Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SNR> Communication du MSPGC

Célestin Ntakirutimana accusé de brûler vif un jeune homme à Nyakabiga en 2015 a été appréhendé

 

DSC06751 1La Police nationale du Burundi a montré à la presse, le mercredi 6 mars 2019,  Célestin Ntakirutimana accusé d’avoir brûlé vif le prénommé Léonidas en zone urbaine de Nyakabiga lors des mouvements insurrectionnels de 2015.  Il est actuellement détenu au Service national de renseignement à Bujumbura. 

 

Comme le porte-parole du ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes (MSPGC) Pierre Nkurikiye l’a indiqué à la presse, Célestin Ntakirutimana, accusé de brûler vif un jeune homme à Nyakabiga en 2015 lors de l’insurrection, a été appréhendé par les forces de sécurité en mairie de Bujumbura, le mercredi 20 février 2019.  Pour bien l’identifier sur la vidéo qui est présente sur internet, c’est la personne qui avait deux sifflets et un mégaphone. C’est la même personne qui a mis par terre l’homme qui a été ensuite brûlé vif par après, a dit M. Nkurikiye. Selon ce dernier, M. Ntakirutimana n’a pas nié les faits lui reprochés. Pour le moment, un dossier pour lui va être confectionné et va rejoindre le grand dossier des insurgés qui est déjà en train d’être traité par la justice burundaise.M. Nkurikiye a saisi l’occasion pour adresser un message au public en lui signifiant que toute personne qui a participé dans l’insurrection de 2015 et qui a commis des crimes en tuant des gens, en détruisant des infrastructures et autres est en train d’être recherchée par les forces de sécurité burundaises. Si elle n’a pas été appréhendée, elle le sera un jour, qu’elle soit au Burundi ou ailleurs jusqu’à ce qu’elle soit traduite devant la justice et réponde à ses actes, a-t-il dit.Un autre message du porte-parole du MSPGC était d’adresser encore une fois les condoléances les plus attristées aux familles éprouvées suite aux mouvements insurrectionnels. Il a informé ces familles que les forces de sécurité burundaises continuent les enquêtes pour pouvoir appréhender les auteurs des différents crimes qui ont été commis pendant cette période pour les traduire devant la justice. Ce ne sont pas les exécutants seulement qui vont être visés, même les auteurs intellectuels des différents crimes vont continuer à être appréhendés. 

Martin  Karabagega

Ouvrir