Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE BURAZA> Déroulement des élections communales et législatives du 29 juin 2015

Une participation massive et sereine de la population

 

Les élections communales et législatives qui étaient prévues en date du 29 juin 2015 sur tout le territoire du Burundi se sont déroulées sans incident avec une participation massive et sereine de la population en commune Buraza de la province de Gitega. La sécurité était bonne dans toute la commune, aucun incident n’a été signalé.

 

Dans la matinée du 29 juin 2015, la population de la commune Buraza s’est levée très tôt et s’est dérigée vers les urnes afin de se doter de nouvelles institutions communales et législatives. La plupart des centres de vote ont été ouverts aux environs de 6h30 pour l’une ou l’autre raison comme nous l’ont appris les membres de la Ceci rencontrés en train de superviser le scrutin.
A 7h30, la rédaction du journal Le Renouveau du Burundi s’est rendue au centre de vote de la colline Mugano situé à l’école primaire de Buhinyuza, de longues files d’attente s’observaient devant les bureaux de vote. Le président de ce centre a fait savoir qu’il n’y a rien d’anormal, que la population n’a pas cédé à la peur provoquée par une grenade lancée par une personne non encore identifiée vers 4h30 le même jour. Il a dit que la personne qui a lancé cette grenade aurait voulu semer la panique pour que la population ne vienne pas voter mais cela n’a pas été le cas, précise-t-il, en révélant que déjà à 7h15 son centre avait déjà enregistré plus de 100 personnes.
Consolate Ntihabose, habitante de la colline Mugano se confiant à notre rédaction précise qu’elle est contente d’avoir voté car pour elle, c’est un signe éloquent qui montre que c’est le peuple qui décide sur comment être gouverné.
Pour certains habitants du site des déplacés se trouvant sur la colline Buraza, même si certains partis politiques avaient demandé à la population et à leurs membres de ne pas répondre à ce rendez-vous, il faut voter car ne pas le faire c’est être indifférent face à un devoir civique. Selon un membre influent de l’ADC-Ikibiri qui a voulu gardé l’anonymat, c’est fatiguant de boycotter toujours les élections. «Où se trouve finalement notre contribution pour relever notre pays? » se demande-t-il. Il lance un appel aux responsables des partis politiques de trouver un terrain d’entente pour alléger la population fatiguée d’entendre toujours des querelles politiques.
A 16h30, beaucoup de centres de vote avaient déjà fermés les portes étant donné que la plupart des votants s’étaient précipités dans l’avant-midi vers les urnes.
AMEDEE HABIMANA

 

COMMUNE MWUMBA> Elections des conseils communaux et des députés

Le processus électoral, un moyen de consolider les acquis de la démocratie, selon le président Nkurunziza

 

Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a accompli son devoir civique le lundi 29 juin 2015 au bureau de vote de Buye dans la commune Mwumba en province de Ngozi. Il a dit à cette occasion que le geste qu’il venait de poser suscitait un sentiment de satisfaction et de joie. « Un grand chantier vient d’être bâti. L’expérience démocratique en passant par les élections a été toujours jonchée de difficultés depuis que le Burundi a accédé à son indépendance. De 2005 à 2015, on a une fondation solide qui va servir aux générations futures de levier pour continuer sur la même lancée en passant toujours par le processus électoral. C’est un moyen de consolider les acquis de la démocratie dans notre pays », a-t-il déclaré.

 

DSC 2162Le président de la République a informé que pour lui, c’est un sentiment de satisfaction et de joie après le geste qu’il venait de poser. Il a ajouté que l’expérience démocratique a été toujours jonchée de difficultés et d’obstacles depuis que le Burundi a accédé à l’indépendance en 1962. Celle-ci avait été précédée par des élections. En 1965, il y a eu des élections qui malheureusement ont connu des difficultés. En 1993, des élections couronnées de succès ont été organisées mais marquées par un bain de sang par après, ce qui fait que le pays a passé près de 40 ans d’hésitation pour ce qui est des élections et du processus électoral et démocratique. Le président Nkurunziza a indiqué que ce n’est qu’après un vaste chantier de négociation et après une guerre civile que les Burundais ont pu conclure un accord de paix ainsi qu’un accord global de cesser-le-feu.
En partant de tous ces accords, les Burundais ont pu, pour la première fois en 2005, organiser des élections qui ont bien réussi, a-t-il souligné. Ça a été la première fois que le Burundi organisait des élections qui ont mis en place des institutions démocratiquement élues qui ont pu terminer leur mandat; ce qui fut une page tournée positivement dans notre pays. Et de dire que de 2005 à 2010 et de 2010 à 2015, les institutions démocratiquement élues ont été remplacées par les autres par la même voie. Pour le président Nkurunziza, cela est un grand succès pour le peuple burundais.
Par le geste d’élire, le président Nkurunziza a dit qu’il venait de réaliser un autre chantier très important, chantier qui montre que finalement la démocratie et le processus électoral prennent racine au niveau des comportements et aussi de l’aspect politique du peuple burundais. C’est un grand chantier que le président Nkurunziza venait de réaliser qui servira de modèle pour les générations futures. De 2005 à 2015, on a une fondation solide qui va aider les générations futures à continuer sur le même chantier en passant toujours par le processus électoral. C’est un moyen de consolider les acquis de la démocratie dans notre pays.
EZECHIEL MISIGARO

 

CENTRE DE VOTE DE L’ECOLE PRIMAIRE KANYOSHA I> Elections législative et communale

Les électeurs ont répondu massivement à cette activité

 

A l’école primaire Kanyosha I, le vote a débuté un peu tardivement, c’est-à-dire vers 8h 30min. Toutefois, à notre passage, les élections se déroulaient convenablement. Tous les bureaux de vote étaient ouverts.

 

DSC 0553Le journal Le Renouveau s’est rendu au centre de vote logé à l’école primaire Kanyosha I, un des trois centres de vote de la commune urbaine de Kanyosha. Le constat est que les élections se passaient bien et dans une bonne ambiance. Les électeurs avaient répondu massivement à cette activité. Ce centre de vote regroupait les électeurs venant des centres de vote de l’EP Kanyosha II et III, du lycée de la convivialité, du complexe scolaire de Kanyosha (CSK) et du Fine school. Des observateurs nationaux et internationaux étaient sur les lieux.
Interrogé par le journal Le Renouveau, le prénommé Aimé Pascal, membre de la société civile et aussi directeur du Ministère africain de compassion (Mac), l’une des organisations de la société civile qui observent le processus électoral au Burundi, a indiqué que sur tous les centres de vote qu’il a parcouru, les électeurs étaient venus nombreux. Il a ajouté que selon les informations reçues en provenance de ses correspondances se trouvant à l’intérieur du pays, cette activité se déroule correctement et la population y a participé très nombreuse. Quant à la délocalisation des différents centres de vote, les militaires et les policiers nous ont informés que c’étaient à la suite de l’insécurité mais aussi dans le but de faciliter les services de sécurité pour bien assurer la sécurité des électeurs et du matériel.

Un léger retard dû notamment à la vérification du matériel

Alors que le scrutin devait commencer à 6 h notre interlocuteur nous a signalé qu’il a constaté un petit retard dû à la vérification du matériel, à l’installation des urnes et des isoloirs mais que cela n’empêchait pas le bon déroulement des activités.

Avit Ndayiragije (stagiaire)

 

Bureau de vote de l ‘Athénée primaire> Elections législative et communale.

Quelques électeurs étaient déjà sur le lieu de vote

 

Après l’appel lancé par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), les bureaux de vote ont ouvert très tôt le lundi matin du 29 juin 2015. A l’école Athénée primaire, beaucoup de policiers et de militaires surveillaient le scrutin pour éviter une quelconque déstabilisation. De nombreux retards ont été constatés à la suite du manque de listes d’électeurs dans quelques bureaux de vote.

 

DSC 9240A l’école Athénée primaire située au centre ville de Bujumbura à Rohero, le centre de vote était tout de même ouvert tôt ce lundi matin. A notre passage à ce lieu vers 9 h, nous avons constaté que certains ’électeurs s’inquiètaient du fait que certains bureaux de vote n’étaient pas encore opérationnels à la suite du manque de listes d’électeurs. La Commission électorale nationale indépendante, compte tenu des problèmes de sécurité dans la municipalité de Bujumbura, a ordonné aux présidents des bureaux de vote de retarder l'ouverture, quitte à rattraper le retard en fin de journée. Un agent électoral avec qui nous nous sommes entretenu nous a informé que ce retard est dû au manque de listes dans certains bureaux de vote, et que ces listes se trouvent dans un autre centre de vote situé à l’école Stella Matutina. A part ce retard remarqué, une bonne dizaine d’électeurs étaient déjà sur les files d’attente pour procéder à l’élection des députés et conseillers communaux. Le personnel du bureau de vote leur expliquait comment voter en montrant comment il fallait cocher les cases. Pour assurer le bon déroulement du scrutin au centre de vote situé à l’école Athénée primaire, plusieurs policiers et militaires y étaient présents pour sécuriser le scrutin.

Appolinaire Nimubona

 

CNDD-FDD> Campagne présidentielle

« Les élections sont pour les Burundais et par les Burundais »

 

Le parti CNDD-FDD a poursuivi la campagne électorale pour l’élection présidentielle, le vendredi 26 juin 2015, en zone Mugano de la commune Giteranyi en province de Muyinga. Dans son discours, Pascal Nyabeda, président du parti, a remercié les Bagumyabanga et les a invités à répondre massivement aux rendez-vous électoraux, car dit-il, il n’y aura plus de report de ces derniers.

 

DSC 0955Les élections auront bel et bien lieu aux dates fixées par la Commission électorale nationale indépendante(Ceni), a dit le patron du parti au pouvoir, fustigeant ceux qui ont investi dans les gouvernements de transition. « Ceux qui disent que les élections n’auront pas lieu sont des menteurs qui veulent vous distraire. Les élections sont pour les Burundais et par les Burundais. Ceux qui remuent vents et marais pour nous plonger dans le vide institutionnel n’ont d’autres objectifs que les gouvernements issus du partage de gâteau enfreignant la voix du peuple », a déclaré M. Nyabenda. Il a souligné que le candidat Pierre Nkurunziza a été présenté par le CNDD-FDD conformément à la loi. Parlant du médiateur dans la crise politique qui a récemment secoué notre pays, Pascal Nyabenda indique que ce dernier facilite le dialogue avec les institutions légalement et constitutionnellement établies.
Devant des milliers de Bagumyabanga venus battre campagne, le candidat Pierre Nkurunziza est revenu sur la genèse du parti CNDD-FDD et le but de sa lutte. « Nous nous sommes battus pour que personne, dans l’histoire de ce pays, ne puisse aller à l’encontre de la volonté du peuple de décider de son destin. Ceux qui ont tenté et ceux qui tenteront encore se sont heurtés et se heurteront toujours à une volonté populaire qui a choisi l’alternance comme seule voie d’accéder au pouvoir », a dit M. Nkurunziza.

Le développement inclusif, un des programmes de la campagne

Au chapitre du projet de société, le candidat Nkurunziza a indiqué que le programme de son parti sera axé, durant le quinquennat, sur trois piliers, à savoir le renforcement de la paix et de la sécurité ; la bonne gouvernance et le développement inclusif. Il a profité de l’occasion pour appeler les Bagumyabanga et tous les Burundais à voter massivement pour son parti et leur a promis de redoubler d’effort pour redynamiser l’économie du pays.
Comme partout sur son passage, les Bagumyabanga de la province de Muyinga ont octroyé au candidat Nkurunziza quatre génisses et beaucoup de vivres en guise de remerciement pour le pas que le pays a déjà franchi dans la paix et la réconciliation des Burundais. Après la commune Gitaramuka, la campagne s’est poursuivie en commune Gashoho.

Charles Makoto

 

Elections communales et de députés> Zone Gatumba

Elles se sont bien déroulées

 

Les électeurs ont répondu au rendez-vous du 29 juin 2015 pour élire leurs conseillers communaux et leurs députés. Ces élections se sont déroulées en toute sérénité, du moins dans les deux centres électoraux que nous avons pu visités sur les quatre prévus dans la zone Gatumba. Les observateurs indépendants ont marqué leur présence.

 

DSC08176Les élections communale et législative se sont déroulées le lundi 29 juin 2015 sur toute l’étendue du Burundi. A Gatumba où nous avons été, ces élections se sont bien déroulées. De 6 h jusqu’à 10 h, 652 électeurs sur 2 527 inscrits avaient déjà voté dans les huit bureaux de vote répartis dans deux centres électoraux visités. Pour dire que les électeurs venaient au fur et à mesure.
Le quotidien Le Renouveau a pu remarquer la présence de différents observateurs comme la mission d’observation électorales des nations au Burundi (Menub) ; certains mandataires politiques qui représentaient le CNDD-FDD, l’Uprona, le FNL ainsi que les associations de la société civile comme le Collectif des associations pour le développement intégré de la population (Codip), les ministères africains de compassion au Burundi (Mac)
La zone Gatumba était constituée de quatre centres électoraux qui fonctionnaient dans les bâtiments abritant les écoles « La Grâce», « Maendeleo », Ecole primaire Mushasha et celles de Gaharawe. Ces centres étaient sous la supervision de la Commission électorale communale indépendante(Ceci) de Mutimbuzi.
Aucun incident n’a été signalé. Cependant, les bus de transport se sont gardés de circuler. Les gens qui voulaient se rendre dans la capitale Bujumbura prenaient des motos ou des vélos. Nous avons vu d’autres personnes se déplacer à pied étant donné que les motards et les taximen-vélos exigeaient des montants exorbitants.

Masta Shabani

 
Ouvrir