Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Orphelinat « Umusamariya w’Imbabazi »> Remise d’une aide par le Réseau des femmes policières du Burundi

Cette aide était composée des produits de première nécessité

00AZPTLe Réseau des femmes policières du Burundi a remis, le samedi 8 septembre 2018, une aide à l’orphelinat « Umusamariya w’Imbabazi » situé dans la commune Mwumba de la province de Ngozi. Cette aide était composée de jus pour enfants, des produits de première nécessité comme les savons de lessive, les produits cosmétiques ainsi qu’une machine à laver.


La présidente de ce réseau, commissaire de police principale, Générose Ngendanganya, a indiqué qu’elles sont venues rendre visite à cet orphelinat qui a accepté d’accueillir deux jumelles dont leur mère était une policière. Ces enfants n’avaient qu’une semaine lors de leur accueil par ledit orphelinat. « Nous sommes venues apporter notre soutien à cet orphelinat, et manifester notre joie car, a-t-elle poursuivi, la Première dame du pays fait un travail louable en sauvant la vie de ces orphelins ». La direction générale de la Police a appuyé dans l’achat d’une machine à laver.

Un geste à encourager

D’après la Première dame du pays, Denise Nkurunziza, fondatrice de cet orphelinat, « c’est un sentiment de joie à la suite de  cette visite que ces policières viennent de nous rendre, et voir comment se portent leurs enfants. Elles nous ont apporté leur soutien et nous sommes fiers de ce geste posé ». Elle a aussi ajouté que dans cet orphelinat, il y a des enfants qui ont un seul parent (le père), c’est pour cette raison qu’elle leur demande de venir chaque samedi rendre visite à leurs enfants. Le père de ces jumelles est en mission en Somalie, c’est pour cela que certaines policières de ce réseau sont venues à sa place.Denise Nkurunziza souhaite que les Burundais puissent s’entraider mutuellement. C’est un bon geste mais difficile à accomplir dans la mesure où l’orphelinat nécessite beaucoup de moyens financiers, a-t-elle dit. « Je remercie Dieu car certaines personnes nous appuient, et le travail avance bien. Je leur adresse mes sincères remerciements car elles nous ont apporté ce dont nous avons le plus besoin. Nous lançons un appel aux autres bienfaiteurs de leur emboîter le pas », a-t-elle souligné.                                                                                                  

Yvette Irambona

Ouvrir