Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Gatumba> La vie comme elle va au quartier Mushasha II

La plupart des maisons sont de fortune

 

AAAA 0101Le quartier Mushasha II situé dans la zone Gatumba est caractérisé par non seulement des maisons de fortune, mais aussi de belles maisons. Les habitants dudit quartier font face au problème d’eau potable et leurs latrines ne sont pas profondément creusées dans la mesure où la nappe d’eau est superficielle.       

 

La plupart des maisons se trouvant dans le quartier Mushaha II situé dans la zone Gatumba en province de Bujumbura sont de fortune. Elles sont tantôt construites en briques adobes, tantôt en bois avec une toiture en tôles ou en pailles. Le quotidien « Le Renouveau » s’en est rendu compte, le 30 octobre 2018, lorsqu’il était de passage en cet à cet endroit. Tenez ! Le quartier Mushaha II est très récent. Il a été institué avec l’afflux des déplacés lors de la crise de 1993. L’autorité locale s’y est, dans un premier temps,  opposée étant donné que cet endroit était marécageux.  Il ne fallait pas qu’on expose les gens aux catastrophes naturelles. Mais avec l’insistance de la population, elle finit par accepter. Comme on peut le constater, c’est le quartier Mushasha I qui avait commencé avant la naissance de Mushasha II. Aujourd’hui, il s’agit d’un quartier surpeuplé dans la mesure où le coût d’une parcelle était relativement réduit. Il faut remarquer qu’il existe même de belles maisons construites en briques cuites ; mais elles sont peu nombreuses. Il y a lieu de noter également que c’est le quartier où l’on peut encore trouver des espaces vides contrairement aux autres quartiers de la zone Gatumba. Ces espaces sont souvent fréquentés par les enfants  qui prennent le plaisir d’y jouer, particulièrement au football. Il est à signaler également que les habitants de ce quartier ne creusent pas profondément leurs lieux d’aisance d’autant plus que l’eau jaillit à mois d’un mètre et demi. C’est pour cette raison que ces toilettes sont aussi de fortune. Aussi, les habitants dudit quartier font face au problème d’eau potable. La situation devient précaire parce que les bornes fontaines qui y sont installés ne leur servent pas tellement. Une autre caractéristique à signaler reste la présence des caniveaux creusés pour se protéger contre les inondations. Et malgré cela, il est difficile d’atteindre la chaussée d’Uvira lorsqu’il a plu.      

Masta Shabani

Ouvrir