Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune urbaine de Kanyosha > Avis de la population sur le phénomène d’attaques à la machette

« L’éclairage devant chaque ménage s’avère indispensable »

 

Depuis un certain temps, des gens armés de machettes dépouillent, blessent et tuent les gens surtout dans les quartiers du sud de la ville de Bujumbura, à Kanyosha et à Kibenga en commune Muha. C’est un phénomène qui inquiète plus d’un notamment les habitants de ces quartiers. Ils demandent que la sécurité soit renforcée pour juguler ce phénomène et qu’il y ait éclairage devant chaque ménage car ces malfaiteurs profitent de l’obscurité.  

 

A l’heure actuelle, dans les zones Kanyosha et Kibenga, on dénombre pas mal de gens qui ont été victimes des attaques à la machette. Il y en a même qui ont déjà succombé aux blessures et d’autres sont devenus des infirmes. Munis de machettes et de couteaux, ces gens commettent des forfaits dans la nuit et se volatilisent dans la nature sans s’inquiéter d’être appréhendé. Les attaques se font quelques fois à la sortie des cabarets ou souvent devant les domiciles des victimes au moment où elles attendent qu’on leur ouvre le portail. Ces victimes sont assenées des coups de machettes à la tête et aux bras et sont parfois dépouillés de leurs biens. Interrogés sur ce phénomène, les habitants de la zone Kanyosha disent être très inquiétés par la recrudescence de ces malfaiteurs alors qu’ils avaient été démantelés.  D’après Dieudonné Nimubona, ces gens à la machette profitent de l’obscurité pour commettre leur ignominie. Selon lui, ce qui est étonnant c’est que presque toutes les victimes sont attaquées devant leur domicile et que les malfaiteurs se volatilisent sans s’inquiéter. C’est la même inquiétude pour Clément Nsengiyumva qui indique que, vu le nombre des gens qui sont déjà attaqués à la machette depuis que ces malfaiteurs ont fait surface, ils ne sont pas combattus alors que tout le monde, y compris les administratifs et les forces de la sécurité, sont au courant de leurs actes criminels. « Que font les comités mixtes de sécurité », se demande-t-il.  Nos interlocuteurs proposent que l’administration de la mairie de Bujumbura fasse tout possible pour renforcer la sécurité dans les quartiers du sud de la ville de Bujumbura, surtout augmenter le nombre des forces de sécurité. Selon eux, il faut prendre des mesures notamment l’éclairage devant chaque ménage car ces malfaiteurs profitent de l’obscurité qui s’observe à l’intérieur des quartiers. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir