Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Quarante-et-unieme anniversaire du RENOUVEAU> Entretien avec un ancien journaliste

« Mes articles ont contribué à son évolution»

 

IMG 4210A l’occasion du 41e anniversaire du journal « Le Renouveau », la rédaction de celle-ci s’est entretenue avec son ancien rédacteur, Serge  Gahungu, sur son expérience dans le métier du journalisme. Ses pertinents articles ont beaucoup contribué à l’évolution du journal. 

 

Serge Gahungu, un ancien journaliste du Renouveau a commencé le travail le 22 novembre 1982. Il a indiqué qu’il vient de faire une carrière de 36 ans dans ce journal où il a passé beaucoup d’années  au service de Rédaction, avant d’être affecté  à la Réalisation où il  preste actuellement comme correcteur. M. Gahungu a fait savoir qu’il a été successivement affecté dans diverses rubriques du journal qui, jadis, correspondaient aux divers secteurs de la vie nationale. Dès les premiers moments de la carrière, il s’occupait des secteurs sociaux  comprenant  la santé, l’éducation et les affaires sociales. Il a précisé qu’il a, par la suite, été désigné pour couvrir les secteurs des transports, des travaux publics et de l’énergie.    A un certain moment, les responsables du journal  ont jugé bon d’organiser la rédaction en rubriques où il a été affecté à celle de la justice, des faits de société et de la sécurité. « C’est là que j’ai prétendu mettre personnellement de l’épanouissement. C’est là également que j’ai donné ma contribution à la réalisation de la mission du journal de conseiller le gouvernement dans l’émergence et le renforcement de l’état de droit, ainsi que l’amélioration de la gouvernance en général et des conditions de vie de la population en particulier », a dit le journaliste Gahungu.M. Gahungu a rassuré que dans le domaine judiciaire, de par ses nombreux articles, le journal a donné une large information sur les règles de procédure tant civile que pénale. Contribuant par-là, à l’amélioration de l’accès de la population à la qualité de celle-ci.Quant au domaine de la sécurité sociale, ses articles de plaidoyer pour de meilleures prestations dans le régime général de sécurité sociale ont globalement produit un impact sur l’adaptation du cadre légal aux contextes temporels. D’autres de ses articles ont porté sur la sécurité routière ainsi que la promotion les droits de la personne humaine, avec un effort particulier sur les droits des catégories vulnérables.  « C’est dans ce cadre que nous avons fait une interpellation pour la transformation réelle de la vie de la femme burundaise passant nécessairement par la négation de la persistance de règles des pratiques contraires à l’égalité des hommes et des femmes en droit et en devoirs. En effet, il n’existe pas d’obstacle légal à l’égalité juridique  des hommes et des femmes au Burundi, dans la mesure où le principe de cette égalité, par ailleurs universelle est consacré par la loi  fondamentale.  Celle-ci prévoit que tous les Hommes sont égaux sans distinction de sexe, d’origine, d’opinion, d’ethnie ou de religion », a-t-il renchéri.Cependant en matière de succession et d’accès à la propriété, a dit M. Gahungu, les femmes éprouvent d’énormes difficultés dues au fait que cette matière régie par la coutume, la pratique faisant fi des dispositions constitutionnelles.Le Burundi ne saurait donc être à la traîne face à cette exigence, raison pour laquelle l’invitation à la transformation de la vie de la femme signifie aussi que, par les temps qui courent, la discrimination fondée sur le genre persiste dans les pratiques sociales et coutumières.

Mireille Kubwayo (stagiaire) 

Ouvrir