Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE > Témoignage d’une femme réfugiée refoulée du Rwanda

Après 24 ans que j’ai vécus au Rwanda, on m’a chassée comme un bandit

 

DSC02503 1Dernièrement, les réfugiés qui vivaient dans certains  camps de réfugiés de la république du Rwanda ont été refoulés par les autorités de ce pays et ont regagné le bercail. Même s’ils ont été  accueillis chaleureusement dans leurs familles d’accueil, tout le monde se lamente de la manière dont les autorités rwandaises les ont chassés comme des bandits en saisissant leurs biens et certains de leurs enfants. 

 

Dans un entretien qu’elle a accordé  à la rédaction du journal Le Renouveau, Médiatrice Muhorakeye, réfugiée refoulée du Rwanda avec deux de six enfants, a été accueillie par sa famille d’origine en commune  Ntega de la province de Kirundo. Elle a indiqué qu’elle s’est mariée depuis vingt quatre ans à un Rwandais et qu’ils ont eu la chance d’avoir six  enfants.  Après la prise de la décision par les autorités rwandaises de chasser tous les Burundais vivant dans ce pays, elle a été obligée de quitter le pays laissant derrière elle tous ses biens. « Une fois que quelqu’un s’est marié à un Rwandais ou à une Rwandaise, il est ordonné de quitter seul et laisser tous  ses enfants et tous les biens de la famille. Quant à moi,  je suis venue seulement avec les deux  plus jeunes enfants et les quatre autres sont restés avec leur père », a témoigné Mme Muhorakeye en pleurant.  Cette dernière a également laissé entendre que  tous les réfugiés refoulés de ce pays ont actuellement beaucoup de difficultés. « Mais, ce qui nous donne l’espoir c’est le soutien et le comportement que nous observons de la part des populations qui nous ont accueillis dans leurs familles».

« Les autorités des deux pays doivent s’entendre pour trouver une solution durable »

S’agissant des biens  de ces réfugiés qui ont été saisis par les autorités rwandaises ainsi que certains membres de leurs familles qui sont restés là-bas, Mme Muhorakeye a terminé en demandant avec insistance aux autorités de ces deux pays de s’asseoir ensemble afin de prendre des mesures pouvant  autoriser, d’abord, à ces réfugiés refoulés de récupérer  tous les biens et certains membres de leurs familles laissés au Rwanda, et, ensuite, demander aux organisations internationales chargées  de la protection des Droits des réfugiés pour qu’elles favorisent  leurs  frères et sœurs qui sont encore au Rwanda de rentrer  au Burundi.
Avit Ndayiragije

Ouvrir