Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ORGANISATION DE LA SOCIETE CIVILE> Marche manifestation

S’inscrire en faux contre les propos biaisés de certaines organisations internationales

 

Le samedi 29 juin 2019, les Organisations de la société civile ont organisé, en mairie de Bujumbura une marche manifestation pour s’inscrire en faux contre les propos mensongers et les manipulations politiciennes des ONGs Human rights watch et International crisis group. Hamza Venant Burikukiye invite ces organisations à se ressaisir et parler des vérités qui s’observent au Burundi.   

 

Les membres de différentes organisations de la société civile de la capitale Bujumbura se sont rassemblés à la Gare du nord. Assis par terre, un signe d’humilité, à travers trois prières présentées par un catholique, un musulman et une protestante, ils ont imploré Dieu de protéger le Burundi contre la prédation de ses ennemis tant internes qu’extérieurs. Ils ont également demandé au Tout-Puissant de tourner le cœur des ennemis du Burundi afin qu’ils puissent comprendre et constater que le Burundi est un pays indépendant, qui respecte les droits de la personne humaine et qui ne se mêle pas des affaires internes des autres pays.« Dieu Tout-Puissant, nous te remercions pour tous les bienfaits que tu as faits aux Burundais. Nous t’avons imploré étant dans les vallées, dans les forêts, dans les ruines de nos maisons. Tu nous as répondu. Maintenant, la paix règne partout au Burundi et tes bénédictions surabondent sur nous. […]. Ceux-là qui nous maltraitaient sont maintenant jaloux de notre traversée, jaloux des bienfaits et de toutes les bénédictions que tu as donnés au Burundi. Nous te demandons Dieu Tout-Puissant de ramener à la raison tous ceux qui n’ont pas compris et ceux qui ne veulent pas donner l’importance à tes œuvres. S’ils persistent, montre-toi comme tu l’as fait à Pharaon au temps de Moïse, à Goliath au temps de David, aux Romains qui se considéraient très puissants au temps de Jésus et aux Quraish au temps de Mahomet […] », telle a été la prière d’un citoyen musulman.

Une longue marche vers la Place de l’Indépendance

Après avoir chanté l’hymne national, le drapeau national devant, cette foule immense s’est engagée sur le boulevard Mwezi Gisabo, (ancien boulevard du 28 novembre), en direction du centre-ville. Certains portaient des banderoles dont certaines inscriptions étaient marquées : «Non aux fausses déclarations de Human rights watch. Nous nous insurgeons contre les rapports de Human rights watch et d’International crisis group. Nous défendons notre pays le Burundi. Nous soutenons le président de la République du Burundi démocratiquement élu. Nous demandons aux pays qui hébergent les putschistes de les extrader pour qu’ils répondent à la justice burundaise, etc. ». Ils chantaient et scandaient des slogans pour soutenir les institutions nationales, les corps de défense et de sécurité et tous ceux qui s’attèlent au travail. Ils s’insurgeaient aussi contre les prédateurs de la paix et de la démocratie au Burundi. C’est à la Place de l’Indépendance se trouvant au centre-ville que le discours de circonstance a été prononcé. Hamza Venant Burikukiye, qui a parlé au nom de toutes les associations organisatrices de l’événement, a dit qu’ils ont accueilli avec indignation les propos des organisations internationales susmentionnées, qui ont pris une orientation autre que celle qu’elles devraient prendre, en voulant se mêler aux affaires internes du Burundi. Pour lui, le Tout-Puissant qui occupe la première place au Burundi, mettra toujours au grand jour tous ceux qui ne pensent qu’au mal pour le Burundi. 

Qu’ils rentrent et se réconcilient avec la loi 

Dans ce discours, M. Burikukiye a rappelé que le Burundi est un pays souverain et indépendant. Qu’aucune organisation, tant nationale qu’internationale, n’a le droit de se mêler de sa politique. Il a demandé à ces ONGs qui ont oublié leur mission, de toujours passer par des voies légales et s’approcher des institutions nationales et, si elles ont quelque chose à réclamer, de le demander par la voie légale.  Selon lui, les dialogues extérieurs ont été clôturés et les Burundais se préparent tranquillement aux élections de 2020. Il a invité tous les Burundais de tenir le coup, et ne pas se laisser distraire par ces ennemis de la paix et de la démocratie du Burundi, qui ont pris l’habitude de déstabiliser  le pays, surtout pendant les périodes électorales. « Il est évident, a-t-il précisé, que ces ONGs collaborent avec les putschistes de 2015 qui sont hébergés par certains pays d’Europe et d’Afrique à travers lesquels ils sont leurs porte-parole en propageant de fausses informations sur le Burundi. Que ces derniers sachent qu’ils n’auront pas une patrie autre que le Burundi. Qu’ils rentrent et se réconcilient avec ses lois ».Hamza Venant Burikukiye a aussi demandé aux pays qui hébergent les putschistes de 2015 de les extrader au Burundi afin qu’ils soient traduits devant la justice burundaise. Et à tous ceux qui ont  soif de connaître la vraie situation politique et socio-sécuritaire du Burundi de bien vouloir venir sur terrain, pour ne pas tomber dans le piège du mensonge. Il n’a pas manqué de saluer l’œuvre de certaines organisations internationales et de la sous-région qui n’ont cessé de soutenir et de défendre le Burundi. 

Jean Bosco Nkunzimana

 

SENAT > Départ de Révérien Ndikuriyo pour la Russie

Il y va pour des raisons de coopération et d’échange d’expériences

 

Le président du Sénat burundais, Réverien  Ndikuriyo a pris l’avion, le lundi 1er juillet 2019, à destination de la Russie dans le cadre  de la coopération et d’échange d’expériences. Son voyage a pour objectif de prendre part aux assises du Forum mondial pour le parlementarisme entre les deux chambres réunies des pays africains et celui de la Russie.  

 

Après le départ du président du Sénat, son porte-parole, Gaby Bugaga, a tenu un point de presse où il a expliqué le but de ce voyage. Il a dit que le forum aura à débattre de trois thèmes à savoir : la lutte contre les informations erronées (fake news) qui sont diffusées à travers les médias de nature à ternir l’image d’un pays; sur les nouveaux systèmes de l’économie notamment la technologie numérique et son mode de  fonctionnement; les systèmes de transfert d’argent via les téléphones pour contribuer au développement de l’économie et faire en sorte que ces systèmes puissent être  légiférés en vue de générer ou accroître les recettes fiscales. Un autre point de discussion portera sur les minerais. Pour M. Bugaga, les participants au forum vont se poser la question de savoir comment les minerais sont exploités ainsi que  leur commercialisation pour éviter que ce secteur puisse générer des conflits.  En marge de ces assises, le président du Sénat va s’entretenir avec d’autres présidents des deux chambres réunies sur la manière dont on peut développer les deux chambres du parlement du Burundi en collaboration avec les autres chambres des pays. Au retour, il  passera par le  Congo Brazzaville où il a été convié par son homologue congolais pour échanger sur la coopération, avant d’aller à Kampala en Ouganda où il va effectuer une mission de travail. 

Aline NSHIMIRIMANA

 

BURUNDI-JAPON> Signature d’un accord de reprise des travaux de construction du port de Bujumbura

Le transport maritime des marchandises sera renforcé

 

DSC04190Dans le cadre de l’amélioration du port de Bujumbura, le gouvernement du Burundi et l’Agence japonaise de la coopération internationale (Jica) reprennent les travaux de construction du port de Bujumbura. Selon les représentants des deux parties à la signature de l’amendement de l’accord y relatif, à savoir le ministre des Affaires étrangères Ezéchiel Nibigira et l’ambassadeur du Japon au Burundi, Takayuki Niyashika, la construction du port de Bujumbura va renforcer le transport maritime des marchandises. 

 

Le gouvernement du Burundi représenté par le ministre des Affaires étrangères, ambassadeur Ezéchiel Nibigira et la Jica ont procédé le samedi 29 juin 2019, à la signature d’un accord de reprise des travaux de construction du port de Bujumbura qui avaient été suspendus en 2015. Selon le ministre Nibigira, ce projet va reprendre au mois d’octobre 2019 et prendra fin dans un délai ne dépassant pas une année et demi.  D’après lui, c’est un projet  de longue date qui a été suspendu momentanément suite aux moments difficiles que le Burundi vient de traverser. « Pour le moment, nous nous réjouissons que la Jica a décidé de reprendre cette activité. Etant donné que le Burundi est en paix et en sécurité, a expliqué le diplomate, c’est le moment que le gouvernement japonais et la Jica puissent effectivement continuer à soutenir le Burundi. Du côté du Burundi, il a déclaré que le gouvernement fera tout pour que les relations entre les deux pays puissent se renforcer davantage. L’ambassadeur Nibigira a indiqué que ce projet va renforcer le transport maritime des marchandises  qui a déjà vu le jour à partir du port de Kigoma jusqu’au port de Bujumbura via le lac Tanganyika. «Avec cette construction, le port de Bujumbura pourra accueillir plusieurs bateaux  en provenance de Kigoma en Tanzanie ou de Mpurungu en Zambie. La reprise de ce projet a un intérêt capital étant donné qu’il va contribuer au renforcement des relations entre les deux pays», a-t-il ajouté.

Construction d’un terminal à conteneurs, une des priorités du projet

Pour l’ambassadeur du Japon au Burundi, Takayuki Niyashika,  le Burundi doit garantir des canaux de distribution stables pour la poursuite de la croissance économique. En améliorant les installations du port de Bujumbura sur le lac Tanganyika, a poursuivi Niyashika, ce projet augmentera considérablement le volume des marchandises manutentionnées.  Selon lui, la réhabilitation du port de Bujumbura va également réduire les coûts de transport et  dynamiser l’économie burundaise en améliorant l’efficacité du transport sur le lac Tanganyika. Elle va également contribuer aux efforts de la Communauté de l’Afrique de l’Est visant à faciliter le commerce régional et à promouvoir le développement économique de la région.Pour le représentant de la Jica, Shin Maruo, le projet consiste à drainer le bassin du port, la construction d’un chantier naval, la construction d’un terminal à conteneurs et la déviation du canal de Buyenzi. Les gouvernements du Burundi et du Japon ont approuvé le projet en 2014 avec une aide financière du Japon de 26 millions de dollars. 

Vincent Mbonihankuye

 

1er JUILLET 2019> Célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du Burundi

« Un moment de  jeter un regard rétrospectif sur l’indépendance de notre pays »

 

DSC 0209Le 57e anniversaire de l’indépendance du Burundi a été célébré dans tout le pays le lundi 1er juillet 2019. Dans la municipalité de Bujumbura, les festivités ont été rehaussées par la présence du président de la République, Pierre Nkurunziza accompagné de son épouse. Il a remercié tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de l’indépendance nationale. 

 

Accompagné par les hautes autorités du pays et les membres des corps diplomatiques et consulaires, Pierre Nkurunziza et son épouse ont d’abord posé les gerbes de fleurs au Mausolée du prince Louis Rwagasore, héros de l’indépendance du Burundi et à la Place de l’indépendance. Les corps diplomatiques ont également déposé une gerbe de fleurs sur les deux places.Avant de se rendre au Boulevard de l’Indépendance où les cérémonies proprement dites ont été effectuées, le chef de l’Etat a effectué le passage des troupes en revue.Les cérémonies ont débuté par un long défilé qui a été ouvert par 57 tambours, suivi des membres de différents secteurs du pays et institutions, des policiers et des militaires. Les festivités ont été agrémentées par le rythme du tambour, la danse des majorettes et les démonstrations des militaires et policiers.

Pierre Nkurunziza a remercié tous ceux qui ont contribué à la préparation de la fête

Dans son discours de circonstance, le président Nkurunziza a d’abord mentionné que cette journée a été célébrée au moment où le pays a retrouvé la paix et la sécurité. Pour lui, c’était le moment de  jeter un regard rétrospectif sur l’indépendance que le Burundi doit  au Prince Louis Rwagasore et ses compagnons de lutte. Il a mentionné que le Burundi ne supportera jamais des aides qui le déshonorent et qui ne font pas la fierté du pays. Et d’ajouter que depuis 2015, le pays est capable de financer son propre budget à plus de 85%. « Nous remercions les amis du Burundi qui continuent à nous soutenir », a-t-il dit. Il a, en outre, remercié tous ceux qui ont contribué à la préparation de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance et ceux qui ont contribué à l’aboutissement de cet événement.

Des personnes primées par le chef de l’Etat

Le chef de l’Etat n’a pas manqué de primer les personnes qui ont marqué la différence dans différents secteurs dans le renforcement de l’indépendance. En premier lieu, il a primé le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Deo Guide Rurema ; suivi de l’ambassadeur du Burundi au sein de l’Organisation Nations-Unies, Albert Shingiro ; le professeur et responsable de l’Ecole doctorale à l’université du Burundi, Juma Shabani ; feu Paul Mirerekano, compagnon du prince Louis Rwagasore ; OPC1 Louis Habonimana ; Major Noel Banyiyezako ; Major Richard Gateretse ; OP2 Pascal Ntaconayigize ; OPP1 Lydia Budengeri ; feu Papy Faty, joueur de l’équipe Intamba  mu rugamba ; Agnès Vanalden, ancien ministre des Relations extérieures hollandaises ; Joël Louvet, ancien ambassadeur de France au Burundi ; PP1 Gélase Nduwimana ; adjudant-chef Frédéric Nibigira ; 1er sergent-major Pierre Niyongabo ; APC Didace Miburo ; caporal-chef Ferdinand Hakizimana et 1ere classe Ménédore Nshimirimana. Chacun d’eux a reçu une médaille, un certificat de mérite et une enveloppe variant entre 2 millions et 1 million de FBu. Pierre Nkurunziza a également décidé de primer une militaire qui a parachuté de l’hélicoptère sur une corde. Il lui a offert deux vaches. Il a aussi primé cinq premières institutions qui se sont distinguées au cours du défilé, à savoir l’Autorité de l’aviation civile qui a remporté la première place, Utracom qui a été le second ; la présidence qui a remporté la 3e place, le ministère des Affaires étrangères à la 4e place et enfin Alubuco. Ces institutions ont reçu respectivement une enveloppe de 3 millions, 2 millions cinq cent mille, 2 millions, 1 million cinq cent mille et 1 million de FBu. Les défilants à savoir les majorettes, les scouts, les adventistes et les anciens combattants ont également reçu une enveloppe.Sur le critère de propreté des provinces, la province qui vient en avant est Rumonge qui a reçu 3 millions, suivi de la province de Mwaro avec 2 millions cinq cent mille, puis de la province de Bururi avec 2 millions de FBu.

Yvette Irambona,  Eric Mbazumutima

 

57e ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE> Message du chef de l’Etat à la Nation

Les Burundais sont invités à s’atteler aux travaux de développement et à se préparer aux élections de 2020

 

DSC 0160Le dimanche 30 juin 2019, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a adressé un message à la nation burundaise. A travers celui-ci, il a remercié le Tout-Puissant d’avoir veillé sur le Burundi jusqu’à cet événement. Il a rappelé les bonnes pratiques qui caractérisaient les Burundais avant la colonisation et a demandé à la population burundaise de ne jamais se lasser dans la défense de l’indépendance du pays. Il a également déclaré que la contribution aux élections de 2020 est terminée, qu’elle continue seulement pour les retardataires et les volontaires.

 

Dans son message à la nation, le président Nkurunziza a demandé à la population burundaise de faire un regard rétrospectif pour méditer sur le passé du Burundi, méditer sur les moments difficiles qu’il a traversés, de comprendre la situation actuelle, afin de mieux préparer un beau pays à léguer à titre d’héritage aux enfants burundais.  Il a souligné qu’avant l’arrivée du colonisateur allemand, le Burundi était un pays bien organisé sur les plans politique, économique et social. Ce qui se remarquait, a-t-il déclaré, à travers les différentes cérémonies, en l’occurrence la fête de l’Umuganuro qui manifestait l’indépendance du Burundi. Le président Nkurunziza ajouté que même si  le Burundi  est  tombé sous  la  domination  étrangère le 6 juin 1903, Dieu  n’a  jamais tourné le dos à notre pays. Car, ses fils et filles n’ont pas croisé les bras. Ils ont combattu jusqu’à restaurer l’indépendance du Burundi le 1er juillet 1962, grâce à la bravoure du Prince Louis Rwagasore et de ses compagnons.Le chef de l’Etat burundais a aussi souligné que de 1962 à 1993, l’indépendance du Burundi a toujours été bafouée par ces colonisateurs qui ont souvent eu une main- mise dans l’organisation politique du Burundi. Ce qui a fait que le pays a beaucoup souffert des atrocités commises dans les années 1965, 1972, 1988, 1993, etc. Malgré cela, il a fait savoir que des patriotes se sont toujours manifestés, en l’occurrence le Héro de la démocratie Melchior Ndadaye. Comme il a continué de le dire, en 2005, les Burundais se sont encore relevés pour défendre leur patrie et ont définitivement restauré leur indépendance. Et de dire encore que depuis lors, de nombreuses œuvres manifestant l’indépendance sont déjà réalisées. Le président de la République a remercié la population burundaise qui a accepté volontiers de contribuer pour les élections de 2020 et a, par-là, déclaré que les contributions à ces élections sont terminées et que seuls les retardataires et ceux qui le voudront continueront à le faire. Ici il a fait savoir que le gouvernement envisage aussi le retour des annales pour les fonctionnaires. 

Certains monuments et lieux publics vont changer de noms

Dans le but de donner plus de valeur et de respect envers certains Héros que le Burundi a connus, le chef de l’Etat a déclaré que certains monuments et lieux publics vont changer de noms. C’est ainsi que le nouveau palais présidentiel de Gasenyi portera le nom de « Kwa Ntare Rushatsi » en Kirundi, «Palais Ntare Rushatsi» en français et «Ntare Rushatsi House» en anglais. Les palais des congrès de l’assemblées nationale et du sénat qui seront construits à Gitega, porteront respectivement les noms du Prince Louis Rwagasore et de Pierre Ngendandumwe ; le 211e bataillon commando de Gitega est désormais baptisé Camp Ntare Rugamba, l’aéroport international de Bujumbura s’appelle désormais Aéroport Melchior Ndadaye, le boulevard du 28 novembre devient boulevard Mwezi Gisabo, le boulevard du 3 septembre devient boulevard Lt.Gén. Adolphe Nshimirimana, le boulevard du 1er novembre devient le boulevard Melchior Ndadaye et le Stade Prince Louis Rwagasore s’appelle désormais Stade Intwari. Le président Nkurunziza a terminé son message en invitant la société burundaise à veiller au renforcement de l’indépendance du Burundi car défendre la souveraineté est un combat de tous les jours. Il l’invite également à s’atteler aux travaux de développement et continuer à se préparer pour les élections de 2020. Il a appelé tous ceux qui se laissent encore guider par les idées des colonisateurs de se ressaisir. Aux réfugiés burundais, il  a demandé de rentrer dans leur patrie qui les attend à bras ouverts. 

Jean Bosco Nkunzimana

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Clôture de la session parlementaire ordinaire d’avril 2019

Parmi les réalisations, onze projets de loi, analysés et adoptés

 

DSC 0030L’Assemblée nationale du Burundi a procédé, le vendredi 28 juin 2019, à la clôture de la session parlementaire ordinaire d’avril 2019. Le président de la chambre basse du parlement, Pascal Nyabenda, a indiqué que, parmi les réalisations, onze projets de loi, ont été analysés et adoptés. Il a exhorté les députés à organiser,  pendant leurs vacances, les travaux d’auto-développement et de développement de leurs communautés respectives à l’intention des élèves  en vacances. 

 

Le président de la chambre basse du parlement, Pascal Nyabenda est revenu, dans son discours de circonstance, sur les activités réalisées. Selon lui, onze projets de lois ont été analysés et adoptés. M. Nyabenda a cité,  entre autres, le projet de loi portant révision du Code électoral, le projet de loi portant fixation du Budget général de la République du Burundi pour l’exercice 2019-2020, le projet de loi portant ratification de l’Accord de don N°2000002606 pour le financement du projet de d’intensification de la production agricole et la réduction de la vulnérabilité au Burundi,  le projet de loi organique portant missions, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature, etc.M. Nyabenda  a indiqué qu’au niveau du contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale a reçu, en séances plénières, les rapports de l’Exécutif et les réponses aux questions orales avec débats adressées à des membres du gouvernement. Il a cité la présentation devant le parlement du bilan de la mise en application du programme du gouvernement du premier semestre de l’année budgétaire  2018-2019 le 23 avril 2019, la présentation par l’Ombudsman du rapport  annuel des réalisations de son institution devant l’Assemblée nationale le 24 avril 2019, la prestation de serment de quelques membres de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) devant le président de la République et le parlement réuni en congrès le 16 avril 2019, etc.

Des délégations en visite au Burundi ont été reçues en audience

Sur le plan diplomatique, M. Nyabenda a fait savoir  qu’il y a eu des délégations qui sont venues en visite de travail ou de courtoisie au Burundi ont été reçues en audience. Il a parlé de la visite de Cao Jianming, le vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire de Chine au cours de laquelle les échanges ont porté sur les excellentes relations d’amitié et de coopération existant entre le Burundi et la Chine, etc.Sur le plan de la diplomatie parlementaire,  M. Nyabenda a ajouté que les membres du bureau de l’Assemblée nationale et députés ont effectué des missions de travail à l’étranger. Il s’agit de la participation à la 140e assemblée de l’Union interparlementaire et aux réunions connexes du 6 au 10 avril 2019, l’observation des élections en République  islamique de Mauritanie, etc.Le président de la chambre basse du parlement a signalé que la paix et la sécurité qui règnent au Burundi sont  renforcées par la production agricole satisfaisante de la saison B.  Il a invité la population à ne pas croiser les bras durant la saison sèche en cultivant dans les marais. M. Nyabenda a appelé les Barundi à  cohabiter pacifiquement dans un esprit de tolérance, d’acceptation et de respect mutuels, de solidarité et d’Ubuntu en rappelant que les élections de 2020 se dérouleront et se termineront, mais que la vie continuera et la population devra s’atteler aux travaux d’auto-développement et du développement du pays. Il a exhorté les députés  à     encadrer les jeunes en  vacances en organisant à leur intention, des travaux d’auto-développement et de développement de leurs communautés respectives.L’équipe féminine de netball de l’Assemblée nationale a profité de cette occasion pour présenter à Pascal Nyabenda trois coupes gagnées dans différentes compétions.

EZECHIEL MISIGARO

 
Ouvrir