Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE> Les ponts de désenclavement dans certains nouveaux quartiers

Les relations entre Gahahe et Gatunguru s’améliorent sur tous les angles

 

pont gahaheOutre que les ponts sur la rivière Gasenyi connectant le quartier Gahahe au quartier Gatunguru servent de passage sur celle-ci, ils sont d’une importance capitale sur le plan social et économique. Un reportage sur ces endroits nous montre l’amélioration des relations sociales, des dégâts minimisés que causait la rivière et des échanges commerciaux qui s’effectuent entre ces deux quartiers. 

 

Au passage sur l’un des ponts, l’un des plus élargis parmi les multiples ponts de désenclavement qui traversent la rivière Gasenyi, il y a lieu de constater que la plupart des élèves et écoliers empruntent en majorité cet axe. En général, certains de ces élèves ont déménagé vers Gahahe mais continuent leurs études dans les écoles des quartiers de la capitale qu’ils fréquentaient. Avant que ces ponts soient construits, ces élèves devaient effectuer une longue distance en contournant presque tout le quartier pour enfin trouver un point de traversée à un plus bas niveau ou passer par Carama. Cela était un handicap pendant la période des pluies abondantes. Ce qui occasionnait parfois des retards, voire des absences faute de passage. Il en était de même pour les commerçants, petits ou grands. Le transport des marchandises et les échanges devenaient ainsi difficiles car les pluies ne facilitaient pas le passage des vélos sur la rivière. Aujourd’hui, le trafic est visible. Même les véhicules peuvent aujourd’hui emprunter  cette voie. Quitter la capitale pour se rendre en ce milieu rural est devenu chose facile. Il est important de savoir que ces deux localités se trouvent en zone Rubirizi de la commune Mutimbuzi en province de Bujumbura. Gahahe et Gatunguru sont donc devenus des quartiers peuplés par la plupart des gens provenant des divers quartiers de la capitale. Pour appuyer et saluer ce programme, les populations de Gahahe se chargent de tracer des voies de communication pendant les travaux de développement communautaire. Ces ponts servent ainsi à développer les ménages qui peuvent circuler librement  et échanger des biens et services en se déplaçant sans problème. 

Blandine Niyongere

Ouvrir