Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Assemblée nationale > Ouverture de la session ordinaire d’Octobre 2017

Seize projets de lois seront analysés

 

DSC 0356Conformément à l’article 174 de la Constitution de la république du Burundi, le président de l’Assemblée nationale du Burundi, Pascal Nyabenda, a procédé à l’ouverture de la session ordinaire d’octobre, le 2 Octobre 2017. Il a souhaité la bienvenue aux députés et  remercié tous ceux qui avaient répondu présent à ces cérémonies. Il a également passé en revue des activités qui seront réalisées au cours de cette session.  

 

Dans son discours, Pascal Nyabenda, s’est réjoui des différentes activités réalisées par les députés au cours de leurs vacances parlementaires. Il s’agit entre autre de la participation à la croisade organisé par le couple présidentiel et aux différentes cérémonies organisées par les administratifs, à  l’accueil du flambeau de la paix, à la clôture des camps de travail des élèves en vacances, à l’assistance des personnes nécessiteuses et des agriculteurs, etc. Selon lui, au cours de cette session, l’Assemblée nationale compte poursuivre des missions de représentation du peuple, de vote de lois et de contrôle de l’action gouvernementale. Concernant le vote de lois, il a indiqué que plusieurs projets de loi sont en cours d’analyse dans les différentes commissions permanentes et seront tous analysés au cours de cette session.  Cependant, le président de l’Assemblée nationale n’a pas manqué de souhaiter un heureux retour massif aux réfugiés qui viennent d’être rapatriés librement et volontairement. Il a ainsi lancé un appel aux réfugiés qui doutent encore de suivre l’exemple de leurs compatriotes parce que la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire national. Ainsi, selon lui, l’Assemblée nationale déplore la mort de 34 réfugiés burundais à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Elle demande ainsi à ce pays, au HCR et à la Monusco, de fournir des éclaircissements sur les conditions dans lesquelles ces réfugiés ont été tués. M. Nyabenda a ainsi invité la population burundaise à rester solidaire et à conjuguer tous ses forces pour bâtir le pays, de sortir du sous-développement et ainsi être de moins en moins dépendant de l’aide extérieure. Il a terminé son discours en remerciant tous les partenaires de l’Assemblée nationale et tous les amis du Burundi pour leur soutien multiforme qui a toujours été précieux et apprécié. 

Astère Nduwamungu

 

CATHEDRALE ANGLICANE DE BUYE> Le chef de l’Etat assiste à la prière dominicale

Les prédications étaient centrées sur la lutte contre les lamentations pendant  les dures épreuves

 

DSC 0482Le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza s’est joint le dimanche 1er octobre 2017 aux chrétiens de la Cathédrale anglicane de Buye en commune Mwumba de la province de Ngozi dans la prière dominicale. Dans ses prédications, Mgr Sixbert Macumi a exhorté les  chrétiens d’éviter des lamentations pendant les situations difficiles mais plutôt d’invoquer Dieu pour apporter des solutions à leurs problèmes. 

 

Dans ses enseignements, l’épiscope du diocèse de Buye Mgr Sixbert Macumi  s’est basé sur la parole de Dieu se trouvant dans Exode 17, 1-18 où il leur a rappelé le comportement que les Israélites ont adopté devant Moïse. Il a informé que dans leur exode vers la terre promise, les Israélites étaient caractérisés par des lamentations dans le désert et avant qu’ils traversent la mer Rouge car ils obtenaient difficilement à boire et à manger.  Mgr Macumi a signalé que des solutions aux problèmes des Israélites ont été trouvées chaque fois que Moïse priait pour solliciter l’intervention de l’Eternel Dieu et que Celui-ci exhaussait la prière de son serviteur. Chaque fois que des épreuves survenaient, a indiqué Mgr Macumi, le peuple d’Israël, désespéré, se lamentait  et  murmurait contre Moïse au lieu de prier. Il jetait le tord sur Moïse qui le dirigeait vers la terre promise en regrettant pourquoi il avait quitté l’Egypte où il avait abandonné les pots de viande malgré le joug pour  mourir de fatigue, de faim et de soif dans le désert.Dans ses prédications, Mgr Macumi a exhorté les chrétiens de supplier le Créateur pour les sauver des situations de détresse chaque fois qu’elles se présentent au lieu de se lamenter. Que ce soit dans la famille, dans l’église  ou dans le pays, a-t-il dit, il faut invoquer l’Eternel lorsque des situations délicates se présentent. Mgr Macumi leur a demandé d’agir sans murmures ni hésitations afin d’être sans reproche, simples, enfants de Dieu irréprochables au milieu du peuple pervers et corrompu, dans le sein duquel ils brillent comme des flambeaux dans le monde, étant en possession de la parole de vie. Ainsi, il leur a dit qu’il pourra se glorifier, au jour de Jésus-Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.Se basant sur cette parole de Dieu, le président Nkurunziza a fait savoir aux chrétiens que les lamentations poussent les personnes à agir inconvenablement. Ainsi, a-t-il poursuivi, se lamenter est une mauvaise chose pour Dieu, pour le pays, pour l’Eglise et pour les familles. Dans sa prière, le chef de l’Etat a remercié le Créateur d’avoir   gardé sa famille, le Burundi et tous les Burundais. Il a invoqué l’Eternel à les bénir et continuer à les garder. Le chef de l’Etat a promis aux différentes chorales des uniformes, aux enfants de leur faire la fête de Noël de sundayschool, et aux voisins de Buye de leur faire également la fête du Nouvel An. 
Ezéchiel Misigaro

 

 

RUTANGA> Lancement officiel de la saison culturale A 2018 par le chef de l’Etat

Il a semé  le maïs, le haricot et les pommes de terre

 

DSC 0375Le président de la république du Burundi, Pierre Nlkurunziza a procédé le samedi 30 septembre 2017 au lancement officiel de  la saison culturale A 2018 . Cette activité a eu lieu dans ses champs modernes situés sur la colline Rutanga de la commune Gashikanwa en province de Ngozi. Il a semé le maïs, le haricot et les pommes de terre sur l’étendue de trois hectares. Le chef de l’Etat a prié pour ses semences et celles de tous les Burundais afin que  la production soit abondante pour cette année. 

 

Dans sa prière, le président Nkurunziza a remercié le Créateur  pour la récolte abondante que le Burundi a enregistrée durant l’année 2017. Tenant dans la main différentes sortes de semences, le président Nkurunziza a invoqué l’Eternel Dieu de bénir les semences de tous les Burundais durant la saison culturale A 2018 parce que selon lui, tout vient du Seigneur. Le président Nkurunziza a mis toutes ces les semences dans les mains du Seigneur pour qu’Il les fasse germer, grandir et mûrir en leur conférant des précipitations et l’ensoleillement en quantité suffisante pour avoir un surplus agricole. Et il a souhaité que Dieu remplisse la production attendue d’une puissance divine afin que ceux qui vont la consommer soient convertis et marchent sous Son règne. Le chef de l’Etat a demandé au Créateur de protéger les Burundais contre les inondations, les tempêtes, des tremblements de terre,  la grêle et les différentes maladies des plantes et du bétail. Après la prière, le chef de l’Etat avec les hommes et femmes qui travaillent dans ses champs, a semé un hectare de pommes de terre, un hectare de maïs et un autre de haricot.Le président Nkurunziza a quitté Rutanga pour le chef-lieu de la province de Ngozi où il s’est joint à la population de cette localité dans les travaux de développement communautaires. Ceux-ci consistaient à charger le mélange du ciment et du gravier dans les récipients pour bétonner les places réservées aux spectateurs du stade Agasaka. Le chef de l’Etat a poursuivi les travaux de développement communautaires à l’Ecofo Kwihayiro  de la zone Buye en commune Mwumba, lesquels travaux consistaient au pavement de deux salles de classe et un bloc administratif.Dans l’après-midi, via le conseiller principal à la Présidence au bureau d’études stratégiques du développement, Serge Ngendakumana, le président Nkurunziza a  octroyé aux familles vulnérables des communnes Gashikanwa,  Nyamurenza et Mwumba un don de 5 tonnes de riz, 557 cuvettes avec couvercles, 557 assiettes et 557 louches. Chaque famille a bénéficié de 7 kg de riz, une cuvette avec couvercle, une assiette et une louche.La journée s’est terminée avec deux matchs de football au stade Urukundo de Buye où Le messager Ngozi s’est imposé devant Ngozi City (1-0) et Haleluya FC du chef de l’Etat a dominé l’équipe de la commune Tangara (4-0).

Ezechiel Misigaro

 

Burundi-Tanzanie> Forum entre les hommes d’affaires burundais et tanzaniens

Pour stimuler les relations commerciales

 

DSC 2181Un forum d’affaires a été organisé le samedi 30 septembre 2017, entre les hommes d’affaires burundais et tanzaniens. Ce forum contribue à discuter d’un certain nombre de facteurs qui contribueraient de manière significative à un commerce accru entre les deux pays. 

 

Ledit forum fait suite à l’appel lancé par les chefs d’Etat du Burundi et de la Tanzanie lorsqu’ils se sont réunis à Ngara en Tanzanie au mois de juillet 2017. A cet effet, ils ont demandé aux habitants de ces deux pays qui ont une longue histoire de bon voisinage et d’amitié,  d’accroître leurs relations commerciales.Selon le ministre des transports, des travaux publics et de l’équipement Jean-Bosco Ntunzwenimana, la valeur ajoutée de ce forum est que les hommes d’affaires tanzaniens ont constaté qu’il y a la paix et la sécurité au Burundi. « Pour faire des affaires, il faut qu’un pays soit en paix. Aussi, il y a des projets prioritaires pour le Burundi notamment le renforcement des échanges commerciaux à travers le lac Tanganyika. Pour cela, des projets sont en cours, et des échanges continuent entre les autorités tanzaniennes et les autorités burundaises », a-t-il indiqué.    

Une route régionale entre le Burundi et la Tanzanie

Il a également souligné qu’au niveau du transport aérien, la compagnie Air Tanzanie va bientôt ouvrir sa ligne Dar-es-Salam-Kigoma-Bujumbura. Ce qui va faciliter les échanges commerciaux. On a aussi demandé l’harmonisation des tarifs aux ports de Dar-es-Salam et Kigoma, a-t-il poursuivi. D’autres infrastructures vont aussi permettre ces échanges commerciaux comme les infrastructures routières parce que, a expliqué le ministre en charge des transports, « nous avons pu décrocher des financements de la Bad. Il s’agit d’une route régionale entre le Burundi et la Tanzanie où on va coupler la route nationale n°3 Nyanza-lac-Rumonge-Bujumbura et Manyovu-Kasulu.» Ce forum d’affaires rentre dans le cadre d’une foire-exposition des produits tanzaniens, récement organisée pour stimuler le commerce et le développement économique des deux pays.                                                                                           

Yvette Irambona

 

Commission d’enquête sur le Burundi> Position du gouvernement en cas de prolongation de son mandat

«Il rejette toute idée de prolongation»

 

DSC 0209Beaucoup d’éclaircissements ont été donnés à différentes des questions des journalistes par le ministre des Droits de l’Homme, des affaires sociales et du genre, lors d’une conférence de presse  animée le jeudi dernier. Selon le ministre Martin Nivyabandi, le gouvernement du Burundi rejette toute idée de prolonger le mandat de la Commission d’enquête  

 

A la question de savoir si le gouvernement du Burundi est prêt à collaborer avec une nouvelle commission d’enquête sur le Burundi, une fois mise en place, le ministre ayant les droits de l’Homme dans ses attributions a d’abord rappelé que le Burundi fait partie de quarante-sept pays membres du Conseil des  droits de l’Homme, et qu’il a le droit d’accepter ou de rejeter tout rapport produit quand il ne concorde pas avec la réalité de ce qui se trouve sur terrain. « Donc, il faut que les questions des droits de l’Homme soient traitées dans le cadre des droits de l’Homme plutôt que d’être politisées par qui que ce soit. Et que ces dernières ne soient pas non plus une plate-forme des pays de grande puissance afin de piétiner la souveraineté des Etas », a ensuite précisé M. Nivyabandi.

« Qui dit prolongation du mandat, dit reproduire la même chose »

Quant à la  position du gouvernement du Burundi en cas de prolongation du mandat de la Commission d’enquête en place, M. Nivyabandi a indiqué que le Burundi n’est pas contre les personnes, mais, qu’il est contre une Commission qui aura toujours le même mandat. « Et qui dit la prolongation du mandat dit reproduire la même chose.  Alors, on n’est pas sûr qu’en cas de prolongation, cette même Commission reproduira la plus-value  par rapport à ce qui a été produit dans le précédent rapport », a affirmé M. Nivyabandi, tout en signalant que la politisation des droits de l’Homme ne conduit pas à son amélioration. Ce dernier a terminé en informant que l’idée de faire prolonger le mandat de la Commission d’enquête et celle qui fait référence aux enquêtes par les étrangers sont toutes rejetées. 
Avit Ndayiragije

 

ZONE CIBITOKE> Lancement officiel d’un plan d’action des jeunes

 Pour contribuer au développement de leur communauté

 

DSC01392Les jeunes des  zones Cibitoke et Mutakura ont procédé le vendredi 29 septembre 2017 au lancement officiel d’un plan d’action appelé    « Dukore » sous le thème : « Jeunes, mettons-nous ensemble pour mieux travailler ».  Ce projet a été élaboré par 20 jeunes qui ont participé dans des séries de formation sur le leadership et l’entrepreneuriat avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le consortium du Burundi Business Incubator (BBIN) et Spark. 

 

Dans le cadre du projet de la consolidation de la paix et cohésion sociale, les jeunes des zones Mutakura et Cibitoke ont constaté que le chômage est un ploblème  majeur qui hante le développement des jeunes. C’est pour cette raison qu’ils ont jugé nécessaire de contribuer au relèvement de ces défis. Les leaders des jeunes avaient organisé des compétitions de tambours, danses traditionnelles et des jeux de billards et beaucoup d’invités dont l’administration de la commune Ntahangwa et celle de la zone Cibitoke, le Pnud, le BBIN et le Spark, les associations des Scouts du Burundi et autres étaient présents. Pour rendre cette compétition facile, chaque groupe devait contribuer pour une somme de 10 000 FBu afin de créer leur compte épargne, une somme au-delà de laquelle le groupe « Dukore » allait ajouter une somme de 100 000 FBu à leur épargne. Le représentant de ces jeunes, Philibert Maniratanga a fait savoir au quotidien Le Renouveau qu’au cours de ces tournois, les membres des équipes allaient participer dans des formations sur l’épargne et le crédit; le leadership et l’entrepreneuriat et qu’après une année, chaque équipe aura rédigé un plan d’affaires bancable. Il a ajouté que ceux-ci auront accès au crédit pour démarrer leur entreprise à travers les fonds qu’ils auront épargnés.Les membres du jury ont procédé à la remise des prix aux meilleurs compétiteurs. Pour le billard, parmi trois compétiteurs, deux ont pu décrocher des prix. Le premier est Mugabo Patrick qui a reçu une enveloppe de 15 000 FBu et une paire de pagne, le second, Irakoze Odilo qui a reçu  une enveloppe de 10 000 FBu avec une douzaine de savons.Pour la compétition des tambourinaires, le groupe dénommé les «Batimbo Lumière de la paix» a été premier et a reçu des cahiers et des douzaines de savons  et le groupe «Magic drums» classé second, a reçu des savons. Pour les danses traditionnelles, les premières ont eu des paires de pagnes et des douzaines de cahiers. Le groupe des Batimbo et danseuses traditionnelles ont reçu une enveloppe de 130 000 FBu qui va les aider dans leur épargne.
OLIVIER NISHIRIMBERE

 
Ouvrir