Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Municipalité de Bujumbura> Vente d’arachides grillés

C’est un métier qui fait vivre plus d’un

000abcdefLa rédaction du quotidien d’information Le Renouveau est passée dans les rues de la capitale Bujumbura pour se rendre compte de la façon dont se fait la vente d’arachides.La rédaction du quotidien d’information Le Renouveau est passée dans les rues de la capitale Bujumbura pour se rendre compte de la façon dont se fait la vente d’arachides.

Les arachides sont très appréciées au Burundi. Elles sont consommées grillés ou crus et ces derniers temps, on peut les trouver à tous les coins de rues. Certains disent même qu’elles sont bonnes pour la santé. Les vendeurs d’arachides communément appelés« Kadogo» avec qui nous nous sommes entretenus ont fait savoir que ce métier fait vivre plus d’un ici à Bujumbura même ailleurs dans les autres villes du pays.Fabrice Nirera a indiqué qu’ il parvient à gagner sa vie et à avoir quelque chose pour s’acheter des habits. «Je me lève à 6h du matin pour commencer à griller mes arachides. C’est à partir de 11h que je me rends chaque jour sur terrain à pied avec un plateau métallique posé sur la main contenant les arachides et avec un petit sac sur le dos dans lequel je mets l’argent que je gagne.

Je fais le tour de presque toute la capitale Bujumbura à la recherche des clients dans les quartiers, les marchés et surtout dans des cabarets. Quelquefois la chance me sourit, je rentre à la maison après avoir épuisé tous les paquets, mais d’autres fois je ne trouve pas de clients. Heureusement, les arachides ne pourrissent même pas le lendemain je peux les vendre. Le problème est qu’elles ne gardent pas la même saveur» a, dit M. NireraMême si ces arachides sont appréciées par pas mal de gens, dans des cabarets, les clients se lamentent disant que ces Kadogo les gênent. Quelques fois quand ils font des réunions, les vendeurs d’arachides  se tiennent à côté disant «boss j’ai ici de bonnes arachides, vous pouvez acheter à un prix  minime ». Cela crée malheureusement une mésentente entre les clients et le propriétaire du cabaret, celui-ci décide par après de chasser ces vendeurs d’arachides. A côté du bâtiment abritant la Mutuelle de la Fonction publique, pendant les heures de midi ou 18 h quand les gens rentrent du travail, les conducteurs de voiture disent que ces vendeurs d’arachides les dérangent, ils les distraient, ce qui peut causer des accidents de roulage.

Sonia Busogoro (Stagiaire)

Ouvrir