Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

INTERVIEW DE L’AMBASSADEUR DE CHINE AU BURUNDI

 « A mon retour, j’ai constaté des changements»

 

L’ambassadeur de Chine au Burundi, Li Changlin a accordé une interview à la rédaction du quotidien Le Renouveau du Burundi. Il y décrit notamment ses premières impressions à son récent retour au Burundi et les perspectives de la coopération sino-burundaise et sino-africaine. 

Question: Vous êtes arrivé à Bujumbura le 4 septembre 2017, quelles sont vos premières impressions sur le Burundi ?

Réponse : Le Burundi n’est pas un pays étranger pour moi, car j’ai travaillé ici de 2007 à 2010 en qualité de Premier Conseiller de l’Ambassade de Chine au Burundi. Son climat doux, son beau paysage ainsi que sa population hospitalière m’ont laissé une profonde impression. Depuis mon retour, j’ai constaté bien des changements : beaucoup plus d’hôtels, de voitures dans la rue, d’habitations sur la pente des collines, les routes sont plus propres et en plus bon état, et il y a aujourd’hui des feux rouges et des écrans géants au centre-ville ! Bien sûr, être nommé ambassadeur auprès d’un pays frère et ami comme le Burundi, c’est à la fois un grand honneur, un réel plaisir et une lourde responsabilité. Bref, je suis déjà impatient de retrouver mes vieilles connaissances et de me faire de nouveaux amis. 

Q : Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

R : Mon parcours est marqué par l’Afrique. En effet, j’ai été en poste dans plusieurs pays africains : Attaché au Bénin, troisième secrétaire au Maroc, premier conseiller au Burundi et au Cameroun. J’ai aussi passé quatre ans à l’ambassade de Chine en France. Le reste de mon temps, je suis basé à la Centrale, au ministère des Affaires étrangères à Beijing. Je suis toujours nostalgique de l’Afrique, et heureux de rencontrer des Africains, de parler de l’Afrique et de suivre son actualité. Je dis souvent à mes collaborateurs qu’il faut non seulement aimer l’Afrique mais aussi comprendre l’Afrique. C’est donc un grand plaisir pour moi de retourner une fois encore en Afrique et d’approfondir mes connaissances sur ce continent très prometteur.

Q : Votre évaluation sur les relations sino-burundaises ?

R : Grâce aux efforts conjugués des deux pays, les relations d’amitié et de coopération sino-burundaises n’ont cessé de se développer. M. Li Yuanchao, vice-président de la République populaire de Chine a effectué avec succès une visite au Burundi en mai dernier. M. Alain Aimé Nyamitwe, ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale a également visité mon pays en mars dernier. Le président du Sénat vient d’effectuer une visite officielle en Chine, et j’en passe. Cette année, la partie chinoise va accorder encore un don de riz d’une valeur de 50 millions de yuans RMB après celui de 2016, et un don de 200 millions de yuans RMB pour les projets fixés d’un commun accord par les deux parties. Les chantiers de la centrale hydraulique de Ruzibazi et du centre pilote agricole seront bientôt lancés, et la construction du palais présidentiel touchera à sa fin. Cette année, la partie chinoise va augmenter le nombre de bourses d’études et le nombre de formations de courte durée en faveur de la partie burundaise. La partie chinoise va multiplier les projets d’échange culturel, et il y aura bientôt un groupe artistique chinois au Burundi, le public burundais aura l’occasion d’assister à une soirée de gala spectaculaire. 

Q : Comment voyez-vous les perspectives de la coopération sino-africaine ?

R : La Chine et l'Afrique sont depuis toujours liées par une communauté de destin. La Chine souhaite travailler ensemble avec les pays africains pour développer un partenariat de coopération stratégique global, caractérisé par l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l'inspiration mutuelle sur le plan culturel, l'assistance mutuelle sur le plan sécuritaire ainsi que la solidarité et la coordination dans les affaires internationales. Dans l'esprit du principe dit de «sincérité, pragmatisme, amitié et franchise» et de la juste conception de la justice et des intérêts, la Chine appuie activement les efforts du Burundi et des autres pays africains visant à chercher une voie de développement autonome durable, adaptée à leurs réalités nationales. Nous soutenons leurs efforts dans la recherche de la stabilité et de la paix, ainsi que leurs efforts pour défendre la souveraineté nationale, la sécurité du pays et leurs intérêts en matière de développement. La Chine salue et soutient fermement les efforts de l'Afrique pour préserver la paix et la stabilité régionales, réaliser une croissance économique plus rapide, accélérer l'intégration africaine et construire une Afrique unie et puissante, et elle continuera à mettre en œuvre les acquis du sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine.

LA REDACTION

 

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Candidatures aux élections fédérales du 8 octobre 2017

Les noms des candidats ont été dévoilés par la commission électorale

 

La Commission électorale de la Fédération de football du Burundi (FFB) a publié, le 22 septembre 2017, les noms des candidats aux dix postes à pourvoir au sein du comité exécutif lors des élections fédérales du 8 octobre 2017. Les postes de Premier et Deuxième vice-présidents seront disputés alors qu’ailleurs comme dans les commissions des compétitions et des finances, il y a des candidatures uniques. On remarque aussi le retour de Hussein Muzba Nzisabira sur la scène du football 

 

Le 8 octobre 2017, sera la date des élections du nouveau comité exécutif de la Fédération de football du Burundi (FFB). Mais à moins de deux semaines, les amoureux du ballon rond se concentrent beaucoup plus sur le championnat national de première division qui est à sa troisième journée que sur les élections.Lorsque les noms des candidats ont été publiés sur les réseaux publics, le public sportif a vite réagi. Le premier coup d’œil était fixé sur le poste du président de la fédération. En voyant les deux candidatures, celle du président sortant, Révérien Ndikuriyo et celle d’Alexandre Muyenge, reconnu sous le nom de Manalex, membre de la commission de sécurité sortant, le public a immédiatement interprété cela comme une façon de reconduire le président sortant.Mais de son côté, Manalex ne voit pas cela de cet œil, il croit, quant à lui, à ses chances de prendre cette place. Les autres ont eu peur d’affronter le président sortant, a-t-il dit, mais lui, il a déposé sa candidature avec l’objectif de l’emporter lors des élections. Et d’ajouter qu’il n’a pas postulé pour accompagner le président sortant.Pour les postes des commissions des compétitions (Mossi Youssouf), de football des jeunes (Sylvestre Ndayizeye), des relations publiques (Kibuga Ramadhani) et des finances (Denis Karera), il y a des candidatures uniques. Pourquoi, les autres n’ont-ils  pas postulé à ces postes alors qu’il y a deux commissions clés à savoir celle des compétitions et celle des finances ? Pour la commission du football féminin, il y a deux candidatures, celle de Gloriose Ndayizeye et Eugénie Kabura, deux ferventes amoureuses du ballon rond. Et pour la commission juridique, il y a aussi deux candidatures, celle de Marc Manirakiza et de Jean Bosco Muhungu. Il en est de même pour le beach soccer, Juma Musoma et Aboubakar.Ce sera très chaud au niveau des deux vice-présidences où nous avons pour la première, Aimable Habimana (Marandura), Apollinaire Ryivuze (Bayano) et Hussein Nzisabira (Muzba) qui est de retour sur la scène du football. Pour le poste de deuxième vice-président, il y a Mustafa Samugabo, Emile Rwabayinkovu et Arcade Nimubona.

KAZADI MWILAMBWE

 

SENAT DU BURUNDI> Audience avec l’ambassadeur de Chine au Burundi

Recueillir les domaines prioritaires d’investissement

 

DSC 2042Dans la matinée du mardi 26 septembre 2017, le président du Sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo a accordé une audience a l’ambassadeur de Chine au Burundi, Li Changlin. Celui-ci était venu échanger avec le président du Sénat sur les domaines prioritaires dans lesquels les opérateurs chinois peuvent investir au Burundi.   

 

Le mardi 26 septembre 2017, le président du Sénat burundais, Révérien Ndikuriyo a accordé une audience à l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burundi, qui vient récemment de remettre ses lettres de créance au président de la République. Comme l’a souligné le conseiller à la cellule du porte-parole du président du Sénat, Gaby Bugaga, cette visite survient au moment où  le président de la Chambre haute du parlement vient d’effectuer lui aussi une visite officielle en Chine au cours de laquelle il a rencontré différentes hautes autorités chinoises, différents acteurs politiques, et des techniciens de santé, de l’éducation de l’investissement.  Lors de sa visite, a-t-il souligné, le président du Sénat avait eu l’occasion d’encourager les investisseurs et les hommes d’affaires chinois, à venir investir au Burundi, pays où la paix et la sécurité règnent actuellement, afin que celui-ci puisse décoller économiquement après ces années de difficultés politico-sociales qu’il vient de traverser. M. Bugaga, a aussi précisé que Révérien Ndikuriyo a reçu cet ambassadeur dans le but de lui demander les domaines prioritaires dans lesquels les opérateurs économiques chinois peuvent investir.De sa part, l’ambassadeur de Chine au Burundi, Li Changlin a rapporté à la presse qu’il est venu pour recueillir les sentiments, les appréciations et les observations du président du Sénat burundais vis-à-vis de la coopération sino-burundaise. Il a rappelé que durant sa visite de travail en Chine, le président du Sénat a eu des rencontres avec les hautes personnalités politiques, les opérateurs économiques, les professionnels de la santé et les investisseurs. Et de dire que cette visite a donné une impulsion à l’intensification des relations d’amitié et de coopération entre la Chine et le Burundi. « Nous avons exploré les voies et les moyens susceptibles de renforcer davantage notre coopération, une coopération basée toujours sur le principe gagnant-gagnant », a-t-il conclu.
JEAN BOSCO NKUNZIMANA

 

Editorial> La jeunesse appelée à mettre ses atouts au service de la paix

Fort louable est l’ initiative prise par le gouvernement du Burundi d’ avoir porté son choix sur la jeunesse pour célébrer, samedi dernier au Centre Jeunes Kamenge, en commune Ntahangwa, zone Kamenge, la Journée internationale de la paix fêtée le 21 septembre de chaque année dans le monde entier. Venus de toutes les associations juvéniles  du pays, les jeunes avaient répondu massivement à ce rendez-vous pour tirer profit de cet événement les exhortant à mettre toutes leurs forces au service de la paix ,en participant activement à la consolidation des acquis déjà obtenus en ce domaine, la Journée internationale de la paix arrivant, heureusement, au moment où la paix et la sécurité sont une réalité vivante dans notre pays. L’événement a offert une précieuse occasion  aux jeunes de s’imprégner du message du jour les invitant vivement à demeurer profondément attachés à l’idéal de paix, en s’érigeant en obstacles inexpugnables contre tout ce qui est de nature à déstabiliser la société burundaise .Fort louable est l’ initiative prise par le gouvernement du Burundi d’ avoir porté son choix sur la jeunesse pour célébrer, samedi dernier au Centre Jeunes Kamenge, en commune Ntahangwa, zone Kamenge, la Journée internationale de la paix fêtée le 21 septembre de chaque année dans le monde entier. Venus de toutes les associations juvéniles  du pays, les jeunes avaient répondu massivement à ce rendez-vous pour tirer profit de cet événement les exhortant à mettre toutes leurs forces au service de la paix ,en participant activement à la consolidation des acquis déjà obtenus en ce domaine, la Journée internationale de la paix arrivant, heureusement, au moment où la paix et la sécurité sont une réalité vivante dans notre pays. L’événement a offert une précieuse occasion  aux jeunes de s’imprégner du message du jour les invitant vivement à demeurer profondément attachés à l’idéal de paix, en s’érigeant en obstacles inexpugnables contre tout ce qui est de nature à déstabiliser la société burundaise .En portant son choix sur la jeunesse pour célébrer la Journée internationale de la paix, le gouvernement du Burundi a voulu souligner par là toute l’importance à accorder à cette importante frange de la population burundaise, sans laquelle l’œuvre d’édification nationale serait   vouée à l’échec. La jeunesse étant l’avenir du pays, il serait impensable de la soustraire à la  construction  du pays qui nécessite une conjugaison d’ efforts de toutes les composantes humaines de la société burundaise, en impliquant particulièrement les jeunes, en leur assurant un encadrement qualitatif en adéquation avec les orientations fixées par le gouvernement du  Burundi ,aux fins d’ asseoir des bases politiques et sociales solides et permanentes d’une paix durable et du développement des différents secteurs de la vie socio-économique du pays. C’est pourquoi la Journée internationale de la paix a offert une précieuse opportunité  au gouvernement du Burundi d’amener les jeunes à s’impliquer pour contribuer à garantir à l’ application sur le terrain, l’efficience voulue au processus de consolidation de la paix qui est un impératif à plus d’ un titre et qui, dans tous ses aspects, engage le devenir de la nation. Faisant partie intégrante des forces militantes nationales, la jeunesse ne saurait demeurer les bras croisés, devant cette œuvre commune à laquelle le gouvernement du Burundi ne cesse de convier toute la population burundaise, aujourd’hui convaincue que le processus de consolidation de la paix ne viendra pas d’une terre étrangère, mais d’une saine conjugaison d’efforts consentis par toutes les forces vives de la nation, parmi lesquelles figurent naturellement les jeunes.En portant son choix sur la jeunesse pour célébrer la journée internationale de la paix, le gouvernement du Burundi a montré que cette importante frange de la population demeure sa préoccupation essentielle et qu’il convient donc de consentir un effort particulier et de mobiliser tous les moyens dans le cadre d’une stratégie permanente, en vue d’aider les jeunes à aimer leur pays, en tournant le dos à toutes les forces négatives déstabilisatrices. De leur côté, les jeunes se doivent de comprendre qu’ils sont une force d’innovation et de développement de la société, et non un instrument de groupe d’intérêts particuliers, ou une tribune pour les manœuvres politiciennes. De notre côté, nous nous devons d’impliquer directement la jeunesse dans l’œuvre d’édification nationale, en lui permettant d’acquérir la force nécessaire de résister aux situations dangereuses pour son avenir. L’initiative prise par le gouvernement du Burundi de former tous les citoyens aux valeurs patriotiques ne fera que nous y aider.
Louis Kamwenubusa.

 

COMMUNE NTEGA> Célébration du 56e anniversaire de la victoire de l’Uprona

Les Badasigana sont interpellés à rester unis  dans n’importe quelles circonstances

 

L’Union pour le  progrès national (Uprona), a procédé le samedi 23 septembre 2017, dans toutes  les communes de la province de Kirundo, à la célébration du  56e anniversaire de sa victoire. En commune Ntega, les cérémonies marquant l’anniversaire du parti ont été rehaussées par le Premier vice-président de la République du Burundi, Gaston Sindimwo.  Ce dernier a interpellé les Badasigana à  rester  unis dans n’importe quelles circonstances,  en informant que la célébration de cet anniversaire au niveau de cette province est aussi une bonne occasion de rassembler tous les Badasigna éparpillés. 

 

Dans la commune Ntega, les cérémonies marquant le 56e anniversaire de la victoire de l’Uprona ont débuté par une marche des Badasigana au chef-lieu de cette même commune. Dans leurs mots d’accueil, le secrétaire du parti au niveau communal et celui au niveau provincial ont tous d’abord remercié très vivement le Premier vice-président de la République d’avoir choisi de se joindre  aux Badasigana de Ntega dans la célébration de l’anniversaire du parti. Ils ont ensuite informé que les Badasigana de Ntega collaborent très étroitement avec les membres des autres partis  politiques dans cette commune.     «Les activités de rassemblement des Badasigana ont déjà été effectuées dans les communes de la province de Kirundo. Et cela dans le but de bien se préparer pour remporter les prochains scrutins de 2020», ont-ils précisé. Ces derniers ont terminé tout en demandant aux Badasigana participant d’écouter très attentivement le discours de Gaston Sindimwo plein de conseils et de les prendre à cœur, et au Premier vice-président, en collaboration avec la direction nationale du parti, de plaider pour que les infrastructures et les propriétés du parti utilisées pour la prestation d’autres services puissent revenir dans le patrimoine de l’Uprona.

« La célébration de cet anniversaire, une meilleure occasion de rassembler tous les Badasigana éparpillés»

Dans son discours de circonstance, le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston sindimwo, a indiqué que les Badasigana doivent soutenir et contribuer dans le développement du pays, qu’il soit présidé par l’Uprona ou n’importe quel autre parti politique.          « Cet anniversaire est organisé dans toutes les communes de la province de Kirundo. Bientôt, il sera organisé dans les autres provinces du pays. Et le seul objectif que nous avons est de rassembler tous les Badasigana qui sont éparpillés ici et là, à la suite de la dernière crise qu’a connue le Burundi, afin de se préparer pour les  prochaines élections de 2020 », a ensuite ajouté M. Sindimwo. Ce dernier a profité de cette occasion pour lancer un appel vibrant à tous les Burundais en général et aux Badasigana en particulier qui sont en exil, de regagner le bercail  pour construire ensemble le pays.M. Sindimwo a beaucoup apprécié la participation du président du parti CNDD FDD en province de Kirundo et de l’administrateur de la commune Ntega dans ces cérémonies, tout en informant que c’est un signe qui montre bel et bien qu’il y a une bonne entente entre les partisans des différents partis politiques à Ntega, mais également dans toute la province.  Le Premier vice-président a terminé son discours en demandant aux Badasigana de Ntega de travailler en synergie avec les autres populations dans le renforcement de la paix et la sécurité, lesquelles aideront le pays à atteindre le développement durable. Signalons que Gaston Sindimwo a aussi donné une somme de deux cent mille francs            burundais  aux Badasigana de Ntega pour renforcer la caisse qui les aide dans l’accomplissement de certains besoins du parti comme la construction et la réhabilitation des différentes permanences.
 Avit Ndayiragije

 

COMMUNE KIRUNDO> Distribution d’aide aux vulnérables par le Premier vice-président de la République

Cinq tonnes de riz ont été distribuées à  cinq cents ménages de la colline Bugera

 

DSC09649A la deuxième journée de sa descente en  province de Kirundo, le Premier vice-président  de la République du Burundi, Gaston Sindimwo, a procédé, le dimanche 24 septembre 2017, à la distribution d’une aide à cinq cents ménages  vulnérables de la colline Bugera, en commune et province de Kirundo. L’aide était constituée par cinq tonnes de riz où chaque ménage recevait dix kg de riz. 

 

Dans son mot d’accueil, l’administrateur de la commune Kirundo a d’abord indiqué que la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire de la commune. Il a ensuite informé que cela est dû au travail en synergie et régulier des comités mixtes de sécurité, qui collaborent avec l’Administration et les forces de l’ordre et de sécurité pour assurer la sécurité des biens et des populations. Au moment où les populations sont concentrées pour la préparation de la saison culturale A, l’administrateur a beaucoup remercié le  Premier vice-président en général et le président de la République en particulier, d’être venus chaque fois en aide aux différentes populations vulnérables, et en informant que cela montre l’amour que les autorités burundaises ont envers leurs populations . « Et cette aide sera utilisée dans la protection des semences qui sont réservées pour la  prochaine saison culturale en cours de préparation », a-t-il précisé.

« Maintenir la paix et la sécurité et s’atteler aux projets de développement »

Dans son discours, le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, a interpellé la population de la colline Bugera à maintenir la paix et la sécurité afin de s’atteler aux projets de développement. « Il ne faut pas croiser les bras pour donner la place à la famine. Et quant au gouvernement, nous sommes ici comme vos serviteurs pour vous accompagner dans vos projets », a affirmé M. Sindimwo.  S’agissant de la planification familiale, le Premier vice-président a constaté que la population de la province de Kirundo est presque jeune. A cela, il a demandé aux populations de Bugera de planifier les naissances afin de mettre au monde les enfants dont ils seront capables d’élever, et aux autorités locales de renforcer les réunions de sensibilisation à l’endroit des populations. M. Sindimwo a terminé  en remerciant la population de Kirundo pour l’accueil chaleureux lui réservé, et aux autorités  de cette même province qui travaillent au jour le jour pour veiller à la paix et à la sécurité.
Avit Ndayiragije

 
Ouvrir