Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Sécurité routière > Les taxis-motards s’expriment

« Elle est satisfaisante »

 

DSC06321Depuis un bon bout de temps, les taxis-motards sont interdits de circuler dans la commune Mukaza de la mairie de Bujumbura. Ils doivent également stopper leur activité à 18 heures. Toutes ces mesures ont été prises pour des raisons de sécurié après une série de jets de grenades au centre-ville faisant des morts et des blessés. Nous nous sommes entretenus avec certains taxis-motards et ils ont dit être satisfaits de l’état sécuritaire routier actuel. Ils ont également émis quelques doléances pour que leur activité se déroule avec succès.

 

Rencontrés sur leur parking à Kanyosha, les taxis-motards se sont réjouis de l’état des lieux de la sécurité routière actuellement. Cela, du fait que les accidents ont sensiblement diminué ces derniers temps. Selon eux, cette diminution est due au fait qu’ils ont été sensibilisés à plusieurs reprises en ce qui concerne la sécurité routière surtout sur le respect du Code de la route. D’après Egide Niyongere, cette sensibilisation a produit des effets palpables. « Après avoir bénéficié de cette sensibilisation, tous les motards se comportent bien et ne causent plus beaucoup d’accidents. Auparavent, il y avait des notions de la sécurité routière qu’ils ne maîtrisaient pas c’est pourquoi ils commettaient beaucoup d’erreurs, mais aujourd’hui, ils s’y prennent bien ». C’est la même satisfaction d’Adélin Nsabimana qui indique que même s’il y a eu cette séance de sensibilisation, cela n’empêche qu’il y ait toujours quelques petites erreurs commises en grande partie par ceux qui n’ont pas une grande expérience dans la conduite des motos ou par ceux qui étaient habitués à conduire les taxi-motos à l’intérieur du pays. A propos de la mesure de l’interdiction de circuler au centre ville, tous nos interlocuteurs ont été unanimes à dire qu’elle a été une entrave pour leur activité surtout au niveau des recettes. D’après Edouard Hakizimana, aujourd’hui, cette mesure devrait être levée parce que la situation est totalement calme. « On nous a obligé de travailler dans les quartiers périphériques mais ici ce n’est pas facile d’avoir un versement pour nos patrons ». En définitive, pour que leur activité se déroule bien et sans perte, les taxis-motards demandent la levée de cette mesure. A défaut de la levée, ils proposent qu’on les laisse traverser au moins le pont de la rivière Muha à l’avenue du Large pour qu’ils puissent joindre les quartiers du nord ou du sud en passant par la brasserie. 

ASTERE NDUWAMUNGU

Ouvrir