Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la culture > Conférence de presse

Un bilan satisfaisant mais susceptible d’être amélioré

 

Le ministre de la Jeunesse des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya, a animé le jeudi 19 janvier 2015, une conférence de presse à Bujumbura pour présenter les réalisations de l’année 2014. Il a tout d’abord indiqué que le bilan est positif par rapport à celui de l’an 2013.

 

jeunLe ministre Rukenkenya a fait savoir que son ministère avait 15 objectifs qui devraient être réalisés à travers 28 actions. Parmi ces objectifs, M. Rukenkanya a cité, entre autres, le projet de doter le ministère d’une politique sectorielle à suivre; la mise en œuvre de la politique nationale de la jeunesse et la réhabilitation du patrimoine culturel national. Concernant les actions, le ministre Rukenkanya a donné l’exemple de l’inscription du tambour burundais sur la liste de la représentativité du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Dans la même rubrique, il y a eu la participation des équipes et des athlètes burundais aux compétitions nationales et internationales. Ce qui a permis à ces groupes d’obtenir beaucoup de médailles et trophées. A titre illustratif, le Burundi est classé 2è médaillé d’argent aux 300 m. Au championnat est-africain de basketball, la 1ère place revient à l’équipe Urunani et la 4è à l’équipe féminine Berco star, toutes du Burundi. Au niveau du football, lors des compétitions internationales, 4 victoires ont été remportées par notre pays ; 16 médailles au judo, 5 médailles d’or au taekwondo,18 au tennis et 2 en athlétisme ont été également obtenus par le Burundi, a ajouté le ministre Rukenkanya.

Une note de 80%

Concernant le secteur de la jeunesse, plusieurs réalisations sont à l’actif du ministère, notamment la formation en entrepreneuriat des lauréats des humanités techniques et des universités. Bien plus, une agence burundaise pour l’emploi des jeunes a été instaurée, a ajouté le ministre Rukenkanya. Pour ce, 250 jeunes ont été encadrés dans le cadre des stages de 1er emploi dans 15 provinces. Au bilan des réalisations de son ministère il a été collé une note de 80% alors qu’il avait eu 63,7 en 2013. Malgré cela, il compte améliorer encore jusqu’à atteindre cent pour cent.
A la question de savoir pourquoi le ministère n’a pas donné des frais de mission à l’équipe de football qui sortait pour jouer au Rwanda, M. Rukenkanya a indiqué que le budget alloué à son ministère était déjà épuisé. Il souhaite alors que le budget destiné à son ministère soit revu à la hausse. Il motive cette idée en disant que son ministère est composé de trois importants départements. Il s’agit du département des Sports ; du département de la Jeunesse et celui en charge de la culture.
M. Rukenkanya a mis en garde les différents groupes de tambourinaires qui continuent à tambouriner n’importe où et n’importe quand.

MARTIN KARABAGEGA
(Stagiaire)

 

PREMIERE VICE-PRESIDENCE> Audience accordée au directeur général adjoint de l’OIT

L’emploi des jeunes au cœur des échanges

 

Le Premier vice-président de la République, Prosper Bazombanza a reçu en audience, le lundi 19 janvier 2015, Gilbert Fossoun Houngbo, directeur général adjoint pour les programmes extérieurs et les partenariats de l’Organisation internationale du travail (OIT).

 

DSC 1624A la sortie de l’audience M. Fossoun Houngbo a indiqué à la presse que sa visite s’inscrit dans le cadre de son travail. « Nos échanges, ont porté sur les questions relatives à la protection et au dialogue social, les inégalités salariales ainsi que le cadre général de l’emploi au Burundi » a-t-il indiqué.
Le Premier vice-président de la République a, quant à lui, saisi l’occasion pour réaffirmer l’engagement du Burundi à maintenir le dialogue à travers un cadre permanant de dialogue social. Il est revenu sur l’initiative du gouvernement de supprimer l’impôt sur salaire pour les fonctionnaires dont le salaire est en dessous de 150 000 francs burundais.
Il a également fait savoir que dans le souci du bien-être social, le gouvernement du Burundi a mis sur pied le programme de gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Il a sollicité l’appui de l’OIT dans la promotion des travaux à haut intensité de mains d’œuvre et dans la promotion de l’emploi des jeunes. Les deux personnalités ont enfin échangé sur l’instauration du bureau de collecte des données sur les emplois disponibles et les statistiques sur le chômage.
Charles Makoto

 

Commune urbaine de Kanyosha> Travaux de développement communautaire par le chef de l’Etat

Placés sous le signe de la protection de l’environnement

 

La plantation des plants d’arbres par le chef de l’Etat aux abords de la rivière Kizingwe située en commune urbaine de Kanyosha s’inscrit dans le cadre de la campagne de protection de l’environnement qui va durer quatre mois à partir de décembre 2014 jusqu’à mars 2015. Peu avant cette activité, le président Nkurunziza s’est associé à la population de la mairie de Bujumbura qui, comme sur le reste du pays, a organisé une marche manifestation en faveur de la paix. Ca été l’occasion de féliciter la force de défense nationale et de sécurité pour sa bravoure lors de l’attaque de certaines communes de la province de Cibitoke par les ennemis de la paix.

 

envLe président Nkurunziza s’est associé le samedi 17 janvier 2015, à la population de Kanyosha dans la plantation des plants d’arbres aux abords de la rivière Kizingwe et ce, dans le but de trouver une solution au risque de catastrophes causées par les habituels éboulements.
A la fin des travaux, il a répondu aux questions des journalistes. Le chef de l’Etat a fait remarquer que depuis la fin de l’année 2014, le gouvernement va consacrer quatre mois à la plantation des arbres et à tracer des courbes de niveau sur toutes les collines surplombant la ville de Bujumbura, tout en protégeant les rivières qui la traversent.

Eviter les dégâts

La campagne s’étendra de la province de Cibitoke, les provinces de Bubanza, Bujumbura mairie, Bujumbura, Bururi jusqu’à Makamba. La grande activité que le gouvernement a consacrée à l’environnement est de protéger la capitale Bujumbura qui est le poumon du pays. Ses habitats doivent comprendre l’importance de la protection de l’environnement dans la capitale.
Il a rappelé les dégâts que l’on a connus l’année passée avec les pluies diluviennes qui ont détruit beaucoup de maisons en plus de perte en vies humaines au nord de Bujumbura. Cela a été la conséquence de la non implication de tout le monde dans la protection de l’environnement. Et d’ajouter que la ville de Bujumbura est parmi les villes les plus menacées du pays.
Le chef de l’Etat a rappelé que la ville de Bujumbura est construite dans la plaîne. Ce qui constitue une chance parce qu’elle se trouve tout près du lac Tanganyika qui est parmi les grandes richesses du Burundi. Le lac a l’eau douce et est aujourd’hui convoité même par la communauté internationale. Il y a 20 ans qu’on puisait de l’eau à 1 km, actuellement, avec les dégâts causés par la non protection de l’environnement, on capte cette eau à 4 ou 5 km.

La paix, fondement de tout développement

Le chef de l’Etat n’a pas manqué de donner la signification de la marche manifestation à laquelle il a participé peu avant les travaux. La première richesse dont le pays dispose est bien la population. Et puis, c’est la paix qui est le fondement de tout développement. La marche manifestation doit être un mode de vie. C’est pour cette raison que les Burundais doivent être mobilisés, étant donné qu’on a eu de la peine pour parvenir à la paix. Quand on a connu la guerre civile, il a fallu 15 ans de négociation pour recouvrer la paix.
A propos de l’opinion qui estime que c’était inopportun d’organiser la marche manifestation avant que le groupe qui a attaqué à Cibitoke ne soit connu, le président Nkurunziza a répondu que cela importe peu. Le plus important, c’est de limiter les dégâts. Il a donné l’exemple de la France qui n’a pas attendu que tous les terroristes soient arrêtés pour décrier l’attaque terroriste. Le lendemain de celle-ci, le président français auquel se sont joints les étrangers se sont associés à la population pour déplorer cet acte ignoble. L’essentiel est de maîtriser l’ennemi avant que les dégâts ne soient énormes.
Masta Shabani

 

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE>Audience accordée à l’ambassadeur de Chine

Yu Xu Zhong termine son mandat le 18 février 2015 et rentre satisfait de la coopération sino-burundaise

 

Le Deuxième vice-président de la République, Gervais Rufyikiri, a reçu en audience l’ambassadeur de Chine au Burundi Yu Xu Zhong, le lundi 19 janvier 2015. Il était venu lui présenter ses adieux. La coopération sino-burundaise se porte bien et elle est matérialisée par plusieurs réalisations dans les secteurs du développement socio-économique.

 

DSC 1597A la sortie de l’audience, l’ambassadeur Yu Xu Zhong a annoncé à la presse que sa visite consistait à présenter ses adieux au terme de son mandat. Elle fut aussi une occasion d’exprimer son sentiment de gratitude à l’endroit du Deuxième vice-président de la République pour son leadership et son effort personnel dans la promotion des relations d’amitié entre la Chine et le Burundi. M. Zhong souligne ainsi que la visite a été une occasion de passer en revue les quatre ans et demie de son séjour au Burundi. La plupart de son temps au Burundi a été focalisé sur la promotion des relations d’amitié et de coopération.
Plusieurs projets de coopération ont été réalisés dans le secteur de la santé, de l’agriculture, de l’énergie, des ressources humaines, etc. M. Zhong ajoute que la visite de travail de M. Rufyikiri à Beijing a permis à la Chine d’aider le Burundi après les pluies diluviennes du 9 février 2014. Ainsi 3 000 tonnes de riz ont été octroyés aux victimes de la catastrophe.

Il est impressionné

L’ambassadeur de Chine se dit impressionné par le gouvernement du Burundi qui a déjà financé à lui seul les grands projets de construction des infrastructures. Il s’agit notamment de la construction du barrage hydro-électrique de Mpanda et l’hôpital de référence de Karusi dont le marché de construction a été attribué à des investisseurs chinois. M. Zhong souhaite que les élections de 2015 soient une réussite pour le Burundi et ses pays amis. Il a, enfin, fait savoir qu’il gardera en mémoire l’accueil chaleureux et la sympathie du peuple burundais.

La Chine toujours attachés au Burundi

M. Rufyikiri se dit satisfait des relations de coopération entre le Burundi et la Chine. La Chine a toujours montré son attachement au Burundi dit-il. Plusieurs secteurs ont déjà bénéficié du soutien de la Chine en matière d’infrastructures et d’équipements. Il s’agit notamment de la construction de l’hôpital de référence de Mpanda ; un don de deux avions même si un n’est pas encore arrivé, du secteur des télécommunications, etc. Il est important de rappeler la présence d’investisseurs chinois au Burundi qui permettent la création d’emplois et l’accroissement de l’économie nationale. Enfin, M. Rufyikiri a fait savoir que la Chine a accepté de financer la construction du siège de la présidence de la République dont les travaux sont en cours de démarrage.
Le mandat de l’ambassadeur de Chine au Burundi prendra fin le 18 février 2015, date du Nouvel an chinois.
Amédée Habimana

 

Première vice-présidence de la République > Audience accordée à l’ambassadeur de Chine au Burundi

Il venait dire ses adieux

 

Le Premier vice- président de la République du Burundi, Prosper Bazombanza, a reçu en audience le lundi 19 janvier 2015, l’ambassadeur de Chine au Burundi, Yu Xu Zhong. Il s’agissait d’une visite d’adieu et les échanges ont été essentiellement centrés sur les relations bilatérales et surtout sur la bonne collaboration entre la Chine et le Burundi au cours de son mandat.

 

DSC 4653A la sortie de l’audience, l’ambassadeur de Chine au Burundi a indiqué qu’il venait dire ses adieux car son mandat touche à sa fin. Cela a été une occasion de remercier le Premier vice-président de la République pour la bonne collaboration. Les deux personnalités ont passé en revue tout ce qu’ils ont fait ensemble pour promouvoir les relations bilatérales entre les deux pays.
Selon M. Yu Xu Zhong, il a été heureux de constater qu’il y a eu beaucoup de progrès dans la coopération de nos deux pays, par exemple en matière de la défense. Concernant la coopération internationale, il a souligné que les deux pays se soutiennent mutuellement dans le cadre des organisations internationales. «Nous sommes reconnaissant du soutien du gouvernement burundais à l’égard du gouvernement chinois quand il s’agit des postes dans les organisations internationales».
D’après l’ambassadeur de Chine au Burundi, il est très heureux de constater que dans le domaine des télécommunications, les sociétés chinoises ont participé activement dans différents projets. Il s’est aussi réjoui de la coopération entre les deux pays dans beaucoup d’autres domaines. « Nous avons beaucoup apprécié surtout que nous avons une coopération qui se fait sur un pied d’égalité et les avantages réciproques ».

Le souhait de voir les élections couronnées de succès

A propos des prochaines élections au Burundi, le souhait de l’ambassadeur est qu’avec les efforts de toutes les parties prenantes, ces élections puissent être couronnées de grands succès. « C’est très important que le pays puisse avoir un meilleur avenir dans les années ultérieures ». De son côté, le Premier vice- président a indiqué que l’audience a été une occasion de remercier l’ambassadeur de Chine au Burundi pour tout ce qu’il a fait en faveur du Burundi, et il lui a demandé d’être toujours l’ambassadeur du Burundi partout où il va passer.

ASTERE NDUWAMUNGU

 

CENTRE GIRANEZA-BURUNDI> Visite de la Première dame du pays

Denise Nkurunziza a présenté les meilleurs vœux de l’an 2015

 

La Première dame du pays, Denise Nkurunziza, a effectué le vendredi 16 janvier 2015, une visite au centre d’accueil des enfants vulnérables «Centre Giraneza Burundi» se trouvant au quartier Kajiji dans la commune urbaine de Kanyosha. Une aide a été octroyée par Mme Nkurunziza.


DSC07431L’objectif de la visite était de présenter les meilleurs vœux de l’année 2015 aux enfants hébergés dans le centre. Elle a commencé par visiter ses infrastructures.
Dans son mot de circonstance, Mme Nkurunziza a présenté les meilleurs vœux de grâce de Dieu, de bonne santé, de bonnes études, etc. Elle a remercié les responsables du centre pour ses réalisations en faveur des enfants. Elle leur a également prodigué des conseils, notamment d’accueillir les enfants qu’ils sont capables de prendre en charge. Des conseils ont également été émis à l’endroit des parents. Elle leur a demandé de s’approprier de l’éducation de leurs enfants sans toutefois les envoyer dans les centres d’accueil. Elle a, en outre, encouragé les enfants d’avoir une vision d’auto- développement et d’aider les autres à leur tour.

Une aide diversifiée

Une aide composée de nombreux matériels a été octroyée. Il s’agissait des matelas, des pagnes, des jouets, des thermos, des savons, des souliers, des habits, des assiettes ainsi que du matériel scolaire. Des vivres ont également été attribués notamment le haricot, le riz, les avocats et la farine à bouillie.
La visite a été agrémentée par le rythme du tambour, les chants et les danses.
Le centre a été créé en 2009. Actuellement, il prend en charge quatre-vingt-sept enfants dont certains parmi eux sont pris en charge tout en vivant dans des familles d’accueil. Une école primaire, « Hope and grace school », a été construit sur le même site dans le but de faciliter l’enseignement de ces enfants.
Eric Mbazumutima

 
Ouvrir