Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Albinos> Les problèmes qu’ils rencontrent

Le représentant légal de l’Association des albinos demande à la société burundaise de les accepter  tels qu’ils sont

 

DSC06700 1La rédaction du journal Le Renouveau a eu un entretien avec le représentant légal de  l’Association sans frontières des albinos au Burundi sur  les problèmes que rencontrent les albinos, le lundi 04 mars 2019. Le représentant légal de l’Association des albinos demande à la société burundaise de les accepter  tels qu’ils sont. 

 

Au cours de cet entretien, le représentant légal de l’Association sans frontières des albinos au Burundi, Kassim Kazungu a indiqué que les personnes atteintes d’albinisme ont des problèmes énormes. Actuellement, les albinos sont au nombre de 1 234 dans le pays.Les albinos ont le problème de la peau qui est tout à fait différente de celle des autres. L’enfant né albinos est souvent rejeté par les parents et la société. Quatre-vingts-dix pourcent d’albinos sont rejetés par leurs parents, a dit M.Kazungu. Souvent, le père de l’enfant accuse à sa femme qu’elle a commis d’adultère.En ce qui est de la santé, M.Kazungu a indiqué que les albinos, surtout de la campagne ont des problèmes liés à la protection de leurs peaux. Le soleil leur cause souvent du cancer de la peau. A l’école, les albinos rencontrent des problèmes dûs à la vision car ils ne voient pas correctement. L’enfant albinos ne joue pas étant à l’aise avec les autres enfants qui le fuient souvent en lui lançant des insultes.Le manque de moyens financiers pour pouvoir se procurer de la pommade pour la peau et des chapeaux de grande bordure pour se protéger contre le soleil est un problème sérieux. La plupart des filles, a dit M.Kazungu, meurent souvent sans être mariées  car les garçons normaux ne leur demandent pas la main. Sur les frontières burundo-tanzaniennes, il existe encore des gens qui ont des croyances obscures envers les albinos et qui les menacent de les tuer pour récupérer certains membres de leur corps.      M. Kazungu demande à la société burundaise d’accepter les albinos tels qu’ils sont. M.Kazungu a vivement remercié le ministère des Droits de la personne  humaine, des affaires sociales et du genre pour l’assistance qu’il ne cesse de leur accorder. L’Association des albinos va aussi approcher le ministère en charge de la santé publique pour voir s’il ne peut faire quelque chose leur faveur.

Martin Karabagega

Ouvrir