Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

QUARTIER KIGOBE> Une maison d’habitation collée à une cabine électrique de la Regideso

Le danger guette les habitants qui y vivent

 

DSC 0686Au quartier Kigobe en commune urbaine de Ntahangwa, près de l’Hôtel Kibunoah sur l’avenue Dama, il y a une maison d’habitation collée  à une cabine  électrique de la Regideso. Les habitants qui y vivent sont sous le guêt du danger. 

 

Dans la municipalité de Bujumbura, des constructions illégales continuent de s’observer. L’exemple typique est la maison collée à une cabine électrique de la Regideso à l’avenue Dama au quartier Kigobe. C’est le constat de la Rédaction du journal Le Renouveau le mercredi 1er août 2018. A notre arrivée sur les lieux, nous avons remarqué qu’une famille composée du père, de la mère et de deux enfants vive dans cette maison couverte de tôles.Interrogée depuis quand ils sont dans cette maison, Emelyne  Nsengiyumva, la femme de Jean Marie Buzoya, tous vivant dans cette maison, a indiqué qu’ils sont là depuis 10 ans. Au début, mon mari était le veilleur de cette cabine électrique car les voleurs venaient souvent pour la défoncer afin de voler le matériel qui s’y trouve. Mon mari ne quittait pas le lieu de peur que la cabine ne soit vandalisée, a-t-elle dit.Comme Mme Nsengiyumva l’a indiqué, son mari a pris la décision d’y construire une maison afin d’y amener sa femme qui  pourrait l’aider à surveiller la cabine. M.Buzoya, l’époux de Mme Nsengiyumva, est un cordonnier à cet endroit et s’est caché quand il a vu que sa femme était avec une personne qu’il ne connaissait pas en répondant à certaines questions. A la question de savoir si elle ne voit pas que cette famille est en danger, Mme Nsengiyumva a précisé  qu’elle est au courant mais qu’elle n’a pas d’autre choix. « Pendant la nuit, nous entendons des bruits à l’intérieur de la cabine et nous observons la coupure de l’électricité ». Une personne des environs mais qui a gardé l’anonymat a indiqué qu’il faut que les autorités compétentes exigent à cette famille de quitter cet endroit dangereux. A la Regideso, elle lui a demandé d’y mettre de la force afin que cette maison soit démolie et de sauver la vie des membres de la famille qui y vit.
Martin Karabagega

Ouvrir