Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Chomage> Organisation des jeunes diplômés pour faire face

Se mettre ensemble et s’organiser autour de telle ou telle autre activité

 Actuellement, les lauréats des écoles secondaires sont si nombreux qu’ils  ne peuvent pas  décrocher tous du travail dans les services de l’Etat. Mais pour les plus courageux, il y a pas mal d’activités génératrices de revenus permettant  aux jeunes diplômés de faire face au chômage. Prosper  Ndihokubwayo, jeune humaniste, témoigne de son organisation dans un entretien avec le quotidien burundais  Le Renouveau.  

00azeComme le signale Prosper Ndihokubwayo, certains jeunes persévèrent dans le chômage par manque de zèle ou par défaillance.  Celui-ci a été diplômé il y a un an, mais il signale qu’il n’est pas  stressé par le manque du travail. C’est grâce au travail en équipe que lui et ses camarades  font  face au chômage. M.Ndihokubwayo fait savoir qu’il faut d’abord penser à se créer l’emploi en attendant d’être embauché par l’Etat. « Ayant fréquenté les humanités générales, j’étais sûr  que je ne pourrai pas trouver du travail de l’Etat après l’école secondaire, c’est pourquoi  la pensée me revenait souvent de me créer moi-même un emploi», dit l’interlocuteur.  Il ajoute qu’il avait déjà un projet au lendemain de la passation de l’examen d’Etat. « J’ai commencé avec un petit capital dans le commerce d’arachides grillés que j’achetais pour les vendre au détail», poursuit-il. 

Petit à petit, son capital a augmenté et il a changé de tactique. « Comme mon capital avait augmenté, j’ai pensé à acheter des arachides non grillés afin de les griller moi-même et les emballer », continue-t-il. Constatant que son activité est productive, M.Ndihokubwayo a pensé au travail en équipe pour étendre l’activité. « Quelques mois plus tard, j’ai appelé mes deux camarades qui exerçaient la même activité pour leur proposer de  travailler en équipe et ces derniers ont accepté », signale-t-il.  C’est ainsi qu’ils ont fondé une association de griller et emballer les arachides. « Nous avons construit un four approprié à la tâche et nous grillons une grande quantité aujourd’hui», fait savoir l’interlocuteur. Selon lui, qu’ils ne vendent plus au détail et les détaillants viennent s’approvisionner chez eux. Ces derniers atteignent un niveau  considérable d’autodéveloppement; et M.Ndihokubwayo se réjouit du fruit du  travail en équipe.M. Ndihokubwayo témoigne que l’union fait la force.  Il conseille les autres jeunes diplômés de se mettre ensemble et de s’organiser autour de telle ou telle autre activité pour faire face au chômage.

Eric Sabumukama

Ouvrir