Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Cibitoke> Commune Buganda

La population de Gahuru confrontée au problème d’eau potable

 

La population de la colline Gahuru éprouve des difficultés liées à l’approvisionnement en eau potable. Elle n’a cette denrée que quand l’Ecole fondamentale de Ruhagarika-Gahuru est en activité, sinon elle est obligée de parcourir de longues distances pour puiser l’eau dans une petite rivière se trouvant dans une vallée. Les robinets et borne- fontaine sont seulement ouverts lorsque les élèves sont à l’école. Mais pendant les vacances ou quand ils rentrent à la maison, ces robinets sont fermés. La population profite de la présence des élèves pour puiser.  

 

La population de la colline Gahuru située dans le secteur Ruhagarika, commune Buganda en province de Cibitoke est confrontée au problème d’eau potable. Elle est obligée de parcourir plus d’un kilomètre pour puiser de l’eau dans une rivière qui se trouve dans une vallée. Cela est ressorti de l’entretien que le quotidien « Le Renouveau » a eu dernièrement avec le chef collinaire de Gahuru, Jean Bosco Nyandwi. A en croire ses propos, la population de cette partie dispose de l’eau de robinet lorsque les élèves de l’Ecole fondamentale de Ruhagarika-Gahuru y sont présents. Et quand ils rentrent à la maison ou sont en vacances, tous les robinets sont fermés de même que la borne-fontaine se trouvant non loin de l’école. Dans ces conditions, la population est contrainte de se rendre dans la vallée distante de plus d’un kilomètre en vue de puiser  l’eau. Jean Bosco Nyandwi n’a pas manqué de déplorer la qualité de cette eau puisée dans cette petite rivière dans la mesure où la population est exposée aux microbes de toutes sortes. Il a également  fait savoir que la fermeture de ces robinets et la borne- fontaine lorsque cette école n’est pas en activité fait que l’on observe des flaques d’eau aux alentours.  Et pour cause, une fois que le réservoir (tank) est rempli, l’eau se déverse par terre. Elle cesse de se déverser quand ces robinets et la borne- fontaine sont à la disposition des élèves. D’après le chef collinaire Jean Bosco Nyandwi, le souhait de la population est de voir ces infrastructures publiques à sa portée pour lui permettre d’avoir une bonne santé. Car, a-t-il fait remarquer, l’eau c’est la vie. 

MASTA SHABANI

Ouvrir