Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Lycée Musinzira de Gitega> Remise des prix de reconnaissance aux élèves des écoles d’excellence par le chef de l’Etat

Quinze ordinateurs portables remis à ceux qui se sont distingués l’année dernière

 

DSC 0055Le président de la République Pierre Nkurunziza a procédé le mercredi 6 février 2019, à la remise des ordinateurs à quinze élèves provenant de différentes écoles d’excellence du pays, qui se sont distingués l’année passée en obtenant plus de 85%. Ces ordinateurs leur permettront d’acquérir d’autres connaissances.  

 

Parmi ces élèves, il y a une élève qui étudie en 8e année à Bujumbura et provenant de la province de Cibitoke. Elle a lu 24 livres et a fait le résumé de chaque livre. Selon Janvière Ndirahisha, ministre en charge de l’éducation, cette élève a donné un bon exemple aux élèves des écoles d’excellence et en particulier, à tous les élèves du pays. Elle a aussi donné un exemple aux enseignants et aux directeurs pour qu’ils puissent faire la lecture. Un directeur d’école a aussi été primé pour avoir développé des activités champêtres au sein de son école. Ce qui permet à cette dernière de s’approvisionner en vivres sans difficultés.Parmi ces élèves, il y a une élève qui étudie en 8e année à Bujumbura et provenant de la province de Cibitoke. Elle a lu 24 livres et a fait le résumé de chaque livre. Selon Janvière Ndirahisha, ministre en charge de l’éducation, cette élève a donné un bon exemple aux élèves des écoles d’excellence et en particulier, à tous les élèves du pays. Elle a aussi donné un exemple aux enseignants et aux directeurs pour qu’ils puissent faire la lecture. Un directeur d’école a aussi été primé pour avoir développé des activités champêtres au sein de son école. Ce qui permet à cette dernière de s’approvisionner en vivres sans difficultés.
 

Etre des modèles pour les autres 

Dans son discours de circonstance, le président de la République Pierre Nkurunziza a précisé que le pays est en train de promouvoir des intellectuels qui vont participer au développement du pays. Il les a encouragés à continuer à être des modèles pour les autres élèves. « Vous êtes les premiers à fréquenter ces écoles, continuez à aller de l’avant. C’est un processus que nous avons commencé et nous devons le poursuivre ». Le président Nkurunziza leur a conseillé de connaître leur devoir, d’évoluer dans le temps et dans l’espace. Pierre Nkurunziza les a félicités pour ce pas franchi, et leur a conseillé de songer à préparer l’avenir du pays dès maintenant. « Ayez de l’intelligence pour préserver ce que Dieu nous a donné et faire émerger notre pays. Pour développer notre pays, il faut distinguer le bien du mal », a-t-il conclu. Une des représentants de ces élèves a indiqué qu’ils saluent l’initiative de mettre en place les écoles d’excellence dans la mesure où depuis le début de ces dernières, plusieurs choses ont été réalisées entre autres les tests pour sélectionner les candidats qui vont entrer dans ces écoles, et un nombre suffisant  d’enseignants qualifiés. « Nous disposons du matériel nécessaire pour faire des recherches, des livres sans oublier des uniformes. Les écoles d’excellence ont reçu tout le nécessaire comme les matelas, les ustensiles de cuisine et les motos pour faciliter le déplacement des administratifs ».                               

Les défis ne manquent pas

Elle n’a pas manqué de remercier le chef de l’Etat pour ce pas déjà franchi. Mais, les défis ne manquent pas comme le manque d’ordinateurs et leur lieu de conservation. « Nous souhaitons aussi qu’il y ait une augmentation de la ration alimentaire. Nos uniformes devraient être disponibles tout au début de l’année, et changer la manière de les confectionner, et cela devrait se faire tout près de l’école. La réhabilitation de ces écoles s’avère également nécessaire. Le post-fondamentale devrait être multiplié dans ces écoles d’excellence pour choisir les sections de leur choix », a-t-elle poursuivi. Les autres problèmes soulevés sont le soutien pour les élèves indigents, le soutien de ces écoles dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage pour nourrir ces élèves et pouvoir faire des stages. Sur toutes ces difficultés, le chef de l’Etat les a invités à dominer les problèmes et à ne jamais démissionner. « En tant que vos parents, nous allons partager ce que nous avons », a conclu le chef de l’Etat.                                                                                                   

Yvette Irambona

 

CNC> Réunion de présentation et d’échanges sur les prestations des organes de presse durant le dernier trimestre 2018

«De façon générale, les organes de presse oeuvrant au Burundi ont essayé de respecter la loi »

 

DSC 0525Le Conseil national de la communication (CNC) a organisé une réunion de présentation et d’échanges sur les prestations des organes de presse durant le dernier trimestre 2018, le jeudi 07 février 2019 à Bujumbura à l’intention des responsables des médias. 

 

Dans son discours d’ouverture de la réunion, le président du CNC, Nestor Bankumukunzi, a fait savoir que la mission  du CNC est de réguler les médias dans l’objectif de garantir au Burundi une presse libre, responsable, professionnelle et respectée. Le CNC a déploré le grave manquement professionnel et le mensonge de la radio BBC qui vient de se rendre coupable au moment où sa réouverture était sur le point d’être décidée.Le président du CNC a indiqué que la liberté de la presse repose essentiellement sur le respect de la loi et son contraire est plutôt la liberticide de la presse. Le projet de délivrance de la carte de presse semble atteindre sa maturité, a-t-il dit.Au cours d’une interview qu’il a accordée à la presse après la réunion, le président du CNC  a indiqué qu’il était question d’évaluer les prestations des médias durant les mois d’octobre, novembre et décembre de l’an 2018. Le constat qui a été fait par le CNC est que la majorité des organes de presse ont fourni des efforts dans le prolongement des conseils et des recommandations qui leur avaient été faits. Le CNC avait notamment demandé aux responsables des médias de procéder à un encadrement de proximité des journalistes placés sous leur responsabilité.

Des conseils ont été prodigués.

M.Bankumukunzi a indiqué que, de façon générale, les organes de presse oeuvrant au Burundi ont essayé de respecter la loi. Cependant, le CNC  a constaté qu’il y a des ratés notamment les violations de la loi surtout en ce qui concerne l’équilibre de l’information. A ce sujet, même ceux qui ont fait des efforts, ces derniers ont été entachés par des déséquilibres de l’information, des violations de l’article 52 de la loi régissant la presse. Le CNC  a constaté qu’il y avait des émissions et des informations qui n’étaient pas équilibées. Une autre faute qui a été relevée par le CNC, a dit M.Bankumukunzi, est la dépravation des mœurs. Il y a eu des radios, la presse écrite et des télévisions aussi où l’on a eu à déplorer des émissions, des chansons et des tranches d’animation qui n’ont pas du tout respecté la culture burundaise.Le président du CNC a saisi l’occasion pour leur faire un clin d’œil et des conseils renforcés pour que ce genre de manquements ne se reproduisent plus dans les médias. La plupart des médias, a signifié M.Bankumukunzi, ont reconnu les fautes commises et se sont engagés solennellement à redresser la barre pour les prochains jours.Comme l’a révélé le président du CNC, cela a été fait dans l’objectif de préparer les médias à mieux aborder et à mieux couvrir médiatiquement la période électorale qui s’annonce déjà afin que l’on puisse éviter les fauttes professionnelles qui risquent de nous coûter cher comme en 2014 et 2015. M.Bankumukunzi a prodigué des conseils aux responsables des médias afin qu’ils préparent les journalistes intellectuellement et moralement pour qu’ils puissent couvrir la période des élections de façon professionnelle et responsable en vue de se faire respcter.

Martin Karabagega

 

DIASPORA BURUNDAISE DE ZAMBIE> Contribution aux élections de 2020

Soixante-dix millions de francs burundais versés à la BRB

 

DSC08543Une délégation de l’association des Burundais résidant en Zambie a versé, le jeudi 7 février 2019,  à la Banque de la république Burundi (BRB) une somme de 70 000 000 FBu pour contribuer aux élections de 2020. 

 

A la sortie du guichet de la BRB, le chef de la délégation de la diaspora burundaise de Zambie, Francis-Xavier Tuyiramye, a indiqué que les Burundais vivant en Zambie ont répondu à l’appel du gouvernement du Burundi à la contribution aux élections de 2020. Selon lui, malgré la vie difficile que ces Burundais mènent à l’étranger, ils     sont parvenus à collecter une somme de 70 000 000 FBu.M. Tuyiramye a fait savoir que les Burundais vivant en Zambie ont  envoyé un message de salutation aux Burundais vivant dans le pays en commençant par le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, son épouse, Denise Nkurunziza, sa famille ainsi que son gouvernement. Ils saluent et soutiennent les projets que le chef de l’Etat initie pour le développement du Burundi. M. Tuyiramye a signalé que la diaspora burundaise de Zambie va faire des contributions pareilles chaque fois qu’il sera nécessaire et sur demande du gouvernement. Selon lui, cette diaspora répondra favorablement toujours chaque fois qu’il y aura un tel appel.Le chef de la délégation de ladite diaspora a invité la diaspora burundaise des autres pays  de faire la même chose chaque qu’il y a un appel pour contribuer au développement de notre pays. M. Tuyiramye a également lancé un appel à tous les africains à travailler beaucoup pour le développement de leurs pays afin de devenir indépendant politiquement, économiquement et socialement.

Ezéchiel Misigaro

 

Palais présidentiel de Gitega> Visite des natifs de Gitega à la famille présidentielle

Un signe d’unité qui a toujours caractérisé nos ancêtres

 

DSC 0033Les natifs de la province de Gitega ont rendu visite, le mardi 5 février 2019 au Palais présidentiel de Gitega à la famille présidentielle. Ils leur ont offert des cadeaux en vivres et onze vaches pour souhaiter une bonne fête de l’unité au chef de l’Etat et lui adresser des remerciements.  

 

A leur arrivée au Palais présidentiel de Gitega, les natifs ont été accueillis par le couple présidentiel. Cette visite a le sens social qui a toujours caractérisé les Burundais depuis longtemps. Ce geste posé par la population de Gitega est un signe de remerciements au chef de l’Etat, qui ne cesse de prendre des décisions honorant le pays en général et la province de Gitega en particulier. La plus récente est la promulgation de la loi qui fait de Gitega la capitale politique du Burundi.Au nom de la délégation, le gouverneur de cette province, Venant Manirambona a adressé ses remerciements au président de la République Pierre Nkurunziza de les avoir accueilli dans ce Palais et d’avoir accepté leurs cadeaux, « c’est un honneur pour la province d’être accueilli au Palais présidentiel». Il lui a souhaité d’avoir des bénédictions de Dieu et que le Seigneur l’accompagne dans sa tâche.Du côté de la famille présidentielle, le Numéro Un burundais a indiqué que c’est une grande joie d’être à Gitega, la capitale politique du Burundi. «C’est un jour spécial de se retrouver au Palais présidentiel de Gitega.  Vous êtes venus nous rendre visite, et faites comme chez vous. Nous vous remercions pour ce geste que vous venez de manifester. C’est un signe d’unité qui a toujours caractérisé nos ancêtres ». Ainsi, il a pris acte de continuer à promouvoir la province de Gitega. Pour manifester sa joie, le couple présidentiel a partagé un verre avec ses hôtes.                                                                                                 

 Yvette Irambona

 

Palais présidentiel de Gitega> Conseil des ministres du 6 au 7 février 2019

Onze projets sont à l’ordre du jour dont le projet de décret portant création et organisation de l’Autorité burundaise de régulation des médicaments et aliments « Abrema »

 

DSC 0034Sous la présidence du chef de l’Etat, le Conseil des ministres se réunit du 6 au 7 février 2019 au Palais présidentiel de Giitega. Onze projets dont six projets de décret, quatre projets de loi et un projet d’ordonnance ministérielle sont en train d’être analysés. Il y a également  les divers. 

 

Selon le communiqué du Secrétariat général du gouvernement, les six projets de décret sont le projet de décret portant organisation, missions et fonctionnement de l’Inspection générale de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes ; le projet de décret portant missions, organisation et fonctionnement de l’Institut supérieur de police ; le projet de décret portant missions, organisation et fonctionnement du Centre de formation et de perfectionnement aux missions de maintien de la paix ; le projet de décret portant organisation, missions et fonctionnement de l’Aumônerie de la Police nationale du Burundi ; le projet de décret portant création et organisation de l’Autorité burundaise de régulation des médicaments et aliments (Abrema) et enfin, le projet de décret portant statut, organisation et fonctionnement de l’Agence nationale de promotion et de régulation des sociétés coopératives « Anacoop ».Les quatre projets de loi à analyser sont le projet de loi relative aux impôts sur les revenus ; le projet de loi relative à la taxe sur la valeur ajoutée « TVA » ; le projet de loi relative aux procédures fiscales et  non fiscales; le projet de loi portant révision de la loi n°1/33 du 28/11/2014 portant organisation de l’administration communale. Le projet d’ordonnance ministérielle portant modalités de gestion des terres domaniales à vocation agro-sylvo-pastorale est à l’ordre du jour. Enfin, il y a les divers.                                                                                             

Yvette Irambona

 

Commentaire >Construisons notre pays en bons patriotes

Le peuple burundais, toutes ethnies confondues, vient de célébrer la fête de son unité, en méditant profondément sur le pays dans son passé, son présent et son avenir. La fête de l’Unité du 5 février 2019 a été notamment marquée par le message à la Nation du président de la République, Pierre Nkurunziza ; une conférence de presse du Secrétaire général du parti CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye ; sans oublier les cérémonies du jour s’étant déroulées à travers tout le pays, dans la paix et la sérénité en chantant, main dans la main, l’hymne de l’Unité en face du drapeau national et celui de l’Unité, aux lieux prévus à cet effet, notamment les monuments et les places de l’unité.Si le commentaire que nous vous proposons est consacré au patriotisme, c’est que l’Unité nationale ne pourrait pas devenir une réalité dans un pays mal aimé par ses citoyens. Les conflits interethniques d’un amer souvenir qui ont, dans le passé, déchiré le tissu social burundais en témoignent à suffisance. Comment en effet, nous considérer en bons et véritables citoyens en n’aimant pas notre Patrie ; le patriotisme étant une valeur citoyenne sans laquelle la société burundaise ne pourrait s’édifier. Si le Burundi a connu des moments sombres de son Histoire en 1965, en 1972, en 1988 et en 1993 par les mains de ses propres fils, c’est que les valeurs positives parmi lesquelles figure en bonne place le patriotisme, ont fait tant de défaut à bon nombre de Burundais habités par le manichéisme qui enseigne aux méchants de chasser les bons et aux bons de chasser les méchants, au lieu de chercher à vivre en symbiose, en adhérant aux idéaux de paix, d’unité, de démocratie et de développement dont le patriotisme est porteur.De nos ancêtres qui se sont battus d’abord avant de bâtir le Burundi, faisons d’eux des modèles de patriotisme, véritable nœud ombilical devant nous relier à eux, pour que vive à jamais la Patrie. Le prince Louis Rwagasore, héro de l’indépendance, le président Melchior Ndadaye, héro de la démocratie avaient bien compris le message de nos ancêtres, c’est-à-dire celui du patriotisme au seul service de l’intérêt du peuple et de la Nation. Imprégnons-nous donc de l’Histoire de notre pays de façon à pérenniser l’héritage de nos ancêtres qui ont édifié une société burundaise basée sur le patriotisme, cet amour profondément voué à la Patrie sans lequel, redisons-le, rien de positif ne peut-être entrepris en sa faveur. Ceux qui ont lu l’Histoire du Burundi depuis l’époque du roi Ntare Rushatsi à nos jours, savent bien et sauront bien faire connaître que c’est grâce à la bravoure et au patriotisme de nos aïeux que le pays aura toujours de citoyens valeureux pour l’aimer et le protéger contre les forces du mal d’où qu’elles viennent. C’est  à cela que les autorités du pays nous invitent sans cesse.Sachons alors tirer profit des séances de moralisation régulièrement animées par le président de la République Pierre Nkurunziza pour renforcer notre esprit patriotique. C’est ainsi que nous, tous ensemble, découragerons ceux qui seraient tentés de nous ravir notre indépendance et notre souveraineté. Sans patriotisme, sans cette valeur citoyenne devant habiter les générations montantes et futures, notre pays sera à la merci de tout ce qui est de nature à porter atteinte à sa souveraineté.                                                                                     

Pascaline Biduda

 
Ouvrir