Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Réunion sur la gouvernance des SPP et des EPA

Adopter un manuel de procédures, des plans d’action et d’affaires, quelques unes des solutions proposées

 

DSC00428Le Deuxième vice-président de la République, Joseph Butore, a tenu une réunion à l’intention des responsables des SPP (sociétés privées à participation publique) et Epa (Etablissements publics à caractère administratif) le mardi 31 juillet 2018. Les échanges ont porté sur l’évaluation de la mise en œuvre des recommandations de la réunion du 13 décembre 2017 sur la gouvernance de ces dernières. 

 

Dans son mot introductif, la ministre à la présidence chargée de la Bonne gouvernance, Jeanne d’Arc Kagayo, a rappelé que les recommandations de la réunion de décembre 2017 visaient le redressement des SPP et Epa. Mais, regrette-t-elle, à voir les rapports des différentes inspections, la situation n’a pas été redressée. Certains défis persistent encore, à savoir le manque de transparence, le manque de la culture de reddition des comptes de la société, la violation de certaines dispositions du Code des marchés publics, la non-maîtrise de la masse salariale, etc.Quant à lui, dans son discours d’ouverture des travaux, le Deuxième vice-président de la République a fait savoir qu’après avoir constaté que la plupart des SPP et Epa se retrouvent dans une situation économico-financière difficile, il a été organisé une réunion avec les responsables de ces derniers afin d’arrêter des stratégies de redressement. Notamment, l’organisation des audits financiers, organisationnels et administratifs, chaque entreprise étant appelée à adopter une feuille de route pour sa redynamisation, le respect strict du cadre légal et réglementaire régissant les Epa et les SPP, etc.Différents responsables des Epa et SPP ont présenté la situation actuelle de leurs entreprises. Certains ont montré que la situation est en train d’être redressée tout en évoquant certains défis qui handicapent encore leur production, à savoir les dettes ou, pour certains, c’est le gouvernement qui leur doit beaucoup d’argent.Joseph Butore a laissé entendre qu’au plus haut niveau de l’Etat, la préoccupation de ces entreprises est très importante. D’où cette réunion a fait participer les directeurs généraux, les présidents et leurs adjoints des conseils d’administration de ces entreprises. Il leur a demandé de rester vigilants et rigoureux pour protéger les intérêts des Epa et des SPP sous leur responsabilité. Un accent particulier a été mis sur la question de la maîtrise de la masse salariale par une gestion responsable des ressources humaines. A propos des entreprises qui ont déjà des rapports de redressement, le Deuxième vice-président de la République a demandé à leurs responsables d’adopter dans l’immédiat une feuille de route pour la mise en application des recommandations.M. Butore a été clair en demandant à l’Office burundais des recettes (OBR) et au ministère en charge des finances de recouvrer les dividendes de l’Etat auprès des entreprises dans lesquelles il a des capitaux. Ceci car, parmi les 27 Epa et SPP, cinq seulement ont déjà remis à l’Etat les dividendes qui lui reviennent. Il s’agit, notamment,  de  la  Brarudi : du Fonds de promotion de l’habitat urbain (FPHU), de la Bancobu, de la BCB et du GPSB (Global port services Bujumbura).Pour arriver à une bonne production, Joseph Butore a conseillé aux responsables des entreprises d’adopter un plan d’affaires, un manuel de procédures et un plan d’action annuel. Ce qui leur permettra de faire régulièrement une évaluation et, ainsi, trouver des solutions qui s’imposent à temps.

Amédée Habimana

 

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Visite du président du Sénat

Faire le constat des constructions illégales

 

DSC 0671Accompagné par la commission chargée des questions économiques, budget, finances et environnement et celle permanente chargée des affaires institutionnelles, administratives et juridiques, le président du Sénat, Révérien Ndikuriyo, a effectué une visite dans la ville de Bujumbura, le mardi 31 juillet 2018. L’objet était de faire le constat des constructions illégales. 

 

Dans une interview que la présidente de la Commission chargée des questions économiques, budget, finances et environnement, Immaculée Ndabaneze, a accordée à la presse après la visite, elle a fait savoir que le tour a été fait, notamment, dans les quartiers du nord de la capitale. Lors des vacances parlementaires, le président du Sénat avait demandé à ces deux commissions de faire le constat des constructions anarchiques dans les quartiers de la municipalité de Bujumbura.La visite a commencé à la station d’épuration des eaux usées de Buterere. Autour de cette zone d’épuration, Mme Ndabaneze a indiqué qu’il y a des constructions non autorisées. Les gens qui vivent autour de cette station ne sont pas protégés du point de vue santé. Au quartier Kiyange, les normes de l’urbanisme ne sont pas respectées.Au quartier Muyaga de la zone Gihosha,  les gens ont construit sur les installations de la Régideso, notamment les tuyaux qui alimentent ce quartier en eau. Dans le quartier Kigobe, les gens se sont arrogés le droit de construire sur les versants des rivières tout en détruisant l’environnement, a dit Mme Ndabaneze. A Mutanga Sud, l’on a constaté que des arbres ont été coupés afin d’y construire des maisons sans l’autorisation du ministère en charge de l’urbanisme.Mme Ndabaneze a fait entendre que les deux commissions vont faire le rapport à la plénière du Sénat de ce qu’elles ont vu sur terrain. Le président du Sénat  a constaté que le rapport qui va être fait est objectif. « Après le rapport, nous allons demander  aux autorités habilitées de prendre des décisions afin de redonner à la ville une certaine image qui peut se défendre », a-t-elle dit. A la question de savoir si les infrastructures construites illégalement seront démolies, Mme Ndabaneze a précisé que pour qu’il y ait de l’ordre, il faut que l’autorité compétente prenne cette décision de les détruire.

Martin  Karabagega

 

Province de Guizhou> Souhaiteriez-vous voir accomplir vos prières ?

La croyance en arbre de la minorité Yi

 

DSC0117La liberté de croyance est l’un des droits reconnus à tout le monde.  Selon ce droit, chaque personne adore et prie selon sa croyance. Et, sans doute, la majorité des personnes croit en un Dieu unique tout en espérant voir leurs rèves s’accomplir en lui. Mais, cette croyance n’est pas unanime. Il y a encore  ceux qui ont une croyance particulière à savoir en arbre. La minorité Yi du village de Tuole dans la ville de Liupanshui. 

 

Il y a quelques jours, dans le cadre de la tournée «Ceinture et la route Liupanshui 2018» en province de Guizhou au Sud-ouest de la Chine qui a vu la participation des différents médias d’Asie et certains d’Afrique, nous avons visité le village de Tuole habité par la minorité Yi. Ledit village est composé de plusieurs arbres spéciaux d’après la croyance de cette minorité. Mais ici, je veux revenir sur l’un d’entre eux. Un arbre source de bénedictions,  de guérisons et de prospérité. Un arbre attirant plusieurs touristes. Le rois des arbres de plus de 1 500 ans et bien entretenu chaque jour. « La clôture en bois est entourée par notre roi des arbres. c'est le plus vieux de tous les arbres. Depuis plus de 1500 ans, il a été témoin des changements et du développement du village de Tuolle », a indiqué le chef du village à la rédaction du quotidien Le Renouveau qui était sur place. Cet arbre a plus de 600 fruits suspendus et 220 cm de diamètre à hauteur de poitrine chaque année. Bien que les branches à gauche aient flétri, les branches à droite continuent de pousser avec ténacité. En même temps, il y a de petites branches qui poussent dans le coin inférieur droit. Voici ce qui est étrange sur cet arbre. Autour de ce dernier, il y a beaucoup de rubans rouges suspendus. Ceux-ci sont utilisés pour prier afin d’avoir les différentes bénédictions.      « Chaque fois qu'un enfant ou un vieil homme du village est malade, il vient ici pour accrocher des rubans rouges pour adorer le roi des arbres et prier pour la santé et la sécurité », a indiqué la guide touristique de la tournée, Hu Ting. A côté de cet arbre, il y a une place réservée à la vente des rubans. L’interessé vient, achète un ou plusieurs rubans, écrit ses doléances sur ceux-ci avant de les accrocher sur le roi des arbres. Que ce soit un résident ou un touriste, il écrit sur ce ruban ses doléances sous forme de prière. «Ces doléances peuvent être la bonne santé, un bon travail, le mariage, la sécurité familiale, la prosperité, etc... , a précisé la vendeuse des rubans»

Roi des arbre,  un symbole de longue vie

Selon d’autres informations reccueillies sur place, les gens du village viennent là-bàs pour offrir des sacrifices au roi des arbres chaque année pendant la saison des récoltes de ginkgo biloba. Ils font les différentes danses   afin de prier pour  la pluie de l'année à venir et remercier le roi des arbres pour sa bénédiction. D’après le proverbe du village, toucher le roi des arbres appelé également «l’arbre sacré» est une source  de longue vie.  Cela ne veur pas dire que le fait de toucher cet arbre cent fois  peut coûter cent dollars, mais il peut permettre de vivre  plus de cents ans, car continue-t-il, le roi des arbres est aussi un symbole de longévité. La durée de vie des habitants de ce village est généralement de plus de 80 ans. Selon des recherches d'experts, il a plus de 1 500 ans.  En regardant de plus près, le roi des arbres est comme une énorme sculpture. Ses deux couronnes sont comme deux grosses mains qui battent des mains pour accueillir des invités de toutes les directions. Ce qui est encore plus incroyable, c'est que les branches qui poussent à partir de la couronne de l'arbre portent encore 300 à 500 ginkgo chaque année. On dit que le roi des arbres est «l'arbre sacré» que Dieu a donné à la folie et qu'il est très spirituel.  Liupanshui est situé dans les montagnes Wumeng de l'ouest du Guizhou. Elle est célèbre en Chine pour ses étés frais et confortables. Avec une température moyenne de 19 degrés Celsius, Liupanshui est l'endroit idéal pour échapper à la chaleur torride de l'été. La tournée des médias était organisée conjointement par le Comité municipal de Liupanshui du Parti communiste chinois et le gouvernement municipal de Liupanshui, ainsi que par le quotidien du peuple en ligne.
Vincent Mbonihankuye (à Liupanshui/chine)

 

Ambassade de Chine au Burundi > Clôture de la semaine dédiée au cinéma chinois, édition 2018

« Elle visait à consolider le pont qui relie les peuples chinois et burundais aux langues et cultures différentes »

 

DSC 0077Organisée par l’Institut Confucius en collaboration avec l’ambassade de la République populaire de Chine au Burundi, la semaine du cinéma chinois a été clôturée le samedi 28 juillet 2018 dans les enceintes de l’Université du Burundi. Tous les intervenants se sont réjouis de l’organisation et du déroulement réussis de ces activités durant toute la semaine.  

 

Selon le Directeur de l’Institut Confucius, Joseph Nzeyimana, cette  Semaine s’inscrivait dans le cadre de renforcement et d’extension de l’action de l’Institut Confucius dans sa mission de vulgarisation de la langue et la culture chinoises. Elle visait à promouvoir la compréhension mutuelle entre la Chine et le Burundi ; à renforcer l’amitié entre les deux pays et à faire bien naître davantage la culture chinoise. Bref, à consolider le pont qui relie les deux peuples aux langues et cultures différentes. Selon M. Nzeyimana, cette semaine a été ponctuée par des films sur des thèmes variés portant sur l’histoire de la Chine, l’amour, les pratiques diverses ainsi que les légendes chinoises qui permettent non seulement de déceler les liens culturels entre la Chine et le Burundi, mais aussi de comprendre pourquoi la Chine est  ce qu’elle est aujourd’hui et ce qu’elle pourra devenir demain. « A travers les films présentés, il a été a remarqué que le peuple chinois est un peuple uni, combatif, hospitalier, travailleur, déterminé à développer la Chine et le monde. Les valeurs dont le Burundi a tant besoin aujourd’hui ». D’après le chargé d’affaires a.i à l’Ambassade populaire de Chine au Burundi, Sun Jian, la Chine est le deuxième producteur mondial du cinéma.  Elle produit chaque mois plus de quatre-vingt films mais peu d’entre eux sont traduits en français, Swahili et en Kirundi. « Cependant, la situation commence à changer car, par exemple le groupe StarTimes embauche aujourd’hui les Burundais à Pékin. Il a aussi l’idée de mettre en place à Bujumbura un studio pour traduire sur place les émissions en direct en Swahili ».Cependant, les cérémonies ont vu la participation de certains dignitaires burundais et ont été aussi marquées par des tombolas pour gagner des prix. 

ASTERE NDUWAMUNGU

 

COOPERATION> Départ du Premier vice-président de la République pour le Togo et l’Ouganda

M. Sindimwo va représenter le  Burundi  dans deux réunions des chefs d’Etat et de gouvernement

 

DSC02415Le Premier  Vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo a pris l’avion, le samedi 28 juillet 2018, à destination  de Lomé en République du Togo et à Kampala en République de l’Ouganda. Selon Anicet  Mahoro, porte-parole du Premier vice-président de la République, «M.Sindimwo va représenter le  Burundi  dans les deux réunions des chefs d’Etat et de gouvernement». 

 

Après le départ, M. Mahoro a indiqué  à la presse que le Premier vice-président burundais effectuera sa mission de travail dans les deux pays.  M. Mahoro a  premièrement fait savoir qu’à Lomé en République de Togo, M. Sindimwo va participer, au nom du chef de l’Etat burundais,  à un sommet  des chefs d’Etat et de gouvernement et que ce dernier  est une réunion conjointe entre les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique australe (Cedeao) ainsi que ceux de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). « Le but dudit sommet est d’asseoir la paix, la sécurité, la stabilité et de lutter  efficacement contre le terrorisme et les  violences liés à l’extrémisme  grave dans les pays membres de ces deux différentes  communautés. Les conférenciers vont beaucoup  s’appesantir sur  le mouvement de Boko-Haram », a précisé  M. Mahoro. Ce dernier   a également  signalé que le Premier vice-président de la République se rendra ensuite à Kampala en Ouganda, dans une réunion où il rencontrera les autres chefs d’Etat et de gouvernement  dans le but  de parler et discuter ensemble sur le leadership africain.
Avit Ndayiragije

 

VOLLEY BALL> Finale de la Coupe du président

Les équipes Muzinga FC et Rukinzo remportent la coupe

 

IMG 58Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza a rehaussé de sa présence le match de la finale de la Coupe du président en  volley ball qui a eu lieu, le samedi 28 juillet 2018, au stade Urukundo de Buye dans la province de Ngozi. Elle a opposé les équipes de Muzinga FC et Gender light club(GLC), côté féminin et les équipes Rukinzo et Amical sportif, côté masculin. 

 

La coupe du président a été remportée par les équipes de Muzinga FC, côté féminin et Rukinzo,  côté masculin.Muzinga s’est imposé sur GLC avec 3 sets à 1, tandis que Rukinzo a gagné sur le même score.La coupe du président a été remportée par les équipes de Muzinga FC, côté féminin et Rukinzo,  côté masculin.Muzinga s’est imposé sur GLC avec 3 sets à 1, tandis que Rukinzo a gagné sur le même score.Le chef de l’Etat a octroyé les coupes à ces deux équipes.

Eric Mbazumutima

 
Ouvrir