Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EP Mugaruro>Travaux de développement communautaire effectués par le chef de l’Etat

Pavage de deux salles de classe fondamentale

 

Le président de la République, Pierre Nkurunziza s’est joint le samedi 27 septembre 2014,  à la population de la colline Gahwazi I, commune Mpanda dans la province de Bubanza, dans la construction de l’école primaire Mugaruro. Les travaux concenaient le pavage de deux salles de classe fondamentale.

 

DSC 0175Le chef de l’Etat a participé aux travaux qui consitaient à mélanger le sable et le ciment. A cet effet, la population formait une file indienne afin d’acheminer ce mélange vers les classes qui devraient être pavées.
Selon Angéline Nibizi, administrateur de la commune Mpanda, le travail consistait à paver deux salles de classe fondamentale. « Nous avons déjà construit trois classes fondamentales mais deux ne sont pas encore pavées», a-t-elle indiqué. Pour ce qui est des moyens destinés à la construction de cette école, elle a indiqué que la population est sensibilisée pour savoir les besoins sur leurs collines. De ce fait, la population opte pour la contribution. La population de cette localité a ainsi cherché les briques et construit les murs. Quant à l’Etat, il a donné les tôles. Concernant les autres matériaux, la commune Mpanda à tout fait pour trouver du sable, du moellon du gravier et du ciment car il n’ y’en a pas dans le stock. La population donne une contribution de 3 000 ou 5 000 FBu. « Mais quand l’argent n’est pas suffisant, elle ajoute d’autres contributions », a précisé l’administrateur de la commune Mpanda. Mme Nibizi a également fait savoir que ce travail se déroule normalement et que la population répond en grand nombre à ces travaux de construction.   

Yvette Irambona

 

BUREAU DE L’OMBUDSMAN> Un non lieu dans la rumeur de blanchiment d’argent

Les détracteurs devraient présenter des excuses

 

L’ombudsman burundais Mohamed Rukara, a reçu en audience, le lundi 29 septembre 2014, le chargé d’Affaires et nouveau chef de la coopération belge au Burundi, Dr Martinus  Desmet.  Leur entretien a porté, entre autres, sur le non lieu retenu par la justice belge dans le dossier datant de deux ans sur le blanchiment d’argent incriminant l’ombudsman burundais.

 

DSC 0336Deux ans après sa mise en cause dans une affaire de blanchiment d’argent par ses détracteurs, Mohamed Rukara a remis à M. Desmet une copie du document du procureur de la Cour du roi belge le blanchissant dans l’affaire de dépôt des sommes faramineuses d’argent (en termes de millions d’euro) dans une banque belge.
M. Rukara a profité de cette occasion pour remercier la Belgique non seulement pour sa justice qui, d’après les propos de Jérôme Ndiho, conseiller chargé de la communication au bureau de l’Ombudsman, est neutre, indépendante mais également pour l’appui que la Belgique ne cesse d’apporter au Burundi. M. Ndiho, au nom de l’ombudsman, a souligné que les auteurs de cette diffamation, devraient être conséquents et présenter des excuses sur les accusations et allégations calomnieuses portées à l’égard du médiateur burundais.

La sécurité est bonne dans tout le pays

Evoquant la question sécuritaire, les deux personnalités ont convergé sur le fait que la sécurité est généralement bonne sur toute l’étendue de la République. Cependant, a ajouté M. Ndiho conformément à l’une de ses missions qui est la prévention des conflits, l’ombudsman allait effectuer, dans-l’après midi du lundi 29 septembre, une descente sur terrain visant à s’enquérir de la situation  qui prévaut dans la bande frontalière avec la République démocratique du Congo.
Parlant de la politique, M. Rukara a informé M. Desmet, que les membres despartis politiques dont certains de l’Uprona et du FNL lui ont déjà adressé des correspondances lui demandant de s’impliquer dans la résolution des problèmes qui minent leurs partis. Il a précisé qu’il n’attend que l’avis du ministre de l’Intérieur qui, dans son quotidien, s’occupe de la gestion des partis politiques afin d’apporter sa contribution.

Charles Makoto
(Stagiaire)

 

Pisc – Burundi> Conférence de presse sur la résolution de l’Union européenne

« Certaines organisations auraient réagi sur des rapports erronés et mensongers »

 

Le président et représentant légal de la Plateforme intégrale de la société civile burundaise (Pisc), Samuel Nkengurukiyimana,  a animé une conférence de presse, le vendredi 26 septembre 2014 à Bujumbura au cours de laquelle il s’est exprimé à propos de la déclaration de  certaines organisations internationales et de la dernière résolution de l’Union européenne à propos de l’emprisonnement de Pierre Claver Mbonimpa. Il a répondu à d’autres questions des journalistes.

 

DSC 0156S’exprimant sur la demande du Parlement européen de la libération immédiate et sans condition du président de l’AprodH, le président du Pisc trouve que cette demande va à l’encontre du Pacte relatif aux droits civils et politiques qui parlent de la séparation des trois pouvoirs; l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Selon lui, il importe de savoir que dans cette affaire le gouvernement représente la partie civile. Ce qui fait que, selon lui, la Pisc-Burundi est contre toute personne tant physique que morale qui voudrait lier ce procès aux faits politiques.
Toujours à propos du procès du président de l’AprodH, M. Nkengurukiyimana demande aux autorités judiciaires du Burundi d’analyser rapidement la sollicitation qui leur a été adressée par  la communauté nationale et internationale et lui réserver une suite favorable. Elle demande également à l’Union européenne de revoir sa résolution enfin de donner le temps suffisant à la justice burundaise de faire son travail correctement, sinon elle se sentira menacée et influencée.
Ainsi, dans le concept des nations libres et démocratiques, le président de la Pisc- Burundi a invité les politiciens surtout de l’opposition et le gouvernement de continuer le dialogue et d’éviter les tentatives de violence et de bras de fer tel que cela a été observé de 2010 à 2012. « Cela pour éviter que le Burundi sombre encore dans le marasme sociopolitique ». Il a fait également appel aux responsables de certaines organisations de la société civile burundaise de faire preuve de leur patriotisme et de la sagesse tout en se gardant de diaboliser les mandataires du peuple et de ternir l’image de leur patrie sur la scène nationale et internationale.
ASTERE NDUWMUNGU

 

Burundi- Etats-Unis>Remise d’exemplaires imprimés du code électoral

Les 5 000 exemplaires ont été notamment distribués aux partis politiques

 

Dans le cadre de la préparation du processus électoral pour les élections de 2015 libres, transparentes et inclusives, l’ambassadeur des Etas-unis au Burundi, Dawn Liberi, a officiellement remis des exemplaires imprimés du Code électoral au ministre burundais  de l’Intérieur, Edouard Nduwimana. Ces exemplaires ont été par après distribués aux représentants des partis politiques, de la société civile et des médias.

 

DSC 0185Le gouvernement des Etats Unis d’Amérique a octroyé 5 000  exemplaires du Code électoral au gouvernement  du Burundi le vendredi 26 septembre 2014, dans le but de soutenir les préparatifs pour des élections réussies et transparentes en 2015. L’activité a eu lieu dans les enceintes du Forum de dialogue permanent des partis politiques.
L’ambassadrice Liberi a dit que ces livrets du Code électoral constituent le cadre légal des élections et servent d’outil d’éducation civique et électorale pour tous les citoyens en âge de voter. Ce soutien au gouvernement burundais s’inscrit dans le cadre de l’accord de partenariat signé en juillet 2013 entre le ministère de l’Intérieur et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux(Ifes), chargée de mettre en œuvre au Burundi le programme d’assistance électorale du gouvernement des Etats unis.

Il a joint l’acte à la parole

Le ministre Nduwimana a remercié le gouvernement américain pour avoir joint l’acte à la parole en matière d’appui au processus électoral burundais. Il a demandé aux autres partenaires du Burundi de lui emboîter le pas.  Cet appui est une réponse à la demande du ministère à huit mois du premier scrutin de 2015-.
Il a profité de l’occasion pour dire que l’âge requise pour avoir une carté nationale d’identité est 16 ans au moment où le droit de vote est réservé à ceux qui ont 18 ans.
L’archevêque de Bujumbura, Mgr Evariste Ngoyagoye, les membres des partis politiques, ceux de la société civile et les médias ont pris part à la cérémonie.
YOLANDE NINTUNZE

 

Première vice-présidence de la république > Audience

DSC 0134Le Premier vice-président de la République, Prosper Bazombanza, a reçu en audience, le mardi 27 mai 2014, Peter Friedrich, ministre président du Land de Bade-Wurttemberg, un des Etats allemands jumelés à la province de Kayanza. Il était en visite d’entretien sur la coopération bilatérale.

 

A la sortie de l’audience, M. Bazombanza a indiqué à la presse que le ministre président allemand était venu en compagnie d’une forte délégation. Il a ajouté que cette visite avait pour objectif d’analyse l’état de la coopération entre la République du Burundi et la République Fédérale d’Allemagne. Il a fait savoir que c’est une coopération dynamique dans le sens où le Burundi est beaucoup appuyé surtout dans la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la pauvreté, deuxième génération. «Donc, les appuis de l’Allemagne sont appréciables à ce sujet », a-t-il souligné. Le Premier vice-président a en outre informé que le ministre allemand a promis aux Burundais de rester à leurs côtés pour l’organisation financière et technique relatives aux élections de 2015.
Esperance Ndayikengurutse

 

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Audience

DSC01288

La coopération bilatérale est à apprécier

Le Deuxième vice-président de la République, Gervais Rufyikiri a reçu en audience, dans l’après-midi du mardi 27 mai 2014, Peter Friedrich, ministre allemand chargé du Bundesrat, de l’Europe et des Affaires internationales de Bade- Wurtemberg. Les échanges ont porté sur les discussions de coopération entre le Burundi et la République Fédérale d’Allemagne.

A la sortie de l’audience, M. Friedrich a remercié le Deuxième vice- président de la République du Burundi pour l’accueil chaleureux réservé à sa délégation. Il a ajouté qu’il existe une bonne coopération au niveau sanitaire, éducationnel, économique, politique, société civile, etc. Il a fait savoir qu’une planification des projets de développement pour le Burundi est établie.
Espérance Ndayikengurutse

 
Ouvrir