Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MOIS DU RAMADAN> Le Premier vice-président se joint aux cadres musulmans du Burundi

Pour le premier partage de la collation annuelle

 

DSC08122Dans la soirée du samedi 9 juin 2018, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, s’est joint aux cadres musulmans du Burundi pour le premier partage de la collation annuelle organisée par la Fondation pour le développement et l’éducation (Benaa), en collaboration avec la Communauté islamique du Burundi. Ces cadres musulmans sont demandés de servir de modèles et de retourner aux vraies valeurs musulmanes. 

 

Au cours de cette soirée organisée sous le thème « Le jeûne est recommandé pour assainir les âmes et améliorer les comportements », le représentant de la Fondation pour le développement et l’éducation (Benaa),Hassan Abad, a vivement remercié le Premier vice-président d’avoir accepté de se joindre à eux malgré ses nombreuses obligations.  Avoir répondu à leur invitation est un signe d’une bonne gouvernance au Burundi. Cela montre qu’il y a de bonnes relations entre le gouvernement et les communautés religieuses sans discrimination. Il a ajouté que la Fondation Benaa, qui a son siège en province de Rutana, est là pour le développement du pays à travers ses différents projets réalisés au Burundi.  M. Abad n’a pas manqué de demander au Premier vice-président de soutenir la fondation Benaa dans ses actions. 

Le partage écarte toute discrimination

Pour le député Ibrahim Uwizeye, qui a parlé au nom des participants, la Fondation Benaa a posé un grand geste. Il a également salué la part de la fondation dans le développement du pays par les activités génératrices de revenus qu’elle a créées surtout en province de Rutana. Par-là, il a appelé ses frères musulmans à faire un effort et à restaurer cette bonne pratique de partage et de la faire leur. Car elle renforce l’amour et écarte toute discrimination. Il a ensuite demandé aux cadres musulmans présents à la soirée, d’être le miroir de la société, de travailler avec dévouement et de servir de modèles. Il n’a pas manqué de leur demander de manifester, dans leurs comportements, l’Islam à travers la charité, la tolérance. « En tout ce que nous faisons, sachons qu’il y a beaucoup de gens qui nous observent. Si nous  nous acquittons convenablement des tâches qui nous sont assignées, tout le monde saura la bonne identité d’un musulman », a-t-il fait entendre. 

L’Islam, la première communauté religieuse au Burundi

De son côté, le président de la Communauté islamique du Burundi, Sadiki Kajandi, a aussi remercié la Fondation Benaa qui a observé et respecté les us et coutumes de l’Islam. Il a salué les bonnes relations que la fondation entretient avec la population et le gouvernement burundais.Cheick  Kajandi a rappelé que l’Islam est la première religion que le Burundi a connue car il est venu au 18è siècle. Pour cela, dit-il, c’est une communauté bien solide qui a toujours respecté les lois et qui a même contribué pour l’indépendance du pays car parmi les fondateurs de l’Uprona, il y avait des musulmans. Pour ce représentant de la Comibu, les musulmans cohabitent sereinement avec les autres car l’Islam signifie la paix, la sécurité, l’amour et l’entraide. Pour lui ceux qui disent que les musulmans sont des terroristes, ils se trompent fort car un terroriste est un terroriste. Et de dire que la Comibu essaie toujours de tisser de bonnes relations avec le gouvernement.  M. Kajandi a ensuite remercié le Premier vice-président de s’être joint à eux pendant ce mois du Ramadan. « Pendant le mois du Ramadan, nous ne faisons pas seulement le jeûne mais nous évitons les rumeurs, le mensonge et tout péché. Nous apprenons aussi qu’après le Ramadan, nous continuerons à vivre en harmonie avec les autres,  à rester pieux et à respecter les autorités. 

Il faut un retour aux valeurs musulmanes

Dans son discours, le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo a fait savoir qu’il est venu partager avec eux ce repas d’Iftar, pour montrer qu’ils forment eux aussi une couche de la société burundaise malgré que certaines gens voient mal l’Islam et cela à cause de certains musulmans qui se méconduisent, ternissant alors l’image de la religion. Pour cela, M. Sindimwo leur a demandé de tout faire pour retourner aux vraies valeurs de l’Islam. « Il y a beaucoup de gens qui se cachent derrière l’Islam pour commettre des crimes. Levez-vous, enseignez les bonnes valeurs de l’Islam et tout le monde saura qui vous êtes. Surtout collaborez avec le gouvernement », les a-t-il exhortés. M. Sindimwo a promis que le gouvernement burundais soutiendra la Fondation Benaa dans toutes ses bonnes actions.
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir