Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Elections 2015 >

Huit candidats pour la présidentielle déposent leurs dossiers à la Ceni

Comme le stipule la loi N° 1/20 du 03 juin 2014, portant Code électoral du Burundi, l’élection présidentielle de 2015 va se dérouler le 26 juin 2015. A cet effet, huit candidats se sont présentés à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) le vendredi 08 et samedi 09 pour déposer leurs dossiers. En attendant de lire les bioportraits de ceux qui auront été admis à la course, voici (par ordre alphabétique) les photos et la présentation sommaire de ceux qui ont déposé leurs dossiers. Notez que chaque candidat devait préalablement verser une caution de 15 millions de francs burundais (environ 9 700 dollars américains). (Les photos ont été tirées de l’Internet).

DSC 1165

 

 

 

NKURUNZIZA Pierre : pour le compte du parti Conseil national de défense de la démocratie-Force de défense de la démocratie (CNDD-FDD)

 

 

 

Rwasa

 

 

RWASA Agathon : Candidat indépendant d’« Amizero y’Abarundi »

 

 

 

 

 

Bigirimana 3

 

BIGIRIMANA Jacques : président du parti Forces nationales de libération (FNL)

 

 

 

 

 

Minani

 

 

 

MINANI Jean : président du Front pour la démocratie au Burundi (Nyakuri) iragi rya

Ndadaye (Frodebu Nyakuri iragi rya Ndadaye)

 

 

 

 

 

 

Mutabazi

 

 

 

MUTABAZI Jean de Dieu : président de la Coalition des partis politiques pour une opposition participative (Copa)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Domitien

 

 

NDAYIZEYE Domitien : pour le compte du Rassemblement national pour le changement (Ranac- Dushayuruburundi)

 

 

 

DSC 4836 gerard

 

 

 

 

 

NDUWAYO Gérard : pour le compte du parti « Union pour le progrès national » (Uprona)

 

 

 

 

 

 

Ntiba

 

 

 

 

NTIBANTUNGANYA Sylvestre : candidat indépendant au nom de « Gira Ijambo »


 

CNDD-FDD>Lancement officiel de la campagne électorale

Les Bagumyabanga appelés à la retenue face à la provocation

Le parti présidentiel a officiellement lancé la campagne électorale en vue des élections communales et législatives, le lundi 11 mai 2015, sur la colline Gishambusha de la zone Gashoho, commune Gashoho de la province de Muyinga. Le thème choisi pour cette campagne est : « La victoire est à l’horizon, allons dans les élections tout en s’attelant au travail ».

DSC 1538 2DSC 1624 2
Dans son discours, Pascal Nyabenda, Président du parti au pouvoir, a appelé les membres de son parti à rester sereins et à ne pas céder à la provocation de l’adversaire politique. « La sérénité est notre trajectoire vers la victoire, a dit Pascal Nyabenda. Ne tombez donc pas dans les pièges de l’adversaire ; ne vous affrontez pas à un petit groupe des gens faibles qui prônent la violence. Ayez un langage non violent dans vos discours de campagne ; restez unis autour de votre parti ». Ces sont là, entre autres les conseils que Pascal Nyabenda a prodigué aux Bagumyabanga qui avaient répondu à l’invitation. Les élections communales et législatives sont importantes pour tout parti car elles dotent au parti des administrateurs communaux et des conseillers qui élisent les sénateurs et des députés qui votent les lois et permettent à l’exécutif de fonctionner sans difficulté.

Le renforcement de la paix et de la sécurité, une des priorités
Retraçant le répertoire des réalisations du parti CNNDD-FDD, le président du parti a remercié les responsables issus de ce parti pour leur implication dans la réussite des projets du programme dudit parti. Le renforcement de la paix et de la sécurité a été une des priorités dans le domaine administratif. Il a saisi l’opportunité pour remercier les forces de l’ordre et la population de la province de Cibitoke pour avoir mis hors d’état de nuire une rébellion qui s’est infiltrée à partir de la RDCongo. C’est aussi la mise sur pied des différentes institutions et commissions comme l’institution de l’Ombudsman, la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), la Commission vérité et réconciliation (CVR) et la Cour spéciale des terres et autres biens.
La distribution de l’engrais chimique à la population, la plantation des arbres fruitiers sont des réalisations évoquées dans le domaine agricole. Dans le secteur de l’énergie, des travaux de recherche des minerais dans le sous-sol burundais et la construction des infrastructures hydro-électriques sont en cours de réalisation. Des infrastructures routières ont été réalisées, et d’autres sont en cours de réalisation dans le domaine des travaux publics.

La recherche au cœur du développement
La paix et la justice pour tous resteront la priorité des priorités au cas où le parti resterait aux commandes. La bonne gouvernance sera renforcée pour asseoir une démocratie durable. Au niveau économique, Pascal Nyabenda indique que les efforts seront concentrés sur la production de la population comme consignée dans un bouquet du projet de société du parti CNDD-FDD. Une loi interdisant l’utilisation des sachets non biodégradables sera votée pour la protection de l’environnement. Au niveau de l’éducation, M. Nyabenda souligne que l’alphabétisation des adultes se verra renforcée. Un accent particulier sera mis sur ceux qui ont interrompu leurs études pour une raison ou une autre, surtout celle liée à la crise qu’a traversée le pays. A la diplomatie, des moyens suffisants seront affectés aux ambassades selon l’apport de leur représentation à la nation. Pour les perspectives d’avenir, la recherche sera et restera au cœur du développement et l’industrie vivement encouragée pour la promotion de l’emploi.

Les difficultés n’ont pas manqué
Les difficultés n’ont pas manqué au cours de ces cinq dernières années. Des montages visant le discrédit de la jeunesse Imbonerakure ont été orchestrés par les opposants et certaines associations qui se disent de la société civile. Dieu merci, dit M. Nyabenda. Leurs manœuvres liées à la provocation des jeunes Imbonerakure n’ont pas abouti. Il s’est avéré, continue le président du CNDD-FDD, que les manifestations dites de paix sont une volonté voilée de tuer les Imbonerakure afin de les inciter à la vengeance. Les Imbonerakure ont été traités de tous les maux mais sont restés tranquilles en s’attelant aux travaux de développement.

Les élections sont indispensables et l’itinéraire incontournable
Prenant la parole, Pierre Nkurunziza, candidat à sa propre succession pour le compte du parti CNDD-FDD, a indiqué que les élections sont indispensables et l’itinéraire incontournable pour un pays qui est sur la voie de la démocratie. Il a remercié les Bagumyabanga pour avoir renouvelé leur confiance en sa personne pour les représenter comme candidat à la présidentielle. « Comme vous m’avez choisi, vous ne serez pas déçus », dit-il. Il a profité de l’occasion pour remercier les partis politiques et les indépendants qui se sont portés candidat aux différents scrutins.
Il est revenu sur l’importance de remplacer par la voie des urnes les institutions dont le mandat arrive à terme. Les élections constituent un des piliers de la paix et de la sécurité, a dit M. Nkurunziza. En l’absence des élections, c’est l’anarchie et le désordre qui règnent en maitre. Il a fustigé le fait que certaines personnes se considèrent au-dessus des autres oubliant que le vote d’un citoyen ordinaire équivaut à celui d’un chef d’Etat ou d’un homme d’affaire important qui qu’il soit. Ceux qui pensent encore prendre le pouvoir par la violence et par les coups d’Etat se trompent du moment, a dit Pierre Nkurunziza qui appelle la population à rester vigilante. Il appelle la population à rester sereine dans l’unité et le patriotisme à travers le travail. Pour ceux qui vont dans la course au pouvoir, il les invite à diriger pour tous en cas de victoire.
Ces activités ont vu la participation de certains membres de corps diplomatique, de la société civile, du parti au pouvoir en Tanzanie, CCM et des confessions religieuses. Cela a été également une occasion de présenter à l’assemblée présente les personnes qui défendront les couleurs du parti aux élections législatives dans la province de Muyinga, dont le vice-président du parti Vénant Burikukiye en tête de liste.

Charles Makoto

 

 

MOE UE BURUNDI 2015> Conférence de presse

Evaluer objectivement toutes les étapes du processus électoral

Le chef de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne au Burundi 2015 (MOE UE Burundi 2015), David Martin a animé une conférence de presse le lundi 11 mai 2015 sur le lancement des activités de ladite mission. Elle a le mandat neutre et professionnel de mener une évaluation objective de toutes les étapes du processus électoral.

DSC 0898M. Martin a informé que le mandat neutre et professionnel de la MOE UE Burundi 2015 est de mener une évaluation objective de toutes les étapes du processus électoral. Cette évaluation sera effectuée depuis le cadre légal jusqu’aux libertés politiques fondamentales. Ce qui constitue en définitive le socle des standards internationaux en matière d’élections démocratiques, a-t-il ajouté.
M. Martin a fait savoir que dans l’observation de la MOE UE Burundi 2015, elle évalue également la neutralité et l’indépendance des instances judiciaires et de l’administration électorale, de même que la transparence des opérations électorales, y compris la publication des résultats sous forme désagrégée du niveau national jusqu’au niveau des bureaux de vote, de manière à rendre possible la traçabilité des résultats et de permettre à tout un chacun d’en vérifier l’exactitude.

Les élections ne se limitent pas à l’acte du vote
En tant qu’observateurs impartiaux, la MOE UE Burundi 2015 attache une importance sur le fait que le gagnant remporte une élection non pas à l’étiquette politique, a-t-il rassurée. A ce titre, M. Martin a indiqué qu’il se doit d’exprimer de sérieuses préoccupations à la fin de sa première visite, au terme d’une large série d’entretiens avec le gouvernement, la Commission électorale nationale indépendante, les partis politiques et la société civile.
Les élections ne se limitent pas à l’acte du vote, a souligné M. Martin. Dans une perspective de crédibilité, et pour offrir aux citoyens une réelle opportunité d’effectuer un choix, les élections doivent se dérouler dans des conditions qui autorisent la compétition et le pluralisme. M. Martin a affirmé que les médias jouent un rôle crucial en livrant des informations aux électeurs à propos du processus électoral auquel ils participent.

Ezéchiel Misigaro

 

INSTITUTION DE L’OMBUDSMAN> Point de presse

Une commission d’enquête sur la situation que traverse le pays a été mise en place

Le bureau de l’Ombudsman burundais vient de mettre en place une commission ad hoc chargée d’enquêter sur la situation que traverse le pays à la suite des manifestations contre la candidature du président actuel, Pierre Nkurunziza. Cela ressort du point de presse animé le mardi 12 mai 2015 par l’ombudsman de la république du Burundi, Mohamed Rukara.

 

DSC 0907Après les différentes descentes et plusieurs consultations dernièrement menées par Mohamed Rukara dans certains quartiers de la municipalité de Bujumbura, le bureau de l’Ombudsman a décidé de mettre sur pied une commission ad hoc pour enquêter sur toutes les violences déclarées depuis le début des manifestations qui ont débuté le 26 avril 2015.

Identifier les auteurs des crimes
La commission est composée de cinq personnes et pourra être élargie en cas de besoin, selon M. Rukara. Il a poursuivi en disant qu’elle aura pour mission de faire des enquêtes pour identifier les auteurs des crimes ; visiter les prisons et différentes maisons de détention pour enquêter sur les cas de violation des droits de l’Homme ; visiter les hôpitaux pour enregistrer les cas de décès, de blessés graves ou légers sans oublier l’élaboration d’un rapport d’enquête à présenter à qui de droit sur le plan national et international.
Mohamed Rukara a également lancé un appel solennel aux compatriotes de ne pas user de violence dans toutes leurs revendications. Il a demandé en outre à tout un chacun de respecter les droits fondamentaux de l’homme tout particulièrement le droit à la vie. « Nul n’est autorisé à ôter la vie à autrui », a-t-il souligné.
M.Rukara a conclu en recommandant à tous les Burundais de se respecter mutuellement, de respecter la Charte de l’unité nationale en vue de consolider la paix et l’harmonie sociale.
A côté des descentes effectuées dans certains quartiers de la municipalité de Bujumbura, Mohamed Rukara a également accordé des audiences à certaines personnalités et aux jeunes de diverses tendances politiques.

Eric MBAZUMUTIMA

 

UE-Burundi> Dialogue sur la situation politico-sécuritaire au Burundi

« Il faut arrêter les violences nées autour de la question du troisième mandat »

Représenté par la ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale, Laurent Kavakure, le gouvernement du Burundi a organisé, le lundi 11 mai 2015, une sixième rencontre avec les représentants de l’Union européenne au Burundi. Cette rencontre a vu la participation de l’envoyé spécial de l’Union européenne dans la sous-région, Kaen Vervaeke ; l’ambassadrice des Etats Unis au Burundi ainsi que l’ambassadeur de la Suisse au Burundi. Il s’agissait de parler du processus électoral ainsi que de la situation politico-sécuritaire qui prévaut actuellement dans le pays.

 

DSC 0897ddA la fin de la rencontre, l’envoyé spécial de l’Union européenne dans la sous- région a indiqué à la presse qu’il faut situer cette rencontre dans le contexte des autres personnes qui se sont déjà exprimées sur la situation actuelle au Burundi. Selon lui, compte tenu de la situation, il faut arrêter la violence qui est née autour de la question du troisième mandat du président Nkurunziza et le langage excessif car ils n’ont pas de place dans le processus électoral. Cela vaut pour tous et ils doivent faire des retenus. « C’est un point important et essentiel », a dit l’envoyé spécial. Ils ont aussi rappelé aux autorités leur responsabilité première dans la situation actuelle.

Reconnaître à chacun le droit de s’exprimer
Selon M. Vervaeke, ils ont également insisté sur la nécessité de reconnaître à chacun, quelque soit son opinion, le droit de pouvoir l’exprimer et de manifester pacifiquement. Sur ce point, le ministre burundais des Relations extérieures a indiqué que le gouvernement du Burundi reconnaît toujours le droit de manifester à tout Burundais mais à condition que cette manifestation soit pacifique. C'est-à-dire ne pas barricader les routes, ne pas interdire les gens de vaquer à leurs activités quotidiennes et de se rendre à leur boulot, etc.

Traiter les personnes arrêtées de manière juste et équitable
A propos des manifestations, M. Vervaeke a indiqué que chaque personne arrêtée doit être traitée de manière juste et équitable et en conformité avec les règles de droit. Concernant les jeunes du parti au pouvoir qui seraient armés, ils ont insisté que des mesures rapides et visibles, qui sont en mesure de rassurer la population, soient prises. « C’est un élément très important quand on va vers des élections et c’est pour ouvrir un véritable espace politique », a-t-il indiqué.
Astère Nduwamungu

 

POINT DE PRESSE> Déclaration sur les manifestations

Le parti CNDD-FDD choqué par les dégâts occasionnés au cours des manifestations

Le président du parti CNDD-FDD a animé un point de presse le vendre 8 mai 2015 à la Permanence nationale du parti où il a sorti une déclaration sur les manifestations alors en cours en mairie de Bujumbura. Il a fait savoir que le parti au pouvoir a été très choqué d’entendre que les manifestations dites pacifiques ont posé des actes violents.

 

DSC 8622«Le plan qui n’a pas réussi dans la province de Cibitoke de tuer les jeunes affiliés au parti CNDD-FDD, les Imbonerakure, est en train d’être exécuté en mairie de Bujumbura », a dit le président du parti CNDD-FDD, Pascal Nyabenda. Selon lui, c’est un génocide car un génocide n’est pas seulement constaté à l’endroit d’une ethnie quelconque mais aussi à un groupe de citoyens qui partage une même idéologie politique.

Le parti s’associe à tous ceux qui ont perdu les leurs
Il a indiqué que quelques vif membres de son parti ont déjà été tués. Il a cité les cas de Cédric Nimbona de la zone Muyira en commune Kanyosha et Eric Ndayisenga brûlé vif à Nyakabiga. « Beaucoup d’autres membres du parti CNDD-FDD sont menacés de mort et d’autres ont perdu leurs biens. Le parti s’associe à tous ceux qui ont perdu les leurs et leurs biens à cause de ces insurrections. Notre parti confirme avec preuve à l’appui que ces insurrections ont été longtemps préparées et financées », a dit M. Nyabenda.
Le président du parti au pouvoir a dénoncé et condamné le rôle de certains partis de l’opposition et quelques organisations de la société civile dont Forsc, Focodé et l’AprodH. Il a indiqué que le comportement de retenu des membres de son parti n’accuse pas une faiblesse, que c’est plutôt une stratégie de ne pas tomber dans la piège de l’ennemi. Il a souligné que le parti CNDD-FDD va participer à toutes les élections en respectant le calendrier électoral. Il a invité tous le Bagumyabanga à se préparer pour la campagne électorale et à adopter un comportement digne.
Tout malfaiteur doit être puni conformément à la loi
Répondant aux questions des journalistes, Pascal Nyabenda s’est exprimé sur les différents cas de tueries au cours de ces manifestations. « A propos de toutes les tueries qui ont été faites surtout pendant ces manifestations que nous qualifions d’insurrectionnelles, nous disons que tout malfaiteur doit être puni conformément à la loi. Les services concernés doivent travailler pour identifier ceux qui commettent des forfaits et surtout qui ne respectent pas la loi », a-t-il dit. Répondant à la question des accusations portées aux policiers et aux Imbonerakure, il a indiqué que l’opinion se hâte à qualifier tel groupe d’Imbonerakure alors que même dans le camp de manifestants il y a beaucoup de jeunes. « Quel est le nom de ces jeunes là, ils sont qualifiés comment ? Il faut établir la part des responsabilités et que chacun puisse répondre de ses actes », a-t-il conseillé.
Respecter les principes démocratiques
S’exprimant sur le respect du calendrier électoral notamment en ce qui concerne la campagne électorale en cours, Pascal Nyabenda a expliqué qu’il faut respecter les principes démocratiques pour sauver la stabilité de ce pays. Il a indiqué que le parti CNDD-FDD n’est pas contre le glissement du calendrier électoral. « Si techniquement la Commission nationale électorale indépendante voit qu’il y a moyen de réaménager ce calendrier et qu’on ne touche pas la constitutionnalité de ce calendrier, il n’y a pas de problème », a-t-il souligné.
Grâce-Divine Gahimbare

 
Ouvrir