Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Descente du maire en zone Buyenzi et dans les zones de la commune Ntahangwa

Pour le lancement des soixante jours d’éradication des élements et pratiques dangereux dans la ville Bujumbura

 

DSC04762Dans sa descente du 3 novembre 2018 dans la zone Buyenzi de la commune Mukaza et dans les zones Buterere, Kinama et Kamenge de la commune Ntahangwa, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a lancé les  soixante jours d’éradication des choses destructrices de la ville Bujumbura. C’est notamment la contrefaçon, la prostitution, la fabrication et commercialisation des boissons prohibées, la fraude du carburant stocké dans les maisons d’habitation, le banditisme, la consommation des stupéfiants ainsi que l’enlèvement des épaves des véhicules qui bloquent  la circulation, etc.

 

Après le tour dans différents quartiers pour la fouille-perquisition et l’enlèvement des épaves, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a informé que cette descente est consécutive à la réunion du 31 octobre 2018 réunissant les administratifs de la base au sommet, les corps de sécurité, les magistrats de différentes institutions judiciaires pour  analyser objectivement comment organiser la mairie de Bujumbura. « Nous avons lancé la campagne de soixante jours qui consiste à éradiquer certaines choses désagréables ou destructrices dans la ville de Bujumbura», a précisé M. Mbonimpa. Le maire de la ville a signalé que la campagne a commencé par la zone Buyenzi où les gens qui font la fraude de carburant ont été appréhendés et leurs récipients saisis. Les professionnels de sexe y ont été également appréhendés pour être traduits en justice et les maisons de prostitution fermées. Les travaux se sont poursuivis  dans les zones Buterere, Kinama et Kamenge de la commune urbaine de Ntahangwa où une quantité de boissons prohibées gravitant autour de 700 litres a été saisie et renversée.  «C'est un exemple qu'on a montré pour que l'administration continue à s'atteler à ce travail. Nous pensons que d’ici à la fin de l'année, tout sera rentré dans l'ordre pour éradiquer à jamais ces boissons qui nuisent à la santé de la population», a rassuré M. Mbonimpa.

Décourager les activités illicites

Le maire de la ville de Bujumbura a indiqué que des documents administratifs et bancaires ainsi des sceaux ont été saisis dans des maisons des faussaires et  ceux-ci ont été appréhendés pour que la justice leur fasse des procès de flagrance en vue de décourager ce genre d'activités illicites.Au cours de la réunion du 31 octobre 2018, a dit M. Mbonimpa, il a été constaté qu'il y a des épaves de véhicules déclassés et abandonnés qui font obstruction dans différentes rues de la capitale.  «Nous avons demandé aux détenteurs de ces épaves de  les dégager au mois de novembre courant. Ces épaves bloquent la circulation, spécifiquement dans la zone de Buyenzi, étant donné qu'il y a beaucoup de garages», a-t-il fait savoir.Le maire de la ville de Bujumbura a autorisé les garagistes à continuer leur métier de réparation des véhicules sur un même alignement de la route pour permettre la fluidité de circulation. Les propriétaires de véhicules en réparation sont priés de rentrer avec eux le soir ou les caser dans les enclos à côté. C'est pour permettre l'intervention rapide en cas d'incendie ou de problème sécuritaire. M. Mbonimpa a conclu que ce sont des mesures salutaires prises conformément à la loi pour le bien de la population urbaine afin qu'elle s’attèle convenablement  aux charges de leur vie quotidienne.

EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir