Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MDPHASG> Réunion d’évaluation des activités du troisième trimestre 2018-2019

C’est la meilleure occasion de jeter un regard rétrospectif

 

DSC 0769Le ministère des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre a organisé, le lundi 1er avril 2019, une réunion d’évaluation des plans d’action des différents services au cours du troisième trimestre 2018-2019. 

 

Dans son mot d’ouverture des activités, Martin Nivyabandi, ministre en charge des Droits de la personne humaine a fait savoir que cette évaluation s’inscrit dans le cadre d’une bonne organisation car elle permet de mesurer les résultats atteints par rapport aux objectifs fixés à base d’indicateurs précis. « L’exercice d’évaluation permet à chacun de s’auto évaluer et d’arrêter des stratégies pour les prochaines étapes. Cette réunion est donc une occasion propice à chaque responsable de constater les avancées enregistrées dans la mise œuvre des activités fixées au cours du troisième trimestre. C’est la meilleure occasion de jeter un regard rétrospectif afin de constater ce qui a bien marché et ce qui l’a été moins », a dit le ministre.M. Nivyabandi a indiqué qu’au niveau du plan d’action du gouvernement, le ministère en charge des Droits de la personne humaine s’est vu attribuer un taux de 98%. Au niveau des plans d’action internes, on est à plus de 90%. D’après lui, c’est un taux de réalisation qui est très satisfaisant.Le ministre a tenu à féliciter les responsables et tous les employés du ministère pour le travail déjà accompli. Il leur a demandé que des efforts supplémentaires soient fournis.M. Nivyabandi a fait savoir qu’on doit compter sur ses forces. Pour lui, le ministère des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre ne doit pas rester à côté, il se joint aux autres ministères pour qu’on puisse voir le plan national de développement réalisé.

Les défis ne manquent pas

M. Nivyabandi a fait savoir que les défis sont liés essentiellement au décaissement tardif des fonds. D’autres sont liés à la vulnérabilité des populations où on trouve qu’il y a un nombre important de gens à assister, alors que les moyens pour le faire ne sont pas à la hauteur. Un autre défi essentiel est lié aux outils. Par exemple, quand on a soulevé le taux de réalisation au niveau de la direction générale de réintégration, c’est essentiellement lié au manque de terrain. Celui qu’on avait identifié pour la réinstallation des personnes victimes des inondations dans la zone de Gatumba, l’administration locale a jugé bon de les relocaliser dans une autre zone pour des raisons d’efficacité. Cela a également retardé les actions au niveau de ce département. Ce sont des facteurs exogènes au niveau du ministère, des défis à relever au cours du quatrième trimestre.M. Nivyabandi a fait savoir que les défis de travailler ensemble sont liés au changement de mentalité. C’est une approche prônée au niveau du ministère pour pouvoir mutualiser les moyens. Il n’est pas utile de voir une direction générale qui va parler du genre, une autre qui parle de la protection sociale et une autre de la réintégration envers les mêmes bénéficiaires et qui ne parviennent pas à se mettre ensemble et à s’accorder sur un agenda.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir