Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Première vice-présidence> Retour de New York du Premier vice-président de la République

La 29e session de l’assemblée générale de l’Onu a été une occasion pour le Burundi  de présenter ses grandes réalisations en matière de santé

 

Le Premier vice-président de la République, Prosper Bazombanza, est rentré le mercredi 1er octobre 2014 de New-York aux Etats-Unis où il a participé à la vingt neuvième session de l’assemblée générale des Nations unies sur la population. A son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura,  il a indiqué que le Burundi a reçu un don de 29,49 millions de dollars américains destiné à la construction d’une route macadamisée Nyakararo-Mwaro-Gitega.

 

DSC 0216S’adressant à la presse à son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura, le Premier vice-président de la République, Prosper Bazombanza, a indiqué que le plan d’action que le Burundi a présenté a été pris en considération. La 29e session était consacréée essentiellement à la lutte contre  la pauvreté  afin d’améliorer le bien-être de la population mondiale.
En outre, il a fait savoir qu’au cours de cette assemblée, il a eu l’occasion de prendre  la parole et de présenter les grandes lignes que le gouvernement a mis en place pour améliorer la santé de la reproduction. Il a notamment cité  la gratuité des soins de santé des enfants de moins de cinq ans et des mères enceintes ou allaitantes, ainsi que l’octroi des cartes d’assistance maladie (Cam) pour faciliter l’accès aux soins de santé de la population  en situation de pauvreté.

Un don de 29,49 millions de dollars  accordé par la Bad

Il a en outre souligné qu’il  s’est entretenu avec de hautes personnalités et leur a présenté les grands travaux de développement  en cours d’exécution tels que décrits dans la Vision 2025. Au cours de ces rencontres avec des diplômates de haut niveau, le Burundi et la Banque africaine de développement  (Bad) ont signé un accord de financement qui s’élève à 29,49 millions de dollars américains.
Ce financement  concerne les travaux de  construction  de la route Nyakararo-Mwaro-Gitega. M. Bazombanza  a en plus affirmé que le Burundi a pu bénéficier du soutien de la plupart des pays africains sur la candidature du président Pierre Buyoya aux élections du secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), des élections   prévues au mois de novembre 2014.
Appolinaire Nimubona

 

République fédérale DU NIGERIA > Célébration de son 54e anniversaire de l’indépendance

Un moment privilégié de saluer la coopération entre le Burundi et le Nigéria

 

L’ambassade de la République fédérale du Nigeria au Burundi a célébré le 54e anniversaire de l’indépendance de son pays le mercredi 1er octobre 2014. La danse culturelle nigériane a rendu ce moment mémorablement inoubliable.

 

DSC05172Les danseurs nigérians en tenue appropriée à la nigériane ont fait vibrer de joie et d’admiration les invités à la fête du 54e anniversaire de l’indépendance du Nigeria. Ils   ont dansé avec le feu qu’ils trimballaient sur différentes parties du corps sans aucun signe de brulure. Les hautes autorités représentants des différentes institutions burundaises et les représentants des corps diplomatiques accrédités au Burundi notamment les ambassadeurs de Chine, du Royaume de Belgique, et le délégué de l’Union européenne ont été émerveillés par les performances de ces danseurs qui ont continué leur exhibition malgré la pluie. L’ambassadeur de la République fédérale du Nigéria, Okwudili Nwosu avait souhaité dans son discours de circonstance de rendre cette célébration différente et inoubliable grâce à une partie de la culture de son pays.

Des relations tissées au fil des années

Le représentant du gouvernement du Burundi à cette occasion, ambassadeur Salvator Ntacobamaze, secrétaire permanent au ministère des Relations extérieures et de la coopération internationale a présenté les sincères félicitations du gouvernement du Burundi à l’endroit du gouvernement nigérian. « C’est également un moment privilégié pour le gouvernement du Burundi de saluer  les bonnes relations d’amitié et de coopération qui lient nos deux pays. Ces relations ont été tissées au fil des années et ne cessent de se renforcer davantage pour le bonheur de nos peuples respectifs», a indiqué l’ambassadeur Ntacobamaze. Il a demandé que la signature d’accord d’assistance technique en personnel entre le Burundi et le Nigéria du 18 avril 2006 soit revisitée par les experts dans le but de l’adapter aux besoins prioritaires. Il a également condamné les attaques régulières et répétitives, les attentats et les enlèvements perpétrés par les groupes terroristes dans différents endroits du Nigéria
M. Ntacobamaze a saisi l’opportunité pour rappeler que le vœu le plus cher du gouvernement du Burundi est que les élections de 2015 soient libres, transparentes, inclusives et démocratiques. Et de demander aux amis du Burundi dont le Nigéria, les organisations régionales et internationales d’appuyer le prochain processus électoral.   
GRÂCE-DIVINE GAHIMBARE

 

 

République Populaire de Chine> Célébration du 65e anniversaire de sa fondation

Son hégémonie dépendait  de la clairvoyance de  ses leaders

 

L’ambassade de la République populaire de Chine au Burundi a organisé  dans  la soirée du 30 septembre 2014 les cérémonies marquant le 65e anniversaire de la fête nationale de son pays. Durant les 65 ans  de sa fondation, elle est  devenue la deuxième économie  mondiale grâce aux efforts conjugués de la population  chinoise et  des leaders issus du Parti communiste. Les cérémonies ont été rehaussées par les hauts cadres du pays, ainsi que les diplomates accrédités au Burundi.

 

DSC 0204Dans  son discours marquant le soixante cinquième anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, l’ambassadeur  Yu  Xuzhong a indiqué que son pays a connu une avancée  spectaculaire en matière de développement économique et industriel  grâce à la coopération multilatérale avec les autres pays de la planète, y compris le Burundi. C’est dans cette optique qu’il a remercié  tous les invités à ces cérémonies. Du côté du Burundi, la présence des anciens présidents de la république du Burundi, des ministres en exercice, de l’ombudsman  burundais ainsi que de plusieurs hauts  cadres du pays  constitue un signe  des bonnes relations qui datent de longtemps entre le Burundi et la Chine, a-t-il souligné.

Le développement du pays dépend de ses leaders

Dirigée par le Parti communiste depuis 1949 et l'arrivée au pouvoir de Mao Zedong, l'économie de la Chine était marquée par un très fort interventionnisme d'État. Il  a fait savoir que depuis l'accession au pouvoir de Deng Xiaoping, la Chine a développé un modèle fréquemment nommé « économie socialiste de marché », qui fait se côtoyer un secteur public toujours omniprésent et un certain libéralisme économique, ainsi qu'une ouverture progressive de son marché intérieur. La RP de Chine a employé  la  force humaine pour assurer son développement car sa population active  atteint 800 millions de personnes.

Renforcer le commerce international permettra de consolider son économie

Le fort excédent commercial provoqué par les exportations industrielles a permis au pays de se constituer de grandes réserves de change qui ont atteint 3 820 milliards de dollars au 1er janvier 2014, soit les plus importantes jamais enregistrées. Ces réserves donnent au pays une puissance financière considérable sur la scène internationale. Le secteur public continue à tenir une importante place dans la vie économique mais les entreprises privées y jouent un rôle croissant et le pays s'est fortement intégré dans le système économique mondial. Symbole de cette ouverture récente, la Chine est devenue membre de l'Organisation mondiale du commerce en 2001. En plus, grâce à son essor économique, Xu Xuzhong a indiqué que plus de 400 millions de Chinois voyagent à travers le monde, ce qui contribue beaucoup au redressement de l’économie mondiale. En outre, il est revenu sur l’importance de coopérer avec le continent africain. A ce sujet, il a confirmé que son pays restera toujours un partenaire incontournable  de ce dernier. Ntahobama Salvator, secrétaire permanent  au ministère des Relations extérieures et de la coopération international qui a représenté le gouvernement du Burundi, a quant à lui, indiqué que la République populaire de Chine  pourra être un modèle pour le Burundi. A  considérer la manière dont elle est parvenue à combattre la corruption, ce qui est unanimement apprécié par son peuple. Il a en outre souligné que la RP de Chine a soutenu le Burundi pendant les périodes difficiles auxquelles le pays a fait face. Les cérémonies ont été clôturées par des manifestations folkloriques qui font l’éloge de la culture chinoise.
Appolinaire Nimubona

 

 

Election 2015> Commissions électorales provinciales indépendantes

Le processus électoral va bon train

 

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) vient d’annoncer les noms des membres des différentes commissions électorales provinciales indépendantes (Cepi). Ceci vient  répondre aux inquiétudes des uns et des autres sur les préparatifs aux échéances électorales de 2015 au Burundi.

 

Les noms des membres des Commissions électorales provinciales indépendantes sont désormais connus. Ils ont été rendus publics par la Ceni dans son arrêté n° 049/CENI/  du 27 septembre 2014 portant nomination des membres des Commissions électorales provinciales indépendantes. Les noms des présidents, des vice-présidents et des chargés du matériel des différentes Cepi  sont présentés dans les lignes qui suivent.
En province de Bubanza, le président de la Cepi est Pierre Niyimpa, sa vice-présidente est Abèle-Bélyse Hakizimana , et le chargé du matériel est Alfred Ndizeye.
En province de  Bujumbura, la présidente de la Cepi est Anne-Marie Nduwimana, son vice -président est Sylvère Bigendako  et le chargé du matériel est Amini Nsengiyumva.
En province  de Bururi, le président de la Cepi est Laurent Niyukuri, sa vice-présidente est  Christine Nahimana et le chargé du matériel est Augustin Habonayo.
En province de Cankuzo, la présidente de la Cepi est Alexandrine Nibogora, son vice président est l’abbé Gabriel Mvuyekure et le chargé du matériel est Jean Léonard Mucari.
En province de Cibitoke, le président de la Cepi est Mgr Théogène Murwuwundi, son vice-président  est Bernard Ndikumana, et Irène Kayogoma est chargée du matériel.
En province de Gitega, la présidence est assurée par  l’abbé Dominique Adrien Ntukamazina qui est assisté par Alphonse Polisi, et Alice Niyungeko va se charger du matériel.
En province de Karuzi,  Prosper Nshimirimana va assurer la présidence de la Cepi. La vice-présidence sera assurée par Aline Muhimpundu et Bénigne Ndayishimiye est chargée du matériel.
En province de Kayanza, abbé Marc Manirakiza est nommé président  de la Cepi, et est assisté par Martin Majambere. Constance Simbayobewe sera chargée du matériel.
En province de Kirundo, le président de la Cepi est Pascal Manariyo, son vice-président est Gérard Ryivuze et Anathalie Miburo est chargée du matériel.
En mairie de Bujumbura, Cyriaque Bucumi est nommé président de la Cepi, Chrisologue Mutwa est son vice-président tandis que Assumani Johari est chargé du matériel.
En province de Makamba, Mgr Blaise Martin Nyaboho est nommé président de la Cepi. Il est assisté par Emmanuel Bugabo et Pascaline Habonimana est chargée du matériel.
En province de Muramvya, Koudra Nahimana assurera la présidence de la Cepi et sera assistée par Chantal Masamvya. Honoré Ndikuriyo est chargé du matériel.
En province de Muyinga, Goreth Kamariza est nommée présidente de la Cepi, son vice-président est Vincent Witonze et Manassé Manirambona est chargé du matériel.
En province de Mwaro, l’abbé David Ntigahera assurera la présidence de la Cepi, il sera assisté par Virginie Niyonzima. Déo Manirambona veillera sur le matériel.
En province de Ngozi, Désiré Minani est nommé président de la Cepi, il est assisté par Damien Baryimare. Bertille Minani est chargée du matériel.
En province de Rutana, Emile Emeriyo et abbé Félicien Ndikuriyo sont respectivement président et vice-président de la Cepi, et Jeanne Nahimana est chargée du matériel.
Dans la province de Ruyigi  l’abbé Ernest Nkeshimana est président de la Cepi, son vice président est Jérémie Cubahiro et Jean Bosco Hitimana est chargé du matériel.
Ces différents membres des Cepi proviennent de différentes organisations de la société civile, de différentes confessions religieuses et de différentes formations politiques.
Alfred Nimbona

 

Institution de l’Ombudsman>Audience accordée à l’ambassadeur de France au Burundi

L’ombudsman a présenté ses condoléances à la suite de l’assassinat d’un otage français en Algérie

 

DSC 0376A la suite de l’ assassinat sauvage du Français Hervé Gourdel par les djihadistes liés à l’organisation Etat islamique (EI), plusieurs autorités du monde ont condamné cette barbarie. Le mercredi 1er octobre 2014 l’ombudsman Mohamed Rukara a reçu en audience l’ambassadeur de France au Burundi. Il lui a présenté ses condoléances pour cette perte d’un ressortissant français. Les deux personnalités ont également échangé sur la Conférence des ombudsmans des pays francophones à laquelle l’ombudsman burundais participera.

 

A la sortie de l’audience, l’ambassadeur de France au Burundi Gerrit Van Rossum a fait savoir que  l’ombudsman burundais avait souhaité le rencontrer pour lui transmettre ses condoléances à la suite de l’assassinat du Français Hervé Gourdel au nord de l’Algérie par les djihadistes. « Nous avons échangé sur la nécessité de favoriser la tolérance surtout religieuse et entre les pays de l’Afrique où les groupes d’influences négatives sont en train d’opérer », a déclaré l’ambassadeur Rossum. Il a ensuite dit qu’il est encouragé par la détermination de l’ombudsman burundais, notamment le projet de création d’un centre où toutes les composantes de la société se rencontreront sans dinstinction. L’ambassadeur Rossum a promis que la France aidera pour constituer ce centre. « M. Rukara a rassuré que les élections de 2015 au Burundi se dérouleront très bien à voir les activités que l’institution de l’ombudsman mènent pour essayer d’unir les Burundais, » a-t-il ajouté.

L’ombudsman burundais va rencontrer son homologue français

L’ambassadeur de France au Burundi a souligné  que les échanges ont également porté sur le voyage de l’ombudsman Rukara qui le conduira en Europe où il participera à la réunion annuelle des ombudsmans des pays francophones. Il a en outre dit que l’ombudsman burundais rencontrera son homologue français. Celui-ci, en France, porte le nom de défenseur des droits de l’Homme, a-t-il indiqué. La France apprécie positivement les travaux que réalise l’institution de l’ombudsman burundais a-t-il enfin renchéri.

Amédée Habimana (Stagiaire)

 

Secretariat general du Gouvernement> Communiqué

Secretariat general du Gouvernement>Communiqué

 

1. Le gouvernement de la république du Burundi salue la mesure que vient de prendre la justice burundaise de mise en liberté provisoire, pour raisons de santé de Monsieur Pierre Claver Mbonimpa, président de l’AprodH qui était incarcéré à la prison de Mpimba depuis le 16 mai 2014.

2. Le gouvernement du Burundi informe le public que la mise en liberté provisoire de Monsieur Pierre Claver Mbonimpa n’est le résultat de quelque pression que ce soit, ni de la part du gouvernement du Burundi, ni des parlementaires de l’Union européenne ou d’une quelconque autre organisation ou autorité intérieure ou extérieure.
L’expertise médicale de l’état de santé de Monsieur Pierre Claver Mbonimpa avait été recommandée par la Justice bien longtemps avant la résolution des parlementaires et les autres derniers appels pour sa libération, et la Commission médicale qui a procédé à l’examen du malade n’a travaillé sous aucune contrainte ou pression que ce soit.

3. Le gouvernement du Burundi met en garde contre quiconque interpréterait la mise en liberté provisoire de Monsieur Pierre Claver Mbonimpa comme une consécration de l’impunité au Burundi. Il encourage une fois de plus la Justice à ne pas hésiter à interpeller et juger toute personne qui se mettra en état d’infraction contre la loi.

4. Pour rappel, le gouvernement du Burundi a toujours été sensible aux personnes en situation carcérale et c’est dans ce cadre que beaucoup de mesures d’assouplissement ont toujours été prises notamment les décrets d’amnistie ou de réduction des peines pour alléger leurs conditions.

5. Enfin, le gouvernement souhaite à Monsieur Pierre Claver Mbonimpa un prompt rétablissement de sa santé pour que son dossier puisse poursuivre son cour normal devant la Justice afin qu’il soit clôturé et définitivement vidé.

Bujumbura, le 30/9/2014
Le Secrétaire Général du Gouvernement
et Porte-Parole du Gouvernement
Philippe Nzobonariba

 
Ouvrir