Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère en Charge de la Sécurité Publique> Présentation des réalisations semestrielles

Toutes les actions prévues dans le Plan d’action ont été réalisées à 100%

0001 bunyoni 2Le ministre de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes a présenté les réalisations du premier semestre couvrant la période du mois de juillet au mois de décembre 2019. Etant donné que l’année fiscale de l’Etat débute le 1er juillet de chaque année pour se terminer au 1er juillet de l’année qui suit, le Commissaire  de police général, Alain Guillaume Bunyoni, a dit que les activités menées et les Plans d’actions exécutés ont été réalisés à 100%. 

Dans le domaine des travaux communautaires, le ministre Bunyoni a indiqué que le ministère a réalisé 13 travaux communautaires pour accompagner le projet Ewe Burundi urambaye qui consiste à la reforestation de notre pays. Ledit projet a permis de préparer 31 pépinières de plants d’arbres dans le cadre de ce même projet. Dans le cadre de la communication, de l’information et de l’interaction entre le personnel dudit ministère, ce dernier a tenu 12 réunions avec les cadres de ce ministère dans toutes les régions de police et 2 260 causeries éthiques pour intensifier le dialogue social et la communication. Des mesures ont été prises pour diminuer la lenteur administrative au niveau de certains services plus sollicités par la population surtout dans la délivrance des attestations ainsi que dans la délivrance des permis de conduire au niveau de la Police de sécurité routière, dans la délivrance des documents de voyage au niveau de la Police des migrations et au niveau de l’hôpital de police . Des mesures ont été renforcées et les délais ont été respectés. 

Une nette amélioration comparativement à la période précédente

Quant aux actions propres au ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes, le Commissaire de police général Alain Guillaume Bunyoni a indiqué que la situation sécuritaire a été très bonne et n’a cessé de s’améliorer au cours de cette période. Toutefois, des cas de criminalité communs, des cas d’accident et des cas d’inondation relevant des catastrophes naturelles ont été signalés.  Ainsi,  le ministre dit que des actions ont été menées, notamment 610 fouilles perquisitions au niveau de tout le territoire national. Plus de 50 armes à feu ont été saisies, 197 grenades à mains, plusieurs munitions et plusieurs effets de police saisis. Mille quatre cents quatre-vingt deux bandes de criminels ont été démantelées dont plus de 3 704 présumés auteurs de diverses infractions appréhendées. Plus de vingt trois mille dossiers judicaires ont été traités. Parmi ces derniers 22 323 ont été clôturés et transmis au ministère public. A travers l’Inspection générale de la police, 7 descentes ont été réalisées auprès des services décentralisés dans le cadre de suivi et évaluation. La lutte contre la consommation des boissons prohibées, la fraude et la consommation des stupéfiants  figure aussi parmi les tâches quotidiennes de la Police. Des actions ont été menées en rapport avec ces domaines. Comparativement à la période précédente, la sécurité s’est nettement améliorée grâce aux mesures préventives et aux actions qui ont été menées pour la sauvegarde de la sécurité. A titre illustratif, les grenades saisies ont diminué de 43, 4% ; les fusils de 4% pendant que les boissons prohibées ont diminué de 28,3%.Il n’a pas manqué de signaler que le ministère a aussi élaboré un Plan de sécurisation du processus électoral de 2020. Le ministre Bunyoni a fini ses propos en remerciant le personnel dudit ministère pour son dévouement au travail. 

Blandine Niyongere

 

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée au directeur exécutif du Programme alimentaire mondial

Le PAM s’engage à accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de son PND 2018-2027

00012azeLe Deuxième vice-président de la République du Burundi, Joseph Butore, a reçu en audience, le mardi 14 janvier 2020, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley. Au cours de leurs échanges, M. Beasley a réaffirmé l’engagement de cette institution à accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de son Plan national de développement (PND) 2018-2027.


Selon le communiqué de presse émanant du Bureau Presse et communication à la Deuxième vice-présidence de la République, le directeur exécutif du PAM a réaffirmé l’engagement de cette institution à accompagner le gouvernement du Burundi dans la mise en œuvre de son Plan national de développement (PND) 2018-2027. M. Beasley a encouragé et félicité le gouvernement du Burundi pour les progrès réalisés dans tous les secteurs notamment la lutte contre la malnutrition. Selon lui, le Programme des cantines scolaires a énormément contribué à la diminution du taux d’abandons scolaires d’une part, et à l’augmentation du taux de réussite scolaire d’autre part. Il est à noter qu’un tiers des aliments ou produits que le PAM utilise dans le Programme de cantines scolaires sont achetés localement.  M. Beasley a dit que le PAM va travailler avec le secteur privé notamment en appuyant les entreprises privées qui œuvrent dans la transformation des aliments notamment la fortification des aliments. Selon le même communiqué,  le Deuxième vice-président de la République  a remercié le directeur exécutif du PAM pour la visite et tous les appuis techniques et financiers qu’il ne cesse d’accorder au gouvernement du Burundi en vue d’assister les groupes les plus nécessiteux en matière de nutrition. Joseph Butore a informé son hôte que les priorités du PND convergent avec celles du gouvernement car le chapitre de la lutte contre la malnutrition trouve une place de choix dans le PND.  Ce document signale également que le PAM, en plus du Programme de cantines scolaires, appui le gouvernement dans la lutte contre la malnutrition, l’assistance aux réfugiés, les groupes vulnérables et bien d’autres. Le même communiqué précise que Joseph Butore a  réaffirmé l’engagement du gouvernement du Burundi à travailler en étroite collaboration avec cette institution en vue de renforcer l’état nutritionnel de la population burundaise, pour  améliorer la santé de cette dernière.  Car, si la santé est améliorée, le peuple et le pays se développeront en conséquence, puisque les moyens qui devraient être réservés aux soins de santé seront orientés aux projets de développement. 
Emélyne Iradukunda

 

Parlement > Présentation du rapport annuel des activités de la Commission vérité et réconciliation

« Les enquêtes déjà menées arrivent à une étape satisfaisante »

0aa Le président de la Commission vérité et réconciliation (CVR), Pierre claver Ndayicariye, a présenté devant les deux chambres du parlement,  le mardi 14 janvier 2020, le rapport d’étape des activités réalisées au cours de l’année 2019. Il a été indiqué qu’il existe beaucoup de fosses communes dans tout le pays et que 142.505 victimes sont déjà identifiées.  Bien plus, beaucoup de gens n’ont pas encore donné leur témoignage à cause de la peur mais aussi par le fait que la CVR n’est pas encore arrivée dans tous les coins du pays à cause du manque des moyens financiers et matériels. 


Au cours de la présentation de ce rapport, le président de la CVR a commencé par remercier les différents organes et institutions de l’Etat pour avoir soutenu les activités de la Commission. Selon lui, les crises qui ont endeuillé le Burundi sont nombreuses et ont fait beaucoup de victimes. D’où l’existence de plusieurs fosses communes dans différents coins du pays. Parlant des informations contenues dans ce rapport, M. Ndayicariye a fait savoir qu’elles proviennent des dépositions faites par les membres des familles des victimes  ou des témoins oculaires d’une part, et des auditions faite par les membres de la CVR au cours des descentes effectuées sur terrain surtout dans les endroits où des fosses communes ont été identifiées ainsi que des archives, d’autre part. Il a ainsi invité tout Burundais détenteur d’informations en rapport avec les fosses communes qui ne seraient pas encore identifiées de les livrer à la Commission. 

Pas mal de victimes sont déjà identifiées

 Toujours en rapport avec ce rapport, le président de la CVR a informé les parlementaires et tous les Burundais que la Commission dispose, jusqu’aujourd’hui d’une identification de 142 505 victimes tuées et d’autres qui sont portées disparus au cours des événements tragiques que le Burundi a connus. La Commission dispose de leur identification quant à, leurs régions d’origine, leur état civil, leur date de naissance, les conditions dans lesquelles elles ont été tuées ou portés disparues, quand elles ont été tués, etc. Il a indiqué que les auteurs de ces tueries sont aussi connus et qu’ils proviennent de toutes les ethnies. D’après M. Ndayicariye, il y a encore beaucoup de Burundais qui détiennent des informations mais qui n’ont pas encore eu l’occasion de dire ce qu’ils savent. Il a aussi fait savoir qu’il y a d’autres personnes qui savent beaucoup de choses sur les crimes qui ont été commis au Burundi mais qui ne veulent pas ou refusent de parler à cause de la peur ou tout simplement  parce que la CVR n’est pas encore arrivée dans tous les coins du pays. M. Ndayicariye a aussi informé que  la campagne nationale de collecte des informations n’a pas encore commencé à cause du manque de moyens financiers et matériels. Toutefois, a-t-il souligné, les enquêtes menées dans certains coins où il y a eu déjà l’identification des fosses communes et déterrement des restes humains arrivent à une étape satisfaisante. Il a fait savoir qu’au cours de l’année 2019, la CVR  a travaillé surtout dans la commune Mabanda de la province de Makamba ; dans la zone Kivyuka, commune Musigati de la province de Bubanza ; dans la zone Makamba de la commune Rusaka  en province de Mwaro ; dans la zone Bugarama de la commune et province de Muramvya, etc. Les fosses communes identifiées contenaient des gens qui ont été tués au cours de différentes crises qu’a connues le Burundi. 

Pas mal de fosses communes sont déjà identifiées dans toutes les provinces

D’après le président de la Commission vérité et réconciliation, les activités qui étaient prévues pour l’année 2019 n’ont pas été toutes réalisées. Cela à cause de certains défis liés au manque de moyens de déplacement et du personnel suffisants au bureau de la CVR et dans les provinces. C’est aussi suite à l’insuffisance du matériel qui les aiderait à accomplir efficacement leur mission. Malgré ces défis, il n’a pas manqué de présenter le nombre de fosses communes déjà identifiées dans chaque province. Tenez : en mairie de Bujumbura  74 ; province de Ngozi 337 ; à Karusi 91 ; à Mwaro 181 ; Muramvya 315 ; Ruyigi 133 ; Rumonge 396 ; Bururi 88 ; Makamba 207 ; Cibitoke 345 ; Bubanza 240 ; Kayanza 322 ; Kirundo 200 ; Rutana 119 ; Gitega 640 ; Muyinga 184, Cankuzo 41 et Bujumbura 250. Dans quelques coins des provinces de Bubanza, Mwaro, Makamba et en mairie de Bujumbura, les restes humains sont déjà déterrés et sont conservés d’une façon provisoire. Les habits et les matériels utilisés pour tuer ces gens trouvés dans ces fosses communes seront conservés dans un musée, comme l’a souligné M. Ndayicariye. Les victimes identifiées ont été tuées en 1972 et d’autres en 1993 après l’assassinat du président Melchior Ndadaye. Il a aussi informé que certains pays étrangers, comme la Belgique et l’Allemagne, sont prêts à collaborer et donner des informations surtout les archives à la CVR. Le dialogue a déjà commencé là-dessus, a-t-il ajouté.  

La CVR se heurte à quelques défis

Parlant des défis que rencontre la CVR dans l’accomplissement de sa mission, Pierre Claver Ndayicariye a indiqué qu’il y a un manque de renforcement des capacités du personnel de la CVR ; l’insuffisance des moyens financiers, matériels et du personnel tant au siège de la CVR que dans les provinces ; le manque des experts multidisciplinaires, comme prévus dans la loi instituant la CVR ; l’étroitesse des bureaux au siège de la CVR, ce qui handicape la conservation des archives et le déroulement des audiences publiques pour ceux qui viennent faire des dépositions, etc. Le président de la CVR n’a pas manqué d’émettre quelques doléances. Il a demandé que la Commission puisse bénéficier des moyens de déplacement, du personnel suffisant pour pouvoir arriver dans tout le pays ; d’avoir des moyens financiers suffisants car sa mission limitée dans le temps nécessite d’importants moyens pour collecter les archives. Pour protéger les membres du personnel de la CVR contre le traumatisme, il a demandé qu’on leur octroie des moyens pour prendre un congé loin du lieu de travail puisqu’ils rencontrent des choses traumatisantes sur terrain comme le déterrement des os, etc. Il a aussi demandé des moyens pour la campagne nationale de collecte des données sur les personnes assassinées et disparues, les personnes burundaises et étrangères qui ont protégé les vies humaines pendant les différentes crises, les personnes qui ont accordé le pardon, les personnes présumées auteurs qui ont bénéficié du pardon ainsi que pour l’identification et la cartographie des fosses communes. Faisant des analyses et commentaires sur ce rapport, les parlementaires ont félicité la CVR pour le travail déjà abattu.  Par rapport aux défis présentés, ils ont tous été unanimes qu’il faut octroyer à la Commission tous les moyens nécessaires pour lui faciliter la tâche dans l’accomplissement de sa mission. Ils ont invité tous les Burundais à soutenir les activités de la Commission afin qu’elle puisse conduire à bon port les missions lui assignées. Quant à la construction du monument en mémoire de toutes ces victimes, beaucoup de parlementaires ont convergé sur le fait qu’il faudrait qu’il y ait construction d’un seul monument national pour toutes les victimes des différents événements tragiques qui se sont déroulés au Burundi. Toujours à propos de ces événements, certains parlementaires trouvent que les étrangers qui ont introduit des idéologies divisionnistes au Burundi sont aussi responsables de toutes les crises ethniques qu’a connues le Burundi et qu’il faudrait que la CVR puisse aussi travailler là-dessus. Ils ont ainsi invité tout Burundais à couper court avec ces idées divisionnistes  pour construire le   Burundi tel qu’il était avant l’arrivée des colonisateurs car les Burundais vivaient dans l’harmonie sociale et il n’y avait ni divisions, ni tuéries à caractère ethnique. 

Astère Nduwamungu

 

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES> Audience accordée à son homologue Chinois

Les échanges ont essentiellement porté sur la coopération sino-burundaise

000zezea000aqzaLe  samedi 11 janvier 2020, Ezéchiel Nibigira, ministre burundais des Affaires étrangères, a reçu en audience, Wang Yi, conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine. Les échanges entre ces deux grandes personnalités ont essentiellement porté sur le renforcement des relations d’amitié et de la coopération sino-burundaise.


A  la sortie de l’audience, M. Nibigira, ministre burundais des Affaires étrangères, a d’abord indiqué que les échanges ont porté sur le renforcement de la coopération sino-burundaise en général, mais plus particulièrement, que chaque partie a eu une meilleure occasion de réitérer son engagement ferme sur le soutien mutuel en ce qui concerne les questions d’intérêts vitaux et de préoccupations majeures. M. Nibigira a ensuite ajouté que le chef de la diplomatie chinoise a donc renouvelé au gouvernement du Burundi le soutien indéfectible dans la lutte contre toute tentative  d’atteinte à la souveraineté de notre pays, à travers les ingérences extérieures aux affaires intérieures du Burundi, d’où qu’elles viennent, et  « nous lui avons exprimé nos sincères remerciement au nom du gouvernement du  Burundi ». M. Nibigira a souligné que comme tout visiteur de bonne foi, M. Yi est très satisfait de la situation sécuritaire  qui règne dans le pays. En effet, il a de plus  félicité le  gouvernement et le peuple burundais pour le pas franchi en matière de paix et de stabilité,  ainsi que leur détermination à la réussite du processus électoral en cours de préparation.« De notre part et au nom du gouvernement burundais,  nous lui avons notamment réitéré la position du Burundi  sur la reconnaissance  d’une seule Chine, unie et indivisible, en se référant plus précisément à la question de Taiwan », a-t-il informé.En outre, il a dit que le Burundi soutient et continuera à soutenir les initiatives prises par la République populaire de Chine en vue de mettre un terme  aux violences et restaurer l’ordre à Hong Kong.
« M. Yi a apporté des réponses positives aux différentes demandes   de soutien du Burundi»M. Nibigira a précisé que cette audience était aussi une occasion  de recevoir formellement des réponses positives apportées aux différentes demandes de soutien aux projets prioritaires du gouvernement du Burundi, adressées à celui de la Chine. Ainsi donc, il a signalé que  le gouvernement du Burundi vient de bénéficier d’un financement par don pour la construction et la réhabilitation de la piste d’atterrissage et du tour de contrôle de l’Aéroport international Melchior Ndadaye, tandis que le financement du terminal sera négocié ultérieurement.«Une autre bonne nouvelle concerne l’octroi, par le gouvernement chinois, d’un financement  pour la construction d’un nouveau bâtiment du ministère des Affaires étrangères.  Très prochainement, une équipe des experts chinois sera envoyée pour faire des études y relatives », a mentionné M. Nibigira. Enfin, ce dernier a affirmé que le gouvernement du Burundi est très satisfait de l’état actuel des relations entre le Burundi et la Chine, qui se trouvent actuellement au meilleur moment de leur histoire, aussi bien au niveau diplomatique qu’au niveau économique. Quant à M. Yi, il a promis qu’il va plaider auprès des autorités chinoises pour que la coopération entre le Burundi et la Chine continue à aller de l’avant.

Avit Ndayiragije

 

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée au ministre chinois des Affaires étrangères

Le gouvernement du Burundi est très satisfait des relations sino-burundaises

000azeEn marge de sa visite au Burundi, le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères  de la République populaire de Chine, Wang Yi, a été également reçu en audience, dans l’après midi du samedi 11 janvier 2020, par Joseph Butore, le Deuxième vice président de la République du Burundi. M. Butore a remercié très vivement le ministre chinois des Affaires étrangères pour cette visite au Burundi, qui ne vise que le renforcement de la coopération entre nos deux pays. Signalons que cette audience entre ces deux grandes personnalités s’est déroulée à huis clos.

Avit Ndayiragije

 

Présidence de la République > Don de vaches à certains membres du gouvernement

Ils ont été invités à faire des dons aux autres à leur tour

000a12000azertLe président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, continue d’offrir des vaches à différentes catégories de gens. Le samedi 11 janvier 2020 a été le tour de certains membres du gouvernement conduits par le Deuxième vice-président de la République, Joseph Butore. Il leur a demandé qu’à leur tour, ils puissent offrir des dons aux autres pour pérenniser cette bonne pratique d’échange de dons qui date du Burundi ancien.

 Après la remise de ces dons aux membres du gouvernement, le président de la République a indiqué que l’année 2019 a été une année de bénédictions et de succès   pour sa famille. Il a ainsi remercié tous les Burundais qui ont soutenu sa famille en leur offrant des dons de différentes sortes tout en soulignant qu’ils ont été une source de beaucoup de bénédictions durant l’année 2019 surtout à travers cette bonne pratique d’échange de dons. Il a également remercié les membres du gouvernement  d’avoir été des femmes et hommes de confiance et de bons collaborateurs depuis le début de cette législature. Le chef de l’Etat a souligné qu’il a offert ces vaches aux membres du gouvernement pour les soutenir et pour leur remercier de leur bonne collaboration. Il a souhaité que ces dons leur apportent des bénédictions, qu’ils se multiplient et qu’ils leur permettent d’augmenter la production agricole dans leurs ménages. Il leur a demandé qu’à leur tour, ils puissent offrir eux aussi des dons aux autres. Le chef de l’Etat a ainsi informé qu’au cours de cette année, sa famille a offert un don de soixante-neuf vaches à différentes catégories de gens.

« Cette bonne pratique qui a caractérisé nos ancêtres  doit être pérenne afin qu’il y ait une cohésion sociale et un soutien mutuel entre les Burundais dans les moments de bonheur et de malheur ».  Il a ainsi demandé à Dieu de bénir le peuple burundais ainsi que les membres de son gouvernement. Au nom des bénéficiaires, le Deuxième vice-président de la république du Burundi, Joseph Butore, a remercié le chef de l’Etat pour ces dons qu’il a offerts aux différents groupes de gens tout en promettant qu’ils vont suivre les conseils qu’il leur a donnés. Il a aussi promis qu’à leur tour, ils vont offrir des génisses aux autres pour pérenniser cette pratique d’offrir de dons qui a caractérisé le peuple burundais depuis nos ancêtres. Il n’a pas manqué de souhaiter au chef de l’Etat une bonne santé, une longue vie et de demander à Dieu de continuer à lui préserver la vie. 

Astère Nduwamungu

 
Ouvrir