Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CONFERENCE PUBLIQUE> Sur la décentralisation fiscale

Donner plus de pouvoir aux communes

 

Une conférence publique sur la décentralisation fiscale et la gouvernance locale au Burundi s’est tenue à Bujumbura le jeudi 4 décembre 2014. C’est dans l’objectif de renforcer la cohésion sociale et de donner plus de pouvoir aux communes dans le cadre d’un ambitieux programme de décentralisation.

 

DSC 1060S’exprimant devant le public, François Vaillancourt, professeur émérite dans le domaine de l’économie publique et consultant au niveau national et international dans la décentralisation fiscale, a indiqué que la décentralisation est un outil pour une unité nationale qui soit efficace dans la fourniture des services publics. Cette décentralisation n’assure pas la croissance des régions mais dépend de leur potentialité. Pour qu’une entité communale soit bien décentralisée, M. Vaillancourt a informé qu’il faut bien assurer la responsabilité. Il faut savoir qui fait quoi ? Cela pour signifier qu’il faut déterminer les besoins de la commune et/ou la fonction de production et comment y parvenir. L’absence de vision coordonnée et cohérente au niveau juridique et institutionnel constitue un frein important et des efforts sont encore nécessaires pour parvenir à un consensus sur l’orientation stratégique des réformes.

Beaucoup de discours et peu d’actions

Le professeur émérite a expliqué qu’au Burundi, la politique de décentralisation n’a pas encore franchi de pas. Selon lui, il se remarque « beaucoup de discours et peu d’actions. » Ce propos a suscité beaucoup de réactions voire d’interventions de la part du public. Prenant la parole, le directeur général de l’Administration du territoire au Burundi, Térence Mbonabuca a précisé que pour le cas du Burundi, les actions en rapport avec la politique de décentralisation ont été déjà réalisées. « Celles-ci sont axées sur l’élaboration de la loi communale depuis 2005 jusqu’en 2010 », a-t-il informé avant d’ajouter que bientôt, certains articles de cette loi seront analysés et amandés pour les adapter aux réalités du moment. Pour conclure, le conférencier et le public ont appris qu’il faut mettre en place une politique visant à satisfaire les besoins financiers des communes et à améliorer l’accès aux services de base.
Espérance NDAYIKENGURUTSE

 

Ambassadeur de Russie> Réception d’adieu

« Un témoin engagé »

 

L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie au Burundi Vladimir Malyshev a offert, dans la soirée de jeudi 4 décembre 2014, une réception d’adieu au restaurant « Chez André ». C’est en qualité de doyen des diplomates accrédités dans notre pays que l’ambassadeur ougandais lui a remis un cadeau d’adieu.

 

« Je serai un témoin engagé, un ambassadeur du Burundi en Russie et partout ailleurs où j’irai ». C’est dans ces termes que Vladimir Malyshev, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie en république du Burundi s’est exprimé, avec élégance, humour et humeur, à l’occasion d’une réception d’adieu offerte dans la soirée du 4 décembre 2014 au restaurant « Chez André ».

Des rapports de qualité entre la Russie et le Burundi

Vladmir Malyshev sera, sans nul doute le messager du Burundi en Russie, pays de loin le plus vaste du monde, s’étendant sur environ 10 000 km d’ouest en est, de la Baltique au Pacifique. C’est en français, en kirundi et en anglais qu’il a exprimé ses adieux après d’utiles et loyaux services dans notre pays, en soulignant la qualité des rapports entre la Russie et le Burundi et en dessinant les belles perspectives pour la coopération entre les deux pays.

De nombreuses bourses de formation

Il sied de rappeler que la Russie coopère avec le Burundi dans les différents secteurs de la vie nationale, particulièrement dans le secteur de l’éducation. Il a rappelé que la Russie a octroyé cette année à notre pays 22 bourses de formation dont 15 bourses d’étude en hydrologie et 5 autres en cartographie. La Russie a également accordé à notre pays dix-neuf bourses pour une formation de longue durée au profit des militaires burundais. Il faut également noter la présence des médecins russes au Burundi.
Salvator Kadende

 

Présidence de la République> Audience accordée à Abdoulaye Bathily, Ismaila Mbengue et Vladimir Malychev

Les trois personnalités apprécient le pas franchi par le Burundi dans divers domaines

 

Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience successivement le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale et chef de l’UNOCA, Abdoulaye bathily ; le représentant sortant du Fnuap Ismaila Mbengue, et l’ambassadeur sortant de la Fédération de Russie, le vendredi 5 décembre 2014. Les trois personnalités félicitent le Burundi pour les avancées réalisées dans différents domaines de la vie du pays.

 

DSC 3264Le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience trois personnalités dont deux terminent leur mandat au Burundi. Il s’agit du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale et chef du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, Ismaila Mbengue, ancien représentant du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), et Vladimir Malychev, ancien ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie au Burundi.
Abdoulaye Bathily a indiqué qu’il était allé remercier le président de la République du Burundi pour le fait que son pays a accueilli la 39ème session ministérielle du comité permanent des Nations unies pour la sécurité en Afrique centrale. Au cours de cette visite, les deux personnalités ont également échangé sur les questions en rapport avec la sécurité, la politique et la diplomatie ; les questions liées au braconnage, à l’intégration sous régionale, à la piraterie maritime et surtout au terrorisme qui touche déjà le Nigeria, le Cameroun et les pays du bassin du lac Tchad. Il a également indiqué que la communauté internationale souhaite que le Burundi continue son élan en vue de la stabilité pour atteindre un véritable développement. « Sans stabilité politique, sans la résolution des questions de sécurité, naturellement, il ne peut pas y avoir de développement », a dit M. Bathily. Ce co médiateur dans les conflits en Centrafrique apprécie l’intervention du Burundi pour la paix et la sécurité dans d’autres pays. « Les troupes du Burundi jouent un rôle très important au côté des autres troupes envoyées dans le cadre de la mission onusienne. Les troupes du Burundi ont également contribué à la stabilisation de la Somalie. Ce rôle important que le Burundi joue dans la région et au-delà atteste la volonté des leaders politiques de ce pays, de contribuer à la paix et à la stabilisation dans les autres pays », a apprécié M. Bathily avec admiration.

La représentation du Fnuap et celle de la Russie apprécient les réalisations du Burundi

Lors de sa visite pour faire ses adieux au chef de l’Etat, le représentant du FNUAP a profité de l’occasion pour faire un bilan. Il a ainsi remercié Pierre Nkurunziza pour son engagement ferme pour les questions de la santé de la mère et de l’enfant. Ils ont partagé les résultats atteints par le Burundi avec, a dit Mbengue, une modeste contribution du Fnuap. Il rentre satisfait car il a été décoré par le Fnuap grâce aux excellents résultats atteints par le Burundi en matière de la planification familiale et de la santé mère-enfant. « Je pars très content car je pars avec un promotion grâce au Burundi. Grâce aux excellents résultats, tout le bureau du Fnuap au Burundi a été décoré », a révélé M. Mbengue le sourire aux lèvres. De son côté, l’ancien ambassadeur de Russie rentre avec un sentiment de satisfaction vis-à-vis des relations qui existent entre le Burundi et son pays. Il a indiqué qu’au cours de sa mission, il a travaillé au renforcement des relations traditionnelles d’amitié qui unissent les deux pays. Comme il l’a été toujours malgré les périodes sombres qui se seraient produites dans ces pays, la Russie sera toujours un bon ami du Burundi, a rassuré M. Malychev. Il en a profité pour féliciter le président Nkurunziza pour sa contribution dans le développement du pays. Il a enfin souhaité le progrès économique au Burundi et le cheminement pacifique du peuple burundais vers les élections de 2015.
Alfred Nimbona

 

Acopa Burundi > Présentation provisoire de l’état de l’enrôlement aux élections de 2015


De façon générale, il se déroule normalement mais avec une faible affluence

 

L’Association pour la consolidation de la paix au Burundi(Acopa) a animé une conférence de presse le jeudi 4 décembre 2014 au cours de laquelle, son représentant légal Pierre Claver Kazihise a présenté les résultats provisoires de l’observation de l’enrôlement aux élections de 2015. De façon générale, l’enrôlement se déroule normalement dans la plupart des centres d’inscription mais avec une affluence faible.

 

DSC 0327A travers les résultats provisoires des zones visitées par ses observateurs à Bujumbura mairie, Makamba, Ruyigi, Rutana, Gitega Muramvya, Mwaro, Kayanza et Kirundo, l’Acopa a constaté qu’en général l’opération d’enrôlement se passe bien. Toutefois, Pierre Claver Kazihise souligne des irrégularités qui méritent d’être corrigées.

Un centre excentré à Mwaro
A titre d’exemple, Pierre Claver Kazihise a signalé qu’à Mwaro un centre est excentré par rapport au lieu d’habitation de la population. Dans la même province, il a été constaté une interruption de l’enregistrement du fait de l’épuisement des registres d’inscription. A Makamba, dans la commune Kibago, les observateurs de l’Acopa ont rapporté des agents recenseurs qui enregistraient d’autres noms que ceux qui sont sur la Carte nationale d’identité de ceux qui se présentaient. A Muramvya, un agent recenseur a signé les observations d’un mandataire. Concernant les pièces d’identités, il a été constaté des cartes nationales d’identité sans empreintes digitales, et autres sans cachet au niveau de la photo.

Garder à l’esprit l’intérêt du citoyen
Pour l’Acopa, le processus d’enrôlement ne doit pas s’arrêter. Il doit plutôt continuer et corriger ce qui doit l’être, déclare M.Kazihise.
La Ceni et le gouvernement doivent mobiliser encore plus la population pour augmenter l’affluence et éventuellement prolonger le délai d’enrôlement, si à la fin de la période impartie à cette opération, le nombre d’inscrits n’est pas suffisamment proche de l’effectif escompté. Aux mandataires politiques et à la société civile, l’Acopa recommande de continuer leurs observations pour aider à la transparence des opérations. A la population, l’Acopa demande de ne pas se laisser distraire par le jeu politicien et de garder à l’esprit l’intérêt citoyen.
Répondant aux questions de la presse relatives aux irrégularités déjà observées, notamment celle des jeunes qui perturbent l’opération d’enrôlement, M.Kazihise a répondu que cela n’a pas été rapporté à l’Acopa. A la question de savoir si la population ne risque pas d’être déroutée par ces irrégularités, il a souligné que le fait de découvrir des anomalies dans un processus est un début de solution. Il a ajouté que ceux qui commettent ces fautes se corrigent parce qu’ils savent très bien qu’ils ne sont pas à l’abri des sanctions.

Lyse Gahimbare

 

INSTITUTION DE L’OMBUDSMAN> Audience accordée à l’ambassadeur de la Russie au Burundi


Pour une visite d’adieu

L’Ombudsman burundais, Mohamed Rukara a reçu en audience le jeudi 4 décembre 2014, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie en république du Burundi, Vladimir Malyshev. Il était venu dire ses adieux à l’ombudsman burundais car son mandat au Burundi vient d’être achevé.

 

DSC07164A la sortie de l’audience, Vladimir Malyshev a d’abord félicité l’ombudsman burundais pour toutes les activités qu’il a pu effectuer pour l’intérêt général de la population burundaise. Il a indiqué que depuis les trois ans que ce premier ombudsman burundais vient de passer, il a bien assuré la médiation entre l’Etat burundais et la population lorsque celle-ci a connu des difficultés. L’ambassadeur russe a, à cet effet, encouragé Mohamed Rukara et lui a souhaité d’aller de l’avant.

Une visite de coopération en cours de préparation
A cette occasion, les deux ont également échangé sur la nouvelle coopération qu’on vient de nouer entre le Bureau de l’ombudsman de la Russie et celui de l’ombudsman burundais. A cet égard, a indiqué l’ambassadeur de la Fédération de Russie, une visite de coopération est en cours de préparation. Elle sera effectuée, selon Vladimir Malyshev, au début de l’an 2015 afin que les deux institutions puissent partager de l’expérience ainsi que des capacités qui leur permettront de bien trancher les litiges de la population des deux pays.
Vladimir Malyshev a ainsi fait savoir qu’il a échangé avec M.Rukara sur la consolidation de la paix et de la sécurité au lendemain des élections de 2015 au Burundi. Il a, à cet effet, souhaité que ces dernières soient en toute transparence. M. Malyshev a précisé que Mohamed Rukara a promis qu’il fera tout son mieux pour que les élections puissent bien se passer dans l’intérêt de toute la population burundaise.
ROSINE MUGISHA

 

ASSEMBLEE NATIONALE >Audience accordée à l’ambassadeur de Russie au Burundi


Visite d’adieu

Le président de l’Assemblée Nationale, Pie Ntavyohanyuma a reçu en audience, le jeudi 4 décembre 2014, Vladimir F. Malyshev, ambassadeur de la fédération de Russie au Burundi. Etant au terme de son mandat au Burundi, le diplomate russe était venu lui dire ses adieux au président de l’Assemblée nationale.

 

DSC 0009bcA la sortie de l’audience, l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Burundi, Vladimir F. Malyshev a fait savoir qu’il était venu dire ses adieux au président Ntavyohanyuma, mais également le remercier pour les bonnes relations entretenues. Il a aussi apprécié la bonne coopération entre les deux pays, en particulier le parlements respectifs. Il a par la suite souligné qu’il espère que, dans l’avenir, il y aura plus d’échanges entre les parlements russe et burundais. Cela dans le cadre du renforcement des capacités, de l’amitié et de la coopération entre les deux parlements.
M. Ntavyohanyuma a révélé que la Russie appuie le Burundi dans différents secteur de la vie du pays, particulièrement dans le secteur de l’éducation. La Russie, a-t-il indiqué, a octroyé 22 bourses de formation, 15 bourses d’étude en météorologie, 5 bourses d’étude en hydrologie et 5 autres en cartographie.

Continuer à être l’ambassadeur du Burundi
« La Russie a également accordé dix-neuf bourses au pays pour la formation de longue durée des militaires burundais, et des médecins russes ont été envoyés au Burundi », a-t-il ajouté.
Il a également salué le souhait émis par l’ambassadeur de renforcement des capacités et d’échange entre les parlements russe et burundais.
Il a en outre profité de l’occasion pour lui souhaiter un bon retour dans son pays et lui a demandé de continuer à être l’ambassadeur des Burundais partout où il sera.

BENIGNE GAHIMBARE

 
Ouvrir