Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MFPTE > Demandes de prolongation de carrière des fonctionnaires

Elles ne sont plus recevables

 

Le ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi (MFPTE) a fait sortir, le lundi 16 juillet 2018, une correspondance qu’il a adressée aux ministres concernant les demandes de prolongation de carrière des fonctionnaires. Dans cette correspondance, le ministre en charge de la fonction publique a indiqué que ces demandes ne sont plus recevables. 

 

Le ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Félix Mpozeriniga, a adressé une correspondance concernant les demandes de prolongation de carrière des fonctionnaires à tous les ministres. Les copies de cette  correspondance ont été transmises au chef de l’Etat, au Premier et au Deuxième vice-président de  la République. Dans cette correspondance, M.Mpozeriniga indique que c’est dans le cadre de la gestion rationnelle des ressources  humaines de l’Etat avec le souci de répondre aux besoins actuels de lutte contre le chômage des jeunes en permettant l’accès aux emplois publics. C’est également dans le cadre de la mise en application de l’article 79, alinéa 1 et 2, justifié aussi par le besoin d’inciter les responsables des différents services publics à encourager le transfert des compétences à travers  les formations et les perfectionnements internes et externes aux services. Pour ce, M.Mpozeriniga  a informé les  ministres que les demandes de prolongation de carrière au-delà de l’âge prévu par la loi ne sont plus recevables et leur à demandé de prendre des dispositions conséquentes.Le ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi a rappelé ce que stipule l’article 79, au paragraphe  2 de l’alinéa 2. « Toutefois, il peut bénéficier d’une prolongation de 5 ans non renouvelable ». Cela n’est qu’une faveur et non un droit, surtout que les demandes  de prolongation de carrière étaient justifiées par des raisons d’expérience professionnelle des bénéficiaires, a-t-il dit.
Martin Karabagega

 

MINISTERE EN CHARGE DES TRANSPORTS> Bilan des réalisations du 1er semestre 2018

Elles sont évaluées à 88,2%

 

DSC00444Le ministre des Transports, des travaux publics, de l’équipement et de l’aménagement du territoire a présenté, le mercredi 1er août 2018, le Bilan des réalisations du 1er semestre 2018. Elles sont évaluées à 88,2%.  

 

Le ministre en charge des transports, Jean Bosco Ntunzwenimana, a informé que les relations avec les partenaires techniques et financiers ont été améliorées et marquées par une mission conjointe de la délégation de la Bad (Banque africaine de développement), de la Tanzanie et du Corridor central  qui a été réalisée au mois de mars. C’était  pour évaluer le projet de la route multinationale (Burundi-Tanzanie) Rumonge - Bujumbura (au Burundi) et Nyakanazi-Manyovu (en Tanzanie). Il a ajouté que les cadres dudit ministère ont participé à des ateliers et réunions statutaires au niveau des Corridors Nord et Central, et des organismes internationaux et sous-régionaux dont le Burundi est membre. Dans le secteur de l’aménagement du territoire, a ajouté M. Ntunzwenimana, les processus de passation du marché relatif aux études d’aménagement des rivières et ravins à Bujumbura et à Rumonge sont en cours. C’est dans le but de protéger les habitants contre les dégâts occasionnés par le débordement des rivières et ravins. Concernant le projet d’assainissement du site Nkenga d’une superficie de 147 ha en zone urbaine de Kanyosha pour la production de 2 478 parcelles pour logements, le ministre Ntunzwenimana a dit que différentes activités ont été faites et d’autres sont en cours. En vue d’améliorer la gestion foncière, a précisé le ministre en charge des transports, l’enregistrement des terres domaniales et la sécurisation des terres dans les provinces de Ruyigi, Kayanza, Bururi, Muramvya et Karusi ont été faits. Dans les cinq provinces, 2 079 terrains ont été identifiés sur  une superficie de plus de 16 000 ha. Les études de faisabilité sont en cours pour la construction du chemin de fer Uvinza - MusongatiDans le secteur des transports, concernant le projet de réhabilitation, modernisation et extension de l’Aéroport international de Bujumbura, un contrat pour les études, l’approvisionnement et les travaux de  réhabilitation a été signé entre le gouvernement du Burundi et l’entreprise chinoise CCCC (China communication construction company Ltd). Concernant le projet de construction de l’Aérodrome de Kabamba,M. Ntunzwenimana a fait savoir qu’une commission chargée de déterminer l’indemnisation  de la population habitant le site de Kabamba a déposé le rapport définitif contenant le condensé des valeurs des biens des populations du site.Le ministre Ntunzwenimana a signalé que les études de faisabilité sont en cours d’élaboration pour la construction du chemin de fer Uvinza - Musongati sur financement conjoint du gouvernement du Burundi et du gouvernement tanzanien avec un taux d’avancement de 75%. Il a souligné que la vulgarisation et la sensibilisation de la loi cadre des transports intérieurs routiers et du Code de la circulation routière ont été faites dans la province de Cankuzo auprès de 45 usagers de la route et 18 administratifs.Selon le ministre en charge des transports, lerapport définitif des études des schémas directeurs de 4 centre urbains à savoir Mwaro, Ruyigi, Rutana et Cankuzo est cours de validation pour un montant  de  290 850 dollars américains sur financement de la Bad et il est exécuté par le bureau italien Keios. Le contrat d’études de  routes provinciales RP 314 et 319 a été signé et les études sont en cours pour un montant de 840 000 000 FBu.

Ezéchiel Misigaro

 

SENAT DU BURUNDI> Audience à l’envoyé spécial de l’OIF

Leurs échanges ont porté sur la levée des sanctions prises contre le Burundi par l’Organisation

 

DSC 0764Le mercredi 1er août 2018, le président du Sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo, a reçu en audience, l’envoyé spécial de l’Organisation de la Francophonie. Celui-ci  était venu au Burundi pour la troisième fois après 2015 afin de s’enquérir sur l’évolution de la situation socio-sécuritaire du pays.  

 

A la fin de cette audience, le porte parole du président du sénat burundais, Gabby Bugaga, a mis la presse au courant de ce qui a été au centre des échanges entre les deux autorités.     « Le président du Sénat vient de recevoir en audience l’envoyé spécial de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Boukar Mai Manga, qui est venu s’enquérir pour la troisième fois, depuis 2015, de l’évolution de la situation politique et socio-sécuritaire au Burundi, laquelle est positive après les événements qui avaient abouti au coup d’Etat déjoué le 13 mai 2015 », a-t-il indiqué. A la fin de cette audience, le porte parole du président du sénat burundais, Gabby Bugaga, a mis la presse au courant de ce qui a été au centre des échanges entre les deux autorités.  « Le président du Sénat vient de recevoir en audience l’envoyé spécial de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Boukar Mai Manga, qui est venu s’enquérir pour la troisième fois, depuis 2015, de l’évolution de la situation politique et socio-sécuritaire au Burundi, laquelle est positive après les événements qui avaient abouti au coup d’Etat déjoué le 13 mai 2015 », a-t-il indiqué. M. Bugaga a rappelé que le gouvernement burundais et l’OIF avaient signé un pacte le 28 novembre 2014, mais qui n’a pas été mis en application car l’OIF a vite pris des sanctions contre le Burundi. Et de dire qu’il a été question de pouvoir analyser ce que les autres organisations internationales ont fait, en l’occurrence l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) qui a levé les sanctions prises. Par là, a dit M. Bugaga, le président du Sénat a demandé à M. Manga de faire de sorte que l’OIF emboîte le pas de l’APF.  

Injuste de sanctionner un pays qui fait la promotion du français

M. Bugaga a ensuite ajouté qu’après que le président du Sénat ait évoqué son inquiétude de voir le Burundi, le seul pays de l’Afrique de l’Est à parler le français, à être ambassadeur, à valoriser et à faire la promotion de la langue et de la culture françaises, puisse être déconsidéré par cette organisation même, au lieu de le soutenir. «Le président du Sénat burundais a fait savoir que le Parlement burundais souhaite que les sanctions prises soient levées », a-t-il précisé. Le porte-parole du président du Sénat a aussi fait entendre que cette autorité a pris note et qu’elle reste convaincue que durant son séjour de deux semaines, elle aura contacté plusieurs personnalités et saura la pure vérité sur le Burundi et que par conséquent, l’organisation pourra lever les sanctions prises contre le Burundi.
JEAN BOSCO NKUNZIMANA

 

Montagne de Niangniang > Une icône nationale de réduction de la pauvreté

DSC0130Savoir la valeur des ressources naturelles, donner les terres pour les industries fruitières et adhérer dans celles-ci en tant qu’actionnaires, telles sont les stratégies utilisées par les habitants des zones de la montagne Niangniangen cité de Panzhou, ville de Liupanshui en  province de Guizhou pour la réduction de la pauvrété. C’est un lieu de naissance d'un miracle en Chine.

 

Pourriez-vous imaginer que les ressources naturelles à savoir le climat, les rivières, les montagnes, etc… peuvent être à la base du développement? Une tournée effectuée en ville de Liupanshui au Sud-ouest de la Chine nous a révélé une expérience y relative. Au paravant, c'était un petit village avec peu de relations avec l'extérieur. Les habitants gagnaient leur vie en cultivant eux-mêmes leurs champs sans aucun revenu supplémentaire. Mais maintenant, avec l’aide du gouvernement chinois, les zones montagneuses de Niangniang ont prospéré pour être l'icône nationale de leurs stratégies et de leurs efforts de réduction de la pauvreté. Bref, c’est un lieu de naissance d'un miracle en Chine.Les ressources naturelles de cette localité couvrant six villes autour de la cité de Panzhou et du comté de Shuicheng ont grandement favorisé le développement de ses zones montagneuses et de ses habitants. Ces ressources sont principalement le climat, les rivières, les montagnes et d'autres paysages naturels. Mais, comment le climat peut être la base de la lutte contre la pauvrété ? Le chef executif du développement du plateau de Niangniang, de l’éco-agriculture et du tourisme, Zhengxue Tao, a indiqué que  juste au cours des dernières années, avec l'aide du gouvernement, les gens ont constaté que le climat de l’endroit est adapté à certains fruits. Il a cité entre autre les kiwis, les figues de Barbarie, les baies bleues, les baies de cire, la cerise, etc. Ainsi, les résidents locaux ont commencé à se joindre à l'industrie des fruits dès le début. D'une part, a expliqué Tao, les agriculteurs ont juste fourni leurs terres à l'entreprise fruitière pour la culture des fruits et ont travaillé pour l'entreprise. D'un autre côté, a-t-il continué, les gens sont également devenus actionnaires de la société. De cet aspect, les résidents locaux peuvent gagner plus d'argent que jamais auparavant. De plus, il a informé qu’ils les vendent dans toute la province de Guizhou et dans d'autres provinces et même en Europe.

Le berceau de la stratégie des trois transformations

Des boissons de bonne qualité sont également faites à partir de ces fruits. Après avoir goûté sur ces derniers, l’équipe des journalistes africains qui était dans cette tournée a suggéré de les exporter en Afrique. Un autre revenu important de cette localité est l'industrie du tourisme. D’après cette autorité, la montagne de Niangniang est la région pittoresque à 4 étoiles avec des endroits célèbres comme la vallée de la rivière Liuche, la cascade Tianshan, le pont Tiansheng, la grotte de Jiangyuan, les villages éthiques et d'autres attractions. La montagne de Niangniang est la plus haute du sud-ouest de la Chine avec 2319 mètres d'altitude, au-dessus de laquelle il y a 40 300 terres humides.La montagne de Niangniang est le berceau de la « Stratégie des trois transformations», qui a apporté à la population un bien-être extraordinaire ainsi qu'à tous les agriculteurs chinois et s'est révélée jusqu'ici une approche efficace pour aider les agriculteurs à améliorer leur vie. Selont Tao, cette stratégie a été introduite dans toutes les autres provinces engagées dans la lutte contre la pauvreté. La stratégie des trois transformations sont des ressources qui se transforment en actifs, en capitaux, en actions et en agriculteurs pour les actionnaires. Cette  tournée des médias était organisée conjointement par le Comité municipal de Liupanshui du Parti communiste chinois et le gouvernement municipal de Liupanshui, ainsi que par le quotidien du peuple en ligne.

Vincent Mbonihankuye ( A Liupanshui/Chine)

 

SENAT DU BURUNDI> Ouverture de la session ordinaire d’août 2018

Treize projets de lois seront analysés

 

DSC 0739Le mercredi 1er août 2018, le président du Sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo, a procédé à l’ouverture de la session ordinaire d’août 2018. Au cours de cette session, treize projets de lois envoyés par le gouvernement, dont celui portant création et  délimitation des communes Buhayira et Murwi en province de Cibitoke, seront analysés.  

 

Dans son discours d’ouverture de la  session, le président du Sénat, Révérien Ndikuriyo, a d’abord rappelé qu’au cours des vacances, les sénateurs ont réalisé plusieurs activités. Parmi elles, il a dit que dans l’objectif de renforcer les relations avec différentes confessions religieuses, des délégués du Sénat se sont joints aux diocèses de Bururi, Ruyigi et l’archidiocèse de Gitega, dans les cérémonies d’ordination, en date du 21 juillet 2018. M. Ndikuriyo a ajouté que le Parlement du Burundi a été représenté au Forum de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) tenu à Québec au Canada du 5 au 10 juillet 2018 et que, se basant sur le rapport présenté par la délégation de l’APF qui avait visité le Burundi en novembre 2017, les participants au Forum ont levé les sanctions que l’APF avait prises contre le Burundi. « Nous réitérons notre appel au Parlement européen à lever lui aussi les sanctions qu’il a prises contre le Burundi », a-t-il déclaré. Le président du Sénat a rappelé qu’ils ont accueilli une délégation du Forum parlementaire de la CIRGL qui était venue se rendre compte du pas déjà franchi par le Burundi dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité, après le mouvement insurrectionnel de 2015. Et de dire que la délégation a félicité le Burundi du pas satisfaisant déjà franchi en la matière.M. Ndikuriyo n’a pas manqué de signaler que les sénateurs se sont associés aux jeunes en vacances dans les travaux de développement du pays, qu’ils ont pris part aux activités marquant la Journée nationale de solidarité  organisée le 28 juillet 2018 et qu’ils ont aussi visité certains sites où se déroulent des constructions, afin de vérifier si la loi, surtout celle régissant l’environnement et l’urbanisme, est respectée. 

Tant de projets de lois à analyser

M. Ndikuriyo a en plus signalé que treize projets de lois leur ont été envoyés pour analyse par le gouvernement. C’est le cas notamment du projet de loi portant ratification par la république du Burundi de l’Accord sur l’établissement de la Force en attente de l’Afrique orientale, du projet de loi relative à la stabulation permanente et interdiction de la divagation des animaux domestiques et de basse-cour. Le Sénat aura aussi à étudier le projet de loi portant réglementation du médicament, de l’exercice de la pharmacie, de la profession d’opticien et de l’art des tradipraticiens. Ils analyseront également le projet de loi portant création et  délimitation de la commune Buhayira et délimitation de la commune Murwi en province de Cibitoke.En plus de ces projets, M. Ndikuriyo a fait savoir qu’ils vont continuer les rencontres avec les communautés burundaises, le but étant de faire le tour de toutes les communes avant fin 2019. « Nous allons sensibiliser la population à la lutte contre les feux de brousse, continuer la sensibilisation de la population à reboiser les montagnes dénudées en vue de protéger l’environnement », a-t-il indiqué. Et d’ajouter que très prochainement, un représentant du gouvernement sera invité au Sénat afin de fournir aux sénateurs des éclaircissements sur la manière dont la loi n°1/01 du 23 janvier 2017 portant Code général de la coopération entre la république du Burundi et les Organisations non-gouvernementales étrangères (ONGE) est en train d’être mise en application, spécialement en son article 18 stipulant que, dans le recrutement des Burundais, elles doivent tenir compte des équilibres genre et ethnique, conformément à la Constitution de la république du Burundi.« En matière de diplomatie parlementaire, nous allons renforcer et nouer des relations avec d’autres sénats et associations internationales dont notre Sénat est membre », a-t-il conclu.

JEAN BOSCO NKUNZIMANA

 

Assemblée nationale > Ouverture de la session parlementaire ordinaire d’août 2018

Douze projets de lois seront analysés au cours de cette session

 

DSC 0146Conformément à l’article 179 de la Constitution de la république du Burundi du 7 juin 2018 et à l’article 52 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a procédé, le mercredi 1er août 2018, à l’ouverture des travaux de la session parlementaire ordinaire du mois d’août 2018. Il a félicité les députés d’avoir profité de cette période de vacances pour être auprès de la population qui les a élus, dans leurs préoccupations et dans différents travaux d’intérêt public.  

 

Selon M. Nyabenda, les vacances parlementaires de juillet 2018 ont permis aux députés de raffermir leurs relations avec leurs circonscriptions électorales en partageant les préoccupations et les activités de la population. Ils ont aussi participé aux travaux de développement communautaire ; à la célébration du 56e anniversaire de l’indépendance du Burundi ; à l’inauguration des infrastructures construites au cours de l’année 2018 et aux travaux d’intérêt commun, sous le haut patronage du chef de l’Etat. Ils ont aussi contribué à l’encadrement et vont continuer à encadrer les élèves se trouvant en grandes vacances. Le président de l’Assemblée nationale a aussi passé en revue les activités réalisées par les membres du bureau, dont les audiences accordées aux différentes personnalités et les missions effectuées à l’étranger. Parlant des activités prévues pour cette session, il a indiqué que cette institution se penchera sur douze projets de lois envoyés par le gouvernement du Burundi. M. Nyabenda s’est réjoui du fait que cette session commence au moment où le gouvernement du Burundi a déjà enclenché la collecte des contributions pour les élections de 2020 au niveau de la population. Il a ainsi invité les ministres concernés à s’assurer que cette activité se déroule dans la transparence et dans un climat de pleine solidarité. Concernant la solidarité, il a invité toute la population burundaise à voler au secours des Burundais qui sont en train d’être expulsés du Rwanda.Il a terminé en renouvelant le soutien de l’Assemblée nationale au gouvernement dans les efforts qu’il fournit afin de maintenir un climat de paix, de sécurité et d’unité nationale, et de faire obstacle à toute menace à la stabilité du pays. 
Astère Nduwamungu

 
Ouvrir