Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CENI >Annonce des résultats provisoires du scrutin présidentiel

Le candidat Pierre Nkurunziza occupe la première position avec 69,41% des suffrages exprimés

 

La Commission électoral nationale indépendante (Ceni) a annoncé au public en général et aux candidats en particulier les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 21 juillet 2015 le vendredi 24 juillet 2015. Tenant compte de tous les inscrits des provinces du Burundi et des inscrits de chaque représentation diplomatique qui a pu envoyer les résultats de cette élection, le candidat Pierre Nkurunziza occupe la première position avec 69,41% des suffrages exprimés.

 

DSC 1916Le président de la Ceni, Pierre Claver Ndayicariye qui a annoncé les résultats provisoires du scrutin présidentiel a souligné, que selon l’article 98 de la Constitution, les candidats peuvent être présentés par les partis politiques ou se présenter en qualité d’indépendants. Ainsi, le scrutin présidentiel du 21 juillet 2015 a mis en lice huit candidats. Il a rappelé qu’il s’agit d’Agathon Rwasa en qualité d’indépendant « Mizero y’Abarundi », de Jacques Bigirimana du parti FNL, de Sylvestre Ntibantunganya en qualité d’indépendant «Gira Ijambo», de Pierre Nkurunziza au nom du parti CNDD-FDD, de Gérard Nduwayo au nom du parti Uprona, de Domitien Ndayizeye au nom de la coalition Ranac, de Jean Minani au nom du parti Frodebu Nyakuri iragi rya Ndadaye et de Jean de Dieu Mutabazi au nom de la coalition Copa.

Un taux de participation de 73,44%

M. Ndayicariye a souligné que le taux de participation à l’élection présidentielle est de 73,44%. Selon la synthèse des suffrages obtenus par chaque candidat à la présidence présentée par la Ceni, le candidat Pierre Nkurunziza au niveau national a eu 69,41% ; il occupe la première position. Il est suivi par Agathon Rwasa qui occupe la deuxième position avec 18,99%. A la troisième position vient le candidat Gérard Nduwayo avec un pourcentage de 2,14 des suffrages nationaux suivi du candidat Jean Minani qui a obtenu 1,36% des suffrages. Quant aux candidats Jacques Bigirimana, Domitien Ndayizeye et Jean de Dieu Mutabazi ils ont successivement occupé la 5e position avec 1,01%, la 6e position avec 0,71% et la 7e position avec 0,16%. Le candidat Sylvestre Ntibantunganya a occupé la 8e position avec 0,14%.

Le nombre d’inscrits mentionné tient compte de tous les inscrits

Sur le total des inscrits de 3 848 119, le total votant s’élève à 2 826 072 contre 10 3420 nuls et 68 590 abstentions. Pierre Claver Ndayicariye a précisé que le nombre d’inscrits mentionné tient compte de tous les inscrits des provinces du Burundi et des inscrits de chaque représentation diplomatique qui a pu envoyer les résultats de cette élection. « Je voudrais ajouter qu’à l’étranger, le Code électoral burundais permet de s’inscrire le même jour et d’élire immédiatement mais, à l’étranger, le nombre d’électeur reste très minime, », a-t-il dit.
Pierre Nkurunziza occupe également la première position dans différentes provinces du pays sauf dans les provinces de Bujumbura et Rumonge où il a été devancé par le candidat Agathon Rwasa comme l’a montré la présentation des résultats obtenus par les candidats dans différentes provinces. M. Ndayicariye a fait savoir que dans les meilleurs délais, la Ceni transmettra le procès-verbal des résultats à la Cour constitutionnelle. Et, selon l’article 77 du Code électoral, la proclamation officielle des résultats définitifs par la Cour ci-haut mentionnée doit intervenir au plus tard le neuvième jour calendrier à partir de leur transmission.
Différentes hautes personnalités du pays notamment le ministre de l’Intérieur, le président de la Cour constitutionnelle, les membres du corps diplomatique accrédité à Bujumbura, etc. avaient rehaussé de leur présence ces cérémonies.
Grâce-Divine Gahimbare

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Message de félicitation au président de la République à l’occasion de son élection pour un nouveau mandat

Le soutenir à œuvrer dans la voie salutaire pour la nation burundaise

 

Après l’élection présidentielle, des messages de félicitation continuent à être adressés au chef de l’Etat pour son élection pour un nouveau mandat. Cette réélection témoigne de ses qualités de leader et d’homme d’Etat exemplaire au Burundi. L’Assemblée nationale a lancé le 26 juillet 2015 un message à cette même fin. Dans son message, le Premier Vice-président de l’Assemblée nationale, Mo-Mamo Karerwa a indiqué que cette institution assure au président son soutien et l’encourage à continuer à œuvrer dans cette voie salutaire pour la nation burundaise.

 

DSC 0045Le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Mo-Mamo Karerwa a adressé, le 26 juillet 2015, un message de félicitation au président de la République pour son élection pour un nouveau mandat.
Dans son message, elle a informé que le Bureau de l’Assemblée nationale de la République du Burundi, les députés et le personnel de cette institution, ont l’honneur et la joie d’adresser au chef de l’Etat leurs vives et sincères félicitations pour sa réélection au suffrage universel direct pour un nouveau mandat de cinq ans.
Mme Karerwa a ajouté que cette réélection témoigne de ses qualités de leader et d’homme d’Etat exemplaire au Burundi.
Par son vote, le peuple burundais a exprimé sa reconnaissance des efforts fournis depuis dix ans dans tous les domaines de la vie nationale, a indiqué Mme Karerwa, surtout en ce qui concerne la stabilité des institutions de la République ; l’enracinement de la culture démocratique, de la bonne gouvernance ; le développement socio-économique et la consolidation de la paix.
Mme Karerwa a souligné que l’Assemblée nationale reconnaît que le chef de l’Etat a rendu à la nation burundaise d’éminents services au cours de ces dix dernières années. Elle est également confiante que ces cinq années à venir seront plus fructueuses.
L’Assemblée nationale assure au chef de l’Etat son soutien et l’encourage à continuer à œuvrer dans cette voie salutaire pour la nation burundaise, a-t-elle fait savoir. Cette institution renouvelle ses sincères félicitations au chef de l’Etat et lui réitère son soutien sans faille dans l’accomplissement de ce nouveau mandat, a conclu Mme Karerwa.
EZECHIEL MISIGARO

 

BUJUMBURA MAIRIE> Elections sénatoriales

Le parti CNDD-FDD a remporté les deux sièges à cent pour cent

 

Les élections sénatoriales ont eu lieu le vendredi 24 juillet 2015. Les membres des conseils communaux élus le 29 juin 2015 ont élu les deux sénateurs dont un hutu et un tutsi qui vont représenter chaque province. Au niveau de la mairie de Bujumbura, les candidats du parti CNDD-FDD ont été élus à l’unanimité. Il s’agit de Rémy Barampama, hutu et d’Emérence Ahishakiye, tutsi qui ont passés au premier tour.

 

DSC 1862Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Cepi) en mairie de Bujumbura, Cyriaque Bucumi a introduit le vote en rappelant aux électeurs qu’ils devaient se munir de leurs pièces d’identité et de la carte d’électeur. Il a expliqué que chaque parti politique ou coalition est représenté par deux candidats d’ethnie hutu et deux candidats d’ethnie tutsi. Il a précisé que le candidat totalisant plus de la moitié des suffrages exprimés allait passer au premier tour à défaut de quoi le 2e tour allait être organisé. Il a fait savoir que les électeurs sont uniquement composés d’élus communaux de la circonscription de la mairie de Bujumbura lors des élections communales du 29 juin 2015.
Les conseillers communaux en mairie de Bujumbura attendus pour élire les sénateurs étaient au nombre de 47 et 32 conseillers ont répondu présents. Les candidats sénateurs provenaient des partis CNDD-FDD et FNL ainsi que de la coalition Copa. Le parti CNDD-FDD était représenté d’une part par Rémy Barampama et de Martin Mbazumutima tous des hutu ainsi que d’Emérence Ahishakiye et Avère Niyongere, toutes des tutsi. Le parti FNL était représenté par Jacques Bigirimana et Roger Nahimana tous des hutu ainsi que d’Anastasie Manirambona et Jacqueline Banyihishako, toutes des tutsi. La coalition Copa quant à elle était représentée par Cécile Nshimirimana et Cassien Akimbesha, tous des hutu ainsi que de Jean-Bosco Ntakarutimana et Joselyne Nininahazwe, tous des tutsi. Après la présentation des candidats sénateurs, Jacques Bigirimana qui représentait le part FNL a demandé aux électeurs qui allaient voter pour son parti de voter en faveur de Rémy Barampama du CNDD-FDD.

Ethnie par ethnie

Le président du bureau de vote et vice-président de la Cepi en mairie de Bujumbura a expliqué aux électeurs la manière dont les élections allaient se dérouler. Selon lui, les électeurs devaient voter ethnie par ethnie mais, comme les élections ont débuté avec un retard, le bureau de vote a prévu deux urnes, une pour chaque ethnie. Les conseillers communaux présents ont alors procédé au vote un à un. L’électeur passait devant un membre du bureau de vote qui devait vérifier sa qualité d’électeur puis se rendait dans l’isoloir après avoir retiré un bulletin de vote pour un candidat hutu et un autre pour un candidat tutsi. Le maire de la ville, Saïdi Djuma était parmi les électeurs et c’est lui qui a ouvert le scrutin.

Rémy Barampama et Emérence Ahishakiye, élus sénateurs

Après le dépouillement, les deux sièges sénatoriaux réservés à la mairie de Bujumbura sont revenus aux représentants du parti CNDD-FDD. Ainsi, Rémy Barampama, hutu du CNDD-FDD et Emérence Ahishakiye, tutsi du même parti ont été élus sénateurs.
Parmi les observateurs électoraux présents sur place, on pourrait citer les observateurs de la Menub et de l’Acopa.

Amédée Habimana
Grâce-Divine Gahimbare

 

CIRGL>Inauguration officielle du nouveau bâtiment pour son siège

Il abritera tout son personnel et ses partenaires potentiels

 

Le ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale a rehaussé de sa présence les cérémonies d’inauguration du nouveau bâtiment qui abritera les différents services de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des grands lacs). Le bâtiment initialement occupé était actuellement débordé. Le gouvernement du Burundi promet à la CIRGL un terrain pour ériger ses propres bâtiments.

 

DSC 0028Dans son discours de circonstance, Alain Aimé Nyamitwe, ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale, a exprimé son sentiment de satisfaction à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de la CIRGL. Il a profité de l’occasion pour souligner la raison de cette inauguration en ce jour alors que la CIRGL est opérationnelle depuis bientôt 8 ans. Au départ, a-t-il dit, l’organisation a commencé avec un personnel très réduit qui s’est accru de jour en jour, au point que le bâtiment mis à sa disposition était actuellement débordé. C’est ainsi que la CIRGL a saisi le gouvernement du Burundi pour lui trouver un autre bâtiment afin d’abriter tout le personnel et d’autres partenaires potentiels, a poursuivi M.Nyamitwe.
Le ministre Nyamitwe a saisi cette opportunité pour renouveler au secrétariat exécutif de la CIRGL le raffermissement de son appui pour l’efficience et le succès de ses multiples missions de mise en œuvre du Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement de la région des grands lacs.

La CIRGL accompagne le processus électoral

Le ministre burundais des Relations extérieures a rappelé que l’inauguration du siège de la CIRGL intervient deux jours seulement après les élections présidentielles et à moins d’un mois après les élections communales et législatives. Pour lui, c’est une occasion, au nom du gouvernement de réitérer la gratitude du Burundi aux Etats membres de la CIRGL qui ont accompagné le processus électoral. Ainsi, ils ont envoyé des observateurs avant, pendant et après les élections.
Il a également remercié la CIRGL d’avoir fait suite urgente à la demande des chefs d’Etat et de gouvernement de la communauté est-africaine réunis au Sommet du 6 juillet 2015 à Dar Es Salaam, d’envoyer au Burundi des experts du mécanisme conjoint de vérification élargie et du centre conjoint de fusion des renseignements dans le but de vérifier sur terrain les allégations selon lesquelles existeraient au Burundi des forces négatives FDLR. Le gouvernement du Burundi attend impatiemment leurs conclusions pour que la vérité éclate au grand jour, a-t-il martelé.
Le ministre Nyamitwe a terminé son allocution en promettant au secrétariat de la CIRGL que le gouvernement est en train d’analyser sa demande de terrain pour y ériger son propre bâtiment.
Amédée Habimana

 

Provinces de Gitega et Mwaro> Election présidentielle du 21 juillet

Elle s’est globalement bien déroulée malgré les électeurs qui se présentaient à compte-gouttes

 

Le Burundi a organisé l’élection présidentielle le mardi 21 juillet 2015 sur tout le territoire national. Dans les provinces de Mwaro et Gitega, les élections se sont déroulées dans un bon climat malgré une présence minime de la population aux bureaux de vote l’avant-midi. En province de Mwaro, en commune Rusaka, le srutin présidentiel a connu la présence du Premier vice-président de la République Prosper Bazombanza.

 

DSC 2268La rédaction du journal Le Renouveau est passée à certains centres de vote de quelques communes des provinces de Mwaro et Gitega pour s’enquérir du déroulement du scrutin présidentiel. Le constat a été que les électeurs n’étaient pas nombreux l’avant-midi que ce soit à Mwaro ou à Gitega.

En commune Rusaka : bien poser l’empreinte digitale

La rédaction du quotidien Le Renouveau a d’abord été au centre de vote de l’école primaire de Kizi. C’est là même que le Premier vice-président a exercé son devoir civique en votant. Par après, M.Bazombanza a indiqué aux journalistes présents qu’il est venu accomplir son devoir civique en votant à ce centre car c’était là où il s’est fait inscrire. Il a demandé aux habitants de certaines collines comme Bugorora de venir voter massivement, les électeurs ayant été peu nombreux lors des élections précédentes. Il a conseillé aux votants de bien poser l’empreinte digitale dans le petit rectangle au lieu de la mettre dans le symbole de leur choix afin d’éviter des bulletins nulles. Il a souhaité à celui qui va gagner d’être le président de tout le monde comme ça a toujours été. Ce centre était composé de deux bureaux de vote. Le nombre d’inscrits était de 704 personnes. Marie-Viola Bigirimana, la présidente du bureau de vote n°2, a indiqué qu’on a ouvert les bureaux de vote à 6 h. La sécurité était totale et assurée par les forces de l’ordre. Par rapport aux élections précédentes, les votants étaient moins nombreux au début et venaient à compte-goutes, a dit Mme Bigirimana. Les mandataires des partis politiques présents à ce centre étaient ceux du CNDD-FDD et de l’Uprona. Quant à la société civile, il y avait la présence de ceux de l’Acopa-Burundi (Association pour la consolidation de la paix), du Codip (Collectif des organisations intégrées pour le développement de la population) et d’Izere.

En commune Kayokwe : 284 personnes avaient déjà voté à 11 h

Au centre de vote de l’école primaire de Kibumbu I, il y avait quatre bureaux de vote. Les inscrits à ce centre étaient au nombre de 1 276 personnes. Seules 284 personnes avaient déjà voté à 11h à ce centre de vote. Même à ce centre, les électeurs venaient à compte-gouttes. Les raisons avancées par certains présidents des bureaux de vote comme Félix Manirakiza du bureau de vote n°3 sont que les gens s’occupent des travaux champêtres dans les marais.On espérait que les votants allaient venir massivement à partir de 14h, a indiqué M. Manirakiza. Seuls les mandataires du parti CNDD-FDD étaient présents et seul le Codip était présent du côté de la société civile.
Au centre de vote de Bisoro II, toujours dans la commune de Kayokwe, il y avait deux bureaux de vote. Le nombre d’inscrits à ce centre était de 674 personnes. 361 personnes avaient déjà répondu présentes à 11h 45 minutes. Les raisons de ce petit taux de participation convergent ensemble avec celles de Félix Manirakiza. Les mandataires des partis politiques présents étaient ceux de l’Uprona et du CNDD-FDD. Le forum national des femmes était aussi présent côté société civile.

En commune Gitega : Aucun problème à signaler

Au centre de vote de l’école primaire de Kibiri I, il y avait quatre bureaux de vote. Le nombre d’inscrits étaient de
1 543 personnes et jusqu’à 12h 30 min, 671 personnes avaient déjà voté. Aucun problème à signaler et les bureaux ont été ouverts à 6 h. La société civile était représentée par Miparec, une association qui combat toute forme de violence (Ministry for peace and reconciliation under the cross). Quant aux mandataires politiques, seul le parti CNDD₋FDD était représenté.

En commune Makebuko : les bureaux de vote avaient ouvert à 6h20

Au centre de vote de l’école primaire de Buhunja, il y avait cinq bureaux de vote et 1 788 inscrits. Les bureaux de vote ont été ouverts à 6 h 20 et 885 personnes avaient déjà voté jusqu’à 13 h 20 . Avant cette heures-là, les votants venaient à compte-gouttes.

Tout le matériel électoral était prêt la veille

D’après Alphonse Polisi, président de la Cepi (Commission électorale provinciale indépendante) Gitega, on avait donné l’ordre à tous les membres des bureaux de vote de les ouvrir à 6 h précise top. A cet effet, tous les matériels sont arrivés aux différents bureaux de vote le soir du lundi 20 juillet 2015. Dans l’ensemble, les membres des bureaux de vote ont été ponctuels. Le constat est que lors des élections précédentes, les électeurs ont été matinaux par rapport à ce scrutin présidentiel, a dit M. Polisi. Il a fait savoir que tous les inscrits au niveau de la province étaient au nombre de
33 3361 personnes. On totalisait 310 centres de vote et 1 007 bureaux de vote, a-t-il ajouté. Il a enfin signalé que des observateurs internationaux étaient aux différents centres de vote. Il s’agit notamment ceux de l’ambassade du Kenya, de l’ambassade de la RDC, ceux de la Communauté-est africaine et la Menub.

Martin Karabagega

 

Election présidentielle 2015> Centre de vote Athénée primaire

Le scrutin s’est déroulé dans un climat apaisé

 

Le peuple burundais a répondu à l’appel lancé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le 21 juillet 2015 pour élire le nouveau président de la République pour un mandat de 5 ans. Les habitants du centre ville de la capitale sont allés voter à l’Athénée primaire où on avait installé deux bureaux de vote. Jusqu’a 13h 30, il a été remarqué que les électeurs sont venus peu à peu.

 

DSC 1738 2Lors de notre passage aux centres de vote situés à l’Athénée primaire de la municipalité de Bujumbura, les différents présidents des bureaux de vote nous ont donné la situation qui prévalait à la mi-journée du mardi 21 juillet 2015 concernant l’élection présidentielle. En effet, à l’Athénée primaire, il y’avait deux centres de vote : le centre de vote Esta qui abritait huit bureaux de vote, et le centre de vote St Etienne qui abritait cinq bureaux de vote. Quand nous avons effectué un passage dans les différents bureaux de vote, nous avons pu remarquer que jusqu’à 13h30, le nombre d’électeurs qui avait déjà voté était le suivaut : au bureau de vote B1, sur les 387 inscrits, 86 électeurs avaient déjà voté ; au B2, 83 avaient déjà voté ; au B3, 80 personnes avaient déjà voté ; au B4, 75 personnes avaient déjà voté ; au B5, 73 avaient déjà voté ; au B6, 68 avaient déjà voté ; au B7, 98 avaient déjà voté et au B8, 78 avaient déjà voté. Pour le centre de vote St Etienne qui abritait cinq bureaux de vote, le nombre d’électeurs à 13h30 étaient les suivants : au bureau de vote B1, sur les 343 personnes inscrites, 50 avaient déjà voté ; au B2, 59 avaient déjà voté ; au B3, 71 avaient déjà voté ; au B4, 74 avaient déjà voté et au B5, 92 avaient déjà voté.
En outre, interrogés sur ces chiffres déjà enregistrés, les présidents des bureaux de voté avec lesquels nous nous sommes entretenu ont souligné que les gens sont venus peu à peu, et espéraient que la population qui s’était faite inscrire allait venir pour choisir le nouveau président. Autre fait remarqué, c’est que le scrutin s’est déroulé dans un climat apaisé puisque un bon nombre de policier étaient là pour assurer la sécurité.

Appolinaire Nimubona

 
Ouvrir