Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mukaza> Investiture de l’administrateur

La population a été invitée à être le pilier de la paix dans cette commune

 

L’administrateur de la nouvelle commune de Mukaza, Marie Suzanne Ndayisaba a été investie dans ses fonctions le jeudi 17 septembre 2015 par le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, en présence du maire de la ville de Bujumbura et des élus en cette dernière circonsription, dont les députés.

 

DSC08981Cette commune est composée de 4 zones, à savoir Buyenzi, Bwiza, Rohero et la zone Nyakabiga. La population des 4 zones était présente aux cérémonies quoi que dans des proportions différentes représentées par quelques individus.
Avant de prononcer son discours de circonstance, Gaston Sindimwo a d’abord demandé à l’assemblée présente d’observer une minute de silence en la mémoire de toutes les personnes mortes dans la mairie suite aux différents troubles qui caractérisent certains coins.
Ensuite, Gaston Sindimwo a présenté officiellement l’administrateur de la nouvelle commune de Mukaza, et lui a demandé de se lever pour saluer ceux qui l’ont élue et qui l’ont conduite par conséquent à ce poste.

« La tâche qui vous est confiée n’est pas facile »

Dans son discours, Gaston Sindimwo a prodigué des conseils à Mme Ndayisaba. Il lui a rappelé qu’elle sera l’œil du président de la République dans sa commune et qu’elle devra travailler au nom du gouvernement et être surtout un bon leader. Il a rappelé que la tâche lui confiée n’est pas facile et qu’elle est invitée à collaborer et à consulter ses chefs hiérarchiques pour des questions pertinentes.

S’investir pour que toutes les zones retrouvent la paix

Partant du fait que la zone Nyakabiga n’a pas été bien représentée dans les festivités marquant l’investiture de l’administrateur de la nouvelle commune Mukaza, Gaston Sindimwo a dit que toute la population doit être le pilier de la paix pour que toutes les zones retrouvent la paix et la sécurité. Ceux qui détiennent illégalement des armes doivent les remettre et personne ne sera poursuivi, a encore dit M.Sindimwo. Il a invité Mme Ndayisaba à faire un calendrier des visites de pacification dans toutes les zones, en compagnie d’autres élus locaux. Cela permettra aux chefs de zone d’organiser leurs circonscriptions.
Gaston Sindimwo a demandé à la population de Mukaza de signer un contrat de paix dans la mairie, pour respecter l’échéance de 2 mois de retour à la paix, tel que proposé par le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza.
Floride Ndakoraniwe

 

Kamenge > Investiture de l’administrateur de la commune urabine de Ntahangwa

La population invitée à soutenir les administrateurs communaux

 

Le premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, a procédé, le jeudi 17 septembre 2015, à l’investiture de l’administrateur de la commune Ntahangwa, Rémy Barampama. Il lui a demandéde travailler pour développer et renforcer la sécurité de cette commune et à la population de soutenir leur administrateur dans tous les projets qu’il va entreprendre à cette fin.

 

kamDans son mot d’accueil, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a remercié le premier vic-président d’avoir rehaussé de sa présence lesdites cérémonies. Il lui a demandé de rester toujours aux côtés des administrateurs dans leurs nouvelles fonctions pour la mise en application de la loi qui régit les communes. Il a également invité la population de la mairie de Bujumbura à renforcer la sécurité afin de permettre aux ressortissants des différentes zones de cette commune d’accéder facilement au chef-lieu de cette commune à Kamenge.
De son côté, M. Sindimwo a félicité l’administrateur pour les nouvelles fonctions lui ont été confiées. Il lui a demandé de travailler assidument afin de développer cette commune mais aussi de sauvegarder la paix et la sécurité dans cette entité territoriale. Les fonctions qui sont confiées à l’administrateur ne sont pas faciles, c’est pourquoi il lui a demandé de toujours collaborer avec la population, les élus locaux, le maire de la ville ainsi qu’avec les autorités supérieures de notre pays et surtout de demander des conseils avant de prendre des décisions difficiles.
M. Sindimwo n’a pas manqué de lancer un appel à la population de la ville de Bujumbura pour qu’elle renforce la sécurité et qu’elle barre la route à toute personne qui viendrait perturber la sécurité dans les quartiers respectifs. Il l’a également invitée à être unie afin de renforcer l’unité, surtout entre les habitants de différentes zones. Selon lui, les chefs des quartiers sont tenus de faire un contrôle régulier des habitants de leurs quartiers dans le but d’éviter des probables perturbations de la sécurité.
Il a terminé en invitant la population de la ville de Bujumbura à un désarmement volontaire car les armes ne font que décimer les familles et détruire le pays.

Astère Nduwamungu

 

POLITIQUE > Evaluation du processus électoral 2015

S’approprier le processus électoral

 

Le processus électoral de 2015 s’est bien déroulé parce que les textes clés régissant le cadre légal des élections de 2015 ont été disponibilisés à temps. Mais également, le gouvernement du Burundi s’y est beaucoup impliqué, malgré certains défis.

 

DSC 1227Selon Prosper Ntahorwamiye, commissaire à la Ceni chargé de l’éducation civique et de la communication, après la promulgation du Code électoral, la Ceni s’est vite attelée à l’évaluation des besoins tenant compte des innovations du Code électoral. Ce sont essentiellement la combinaison des scrutins et l’usage du bulletin de vote unique.
Il a indiqué que le coût global estimatif s’élevait à plus de 60 Millions de dollars américains mais les Partenaires techniques et financiers (PTFS) avaient initialement accepté de contribuer autour de 39 millions de dollars américains.
Chemin faisant, a-t-il souligné, le coût estimatif de départ a sensiblement diminué puisque certaines grandes activités prévues dans l’évaluation des besoins n’ont pas eu lieu. C’est notamment l’éventualité d’un Référendum populaire, l’éventualité d’un 2e tour de l’élection présidentielle, la participation de tous les 44 Partis Politiques agréés et quelques indépendants à tous les scrutins, à savoir les Conseils communaux, les Députés, les Sénateurs et les Présidentielles.
M. Ntahorwamiye a par la suite révélé qu’au cours du processus électoral, la suspension de l’appui des PTFS n’a pas eu d’impact significatif sur la poursuite du processus électoral. Cela du fait que d’une part, les PTFS ont suspendu leur appui au Burundi alors que d’une part, bonne partie du matériel électoral avait déjà été commandé et livré (urnes et isoloirs) et, d’autre part, une autre partie du matériel électoral était en cours de commande. Les différents contrats étaient déjà signés. « Une fois les contrats signés entre le Pnud et les entreprises ayant gagné le marché, il ne restait que le paiement », a-t-il ajouté. Toutes les activités qui restaient ont été payées par le gouvernement.
Il a fait remarquer qu’ils ont eu au total 3 849 728 inscrits dont 1 871 395 hommes et 1 969 525 femmes au niveau interne, soit 3 840 920 et 7 793 hommes et 1 015 femmes à l’étranger, soit 8 808. Ces inscrits ont été affectés dans 11 493 bureaux de vote à l’intérieur répartis dans 3 485 centres de vote et 41 bureaux de vote à l’étranger.
Il a également révélé qu’ils se sont heurtés à certains défis liés notamment à la mise à jour du fichier électoral

Certaines suggestions

Le commissaire a suggéré qu’au regard du comportement affiché par les PTFS lors des élections de 2015, il faut que le Burundi arrive à s’approprier totalement du processus électoral tant au niveau financier que de l’expertise. Pour y arriver, a-t-il dit, il faut créer un compte spécial « Elections », et l’approvisionner chaque année et assurer une formation permanente du personnel de la Ceni en matière de gestion et de conduite d’un processus électoral.
Il a proposé aussi qu’on puisse donner le même statut à tous les compétiteurs (candidats en compétition) dans la mise en place des institutions issues des élections, mais également évaluer et voir si les pourcentages exigés pour entrer dans les Institutions (5% pour entrer au Gouvernement, 2% pour siéger à l’Assemblée Nationale) sont toujours adaptés à la situation du moment compte tenu des résultats des élections de 2015, des compétiteurs en lisse et du contexte socio – politique actuel.
Rappelons que les élections prévues pour 2015 ont été toutes tenues et que le processus électoral sera clôturé par la présentation du Rapport Général des élections de 2015 que la Ceni compte présenter au plus tard en décembre 2015.
Bénigne Gahimbare

 

CNDD- FDD> Déclaration sur les tueries qui font rage

« Ceux qui tuent ne savent pas ce qu’ils font, ils n’ont que la soif de sang »

 

Dans une déclaration sortie le mardi 15 septembre 2015, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD) condamne les attaques ciblées qui deviennent monnaie courante.

 

« La politique de tueries n’a pas de place dans un système démocratique », stipule la déclaration lue par le porte-parole du parti CNDD-FDD Gélase Ndabirabe. Dans cette même déclaration, le Parti CNDD-FDD condamne avec fermeté ces attaques qui semblent se perpétuer. Selon leurs chronologies, au mois de mai 2015, assassinat de Zed Feruzi, président du parti UPD Zigamibanga ; au mois de Juillet, le lieutenant colonel Dismas Sindaye a été blessé par fusillade ; en date du 2 Août 2015, le lieutenant-général Adolphe Nshimirimana a été assassiné par une attaque à la roquette ; tandis qu’en date du 15 août, ils ont assassiné le colonel Jean Bikomagu; le 7 septembre 2015, assassinat du porte-parole de UPD Zigamibanga, Patrice Gahungu ; le 11 septembre 2015, le général-major Prime Niyongabo, chef d’Etat-major général de l’armée burundaise a failli être assassiné dans un attentat à la roquette qui a emporté trois militaires de sa garde et deux assassins.
Pour cela, le parti CNDD-FDD s’associe à ceux qui sont en train de perdre les leurs. Il saisit cette opportunité pour remercier Dieu, soutenir et encourager le chef d’Etat-major général de la FDN, Prime Niyongabo, dans sa mission et pour avoir échappé à l’attentat. Il demande que tous les assassins où qu’ils soient, soient arrêtés et punis conformément à la loi. « Le gouvernement doit saisir la police internationale(Interpol) », dit la déclaration. Quant à l’opposition radicale et ses suppôts, le parti CNDD-FDD l’appelle à cesser immédiatement les assassinats sélectifs. « Le dialogue ne peut effacer ni les actes de terrorisme ni ceux de génocide », souligne la déclaration.
La déclaration termine par encourager tous les burundais et les bagumyabanga en particulier à rester calmes et sereins. L’ennemi veut passer par cette porte pour détruire le CNDD-FDD et la nation entière. A la communauté nationale et internationale, de retirer la décision de suspendre les projets et appuis budgétaires initialement alloués au Burundi car le gouvernement de large ouverture a été mis en place.
Blandine Niyongere

 

Assemblée nationale> Audience accordée à l’ambassadeur Stuart Symington

Le dialogue est une voie qui est toujours nécessaire

 

Le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda a reçu en audience Ambassadeur Stuart Symington, secrétaire-adjoint chargé de l’Afrique centrale et sa délégation le mardi 15 septembre 2015. Cette visite qui intervient à la fin des élections a permis d’échanger sur la paix et la sécurité au Burundi et les perspectives politiques d’avenir. Le dialogue permanent et inclusif aura dominé les échanges au cours de cet entretien.

 

DSC 1262Pascal Nyabenda apprécie la visite de l’Américain Stuart Symington au lendemain des élections. Il l’a révélé à la presse au sortir d’une audience qu’il a accordée à ce diplomate américain chargé de l’Afrique centrale. Ainsi, au cours de leurs échanges, ils ont découvert que les Etats-Unis souhaitent qu’il y ait la paix au Burundi. Cet envoyé des Etats uni a exprimé la volonté de son pays de rester proche du Burundi. Il a révélé que son pays va rester aux côtés du peuple burundais car, pour l’avenir de l’humanité, le Burundi, la sous-région et toute l’Afrique comptent. M. Symington souhaite cependant qu’il y ait un dialogue permanent et inclusif au Burundi. Un dialogue qui rassemble tous les Burundais ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur pour échanger ensemble sur le future du pays. Sur ce point, Pascal Nyabenda a indiqué que le gouvernement est ouvert pour le dialogue, mais sans exclure le rôle de la justice devant certains crimes. Cependant, a dit M. Nyabenda, le choix de la population de continuer les élections malgré les différents appels au boycott comporte un message important à lire aux termes de la démocratie.

Alfred Nimbona

 

Bubanza> Célébration de la victoire du parti CNDD-FDD

Une victoire qui a été accordée par Dieu »

 

Quelques temps après le déroulement des différentes élections qui ont été remportées par le parti CNDD-FDD, les membres de ce dernier ont célébré, dans tout le pays, cette victoire, le samedi 12 Septembre 2015. Dans la province de Bubanza, ces cérémonies ont été rehaussées par la présence du président de l’Assemblée Nationale et en même temps président de ce parti au niveau national, Pascal Nyabenda. A côté des conseils adressés aux membres de son parti pour le comportement à adopter au cours de ces cinq prochaines années, il a lancé un appel à la population pour que non seulement elle renforce la paix et la sécurité à travers les comités mixtes de sécurité mais aussi s’entraide mutuellement.

 

DSC 1136Au chef-lieu la province de Bubanza, lesdites cérémonies ont débuté par une marche des Bagumyabanga à partir de la paroisse jusqu’au stade de ladite province. Ainsi, après ce défilé, ce fut le tour des hymnes national et du parti ainsi que la prière faite par les adeptes de différentes églises et membres du parti CNDD-FDD. Ainsi, lesdites cérémonies ont été caractérisées par la lecture du message provenant de la représentation du parti CNDD-FDD au niveau national et lu par le président de ce parti dans la province de Bubanza, Juvénal Havyarimana. Il a indiqué que cette victoire émane de la volonté de Dieu car les adversaires du parti CNDD-FDD et les ennemis de la démocratie avaient tout fait pour que les élections n’aient pas lieu.
Cependant, compte tenu des différents moments difficiles qui ont caractérisé le processus électoral et que le parti CNDD-FDD a dû surmonter, ce message a indiqué que n’eut été la volonté de Dieu et la bravoure des membres du CNDD-FDD, les choses allaient s’aggraver. Ainsi, tous les Burundais qui veulent la paix et les institutions issues de la démocratie et surtout les Bagumyabanga ont été interpelés à lutter contre toute division ethnique. « L’ennemi des Burundais, c’est la faim et la pauvreté et non l’ethnisme et le régionalisme. Il les a également invités à travailler et ne pas attendre tout du gouvernement, car tout le monde ne peut pas avoir de la place dans les institutions. A propos du dialogue, ledit message a souligné que le parti CNDD-FDD met toujours le dialogue en avant, car c’est la base de la démocratie. « Même les institutions en place aujourd’hui sont issues du dialogue », a-t-il ajouté.

Cette victoire méritait d’être célébrée

Selon le président du parti CNDD-FDD, compte tenu des obstacles auxquels ce parti a fait face au cours du processus électoral, cette journée était une occasion de bonheur pour les Bagumyabanga et les amis du parti CNDD-FDD. Selon lui, elle méritait d’être célébrée, car on n’aurait pas cru qu’un jour, les membres de ce parti pourraient se réunir pour cette fête. Il a ainsi remercié les Bagumyanga qui n’ont pas eu peur d’aller voter malgré l’ampleur des rumeurs.
Il a remercié les Bagumyabanga pour avoir soutenu leur parti durant ces moments et surtout pour n’avoir pas signé le papier que les frondeurs ont fait circuler. Selon lui, c’est un signe qui montre qu’ils connaissent et qu’ils aiment bien leur parti depuis le moment de la guerre car ils ont permis à leurs enfants d’aller sur le champ de bataille et beaucoup d’entre eux y ont laissé leur vie.
Tout en appellant à la population à sauvegarder la paix et la sécurité, il a terminé son discours en interpellant les Bagumyabanga à non seulement travailler pour se préparer aux élections de 2020 mais aussi à s’entraider et à aider les gens en âge avancé surtout en leur construisant des maisons.
Astère Nduwamungu

 
Ouvrir