Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OBSERVATOIRE DES VIOLENCES ARMEES> Défis et perspectives d’avenir

Améliorer le système de collecte d’information

 

DSC 0636Chaque année, la Commission nationale permanente de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres (Cnap) à travers l’Observatoire des violences armées au Burundi  (Ova) évalue les réalisations sur les incidents causés par les  armes  détenues illégalement par les populations afin de relever les défis et se donner des perspectives d’avenir. Et  malgré une évolution positive, l’Ova prévoit améliorer le système de collecte d’information et établir un partenariat avec les organes étatiques et non-étatiques. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du journal Le Renouveau, Anitha Congera, conseillère chargée de la communication et de la sensibilisation à la Cnap, a d’abord indiqué que pour ce qui est de l’évolution des violences armées, au cours de la période de janvier à décembre 2017, 761 incidents ont été rapportés par les différentes sources qui alimentent l’Ova avec un total de 1195 victimes.  Parmi les cas de criminalité armée rapportés, Mme Congera a précisé que les conflits fonciers viennent en première position avec 23,92%. « Aussi des cas liés au banditisme, au vol à main armée, et aux assassinats ont,  à eux seuls plus de 30% des incidents répertoriés pour la période observée. Il faut cependant noter aussi que les violences conjugales ont été une source importante  de violences avec   5,52% des incidents », a-t-elle ajouté.En ce qui concerne la catégorie des personnes les plus touchées par les violences armées, Mme Congera a fait savoir que  selon les informations recueillies,  les hommes ont été les plus touchés par ces événements de violences armées que les femmes. «  Et c’est entre l’âge de 30 et 39 ans que le risque d’être victime de tels actes est élevé. Les hommes ont été les principaux auteurs de violences armées, surtout entre 25 et 34 ans 21,54% », a mentionné Mme Congera. 

Multiplier les sources d’informations au niveau de toutes les provinces

Mme Congera a poursuivi cette même  interview  en signalant que le défi les plus souvent observé par l’Ova dans la collecte de l’information est lié aux sources d’information qui sont très limitées. A cela, elle a  rassuré que certaines perspectives sont déjà mises en place pour relever tous ces défis. Il s’agit, entre autres, d’améliorer le systè   me de collecte de l’information et établir des partenariats avec d’autres organes étatiques et non étatiques, d’augmenter les sources d’information par province (20 ou plus), d’encourager les partenaires à couvrir les provinces mal desservies et à s’impliquer dans la vérification de l’information fournie à l’Ova  et d’organiser des séances d’information et de sensibilisation à l’endroit des partenaires sur l’Ova au niveau des provinces. 

AVIT  NDAYIRAGIJE

Ouvrir