Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Association “Nawe Nuze”>Entretien Sur l’autonomisation de la femme

Les femmes apprennent beaucoup de choses dans les associations

 

DSC 0612Dans un entretien avec Irène Mukarutesi, membre de l’association « Nawe Nuze » située sur la colline Ruhehe de la commune Bugabira dans la province de Kirundo, elle a fait savoir que les associations permettent l’autonomisation des femmes.  

 

Dans les associations, les femmes apprennent beaucoup de choses. Mme Mukarutesi a indiqué que les membres de l’association « Nawe Nuze » ont appris comment on peut réaliser de petits projets qui procurent de l’argent. Et, petit à petit, on leur prête une petite somme d’argent pour débuter un métier générateur de revenu. Mme Mukarutesi a indiqué qu’elle a commencé à vendre une petite quantité de tomates fraîches ainsi que d’autres légumes. . Quand elle a vu que ce petit commerce lui procure un certain bénéfice, elle a décidé de se lancer dans la vente des vivres secs notamment le haricot, les arachides, la farine de manioc les patates douces, etc. Elle est parvenue à rembourser la dette dans le délai convenu grâce à ce commerce. Elle a continué à demander des prêts et à faire chaque fois un autre projet qui lui procure plus d’argent que le précédant», a-t-elle souligné. Mme Mukarutesi a signalé qu’elle a acheté sa propre parcelle afin d’exercer un projet agricole. Et, avec les prêts qu’elle a contractés auprès de l’association « Nawe Nuze », elle est parvenue à construire une maison dans laquelle elle vit avec ses enfants. «Une femme doit faire tout son possible afin d’être autonome car si elle attend toute chose de la part de son mari, elle se développe difficilement. Elle ne sera jamais  libre car elle dépendra toujours de son mari ». Notre interlocutrice a interpellé toutes les filles, et les femmes en général, surtout celles des milieux ruraux en particulier, de changer de mentalité  qui fait croire qu’une fille burundaise est destinée seulement aux travaux champêtres et ménagers . Il y a certaines femmes rurales qui restent à la maison, s’occupent des travaux ménagers, et attendent que le mari amène l’argent. 

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir