Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS> Renforcement des capacités des porte-paroles des institutions publiques

La gestion, l’utilisation et la rentabilisation des infrastructures des Tic

 

Le ministère des Télécommunications, de l’information, de la communication et des relations avec le Parlement  organise , dans la commune et province de Gitega, du  9 au 10 et 11 octobre 2014, un séminaire de renforcement des capacités des porte-paroles des institutions publiques et des webmasters. Le ministre des Télécommunications, de l’information,de la communication et des relations avec le Parlement, Tharcisse Nkezabahizi a rehaussé de sa présence les activités.

 

DSC05330Les porte-paroles des institutions publiques sont formés sur la gestion, l’utilisation et la rentabilisation des infrastructures des Techniques de l’information et de la communication(Tic).
Le présent séminaire vise à renforcer les capacités en matière d’utilisation des outils de traitement de l’information et de communication en ligne, à informer sur la manière de rentabiliser l’infrastructure Comgov et son extension. C’était également une occasion de les sensibiliser sur l’extension des services Comgov, y compris le déploiement des applications e-gouvernement.
« Les Tic, de nos jours,a vigrx plus vs vimax précisé Tharcisse Nkezabahizi, demeurent un moteur incontournable du développement de la croissance dans le monde entier. « Le gouvernement du Burundi, à travers le ministère en charge des télécommunications, a fait le choix de les intégrer dans les politiques et stratégies de développement socio-économique intersectorielles à long terme, a-t-il  ajouté.

Travailler en synergie

Selon le ministre Nkezabahizi, ladite formation permettra d’améliorer la communication gouvernementale, de faciliter la fluidité des informations pertinentes et de développer des relations dynamiques de proximité qui apportent des réponses aux attentes des populations burundaises et de tous les acteurs. Il a fait appel aux participants que seul le travail en synergie pourra relever efficacement les défis qui minent le secteur Tic.
Tharcisse Nkezabahizi a réitéré l’engagement du ministère en charge des télécommunications à tout mettre en œuvre pour que ledit séminaire soit couronné de succès afin d’avoir une coordination efficace des projets Tic depuis leur élaboration jusqu’à leur mise en œuvre.                 
ERIC MBAZUMUTIMA

 

PARLEMENT BURUNDAIS>Séminaire-atelier sur la communication

Savoir bien utiliser les supports modernes

 

Sous le thème « la communication parlementaire », le parlement burundais en collaboration avec le programme Noria de l’Assemblée de la Francophonie a organisé le mercredi 8 octobre 2014 à Bujumbura un séminaire-atelier. Ce dernier permettra l’amélioration de la communication parlementaire par l’utilisation des supports modernes comme twitter, facebook, etc.

 

DSC 0278Le programme de coopération Noria vise à moderniser les systèmes d’informations des parlements ; promouvoir la francophonie et renforcer les compétences humaines du parlement.
Dans son mot de circonstance, le président de l’Assemblée nationale, Pie Ntavyohanyuma a indiqué que le séminaire-atelier  organisé conjointement par le Parlement burundais et le programme Noria s’inscrit dans le cadre d’autres activités déjà réalisées pour la promotion, à travers les réseaux sociaux, d’une communication parlementaire adaptée aux réalités du monde moderne et en particulier aux réalités de notre pays. Il a ajouté que la formation dispensée et les échanges qui en découleront rentrent dans la droite ligne du plan stratégique du Parlement burundais  durant la période de 2012 à 2015. M. Ntavyohanyuma a fait savoir Provestra qu’aux fins de cette communication, le Parlement du Burundi a ciblé diverses actions qui permettront d’améliorer la communication interne du Parlement et l’accessibilité à l’information parlementaire par la population. Pour cela, il a recommandé à tout participant d’être attentif et actif durant le déroulement des travaux dudit séminaire-atelier.  

Une communication  encore timide

A son tour, la directrice du programme Noria,  Mireille Eza a fait savoir que les parlementaires africains ont une communication qui semble encore timide voire désorganisée. Elle a  ajouté qu’à côté des médias traditionnels, ( la radio, la télévision et les journaux), les réseaux, sociaux  sont des vecteurs maximisant la visibilité et la lisibilité du travail. Elle  a souligné que l’intérêt du présent séminaire - atelier est de comprendre et de trouver des solutions aux enjeux et limites que rencontre la communication parlementaire à travers l’utilisation des supports modernes, à savoir twitter, facebook, etc. Elle a précisé qu’il faut savoir  utiliser ces supports à bon escient, d’en faire un élément de stratégie tout en évitant d’en être le jouet ou la vitrine.

Espérance NDAYIKENGURUTSE              

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Conseil des ministres

La création de la province de Rumonge, un des points analysés

 

DSC 0265Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza a tenu une réunion du Conseil des ministres les 8 et 9 octobre 2014. Au cours de cette réunion, six  projets de lois ont été analysés.

 

Le Conseil des ministres a notamment analysé le  projet de loi portant ratification par la république du Burundi de l’accord de financement du « Projet hydroélectrique de Jiji-Murembwe » d’un don d’un montant maximum de quatorze millions trois cent quarante mille d’unités de compte équivalent à vingt-deux millions de dollars américains accordé par le Fonds africain de développement au Burundi. Il a également analysé le projet de loi portant organisation de la pêche et de proextender work l’aquaculture ; le projet de loi portant régime général des contrats de partenariat public-privé ; le projet de loi portant création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge ; le projet de décret portant création, composition et fonctionnement du Comité de coordination du système d’enregistrement des faits d’Etat civil et d’établissement des statistiques de l’Etat civil ainsi que le projet de décret portant règlement général de police des ports.
Le Conseil des ministres a, en outre, analysé la note sur le fonctionnement des écoles paramédicales et la note de plaidoyer pour l’adhésion du Burundi à l’Initiative pour la transparence dans l’industrie extractive (ITIE).
Le Conseil des ministres a enfin fait le point sur les divers.
Eric MBAZUMUTIMA

 

MINISTERE DE LA JUSTICE> Rentrée judiciaire, édition 2014-2015

Le rendement national de dossiers clôturés par mois et par magistrat s’est amélioré

 

Au Palais des congrès de Kigobe, le ministère de la Justice et garde des sceaux a organisé, le mardi 7 octobre 2014, les cérémonies de la rentrée judiciaire, édition 2014-2015 sous le thème : « Pour un service public de la justice plus responsable, transparent et professionnel » Il a été une occasion de  prestation symbolique des magistrats. Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza a rehaussé de sa présence les cérémonies.

 

DSC 0206Le président  de la République Pierre Nkurunziza a salué la mise en place d’un processus de recrutement et de professionnalisation des magistrats. Il a recommandé le renforcement et l’amélioration des mécanismes existants propres à bannir à jamais toute tentative de corruption dans le système judiciaire burundais. Il a, en outre, demandé aux magistrats de toujours dire le droit et de ne pas céder à une quelconque intimidation d’où qu’elle vienne. Le président Nkurunziza a également encouragé tous ceux qui remplissent leurs charges dans le secteur de la justice avec droiture et abnégation et les a rassurés de son soutien et de la disponibilité du gouvernement à les accompagner dans l’accomplissement de leur noble mission.
Le ministre de la Justice et garde des sceaux, Pascal Barandagiye, a affirmé que online casino poker tournament des avancées impulsées par l’exécution de la politique sectorielle de la justice 2011-2015 et la mise en œuvre des recommandations formulées lors des Etats généraux de la justice donnent largement matière à une satisfaction légitime. En effet, a-t-il poursuivi, des réalisations en matière de programmation et de suivi des activités allant toujours dans le sens de l’amélioration de la performance et de la professionnalisation se sont naturellement installés aujourd’hui dans les pratiques et les habitudes quotidiennes des magistrats.

Rendre la justice conformément aux instruments juridiques

Le rendement national de dossiers clôturés par mois et par magistrat s’est amélioré. Emmanuel Njenje, président de la Cour suprême, a fait savoir qu’il est passé de 1,2 dossier pendant la période 2011-2012 et de 4,2 dossiers pendant la période 2012-2013, à 6 dossiers pendant celle de  2013-2014.
Le procureur général de la République, Valentin Bagorikunda a indiqué que le thème de la rentrée judiciaire exige du magistrat à ne rendre la justice que conformément aux instruments juridiques nationaux et internationaux.
Les cérémonies ont été clôturées par la prestation symbolique de quelques magistrats. Ils ont juré de respecter la Constitution et les lois de la République ; de se comporter avec probité, dignité, loyauté et d’être respectueux des droits de toutes les parties et du secret professionnel.
ERIC MBAZUMUTIMA

 

Sénat du Burundi>Ouverture de la session ordinaire d’octobre 2014

Seize projets de loi seront examinés

 

Le Sénat burundais a procédé à l’ouverture de la session ordinaire d’octobre 2014 le lundi 6 octobre 2014. Cette session sera consacrée principalement à l’analyse  et au vote du budget de l’Etat pour l’exercice 2015. Il s’agira également d’examiner un certain nombre  de projets de loi tels que proposés par le gouvernement du Burundi. Les sénateurs sont appelés à mettre de coté tout esprit de mensonge, de conformisme exagéré  et la manipulation de l’opinion.

 

DSC 0248Dans son mot de circonstance, Gabriel Ntisezerana, président du Sénat a indiqué que l’ouverture de la session sera riche et captive eu égard au volume d’activités qui sont prévues. Il  a remercié les partenaires burundais  de leur soutien qui demeure indispensable surtout que le Burundi approche la campagne électorale. Il a fait  savoir que  le Sénat reste toujours reconnaissant de leur précieux accompagnement  qui a permis au Burundi de rayonner davantage et de marquer un pas supplémentaire vers une démocratie effective et une bonne gouvernance durable. Au cours de cette session, seize projets de loi seront examinés. Il s’agit de :
1.    Projet de loi portant ratification par la république du Burundi de la convention de l’Union africaine sur la protection et assistance aux personnes déplacées en Afrique (convention de Kampala) ;
2.    Projet de loi portant prévention, protection et répression des violences basées sur le genre ;
3.    Projet de loi portant ratification de l’Accord cadre de coopération dans le Bassin du fleuve Nil ;
4.    Projet  de loi portant ratification de l’Accord cadre de coopération  entre le gouvernement du Burundi et celui du royaume du Maroc signé le 19 octobre 2010 à Rabat ;
5.    Projet de loi portant ratification de l’Accord de prêt entre le Burundi et la Banque de l’import-export de Chine d’un montant de quatorze Generic Viagra millions neuf cent  mille dollars américains destinés au projet de construction du réseau métropolitain d’internet au Burundi, signé le 20 décembre 2013 ;
6.    Projet de loi portant révision de la loi n01/09 du 26 avril 210 portant code de commerce ;
7.    Projet de loi portant révision de la loi n01/09 du 30 avril  portant code des sociétés privées et à participation publique ;
8.    Projet de loi relative à l’insolvabilité du commerçant au Burundi ;
9.    Projet de loi portant statut des langues au Burundi;
10.    Projet de loi portant prévention et répression de la traite des personnes et protection des victimes de la traite ;
11.    Projet  de loi portant ratification par la république  du Burundi de l’Accord cadre entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement du Burundi  relatif à l’octroi d’un prêt préférentiel par la Chine au Burundi destiné à l’achat d’un avion MA 60 signé à Bujumbura le 16 août 2013 ;
12.    Projet de loi portant ratification de l’accord bilatéral entre le gouvernement des Emirats arabes unis relatif aux services aériens entre et au-delà de leurs territoires respectifs, signé le 30 septembre 2013 ;
13.    Projet de loi portant ratification de l’accord entre la république du Burundi et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques relatif aux privilèges et immunités de l’OIAC, signé le 20 avril 2009 ;
14.    Projet de loi portant ratification par la République du  Burundi de la Charte de la renaissance culturelle africaine adoptée à Khartoum les 23 et 24 janvier 2006 ;
15.    Projet de loi portant révision de la loi  1/02 du 20 janvier 2010 portant organisation de l’administration communale ;
16.    Projet de loi portant système national de paiement ;
En plus de ces projets de loi, un document d’orientation budgétaire 2015-2017 a été envoyé au Sénat pour analyse et adoption.

Appolinaire Nimubona

 

ASSEMBEE NATIONALE > Ouverture de la session ordinaire d’octobre 2014

Tenir compte des échéances électorales de 2015

 

L’ouverture solennelle de la session parlementaire ordinaire d’octobre 2014 a été marquée par le discours du président de l’Assemblée nationale, Pie Ntavyohanyuma. Il a souligné que cette session parlementaire devra tenir compte des échéances électorales de 2015.

 

DSC 0217Le président de l’Assemblée nationale, Pie Ntavyohanyuma a indiqué que sur le plan législatif, les travaux de la session d’octobre 2014 vont se structurer autour de l’analyse de quelques projets de lois dont celui portant révision de la loi de 2010 portant organisation de l’administration communale ; celui portant Système national de paiement ; celui portant statut des langues au Burundi, etc. Il a souligné que l’Assemblée nationale a également été saisie par le gouvernement du Burundi pour effectuer une seconde lecture du projet portant révision de la loi de 2004 portant création, organisation, mission, composition et fonctionnement de la Police nationale ainsi que pour examiner le document d’orientation budgétaire 2015-2017.
« La session parlementaire d’octobre 2014 devra tenir compte de l’approche des échéances électorales de 2015. Nous vous demandons de vous préparer, dès aujourd’hui, à un agenda plus chargé que d’habitude. Vous êtes appelés à redoubler d’efforts pour sensibiliser la population au processus électoral déjà en cours. Aux côtés du gouvernement, parmi les domaines qui nécessitent une attention accrue de notre part se trouve le maintien de la sécurité et de la cohésion sociale qui sont indispensables à la réussite de l’actuel processus électoral.», a-t-il précisé aux députés. Il a conseillé tous les citoyens burundais à s’atteler aux travaux de développement.

Des progrès encourageants en matière de droits de l’Homme

En ce qui concerne la situation des droits de l’Homme qui a fait polémique ces derniers jours, le président de l’Assemblée nationale a indiqué que des efforts qui ont été fournis depuis 2005, ont permis des progrès significatifs en ce qui concerne la protection, la défense et la promotion des droits humains dans notre pays, tel que cela apparaît dans le rapport de la CNIDH (Commission nationale indépendante des droits de l’Homme présenté au Parlement en août 2014. « Cela doit nous encourager tous. Cela doit particulièrement encourager le gouvernement à engager, en tablant sur les acquis du présent, d’autres réformes pour permettre au pays de poursuivre ces améliorations », a-t-il conseillé.
L’ouverture solennelle de la session a été rehausséee par la présence des hautes personnalités du pays dont le Deuxième vice-président de la République, les ministres et les représentants du corps diplomatique accrédité à Bujumbura.
GRÂCE-DIVINE GAHIMBARE

 
Ouvrir