Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

TEMOIGNAGE> Un jeune diplômé a réussi à se créer un emploi

Grâce aux connaissances acquises

000000aeae0Aujourd’hui  ce  n’est  pas évident que  tout diplômé soit embauché par l’Etat. Pour cela, le gouvernement conseille  souvent  aux diplômés d’utiliser les connaissances acquises pour essayer de créer leurs emplois. Marius Kamanayo est un jeune diplômé qui  a pris à cœur ces conseils et est arrivé a s’embaucher lui-même. Il n’est pas employé par l’Etat mais il est satisfait de ses revenus mensuels.

M. Kamanayo  a  terminé ses études universitaires en 2013. Il précise qu’il n’a pas eu la chance d’être embauché par  l’Etat. «Mais j’entendais souvent, quand j’étais sur le banc de l’école, les conseils donnés aux jeunes diplômés  de se créer leurs  emplois et ne pas attendre l’embauche de l’Etat », ajoute-t-il.  Le jeune  Kamanayo  fait savoir que ces conseils l’ont poussé à ne pas rester les mains croisées à attendre l’être embauché par l’Etat. Par contre, il s’est mis à la recherche d’une activité génératrice de revenu. « Comble de bonheur, j’avais eu, avant que je termine mes études,  une formation de la part de la Banque mondiale dans le centre appelé BIT (Bureau international du travail) sur la création des coopératives en zones rurales »,  ajoute-t-il. M. Kamanayo  a  terminé ses études universitaires en 2013. Il précise qu’il n’a pas eu la chance d’être embauché par  l’Etat. «Mais j’entendais souvent, quand j’étais sur le banc de l’école, les conseils donnés aux jeunes diplômés  de se créer leurs  emplois et ne pas attendre l’embauche de l’Etat », ajoute-t-il.  Le jeune  Kamanayo  fait savoir que ces conseils l’ont poussé à ne pas rester les mains croisées à attendre l’être embauché par l’Etat. Par contre, il s’est mis à la recherche d’une activité génératrice de revenu.

« Comble de bonheur, j’avais eu, avant que je termine mes études,  une formation de la part de la Banque mondiale dans le centre appelé BIT (Bureau international du travail) sur la création des coopératives en zones rurales »,  ajoute-t-il. Tenant compte de ses connaissances, M. Kamanayo signale qu’il  a pensé à travailler dans le domaine agricole et spécialement dans la culture du riz. Pour mettre en pratique les théories qu’il a acquises au cours de sa formation, le jeune Kamanayo n’a pas travaillé seul, mais s’est approché des autres agriculteurs de son entourage afin de travailler ensemble. «J’ai amené  l’idée de coopérative et mes collègues l’ont accueillie avec succès.»,  témoigne-t-il.  Le jeune diplômé Kamanayo  fait savoir qu’avec cette coopérative, ils sont parvenus à augmenter la production du riz car ils se sont adressés aux divers centres de multiplication de semences afin de trouver  les semences de riz de bonne qualité et qui  mûrissent rapidement. M. Kamanayo  précise  que grâce à son activité, il n’est plus aujourd’hui  chômeur  et, par contre, il peut donner du travail aux autres, étant donné que la coopérative emploie plus de vingt personnes et qu’il en est le président. Il  conseille aux  autres jeunes diplômés d’utiliser leurs connaissances et tenter divers métiers car dit-il, «Nous ne serons  qualifiés de gens instruits que si nous démontrons ce que nous avons étudié ».

ERIC SABUMUKAMA

Ouvrir