Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNAUTE BATWA> Problématique de l’éducation de leurs enfants

La pauvreté très aiguë dans leurs familles est l’un des problèmes principaux

 

DSCO 4359Les enfants de la communauté Batwa rencontrent des problèmes variés dans leur système éducatif. La pauvreté très aiguë dans les familles de la communauté Batwa est l’un des problèmes principaux. 

 

En tenant compte du passé par rapport à l’instruction des enfants de la communauté Batwa, 82% n’ont pas été à l’école. Cela a été dit par le représentant légal de l’Uniproba (Unissons nous pour la promotion des Batwa) Emmanuel Nengo dans un entretien qu’il a fait avec la rédaction du journal Le Renouveau le vendredi 5 octobre 2018. Jusqu’à présent en terme de chiffres de ceux qui sont à l’école, l’Uniproba compte  16 000 au niveau de l’école primaire, environ 1 500 pour le secondaire et une quarantaine dans les établissements universitaires.Au cours de cette année scolaire 2018-2019, M. Nengo a affirmé  que les parents Batwa ont envoyé  leurs enfants à l’école. Cela est témoigné par les appels que le représentant légal de l’Uniproba reçoit tous les jours lui demandant de leur donner du matériel scolaire comme les uniformes. Pour M. Nengo, il y a toujours cet engouement des Batwa d’envoyer leurs enfants à l’école  mais le problème qui revient tout le temps est celui de la pauvreté au niveau des familles. Cela entraîne le manque de matériel scolaire, le manque de frais scolaires, etc. A cela s’ajoute, a-t-il dit,  le manque de terres qui constitue une richesse incontournable pout tout Burundais.Jusqu’à présent, la communauté batwa ne vit que de la poterie mais malheureusement elle n’est plus rentable. M. Nengo a fait entendre que la plupart des batwa  sont toujours affamés. Le manque de quoi  mettre sous la dent est aussi un handicap majeur pour l’éducation des enfants Batwa. Si l’enfant a déjà constaté qu’il n’y a rien  à manger à la maison, il ne peut pas suivre tranquillement les études, ce qui le pousse à abandonner l’école. Le gouvernement burundais a déjà constaté que la communauté batwa  a besoin d’une politique volontariste de l’insertion  et de l’encadrement des enfants batwa.

La stigmatisation, un autre problème à combattre.

Dans la vision 2025, le gouvernement du Burundi prévoit de prioriser la communauté batwa afin que leur intégration soit effective, a fait savoir M. Nengo. Ce dernier a l’espoir  que la situation désastreuse dans laquelle vit la communauté batwa actuellement  va changer si le gouvernement s’implique davantage. Au  niveau de l’Uniproba, ils essaient de faire une sensibilisation.  Si des conditions le permettent, l’Uniproba fait des demandes de  matériel scolaire et une fois qu’il est acquis, l’association les distribue aux élèves de la communauté batwa.L’autre problème auquel sont confrontés les enfants de la communauté batwa est la stigmatisation. M. Nengo a donné l’exemple des enfants batwa qui ont été victimes de ce phénomène en commune Ntega de la province de Kirundo. Les parents de ces enfants Batwa se plaignent que leurs enfants sont toujours pointés du doigt par les enfants d’autres ethnies. Pour clore sa communication, M. Nengo a fait savoir que la communauté batwa est dans un besoin qui interpelle tout le monde. Il a fait remarquer que si chacun dans ses responsabilités pouvait prendre cette question en mains en venant en aide, la communauté batwa sortirait de cette situation inconfortable.

MARTIN  KARABAGEGA

Ouvrir