Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PARTI CNDD-FDD> Remise d’aide alimentaire aux ménages les plus vulnérables de la commune Gihanga

La population est appelée à ne pas se rendre mais plutôt à continuer de travailler

 

DSC 2174La représentation du parti CNDD-FDD au niveau national a procédé à la remise d’aide alimentaire à la population la plus vulnérable de la commune Gihanga de la province de Bubanza, le mardi 7 février 2017. Cette aide de 12 tonnes a été distribuée à 600 ménages des deux zones de la commune Gihanga dont Buringa et Gihanga. La population de Gihanga a été exhortée à ne pas se rendre mais plutôt à continuer de travailler.

 

La représentation nationale du parti CNDD-FDD a procédé à la remise d’une aide alimentaire à la population la plus vulnérable de la commune Gihanga en province de Bubanza. Cette aide de 12 tonnes était composée par 6 tonnes de haricots, 3 tonnes de riz et 3 tonnes de farine de maïs. Elle était destinée à 600 ménages les plus vulnérables choisis dans les zones de Buringa et Gihanga de cette commune de Gihanga.

Ne pas vendre l’aide reçue

Dans son mot d’accueil, le conseiller socioculturel du gouverneur de Bubanza, Gaspard Nkurikiye, a remercié vivement la représentation du parti CNDD-FDD au niveau national pour avoir pensé à la population de Gihanga. La population de cette commune est très menacée par la disette suite à la sécheresse. Mine de rien, il a signifié que la paix et la sécurité sont au top dans la province de Bubanza. M.Nkurukiye a demandé à la représentation nationale du parti CNDD-FDD de continuer à venir en aide à tous ceux qui sont dans le besoin plus que les autres. Il a demandé en plus à la population bénéficiaire de Gihanga de consommer ces aliments au lieu de les vendre dans le but de chercher de la viande ou du poisson frais.
Au nom de la représentation nationale du parti CNDD-FDD, Athanase Hatungimana a indiqué que ce parti l’a envoyé avec cette aide alimentaire afin qu’il la donne à la population la plus vulnérable de la commune Gihanga sous menace de disette à cause de la sécheresse. Cette population a cultivé mais n’a pas récolté suite à cette sécheresse, ce qui a causé une disette chez elle. Cent vingt-cinq ménages de la zone Buringa et 475 ménages de la zone Gihanga, tous parmi les plus vulnérables se sont partagés les douze tonnes.

L’aide n’est pas destinée aux Bagumyabanga seulement mais aussi à ceux d’autres formations politiques

M.Hatungimana a fait savoir que cette aide n’est pas destinée aux Bagumyabanga seulement mais plutôt à tous ceux qui en ont besoin y compris les partisans des autres partis politiques. Dans le parti CNDD-FDD, tous les Burundais sont au pied d’égalité. Nous sommes venus pour vous montrer l’esprit de l’amour et du partage, a dit M.Hatungimana.
Cette aide est le résultat de l’appel que la représentation du parti CNDD-FDD a lancé à tous les Bagumyabanga surtout les fonctionnaires de l’Etat œuvrant dans différents domaines afin qu’ils puissent contribuer, a laissé entendre M.Hatungimana. Les autres provinces sont aussi dans le besoin raison pour laquelle nous sommes en train de collecter une aide afin de leur venir en aide, a-t-il ajouté.
La population de Gihanga a été exhortée de ne pas se rendre tout en continuant à travailler et à assurer la paix et la sécurité. Gardez l’espoir, Dieu Tout Puissant est avec le peuple burundais, l’avenir est certain, a dit M.Hatungimana. Ce dernier a demandé à la population de la commune Gihanga d’user de tous leurs forces en irriguant les champs avec les eaux des petites rivières les plus proches. Les choses ont changé, changez aussi de mentalités, a-t-il souligné.

Martin Karabagega

 

EDITORIAL> Prenons nos ancêtres pour modèles afin d’asseoir notre unité

La date du 5 février étant tombée le Dimanche, jour de partage de la prière pour tous les chrétiens du monde entier, la journée dédiée à l’unité a été célébrée le lundi à travers tout le pays. Comme il l’a toujours fait en pareille circonstance, le Président de la République Pierre Nkurunziza avait, samedi, adressé un message à la nation dans lequel il a notamment tracé la voie à suivre pour achever l’œuvre d’édification de l’unité nationale, héritage inestimable de nos ancêtres. Le chef de l’Etat a souligné la nécessité d’approfondir la réflexion sur la problématique de nos difficultés et de nos insuffisances et sur la démarche la plus appropriée pour atteindre cet objectif, les plus grands espoirs étant fondés sur les résultats attendus de l’objectif à atteindre, celui d’une unité nationale solidement construite. Pour y parvenir, le chef de l’Etat a indiqué un certain nombre de valeurs positives qui doivent être les nôtres dont la dignité, la solidarité, l’honnêteté, la charité, la vie en paix avec les autres, la justice, la tolérance, la réconciliation, la vérité et le respect de la vie d’autrui, les meilleurs modèles à suivre pour cela étant nos ancêtres, véritables bâtisseurs de l’unité nationale.
Comme nous aujourd’hui, nos ancêtres étaient Hutu,Tutsi et Twa. Comme nous aujourd’hui, nos ancêtres parlaient une seule et même langue, le Kirundi et jouissaient d’une même culture. Comme nous aujourd’hui, nos ancêtres vivaient sur de belles collines verdoyantes, cultivant dans les mêmes champs, empruntant les mêmes sentiers et puisant aux mêmes sources d’eau. Mais contrairement à eux, nous avons détruit, de nos propres mains, ce qu’ils ont mis tant de temps pour construire à la sueur de leur front : Un Burundi profondément uni et paisible. Y’a-t-il meilleurs modèles suffisamment prégnants pour exercer une influence positive sur nous-mêmes, sur les générations montantes et à venir que nos ancêtres ?
Vingt-cinq ans après la création de la fête de l’unité et 26 ans après l’adoption de la charte de l’unité, demeurons attachés aux pas de nos ancêtres, animés d’une volonté ferme de réussir là où nous avons échoué en raison des crises répétitives que le pays a connues dans le passé et qui ont profondément affecté l’unité nationale. Pour rompre avec ce passé douloureux, référons-nous constamment à la voie tracée par le chef de l’Etat dans son message à la nation. Faisons nôtres toutes ces valeurs positives qui constituent en réalité des règles de vie commune, des règles de cohabitation pacifique, des guides de reconnaissance de la valeur d’autrui. Le temps étant venu de nous réconcilier avec notre passé tourmenté pour faire de notre pays une terre de cohésion nationale et sociale, de tolérance et de fraternité, il devient impérieux de rappeler sans cesse ces valeurs, notamment aux jeunes souvent désorientés par le comportement des adultes, qui les incitent et les encouragent à la haine, à l’intolérance, à la violence, au lieu d’être des modèles positifs d’identification.
Ving-cinq ans après la création de la fête de l’unité et 26 ans après l’adoption de la charte de l’unité, nous avons besoin d’entendre la voix de ceux qui proclament l’amour de l’autre dans une société désireuse de réconciliation, de justice et de paix. Il s’agira là d’un apport essentiel et positif de nature à nous conduire à une réconciliation effective avec nos semblables, chemin nécessaire pour la construction d’une même communauté de destin. Suivons la vraie boussole, celle qui nous indiquera la bonne route à suivre.

Louis Kamwenubusa

 

26e anniversaire de la charte de l’Unité nationale> Cérémonies dans la province de Bubanza

Le président de l’Assemblée nationale a invité les réfugiés à rentrer dans leur patrie

 

uniLa population de la province de Bubanza a commémoré, comme dans les autres provinces du pays, le 26e anniversaire de la charte de l’Unité nationale le lundi 6 février 2017. Au nom du gouvernement du Burundi, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda et son épouse se sont associés à la population de cette province.

 

Le président de l’Assemblée nationale et son épouse étaient accompagnés par tous les cadres et agents de l’Assemblée nationale et les élus de cette circonscription. Il y avait aussi des responsables administratifs de différents services de la province et des communes. Les cérémonies ont eu lieu au stade de Musenyi en commune Mpanda.
Les céremonies ont débuté par une messe célébrée à la succursale de Gifurwe de la paroisse Muzinda. Ensuite, elles ont été suivies par le dépôt de gerbes de fleurs au monument de l’Unité nationale de la commune Mpanda, Après, tout le monde s’est rendu au stade de Musenyi où les invités ont assisté à un long défilé suivi de discours de circonstance. L’ambiance était de fête.

Dépôt de gerbes de fleurs
Au monument de l’unité, quatre gerbes de fleurs ont été déposées : celle du président de l’Assemblée nationale et son épouse, celle du gouverneur de province, Tharcisse Niyongabo, celle de la commune Mpanda et celle de la Coalition des partis politiques agréés (Copa)

«Le calme et la sécurité règnent sur toute la province »

Plusieurs discours ont été prononcés au stade de Musenyi : celui de l’administrateur de la commune Mpanda, Frédéric Congera, celui du gouverneur de province et celui du président de l’Assemblée nationale.
Dans son discours d’accueil, le gouverneur de province Tharcisse Niyongabo a indiqué que cette journée dédiée à la charte de l’unité nationale est célébrée dans sa province au moment où le calme et la sécurité règnent partout dans la province.
Tharcisse Niyongabo a cependant indiqué qu’un seul défi persiste dans sa province à savoir celui lié au manque de pluies dans les communes situées dans la région naturelle de l’Imbo. « Environ trois mille familles n’ont rien à mettre sous la dent », a déploré M. Niyongabo. Il a salué l’esprit de solidarité et de fraternité qui ont caractérisé la population des autres communes en volant aux secours des familles affamées. Il a aussi remercié sincèrement toute personne qui a déjà assisté ces familles menacées par la famine.
Il a profité de l’occasion pour lancer un appel aux autres qui n’ont pas encore réagi de le faire incessamment.
Au niveau du développement, M. Niyongabo a indiqué que malgré le défi lié à la famine, sa province s’attèle aux travaux de développement. A titre d’exemple, elle est en train de construire un stade qui remplira toutes les conditions d’un stade international. Elle est en train de finaliser également un bâtiment qui va abriter les bureaux de la province.
Toujours au niveau du développement, la province voudrait construire des marchés dans les zones de chaque commune. Pour les communes Mpanda, Musigati et Rugazi, leurs projets sont très avancés, a indiqué Tharcisse Niyongabo . Il a invité les autres communes à emboîter le pas à celles dont les projets sont déjà visibles.

« L’unité, source intarissable de paix et de développement »

Pascal Nyabenda a indiqué qu’il avait l’honneur de représenter le président de la République dans ces cérémonies célébrées sous le thème: « Consolidons l’unité, source intarissable de paix et de développement durables ».
Il a rappelé que cette journée est spéciale parce qu’elle arrive au moment où la paix et la sécurité règnent à travers tout le pays. Il a alors invité les réfugiés à rentrer dans leur patrie pour contribuer à son développement. Il a ensuite lu l’intégralité du message que le président de la République, Pierre Nkurunziza a adressé à la nation
le 5 février 2017 à l’occasion du 26e anniversaire de la Charte de l’unité nationale.

A la messe
L’archevêque de Bubanza, Jean Ntagwarara qui a présidé les cérémonies de la messe de circonstance a indiqué dans son homélie, qu’il a participé à l’élaboration de la charte de l’unité nationale. « Cette charte a été acquise difficilement, c’est pour cela que nous devons la préserver », a-t-il dit. Il a demandé de prier pour le Burundi et pour les autres pays du monde qui sont en guerre.
A ceux qui croient, il a demandé d’être le modèle des autres pour qu’on arrive à l’unité parfaite, différente de l’unité centrée sur les paroles et les chansons.
Cette unité qu’on cherche a quatre piliers : la vérité, la dignité humaine, la justice et l’amour du prochain, a-t-il encore dit.
Floride Ndakoraniwe

 

SENAT DU BURUNDI> Ouverture de la session ordinaire de février 2017

« Au cours de cette session de février, sept projets de loi seront analysés et adoptés »

 

seLe Sénat du Burundi a procédé, le lundi 06 février 2017, à l’ouverture solennelle de la session parlementaire ordinaire de février 2017. C’était également une occasion d’échanger les vœux de nouvel an entre tous les parlementaires ainsi que tout le personnel du Sénat. « Sept projets de loi seront analysés et adoptés au cours de cette session de février », a annoncé le président de la chambre haute du parlement.

 

Dans son discours d’ouverture, Révérien Ndikuriyo, président du Sénat du Burundi, a d’abord souhaité les meilleurs voeux à tous les sénateurs ainsi qu’à tout le personnel du sénat. « Que l’année 2017, soit pour vous une année de paix et de production abondante, une année pleine de succès », a-t-il dit. M. Ndikuriyo a ajouté que, malgré ceux qui ont tenté de diviser les Burundais sur base des critères ethniques, les festivités marquant le 26e anniversaire de l’adoption de la charte de l’unité nationale attestent bel et bien que cette unité existe entre les Burundais. « Au cours de cette session de février, sept projets de loi seront analysés et adoptés. Pour cela, tous les sénateurs doivent redoubler d’efforts en vue de représenter la population et combattre pour son bien être. », a précisé M. Ndikuriyo.

Des activités louables ont été accomplies

Ce dernier a félicité les sénateurs pour les activités louables qu’ils ont accomplies durant les vacances parlementaires du mois de janvier. Il a cité différentes descentes que les sénateurs ont effectuées sur les petites entités administratives des différentes collines du Burundi et en rejoignant la population dans les travaux de développement communautaire. « Durant ces descentes effectuées, les sénateurs ont rencontré différents représentants des confessions religieuses dans le but de définir ensemble une vision commune dans la consolidation de la paix et la sécurité », a affirmé M. Ndikuriyo, tout en précisant que cette catégorie de gens joue un rôle prépondérant dans la construction du pays. Car selon lui, les représentants des confessions religieuses sont chargés de la spiritualité de leurs adeptes. Il a également félicité les autorités du ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique qui leur ont emboîté le pas en collaboration avec ses représentants, pour élire ensemble ceux qui vont assurer le suivi du fonctionnement des différentes confessions religieuses, afin de mettre sur pied des garde-fous et remédier aux nombreuses lacunes qui s’observent.

Se rendre compte des réalités sur terrain

« Nous demandons avec insistance aux parlementaires européens de ne pas rester dans leurs bureaux, mais de visiter le Burundi pour se rendre compte des réalités sur terrain. Et cela leur évitera de faire des dénonciations gratuites sur notre pays », a informé M. Ndikuriyo. Ce dernier a signalé que, concernant les Burundais qui sont dernièrement libérés par la grâce présidentielle, la population est appelée à bien les accueillir, et à les traiter comme des frères et sœurs, mais aussi à les inviter à partager les travaux de développement, car ce sont des enfants du pays.
Le président du Sénat a terminé son discours en appréciant la mesure prise par le gouvernement du Burundi pour que les forces de défense burundaises qui se donnent corps et âme, au péril de leur vie, dans la restauration de la paix et la sécurité à l’étranger, soient traitées au même pied d’égalité que celles des autres pays afin qu’elles perçoivent leurs salaires à temps conformément à l’accord signé entre la république du Burundi et l’Union africaine en 2007. « Et nous demandons au gouvernement de suivre toujours de près la mise en application de ces accords ainsi que d’autres accords relatifs à cette activité », a insisté M. Ndikuriyo.

Avit Ndayiragije

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Ouverture de la session ordinaire de février 2017

Sept projets de loi seront analysés et votés

 

DSC 0385La chambre basse du Parlement burundais a ouvert, le lundi 6 février 2017, la session ordinaire du mois de février 2017. A cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a fait le point sur les différents projets de loi qui seront analysés et votés.

 

Les activités ont été ouvertes par une minute de silence en mémoire et en honneur de feu le député Emmanuel Niyonkuru, ministre de l’Eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, assassiné en date du 1er janvier 2017.
Pascal Nyabenda a, ensuite, souhaité aux députés un bon retour des vacances parlementaires de janvier 2017. Ce congé, disait-il, a permis aux membres de l’Assemblée nationale de se rapprocher davantage de la population surtout en réalisant différentes activités ensemble avec la population.

L’Assemblée nationale remplira sa mission d’analyser et de voter des lois

Au cours de cette première session ordinaire de l’année 2017, l’Assemblée nationale remplira sa mission d’analyser et de voter des lois. M. Nyabenda a fait le point sur l’agenda qui lui a été transmis par le gouvernement du Burundi qui comprend sept projets de loi.
Le premier projet de loi est relatif à l’insolvabilité du commerçant au Burundi. Le deuxième porte sur le système national de paiement. Le troisième porte sur la ratification par la république du Burundi de l’accord modifiant pour la deuxième fois l’accord de partenariat entre les membres du groupe des Etat d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique d’une part et la communauté européenne et ses Etats membres d’autre part signé à Cotonou le 23 juin 2000 et modifié pour la première fois à Luxembourg le 25 juin 2005. Le quatrième porte sur la ratification par la république du Burundi de l’accord sur l’établissement d’une force en attente d’Afrique orientale. Le cinquième porte sur la ratification par la république du Burundi du Protocole sur les mesures sanitaires et phytosanitaires de la Communauté est-africaine. Le sixième porte sur la ratification par la république du Burundi du Protocole de la Communauté est-africaine sur la paix et la sécurité. Le dernier projet porte sur la ratification par la république du Burundi de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement de la république du Burundi et le gouvernement de la république de Turquie signé à Ankara en Turquie.

Le contrôle de l’action gouvernementale

En ce qui concerne le contrôle de l’action gouvernementale, des questions orales et écrites seront également régulièrement adressées aux membres du gouvernement, a mentionné le président de l’Assemblée nationale. Les députés pourront également se rendre compte des réalités socio-économiques du pays, à travers des descentes sur terrain, et ne manqueront pas de sensibiliser la population sur le contenu des politiques nationales.
L’Assemblée nationale est préoccupée par la faible récolte pour la saison culturale qui s’achève. Elle lance un appel au gouvernement du Burundi et à tous les acteurs étatiques et non-concernés pour qu’ils poursuivent leurs efforts et assurent la sécurité alimentaire.
En outre, le gouvernement du Burundi est appelé à multiplier les projets de développement et à consolider sa politique financière, surtout en ce moment où certains pays ont suspendu injustement leurs accords de coopération économique avec le Burundi.

Eric Mbazumutima

 

 

Présidence de la République > Présentation des lettres de créance de cinq nouveaux ambassadeurs dont celui du Japon

Ils se sont engagés à appuyer et à plaider pour le Burundi

 

DSC02682Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience, le mardi 7 février 2017, au palais présidentiel de Ngozi, cinq nouveaux ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires qui venaient présenter les lettres de créance pour représenter leurs pays au Burundi. Il s’agit de l’ambassadeur Takayuki Miyashita du Japon; Theresia Samaria de la Namibie ; Abdulla Al Takkawi des Emirats arabes unis ; Paul Sherlock de l’Irlande du Sud et Guy Nestor Itua du Congo Brazzaville. Leurs lettres de créance ont été acceptées par le chef de l’Etat et ils ont échangé sur la coopération entre leurs pays respectifs et le Burundi.

 

A la sortie de ces audiences, le porte-parole adjoint du président de la République, Jean Claude Karerwa, a indiqué qu’il s’agissait d’une cérémonie traditionnelle de présentation des lettres de créance pour ces ambassadeurs. Selon lui, ces lettres de créance étaient accompagnées par des salutations provenant des homologues du chef de l’Etat qui souhaitent les meilleurs vœux au peuple et au gouvernement burundais ainsi qu’au chef de l’Etat. Ces nouveaux ambassadeurs venaient réaffirmer l’engagement de leurs pays respectifs à continuer la coopération entre leurs pays et le Burundi a indiqué M. Ndenzako. Il a ajouté que la République de Namibie souhaiterait par exemple qu’un consul honoraire soit implanté au Burundi pour faciliter la coopération entre les deux pays. En plus de cela, elle aimerait aussi s’engager avec le Burundi en matière de l’agro- industrie et surtout pour les fruits et les légumes.
Selon toujours M. Ndenzako, la République de l’Irlande soutient le dialogue entre les Burundais pour trouver eux-mêmes des solutions à tous leurs problèmes. Elle souhaiterait en plus que les rapports entre le gouvernement burundais et l’Union européenne soient renormalisés. Il a promis de fournir beaucoup d’efforts pour que la situation revienne à la normale. Le nouvel ambassadeur du Japon, quant à lui, apprécie le niveau de paix et de sécurité que le Burundi a atteint ces derniers jours et il a promis que les fonctionnaires de la coopération internationale japonaise qui ont quitté le Burundi suite aux troubles qui ont suivi les manifestations insurrectionnelles au Burundi en 2015 puissent revenir au Burundi pour que la coopération reprenne en bonne et due forme.
Le chef de l’Etat leur a ainsi souhaité plein succès dans leur travail. Il a également rappelé que le Burundi est un pays respectueux et qui à son tour voudrait être respecté par d’autres pays dans le respect mutuel, mais aussi dans le respect des dispositions en matière de relations et de coopération internationales en vigueur. Il leur a également parlé d’où vient le Burundi, de l’étape déjà franchie et de ce qui est en train d’être fait pour le renforcement de la démocratie, de la paix et de la sécurité. Il a également promis que le Burundi ne ménagera aucun effort pour poursuivre cette coopération.
Astère Nduwamungu

 
Ouvrir