Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ROUTES> Avis de certains usagers à propos de la RN5

Ils sont satisfaits de son état de réhabilitation

Certains usagers de la Route nationale   5 (RN5) se disent satisfaits de la réhabilitation de cette route, car la circulation devient  aisée. Et les gens arrivent à destination  en temps utile. Aussi sont-ils à l’abri des accidents.Certains usagers de la Route nationale   5 (RN5) se disent satisfaits de la réhabilitation de cette route, car la circulation devient  aisée. Et les gens arrivent à destination  en temps utile. Aussi sont-ils à l’abri des accidents.
La Route nationale 5 vient d’être réhabilitée. Les usagers sont satisfaits dans la mesure où les véhicules roulent facilement. La rédaction du quotidien « Le Renouveau » s’est entretenue avec certains usagers qui fréquentent cette route.« La RN5 nous avantage beaucoup dans la mesure où lorsque nous nous rendons en province de Cibitoke pour nous approvisionner en marchandises destinées au marché de Cotebu, nous prenons peu de temps pour effectuer ce trajet . Ce qui n’était pas le cas avant sa réhabilitation », a dit  Léonie Harerimana, vendeuse defruits au marché Ngagara II.Les commerçants se procurent par exemple du manioc, de la farine, des oignons de différents sortes, etc. ce qui leur permet de gagner leur pain quotidien.Les conducteurs, quant à eux, ont fait savoir  que la réhabilitation fait que leurs véhicules ne s’usent pas vite et sont à l’abri des secousses étant donné  que, dans le temps, cette route était en mauvais état. En outre, ils évitent facilement des accidents d’autant plus qu’ils ne font plus de zigzags pour éviter les nids-de-poule.Le trafic devient facile entre Bujumbura et la province de Cibitoke. Aussi, les touristes y trouvent leur compte quand on sait qu’il y a beaucoup d’étrangers dans notre pays pour le moment. Ces conducteurs souhaitent que d’autres routes soient réhabilitées. Les conducteurs de minibus faisaient allusion au tronçon reliant le quartier Mutakura et le centre ville de Bujumbura sans oublier les routes de l’intérieur du pays qui sont dans un état défectueux. Il y va du développement du pays.   

Irene Niyongabire (Stagiaire)         

Ouvrir