Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Présidence de la république> Audience accordée à Nkosazana Dlamini Zuma

La paix et la sécurité doivent être maintenus au Burundi

 

DSC 0574Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a accordé une audience à Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine, le vendredi 27 mars 2015. La question des élections a dominé leurs échanges. Les Communautés tant nationale qu’internationale souhaitent que la paix et la sécurité soient maintenues au Burundi.

 

Le Burundi a connu un passé difficile. Les communautés tant internationale que nationale se sont investies pour que la paix et la sécurité reviennent au pays. « Le Burundi a besoin de la paix, tout doit être fait pour maintenir la paix dans le pays », a dit Mme Nkosazana Dlamini Zuma au sortir de l’audience que le Président Pierre Nkurunziza lui a accordée. Pour elle, la Constitution doit être chaque fois respectée dans tous les pays. Pour le cas du Burundi, en ce qui concerne les élections de 2015, en plus de la Constitution, les accords d’Arusha doivent également être considérés. Ainsi, la présidente de la Commission de l’Union africaine appelle les Burundais à lire scrupuleusement ces textes. Elle souhaite cependant qu’il y ait des élections crédibles au Burundi, et que les résultats soient acceptés par les parties prenantes.

Alfred Nimbona

 

CEA>Départ du président de l’EALA

Il est satisfait du travail accompli

 

Le président de l’Eala (Assemblée législative de la Communauté de l’Afrique de l’Est, a pris le chemin de retour, le soir du jeudi 26 mars 2015. Il était venu pour la cinquième réunion de la troisième session de l’Eala tenue du 15 au 26 mars 2015.

 

DSC 1341Avant de prendre l’avion, à l’aéroport international de Bujumbura, Daniel Kidega, président de l’Eala, a d’abord salué l’accueil chaleureux et l’hospitalité que le gouvernement burundais lui a réservés.
Il a en outre souligné qu’il a été satisfait du travail accompli par l’Assemblée législative de la Communauté de l’Afrique de l’Est pendant les deux semaines passées au Burundi.
M. Kidega a fait savoir que, durant les deux semaines, les députés de l’Eala se sont penchés notamment sur la loi régulant l’élimination des barrières non tarifaires, sur la loi qui va réguler la sensibilisation et l’éducation de la population de la Communauté de l’Afrique de l’Est en matière d’intégration dans la communauté, ainsi que sur les principes régissant les commissions de l’Eala.
Le président de l’Eala a aussi profité de l’occasion pour souhaiter aux Burundais des élections paisibles car, a-t-il fait remarquer, les élections constituent un moyen normal et légal de se choisir de bons dirigeants, tout en respectant les textes légaux régissant le Burundi.
Il a enfin promis que l’Eala va envoyer des observateurs au cours de ce processus électoral.

Bénigne Gahimbare

 

 

BURUNDI-UNION AFRICAINE

Départ de la présidente de la Commission de l’Union africaine

 

DSC 2011La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Clarice Dlamini-Zuma, a terminé le vendredi 27 mars 2015 la visite qu’elle effectuait au Burundi.

 

Elle était au Burundi depuis le jeudi 26 mars 2015 pour une visite de deux jours. Elle a rencontré quelques autorités du pays 
et elles ont échangé notamment sur les élections prochaines. A l’aéroport international de Bujumbura, Mme Dlamini-Zuma a été accompagnée par le Premier vice-président de la République du Burundi, Prosper Bazombanza.

Grâce-Divine Gahimbare

 

INSTITUTION DE L’OMBUDSMAN> Audience accordée à la ministre en charge du commerce

Afin de trouver une solution durable à la pénurie du carburant

 

L’ombudsman burundais Muhamed Rukara, a reçu en audience, le 26 mars 2015, la ministre du Commerce, de l’industrie, des postes et du tourisme ; l’assistante de la ministre des Finances et de la planification du développement économique ainsi que le chef du cabinet et un conseiller principal à la Deuxième vice-présidence de la République. Le but de cette audience était de trouver une solution durable à la pénurie du carburant. La question de la taxe de 42 FBu dans le domaine de la téléphonie mobile était également à l’ordre du jour.

 

DSC 0521A la sortie de l’audience, le directeur en charge de la communication au bureau de l’Ombudsman, Jérôme Ndiho, a informé que ces personnalités hauts-citées ont passé en revue une plainte qui a été introduite par la société civile représentée par l’Olucome (Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques) et la Parcem (Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités). Cette plainte porte sur la pénurie du carburant ainsi que la taxe de 42 FBu dans le domaine de la téléphonie mobile.

Rechercher une solution durable à la pénurie du carburant

M. Ndiho a fait savoir qu’après avoir contourné cette problématique, ils ont constaté, sur base des informations émanant du ministère du Commerce et de la Deuxième vice-présidence de la République que la situation du carburant s’est fortement améliorée. Cette dernière va être spectaculaire à partir du 27 mars 2015, a affirmé M. Ndiho. Ils ont discuté sur les moyens non seulement de consolider les acquis qui viennent d’apparaître et qui semblent pouvoir se prolonger jusque tout le mois d’avril. Mais aussi, ils vont se pencher sur le long terme pour que ce genre de problème ne se pose plus, a-t-il ajouté. C’est pour cela que l’ombudsman a mis en place une commission qui va suivre de près et qui va se réunir ce semedi afin d’analyser les voies et moyens pour trouver une solution durable à la pénurie du carburant, a souligné M. Ndiho.
Cette commission est constituée de quatre membres de la Deuxième vice-présidence de la République, tandis que le ministère des Finances et celui du Commerce seront représentés. Les premiers concernés, c’est-à-dire ceux qui ont introduit la plainte, seront également représentés.
Ezéchiel MISIGARO

 

Bureau de l’Ombudsman> Audience accordée aux jeunes affiliés aux partis politiques

Pour préparer la conférence nationale des jeunes qui aura lieu le mois prochain

 

L’ombudsman burundais, Mohamed Rukara a reçu en audience, le jeudi 26 mars 2015, les jeunes affiliés aux partis politiques. Il était question de les remercier de leur participation dans les préparatifs des foras des jeunes, qui ont été organisés dans tout le pays. Mais aussi, de les mettre au courant de la conférence nationale des jeunes qui aura lieu au mois d’avril.

 

DSC 1327A la sortie de l’audience, le président du cercle des jeunes de l’UPD (Union pour la paix et le développement), Népomucène Bukuru, a annoncé à la presse que les jeunes affiliés aux partis politiques viennent de rencontrer l’ombudsman burundais. Le but de cet entretien était de les remercier parce que ces jeunes ont beaucoup aidé dans les préparatifs des foras qui ont été organisés dans le Nord, le sud, l’Est et le Centre du pays. Il a indiqué que c’était aussi une occasion de leur annoncer la prochaine conférence nationale pour valider les recommandations qui ont été émises lors de la tenue de ces foras. Cette conférence aura lieu du 29 au 30 avril dans la municipalité de Bujumbura. Elle va regrouper les présidents des partis politiques, les délégués des jeunes qui viendront de l’intérieur du pays, les délégués de la société civile ainsi que les bailleurs de fonds.
A la question de savoir si le pacte de non agression a été violé parce que ces derniers jours, on entend des jeunes affiliés aux partis politiques qui se chamaillent dans certains coins du pays, M. Bukuru a répondu que malheureusement, c’est une triste une réalité. Mais, « on ne peut pas dire que le message de cohabitation pacifique entre les jeunes des partis politiques n’est pas vulgarisé. Cela parce que l’agression entre les jeunes n’est pas quand même observée comme avant », a souligné M. Bukuru.
Il a enfin affirmé que les représentants des jeunes affiliés aux partis politiques vont continuer à renforcer les cadres de dialogue pour trouver une solution à différentes mésententes observées entre les partis politiques.
Rose MPEKERIMANA

 

 

SOMMET DES CHEFS D’ETAT DE LA CEA> Retour de Tanzanie du chef de l’Etat

Le sommet de la CEA, une des voies pour le développement du Corridor central

 

Le Président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, est rentré de la République unie de Tanzanie, le jeudi 26 mars 2015. Il avait participé, le mercredi 25 mars 2015, au sommet des chefs d’Etat des pays de la Communauté est-africaine(CEA).

 

DSC 1986Le sommet auquel a participé le Président Pierre Nkurunziza avait un accent particulier sur le développement du Corridor central qui part de Dar-es-Salam, en République unie de Tanzanie. Ce corridor sert cinq pays de la sous-region à savoir la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda et la République démocratique du Congo.

Amélioration du port de Bujumbura et celui de Rumonge

Pierre Nkurunziza a fait savoir que les chefs d’Etat de ces pays ont fait un tour d’horizon sur le travail qui a été fait par des experts pour identifier les grands projets qui concernent ces pays autour du Corridor central. Une analyse particulière a été également faite sur les infrastructures routières, les ports et les chemins de fers des pays de la sous-région. A ce sujet, pour le cas du Burundi, ils ont fait le point sur l’amélioration du port de Bujumbura et celui de Rumonge dans la province de Bururi. Le Président Nkurunziza se réjouit de cette initiative ressortie de ce sommet. En ce qui concerne la voie ferrée, des trains seront disponibles pour servir spécifiquement les pays membres de la CEA. « C’est un grand pas pour les transporteurs burundais mais également pour ceux qui font des exportations et des importations », poursuit Pierre Nkurunziza. Selon lui, cela est une facilité qui a toujours été demandée et qui vient d’être concrétisée.

Contributions de la part des partenaires techniques et financiers

Les chefs de l’Etat et les investisseurs potentiels pouvant participer dans la mise en œuvre de tous les projets élaborés ont eu l’occasion de se rencontrer dans un forum. Au cours de ce dernier, les partenaires techniques et financiers ont apporté leurs contributions à la mise en œuvre de ces projets. M. Nkurunziza a indiqué que les conclusions du forum seront mises en application le plus vite possible.
Le sommet des chefs d’Etat de la CEA constitue une des voies pour le développement du Corridor central, a conclu Pierre Nkurunziza.

Eric Mbazumutima

 
Ouvrir