Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Droits de l’homme> Point de presse animé par le président de la CNIDH

Il est satisfait du climat sécuritaire qui prévaut au Burundi

 

DSC03644Le président de la CNIDH (Commission nationale indépendante des droits de l’homme), Jean Baptiste Baribonekeza, a animé un point de presse, le lundi 13 août 2018. Dans un communiqué de presse qu’il a sorti à cette occasion, il a souligné les points qui font la satisfaction de la CNIDH et formulé quelques recommandations. 

 

A l’occasion de ce point de presse, M. Baribonekeza a dit que la CNIDH note avec satisfaction le climat politique, sécuritaire et des droits de l’Homme prévalant dans le pays. La CNIDH félicite les responsables politiques pour s’être entendus sur la feuille de route consensuelle pour les élections de 2020, lors de l’atelier de Kayanza du 3 août 2018. M. Baribonekeza dit que la CNIDH suit avec intérêt les récents développements au niveau global pouvant avoir une signification concernant la situation au Burundi. La CNIDH se félicite de la nomination de Michelle Bachelet, ancienne présidente de la République de Chili, le 10 août 2018, au poste de Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme. La CNIDH espère que ce changement  augure une nouvelle ère de renforcement de la coopération entre le haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme avec le Burundi et les autres nations, dans un esprit de confiance mutuelle et de respect des principes régissant la coopération internationale. La CNIDH salue la déclaration de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Burundi, Michel Kafando, devant le Conseil de sécurité en date du 9 août 2018, dans laquelle il s’est réjoui de l’amélioration de la situation politique et sécuritaire au Burundi, du retour des réfugiés et de la récente adoption de la feuille de route pour les élections de 2020, appelant en même temps l’Union européenne à reconsidérer sa décision de suspendre la coopération avec le Burundi. La CNIDH espère vivement que cet appel sera suivi, de même que l’appel lancé aux Burundais à continuer à travailler dans le sens de la consolidation de l’unité nationale et de la paix. Dans ce contexte, M. Baribonakeza dit que la CNIDH  recommande à la communauté internationale de continuer à soutenir le peuple burundais dans la consolidation de la paix, la stabilité et le développement durable ; encourager la reprise de la coopération intégrale entre l’Union européenne et le Burundi. Au HCR, elle recommande de faciliter, en collaboration avec le gouvernement du Burundi et les pays d’accueil, le rapatriement volontaire des réfugiés burundais qui en ont déjà exprimé la demande ; procéder au monitoring systématique du retour  des réfugiés pour faciliter l’appui à la réinsertion, y compris les réfugiés spontanés.  
Alfred Nimbona

 

CNIDH> Atelier d’échange sur les mécanismes internationaux des droits de l’Homme

Pour faire mieux connaître l’Examen périodique universel (EPU)

 

DSC 1073La Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), en collaboration avec le ministère des Doits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, a organisé, le mardi 14 août 2018, un atelier de suivi de la session d’échange sur les mécanismes des droits de l’Homme : sur l’examen périodique universel (EPU) ainsi que les procédures spéciales.  Ladite session a été organisée dans le but de faire mieux connaître l’intérêt, les objectifs, la portée et les enjeux de l’EPU à l’endroit de toutes les  organisations tant nationales qu’internationales œuvrant dans le domaine des Droits de l’homme. 

 

Dans son allocution, Jean Baptiste Baribonekeza, président de la CNIDH, a d’abord fait savoir que  comme acteurs burundais des différents secteurs de la vie publique, il s’avère que l’un des enjeux  majeurs dans le domaine  est de bien  cerner la signification des décisions des organes internationaux  et régionaux des droits de l’Homme pour le Burundi, et de se préparer à contribuer positivement à cet exercice de reportage devant lesdits organes. M.  Baribonekeza  a ensuite  informé que l’objectif de cet atelier est de faire mieux connaitre l’intérêt, les objectifs, la portée et les enjeux de l’EPU, ainsi que les travaux des organes des traités à l’endroit de toutes les  organisations tant nationales qu’internationales œuvrant dans le domaine des droits de l’Homme.« Le gouvernement du Burundi prendra en considération tous ceux qui visent  la protection et la promotion des droits de l’Homme »Quant à Elysa Nkerabirori, assistante du ministre ayant les droits de la personne humaine dans ses attributions,  dans son discours, elle a indiqué que cet atelier est tenu au moment où le gouvernement du Burundi et le conseil  des droits de l’Homme  viennent  de se  mettre d’accord sur la liste définitive des recommandations issues de l’EPU  portant le 3ème cycle. Mme Nkerabirori a signalé que la contribution de tout un chacun est d’une importance capitale dans le but de favoriser la mise en œuvre de ces recommandations.  « Et le gouvernement  du Burundi s’engage à les prendre en considération, car, sans nul doute, elles apporteront de la valeur  au travail quotidien de promotion et de protection des droits de l’Homme », a affirmé  Mme Nkerabirori.Cette dernière a terminé son discours  en remerciant vivement la CNIDH  ainsi que tous les acteurs  qui contribuent  positivement à la paix et au développement du pays dans les secteurs, et plus particulièrement  dans la promotion et la protection des droits de la personne humaine. 
AVIT NDAYIRAGIJE

 

ASSOMPTION> Célébration au sanctuaire du Mont Sion Gikungu

Les chrétiens appelés à être le levain de la paix dans leurs familles avec l’aide de la Vierge Marie

 

DSC03665Les chrétiens catholiques ont célébré le mercredi 15 août 2018, la fête de l’Assomption. Une fête qui leur rappelle que la Vierge Marie a été élevée  au ciel par son fils Jésus Christ. C’est une occasion pour les chrétiens de croire qu’eux aussi, un jour, partageront la joie avec cette mère miséricordieuse qui a accepté la volonté de Dieu malgré les obstacles. Mgr Gervais Banshimiyubusa qui a présidé la messe a recommandé aux catholiques présents à la messe que les obstacles ne devraient pas leur faire peur quand il s’agit d’être artisans de la paix.

 .

 

La messe a débuté par une procession.  Neuf enfants pour signifier 9 ans du couronnement de la Vierge Marie à ce sanctuaire du Mont Sion Gikungu, des soldats et policiers venus se consacrer à la Vierge avec leurs familles portant des statues de la Vierge couronnée, comme Reine de la paix dans les familles. Les lectures du jour étaient beaucoup centrées sur la résurrection et la victoire de tout chrétien qui endure les souffrances de ce monde. L’archevêque de l’archidiocèse de Bujumbura rappelle que la fête de l’Assomption est consacrée à l’honneur que Dieu a donné à la Vierge Marie. Ce n’est pas prier la Vierge Marie, c’est donner à cette dernière l’honneur qu’elle mérite. Pour ceux qui croient, ils savent que la mort n’est pas une fin en soi. La Vierge Marie a été élévée après avoir affronté plusieurs obstacles en tant que mère de Dieu, d’où les chrétiens ne devraient pas avoir peur quand il s’agit de propager des messages de paix dans leur entourage. Ce n’est pas une tâche facile mais avec Jésus-Christ, comme la Vierge Marie, tout  chrétien peut y parvenir. C’était aussi une occasion pour les chrétiens policiers et soldats avec leurs familles de se consacrer à la Vierge Marie. Cette mère qui les accompagne dans leurs familles et qui est reine de la paix, peut les aider à surmonter avec courage les obstacles auxquels ils peuvent être confrontés. Chacun dans sa vocation, en famille ou au lieu de travail auquel on est attaché, les chrétiens qui croient en la bonté de la Vierge Marie doivent éclairer les autres et mériter d’être appelés frères et sœurs de Jésus.Des chrétiens provenant d’autres pays étaient présents à cette messe. Notamment, des Tanzaniens, des Congolais, des Chiliens, des Australiens et des Suisses. 
Blandine Niyongere

 

Société>Vols nocturnes des pièces de véhicules dans certains quartiers

Les voleurs le font sans aucun bruit

 

Dans certains quartiers de la municipalité de Bujumbura, les propriétaires de véhicules font face au problème de vol des pièces de leurs véhicules pendant la nuit. Ce genre de vol déstabilise les propriétaires des véhicules 

 

Quand un véhicule est garé à l’intérieur de la parcelle, on dirait qu’il est en sécurité. Mais, la réalité en est tout autre car  ces derniers temps, les voleurs profitent de la nuit pour voler les pièces de ces véhicules. Un habitant du quartier Gisyo de la zone Kanyosha, commune urbaine de Muha, a fait savoir qu’on lui a déjà volé deux fois plusieurs pièces de son véhicule. La première fois, on lui a volé la batterie ainsi que quelques objets qu’il avait laissés à l’intérieur du véhicule.  Une semaine après, cette même personne est sortie de sa maison le matin, elle a trouvé son véhicule sans aucun pneu. Les quatre pneus de sa voiture avaient disparu ainsi que les phares arrière. Et à l'intérieur, le véhicule n'avait plus ni volant, ni radio de bord. Personne n'a rien vu ni entendu, comment les voleurs ont pu démonter toutes ces pièces. Cette victime de vol a fait savoir que les voleurs prennent assez de temps pour voler de façon qu’ils démontent toutes ces pièces sans aucun bruit de façon que les gens qui sont à l’intérieur de la maison n’entendent pas. Notre interlocuteur pense que ces voleurs collaborent avec les propriétaires des petits garages qui se trouvent dans différents quartiers. Les patrons de ces garages achètent ces pièces à bas prix pour les revendre  après.Pour lutter contre ce genre de vol, notre source a fait savoir qu’il est nécessaire que les gens qui habitent dans un même quartier s’organisent. Ils devraient par exemple recruter des sentinelles afin de contrôler les mouvements des gens pendant la nuit. A ce moment, il serait difficile aux voleurs de monter sur les clôtures des parcelles pour voler. Encore plus, les habitants du quartier devraient laisser les lampes de l’extérieur de la maison allumées pour que ces voleurs ne profitent pas de l’obscurité.   

Lucie Ngoyagoye

 

Page 1 sur 276

Ouvrir