Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROJET MERANKABANDI> Impact sur les bénéficiaires

Il a un impact positif

 

Le projet Merankabandi est un projet du gouvernement du Burundi qui fournit des  transferts monétaires réguliers aux ménages ciblés dans les provinces de Ruyigi, Karusi, Gitega et Kirundo. Après dix huit mois d’exécution, les résultats montrent que ces transferts monétaires ont un impact positif sur les bénéficiaires. 

 

Les ménages enregistrés représentés par les mères reçoivent un montant de quarante mille francs burundais (40 000 FBu) une fois les deux mois au moyen du téléphone mobile. Dans son exposé, le coordinateur de ce projet, Michel Nyabenda a fait savoir qu’en principe, les transferts monétaires doivent aider à supporter la consommation des ménages. Aussi, ils doivent aider à favoriser l’accès à différents services sociaux, c'est-à-dire les services d’éducation, de nutrition, de santé, etc. Il a dit qu’après dix-huit mois d’exécution de ce projet, des changements remarquables s’observent auprès des bénéficiaires. Il a indiqué que cela peut se mesurer à travers l’affectation des transferts monétaires. Et il a précisé qu’une petite enquête de satisfaction des ménages bénéficiaires a été réalisée auprès des bénéficiaires des provinces de Gitega et Karusi.  Cela dans l’optique  de savoir en quoi ils ont affecté les premiers transferts monétaires qu’ils ont reçus.  Les résultats ont montré que 61, 29% des ménages  ont orienté leurs transferts monétaires dans l’amélioration de l’alimentation. En deuxième lieu, les résultats montrent que 35,48% ont affecté leurs transferts monétaires dans l’habillement que ce soit pour les enfants ou les adultes. Aussi, environ 23 % des bénéficiaires ont utilisé leurs transferts monétaires  pour démarrer un petit élevage. Il y a aussi l’achat des matériaux scolaires pour les enfants, la location des terrains pour la culture du riz, etc.   M. Nyabenda a souligné que le paiement ne suffit pas pour les tirer de la vulnérabilité, c’est pourquoi des mesures d’accompagnement sont prévues, c'est-à-dire les activités qui accompagnent ces transferts. Ces activités permettent aux bénéficiaires d’investir dans leur capital humain, c'est-à-dire dans l’éducation, dans la santé, dans l’assainissement. Ainsi, ce sont ces activités qui vont leur permettre de fructifier leurs transferts monétaires qu’ils reçoivent.    

Fidès Ndereyimana

Ouvrir