Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mugina> Contribution de l’association «Twiyunge» dans le développement local

Elle permet aux membres de subvenir aux besoins familiaux

 

DSC07430Pour accéder à un développement local, une contribution de la population s’avère très importante au lieu d’attendre les aides en provenance d’ailleurs. Cela a été mentionné par les femmes  membres de l’association  « Twiyungunganye », de la  commune Mugina, en province de Cibitoke. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du journal «Le Renouveau», Marie Chantal Mpawenimana, présidente de l’association des femmes « Twiyungunganye» de la commune Mugina dans la province de Cibitoke, a d’abord indiqué que les gens ne devraient pas penser toujours que leur développement local  proviendra des autres personnes, surtout à travers les différentes aides reçues. Mais, plutôt, ils doivent chercher eux-mêmes à contribuer  pour que le pays et leurs familles puissent se développer.Mme Mpawenimana a ajouté que  le travail en association ou en groupement peut faciliter les gens à atteindre un développement local, lequel facilite souvent une bonne survie de leurs ménages respectifs, sans dépendre de qui que ce soit. « Auparavant, on était seulement dix membres, et la contribution par membre et par mois était de 1 000 FBu. Et actuellement, nous sommes au nombre de cinquante membres », a-t-elle précisé. Elle a informé que l’agriculture est le projet qui a été beaucoup  plus privilégié par  les membres  de Twiyungunganye. « Notre objectif est d’assurer la sécurité alimentaire de nos enfants, les autres besoins de nos familles ainsi que la perception de petits revenus générés par la récolte»,  a bien souligné Mme Mpawenimana.La présidente de l’association « Twiyungunganye», a lancé en appel vibrant aux autres  femmes ainsi que d’autres gens d’adhérer dans des associations  pour promouvoir leur développement local et contribuer également au développement du pays plutôt  que de chercher toujours  à vivre en dépendance avec l’aide venant des bienfaiteurs.
Avit Ndayiragije

Ouvrir