Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CVR> Atelier de réflexion et d’échange

Au menu des échanges, la problématique de la gestion des fosses communes, des autres lieux de mémoire et des restes humains

00000000000000aaaaaqaqaaLa Commission vérité et réconciliation (CVR) organise, du 9 au 10 mai 2019 dans la province de Gitega, un atelier de réflexion et d’échange. Les participants font le point sur la problématique de la gestion des fosses communes, des autres lieux de mémoire et des  restes humains.L’atelier de réflexion et d’échange  réunit les représentants des partis politiques, des institutions, des confessions religieuses et des organisations de la société civile, les administratifs, les responsables des médias et bien d’autres.

Dans son mot d’ouverture de l’atelier, le président de la CVR, Pierre Claver Ndayicariye, a d’abord rappelé la mission de la Commission. Il a indiqué que cette commission a pour mission d’identifier et cartographier les fosses communes et tout autre endroit d’enterrement non reconnu par la loi ; prendre les mesures nécessaires à leur protection, procéder à l’exhumation éventuelle des corps aux fins d’un enterrement digne à intervenir après manifestation de la vérité. Pour lui, la CVR a également la mission d’aménager un lieu de conservation des réserves humains  avant leur inhumation en dignité.M. Ndayicariye a poursuivi en disant que pour accomplir cette noble mission, la CVR devra faire face à de nombreux défis que l’on devra surmonter en agissant ensemble avec d’autres partenaires, entre autres, les institutions, la population, les partis politiques, les organisations de la société civile, etc.Il a, par ailleurs, fait savoir que la commission a déjà noté 4 163 fosses communes déclarées, dont certaines ont été vérifiées.  Il a cité certaines fosses dont les restes humains sont déjà déterrés, à savoir la fosse de la commune Kivyuka dans la province de Bubanza, à Rusaka dans la commune de Mwaro, à Mabanda dans la province de Makamba, à Bugarama dans la province de Muramvya, aux lycées Kiremba et Musenyi dans la province de Ngozi. Les restes sont mal conservés aux chefs-lieux des zones, d’où la nécessité de leur bonne gestion, selon toujours le président de la CVR.Les participants ont émis des recommandations, notamment la décentralisation de la CVR, l’implication de la population, la sensibilisation de la population sur l’importance de l’identification des fosses communes, la mise en place des enquêteurs au niveau des communes, la protection des témoins, la mise en place d’une justice et la guérison des âmes. Certains ont soutenu l’idée d’enterrer  les restes humains et d’autres ont soutenu leur conservation dans un endroit historique.

Eric Mbazumutima

Ouvrir