famille. Au sujet des maisons de retraite, Mme Pélate Ndereyimana, sexagénaire, pense que c’est terrible d’avoir élevé des enfants et qu’en retour ils vous oublient dans un coin. Elle pense qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfant. Les personnes très âgées sont parfois desespérées.

Avec l’âge, elles deviennent encombrant et répugnant aux aux yeux de ceux qui les supportent. Il y a tendance à vouloir se débarrasser d’eux,  précise-t-elle. Du côté des enfants, entre le travail et la famille et le manque de temps pour s’occuper de leurs parents, ils n’ont plus d’autres choix que de les confier aux travailleurs domestiques pour la garde. D’autres sans moyens préfèrent les mettre dans des foyers de retraite. Selon Vincent Ndihokubwayo, il déplore ceux qui mettent leurs parents dans ces maisons comme pour  se débarrasser d’eux. Il faut au moins se rappeler des souffrances que nos parents ont dû endurer pour nous faire arriver au stade où nous sommes et les honorer en leur couvrant de l’amour et l’affection qu’ils nous ont témoignés depuis notre naissance. On ne doit jamais oublier d’où l’on vient et à qui nous le devons» a-t-il martelé.

Rodrique Mfuranzima

Ouvrir