Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECURITE> Intervention du commandant de la Police de sécurité routière

Il fait le point sur le secteur du transport

 

DSC04595Dans une intervention,  le commandant de la Police de la sécurité routière (PSR), l’OPC 1 Roger Bankibigwira a fait remarquer qu’il y a des itinéraires qui ont été convenus avec les conducteurs via leur association dénommée    « Association des transporteurs du Burundi (Atrabu)». Mais il existe des itinéraires non homologués. Il n’a pas manqué de demander à la population de se mobiliser pour commémorer la semaine africaine dédiée à la sécurité routière allant du 16 au 19 novembre 2018.   

 

Le commandant de la PSR, OPC 1 Roger Bankibigwira, a fait le point du secteur du transport en date du 31 octobre 2018. C’était lors de la rencontre du maire de la ville, Freddy Mbonimpa, avec les représentants de la police nationale et de l’administration municipale. Il a d’emblée fait remarquer qu’il existe du désordre dans le secteur du transport. A en croire ses propos, il y a des itinéraires qui ont été convenus avec les conducteurs des bus via leur association dénommée « Association des transporteurs du Burundi (Atrabu)». Et de préciser que certains transporteurs ont créé  un itinéraire qui ne figure pas dans les conventions et qui leur permet de faire le détour dans l’objectif de s’adonner à la surfacturation allant jusqu’à 800 FBu. 

La construction des dos-d’âne revient à l’Office des routes

Au sujet des dos-d’âne qui doivent être placés sur certaines artères de la capitale, OPC 1 Roger Bankibigwira a laissé entendre que cela ne rentre pas dans ses compétences, avant de préciser qu’il revient plutôt à l’Office des routes d’y apporter une réponse. Il a déploré le comportement de quelques administratifs qui jouent un rôle négatif allant dans le sens des heures réglementaires. C’est là qu’il a évoqué une main coupable de ces administratifs qui ne collaborent pas avec la police de roulage. Il faisait allusion aux motos incontrôlées dans leurs quartiers et sur des itinéraires non-homologués avant d’ajouter qu’il existe des dépotoirs  qui détériorent les routes, surtout à Ngagara et  vers le cercle nautique. Ce qui crée des nids de poule. Il n’a pas manqué de signaler le cas des camions-remorques  qui montent à l’intérieur du pays pendant la nuit. A propos des épaves qui obstruent les avenues, particulièrement à Buyenzi, il a proposé que l’autorité compétente accorde aux propriétaires de ces épaves un délai raisonnable pour les évacuer étant donné que les moyens à y consentir seraient élevés.

Les policiers ne s’adonnent plus à l’opération d’enlever les plaques des véhicules

Il a fait savoir qu’il n’y a plus de policiers qui enlèvent des plaques sur des véhicules, mais qu’il existe des services qui s’arrogent le droit de le faire en ignorant qu’il s’agit là d’une destruction méchante. Il souhaite que la population urbaine soit mobilisée pour commémorer la semaine africaine dédiée à la sécurité routière qui aura lieu du 16 au 19 novembre 2018. Il faudrait que la population y réponde massivement en vue de garantir la sécurité routière. 

Masta Shabani

Ouvrir