Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MICRO -BALADEUR> Sur le poisson d’avril

Cette pratique n’est plus d’actualité

 

Le 1er avril de chaque année est dédié à la Journée internationale de la blague communément appelé poisson d’avril.  Les Burundais considéraient cette journée comme celle des mensonges. Mais peu à peu et grâce aux enseignements des églises, cette pratique n’est plus d’actualité sauf pour quelques cas isolés .   

 

L’origine la plus connue du poisson d’avril est la décision de Charles IX, roi de France qui a instauré en 1954, le 1er janvier comme premier jour officiel de l’année. Selon la légende, certains ont fait preuve de résistance en offrant des cadeaux de Nouvel an le 1er avril, tandis que d’autres continuaient par habitude à offrir de faux cadeaux jusqu’en avril. Et peu à peu, ces faux cadeaux se seraient transformés en farces, en blagues, puis en poisson d’avril accrochés dans le dos des distraits. Et cette origine n’a rien de prouvée dans d’autres pays d’autant plus que le 1er avril est pratiqué dans de nombreux pays. Pour les Burundais, cette journée était synonyme de mensonges. Les interlocuteurs qui se sont entretenus avec  le journal « Le Renouveau » ont indiqué que cette journée n’existe plus.  Pour eux, il est bon que cette journée n’existe plus  car certains pourraient se cacher derrière cette journée pour commettre un forfait. Aussi, ils ont précisé que les Eglises ont beaucoup contribué pour que cette journée cesse d’exister. Pour les chrétiens, les mensonges restent toujours un péché. C’est pourquoi, il est très important d’éviter ce comportement même si c’est pour rire. Car, un mensonge peut provoquer des conséquences graves alors qu’on croyait que c’était une blague. Aussi, les mal intentionnés peuvent profiter de la situation.Ainsi, E.M  a témoigné comment il a pris l’initiative d’arrêter les mensonges pour les blagues du 1er avril. Il a fait savoir que dans le passé, il avait l’habitude de mentir pour faire rire les autres mais il ne se rendait pas compte qu’il faisait mal. Et il a compris la situation lorsqu’il a été menti. Il a souligné  qu’il a marché plus de dix kilomètres à pied pour un message d’un membre de sa famille et quand il a su que c’était une blague pour le poisson d’avril il s’est senti mal. Mais en même temps, il  a constaté combien il a fait mal aux gens pour rire aux autres seulement. Et il a pris l’initiative d’abandonner cette pratique tout en sachant qu’il faut faire rire de tout mais dans le respect de l’autre.    

Fidès Ndereyimana

Ouvrir