Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Kamenge > Témoignage d’une orpheline sur la réussite de sa vie après la perte de tous ses parents

« C’est comme un miracle, je dirais »

 

Même si certains enfants sombrent dans la misère quand ils deviennent orphelins, il y en a d’autres qui parviennent à réussir leur vie. C’est le cas d’une orpheline rencontrée à Kamenge, qui témoigne que, sans aucune parenté, elle a réussi à gagner sa vie après avoir subi une formation professionnelle en couture. 

 

« Je ne croyais pas que j’allais survivre. Je me sentais totalement perdue. Tels sont les propos de T.S., une orpheline totale, habitant la zone urbaine de Kamenge dans la municipalité de Bujumbura. Pour elle, n’ayant aucune parenté qui puisse s’occuper d’elle, elle avait perdu tout espoir. Mais elle ajoute qu’un jour, une lumière brilla pour elle. Elle a trouvé une famille qui l’a accueillie et l’a prise en charge. « Je me demandais ce que je serai dans l’avenir et je ne trouvais même pas de réponse. J’étais toujours dans le stress. Et cela parce que je ne connais pas où habitaient mes parents. Et si je connaissais même l’endroit, il m’a été dit qu’après la mort de mon père, ma marâtre a vendu toute la propriété et est partie, on ne sait pas où », indique-t-elle.

Il y a toujours un jour de chance 

T.S. affirme que pour toute personne, il y a toujours un jour de chance. « Dieu aime les orphelins et Il accorde à toute personne qui Le respecte un jour de chance. Dans ma détresse, Il m’a favorablement assistée. La famille qui m’a accueillie a été tout pour moi et je peux dire que je ne suis plus orpheline. Car je ne manque de rien chez elle. Elle a tout ménagé pour moi et m’a fait apprendre un métier qui m’aidera dans ma vie. Après ma formation en couture, elle m’a même acheté une machine et m’a également trouvé un emploi rémunéré ; ma réussite aujourd’hui, c’est comme un miracle, je dirais », dit-elle. Mlle T.S. indique aussi qu’elle est satisfaite de cette réussite et que la famille qui l’a aidée restera dans sa mémoire. «Je sui tellement fière car je suis capable maintenant de préparer mon avenir même si je n’ai pas de parenté. Mais je n’oublierai jamais les bienfaits de la famille qui m’a élevée jusqu’au rang où je me trouve. L’expérience m’a montrée  que personne ne doit désespérer car  un jour   ou  l’autre, le soleil brillera pour lui », a conclu Mlle T.S.
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir