Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECURITE> Réunion du maire de la ville de Bujumbura avec les autorités policières et administratives

Multiplier patrouilles et perquisitions pour déloger les malfaiteurs

 

DSC04590Une série de recommandations ont été adressées aux participants en vue de maintenir la paix et la sécurité dans la capitale Bujumbura. Il s’agit, notamment, de multiplier les patrouilles et les perquisitions, tenir régulièrement les cahiers de ménage, poursuivre les gens qui organisent des réunions sans autorisation,  travailler en synergie … 

 

Le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a tenu, le 31 octobre 2018,  une réunion avec les autorités  policières et administratives de son ressort. L’objectif était d’évaluer l’état des lieux de la sécurité dans la municipalité de Bujumbura pour mieux préparer les fêtes de fin d’année.  Il en ressort que la paix et la sécurité se portent bien sur toute l’étendue de la capitale. Il a saisi cette occasion pour demander aux participants de travailler assidûment en vue de consolider la paix et la sécurité dans la capitale. De ce fait, il faut être vigilant pour mettre hors d’état de nuire les pêcheurs en eau trouble.

Les cas de banditisme ne manquent pas

Il a néanmoins évoqué les cas de banditisme que l’on observe dans certains endroits de la capitale. Il a parlé des pickpockets, des voleurs qui volent dans les véhicules sans oublier les mendiants qui continuent à circuler au centre-ville.  A cet effet, il a demandé aux différents comités mixtes de sécurité de se mettre à la tâche pour plus de sécurité dans la capitale. Il a rappelé aux  chefs de quartier qu’ils doivent collaborer avec les chefs de zone pour contrôler les cahiers détenus par les ménages. Encore faut-il contrôler les mouvements de va-et-vient en vue de dénoncer les suspects. En outre, les forces de l’ordre et les administratifs doivent lutter contre les boissons prohibées pour qu’en 2019 l’on ne puisse plus en parler. Une campagne de 60 jours est ainsi organisée pour lutter non seulement contre les boissons prohibées, mais également contre la fraude de toute nature. Pour lui, la chaîne sécuritaire doit être solide pour décourager les malfaiteurs. 

Mise en garde contre les cabaretiers

Les cabaretiers doivent, quant à eux, respecter les heures règlementaires d’ouverture et de fermeture. Les maisons de passage doivent être régulièrement contrôlées pour éviter la dépravation des mœurs. Et de préciser que tout doit changer pendant cette campagne de 60 jours. Il n’a pas manqué de parler des épaves que l’on trouve dans quelques quartiers comme Buyenzi, Bwiza…Il a déploré le comportement de certains administratifs qui sont complices dans la lutte contre les boissons prohibées et l’octroi frauduleux de certains documents  en l’occurrence la carte nationale d’identité. Dans les interventions, quelques participants ont présenté les problèmes qui les hantent comme la défectuosité de certaines routes où l’on voit des nids-de-poules à l’origine d’accidents. D’autres ont parlé des véhicules qui changent des itinéraires en empruntant des voies non homologuées. A ce sujet, il a demandé à tout un chacun de travailler dans les limites de ses responsabilités. 

Masta Shabani

Ouvrir