Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Deuxième vice-présidence de la république > Audience accordée à la représentante de l’UNFPA

Les actions d’amélioration de la santé sont à multiplier

 

Le Deuxième vice-président de la République du Burundi, Gervais Rufyikiri, a reçu en audience la représentante du Fonds des Nations unies pour la population au Burundi, Suzane Mandong, le lundi 30 mars 2015. Les deux personnalités ont échangé sur les relations qui existent entre le pays et cette organisation ainsi que les perspectives d’avenir pour améliorer la santé des jeunes et des mères.

 

DSC 0625Au sortir de l’audience de ce lundi 30 mars 2015, la représentante de UNFPA a exprimé son appréciation vis-à-vis des relations entre le gouvernement du Burundi et cette organisation. « Les relations entre le Fonds des nations unies pour la population et la République du Burundi sont excellentes », a déclaré la représentante de cette organisation. Au cours de l’audience, les deux personnalités ont échangé sur les grands axes de cette coopération. Selon Mme Mandong, la consolidation des acquis déjà enregistrés est importante.

La maîtrise de la croissance démographique

L’amélioration de la santé maternelle est un des projets d’avenir. L’UNFPA promeut la réduction sensible des décès maternels. Mme Mandong indique qu’il faut renforcer le programme de la planification familiale pour pouvoir maîtriser la croissance démographique. Cependant, le Deuxième vice-président Gervais Rufyikiri remarque avec satisfaction les actions déjà menée par le gouvernement dans le sens de l’amélioration de la santé. En effet, estime-t-il, la mesure de gratuité des soins de santé et la multiplication des structures de santé contribuent largement dans la promotion de la santé. Le programme qui va vers l’éducation pour tous (scolarisation gratuite) permet aussi de partager les connaissances en rapport avec la santé reproductive. Cependant, bien que les séances de sensibilisation soient effectuées ici et là, M. Rufyikiri appelle les parents à développer un dialogue avec les enfants sur les thèmes en rapport avec la santé sexuelle et reproductive. Il appelle également les mères enceintes de se confier aux professionnels de la santé pour répondre au souhait du gouvernement d’améliorer la santé maternelle. Les deux personnalités estiment qu’il faut investir chez les jeunes que ce soit au niveau de la santé ou de l’éducation car la jeunesse constitue l’avenir du pays.
Alfred Nimbona

 

PROVINCE DE CIBITOKE> Clôture de la marche pour la paix

« Renforcer les comités de sécurité »

 

Le président de la République du Burundi s’est joint, le samedi 28 mars 2015, à la population de la province de Cibitoke, commune Buganda, à l’occasion de la clôture de la marche pour la paix. Celle-ci s’est effectuée dans une ambiance de joie avec des chants invitant à la préservation et à la sauvegarde de la paix. La population de la province de Cibitoke avait répondu massivement à cette marche pour la paix.

 

DSC 1419Le président de la République, les parlementaires élus dans cette province et d’autres hautes autorités, ainsi que la population venue nombreuse ont effectué une marche de 4,2 km, de Kaburantwa jusqu’au stade moderne de Buganda en construction. Cette marche était agrémentée par des chants pour la paix, des chants rappelant la bravoure de nos ancêtres en défendant leur patrie et ceux d’éloge du chef de l’Etat.
En effet, le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a félicité la population de Cibitoke qui s’est levée comme un seul homme pour lutter contre les rebelles qui ont attaqué le pays en décembre 2014.
Il a fait savoir qu’en plus de la préservation de la paix chèrement acquise, la population de Cibitoke a su profiter de ses dividendes. Il est parti du fait qu’elle est en train de se construire un grand stade moderne et qui est à l’étape de sa finition.
Le chef de l’Etat les a aussi remerciés d’avoir vite compris la valeur et l’importance de la paix. Car, a-t-il indiqué, quand il y a la paix, le développement est possible. Il a donné l’exemple de la route goudronné qui traverse la province de Cibitoke qui vient d’être construite et autres infrastructures, en plus du stade.
Il a invité les habitants à continuer à garantir la paix à travers les comités de sécurité car, a-t-il dit, c’est grâce à cette synergie que l’ennemi qui a voulu passer par la province de Cibitoke a été énergiquement combattu.
Il les a également interpellés à continuer à répondre massivement aux réunions de formation patriotique, aux activités de développement, et au renforcement de la sécurité.

Les élections se passeront dans la paix

Le chef de l’Etat a également invité la population burundaise d’entrer dans les élections l’esprit tranquille. Il a profité de l’occasion pour les rassurer que les élections se passeront bien, dans la paix et la tranquillité. Il a réaffirmé que la période post-électorale sera aussi tranquille.
Selon Anselme Nsabimana, gouverneur de la province de Cibitoke, cette troisième marche pour la paix a clôturé les 100 jours dédiés au soutien aux forces de l’ordre pour avoir vaincu l’ennemi qui a attaqué la province de Cibitoke en décembre 2014. Ces derniers ont attaqué les communes de Murwi et Bukinanyana dans la province de Cibitoke (nord-ouest du Burundi), en provenance de la République démocratique du Congo (RDC). L’attaque des rebelles dont l’identité n’est pas encore connue a fait quatre morts dont deux militaires et deux civils contre 95 tués dans les rangs des terroristes et 9 capturés.
Bénigne Gahimbare

 

Commune Giheta> Célébration de la journée internationale de la femme, édition 2015

« Ensemble, soutenons les élections paisibles et équitables pour plus d’autonomisation des femmes »

 

La Première dame du pays Denise Nkurunziza, en compagnie des épouses des Deux vice-présidents de la République, ainsi que des femmes leaders, ont participé le jeudi 26 mars 2015, en commune Giheta dans la province de Gitega, aux cérémonies marquant la journée internationale de la femme. Cette fête a été célébrée au Burundi sous le thème « Ensemble, soutenons les élections paisibles et équitables pour plus d’autonomisation des

femmes ».

 

deniseDans le cadre de la célébration de cette journée, la Première dame du pays Denise Nkurunziza s’est d’abord jointe aux femmes malades des hôpitaux de Gitega et Kibimba ainsi que celles du centre Humura, en leur apportant un kit composé de riz, du haricot , des pagnes et des savons.
Dans son discours de circonstance, Denise Nkurunziza a indiqué que cette journée dédiée aux femmes est une occasion qui leur est offerte afin de faire une introspection et de planifier le développement de la femme. Pour elle, ce thème est choisi pour montrer le rôle de la femme dans les élections en rapport avec leur autonomisation. Aussi, que les femmes participent à la consolidation de la paix. Cette journée est également le moment de montrer la valeur de la femme dans le développement du pays.La femme fait beaucoup de tâches à la maison ; c’est pour cette raison que les hommes devraient leur apporter un coup de main.
Les femmes sont capables de faire la politique

D’après la Première dame du pays, on trouve trois idées essentielles dans ce thème. Premièrement, les élections se déroulent dans la paix et celle-ci doit être renforcée là où vivent les femmes. Elle a aussi ajouté que les jeunes ne doivent pas être manipulés par les politiciens. Deuxièmement, des élections équitables. Pour cela, Mme Nkurunziza a invité tout un chacun d’aller élire. Les femmes doivent adhérer dans les partis politiques, ainsi elles seront capables de faire la politique. En troisième lieu, des élections qui aboutissent à l’autonomisation de la femme. A cet effet, les politiciens doivent présenter des projets qui favorisent le développement de la femme. Les femmes sont invitées à s’impliquer davantage dans les projets du pays pour que leur représentation augmente.

Soutenir les femmes afin qu’elles réalisent leurs rêves

La ministre en charge du genre, Godeliève Nininahazwe quant à elle, a rappelé l’origine de cette journée, d’où la commémoration des moments durs que les femmes ont traversés en Amérique et en Europe. Au Burundi, cette journée est célébrée en se préparant aux élections, c’est pour cette raison que le thème choisi y est relatif. « Nous souhaitons que les élections nous conduisent, nous les femmes, au développement durable », a-t-elle souligné. Elle a aussi précisé que beaucoup de choses ont été réalisées dans ce sens.
Le représentant de Onu femmes au Burundi a d’abord souhaité une bonne fête à toutes les femmes burundaises. Cette journée est réservée à faire le bilan, l’examen de conscience par rapport aux réalisations et défis à relever. Il a souligné que l’autonomisation des femmes invite à réfléchir au rôle primordial des femmes partout dans le monde. Pour lui, la célébration de cette journée est faite dans une période spéciale au Burundi, la préparation des élections. En cette période, « nous avons tous le devoir de soutenir les femmes à réaliser leurs rêves. Nous avons besoin qu’elles viennent faire la différence, et contribuer à relever les défis que connaît le pays », a-t-il précisé.
Sept femmes provenant des différents secteurs du pays ont été gratifiées lors de la célébration de cette journée.

Yvette Irambona

 

CENI>Rencontre d’échange avec les parties prenantes aux élections

Le principal constat a été la quasi absence des équipes mixtes d’observateurs

 

La Commission nationale électorale indépendante (Ceni ) a organisé, le vendredi 27 mars 2015, une rencontre d’échanges avec les parties prenantes au processus électoral sur l’affichage des listes électorales provisoires, la réouverture partielle de l’enrôlement et les prochaines étapes. Dans son discours, Pierre Claver Ndayicariye a indiqué que le nouveau découpage administratif de la municipalité de Bujumbura et la naissance de la province de Rumonge auront un impact sur la gestion des élections, le nombre des conseils communaux et les sièges des députés.

 

DSC 6139Lors de l’affichage, souligne M. Ndayicariye, le principal constat fut la faible présence des mandataires des partis politiques et la-quasi absence des équipes mixtes d’observateurs. Cela, dit-il, avait pourtant été convenu entre la Ceni et les parties prenantes en janvier-février 2015. Des observations relatives aux omissions et aux recours sont, depuis le 25 mars 2015, en train d’être corrigées en même temps que le traitement informatique des erreurs matérielles relevées.
A propos de l’usage des quatre zéros sur certaines pièces d’identification des électeurs inscrits, la Ceni réaffirme qu’il ne s’agit pas d’erreurs de saisie et encore moins d’une tricherie ou d’une manœuvre frauduleuse au niveau du fichier électorale. Il s’agit d’un code convenu sur le plan informatique proposé par les experts informaticiens du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) validé par la Ceni. L’objectif était de répondre aux cas de pièces d’identification où le numéro n’existe pas, est illisible ou dépasse les cases prévues par la codification informatique.

Le décret présidentiel convoquant les électeurs pour les prochains scrutins est déjà signé

La réouverture partielle de l’enrôlement a permis l’enregistrement de 164 352 électeurs dont 89 510 hommes et 74 842 femmes. Le décret présidentiel portant convocation des électeurs pour les scrutins de mai, juin et juillet 2015 a déjà été signé, dit M. Ndayicariye. Le 30 mars 2015, la Ceni va procéder à la réception et l’analyse des dossiers des candidatures conformément à l’arrêt n°061 du 25 mars 2015. 

Pour ce qui concerne le nouveau découpage administratif de la municipalité de Bujumbura, Pierre Ndayicariye indique que les élections de 2015 donneront naissance à trois conseils communaux correspondant aux nouvelles communes qui sont Muha, Mukaza et Ntahangwa. La province de Rumonge aura cinq conseils communaux au détriment de la province de Bujumbura qui perdra deux communes et de la province de Bururi qui en perdra trois. Le nombre de sièges à l’assemblée nationale restera le même et sera partagé entre 18 provinces au lieu de 17. Une autre nouveauté sera la création de la Commission électorale provinciale indépendante pour la province de Rumonge.
Charles Makoto

 

Bureau de l’Ombudsman>Audience accordée aux représentants des différentes associations

L’organisation des matchs de football au menu des échanges

 

L’ombudsman du Burundi, Mohamed Rukara, a reçu en audience, le vendredi 27 mars 2015, les représentants de différentes associations des démobilisés, des chauffeurs, des coiffeurs, des taxis motos et vélos, de la force de défense nationale, etc. Il s’agissait de parler de l’organisation en cours des matchs de football qui vont se dérouler du 11 avril au 3 mai 2015 à l’intention des membres de ces associations dans le cadre de la consolidation de la paix et du renforcement de la sécurité.

 

DSC06068A la sortie de cette audience, il a été annoncé à la presse que les échanges ont porté sur l’organisation en cours des matchs de football à l’intention des membres de diverses associations des jeunes dans le but de renforcer de la sécurité surtout en cette période électorale. Les matchs comptant pour les quarts de finale vont se tenir du 11 avril 2015 ; les démi-finales vont se jouer les 25 et 26 Avril 2015 tandis que la finale est prévue pour le 3 mai 2015.
Compte tenu du fait que le Burundi a connu beaucoup de secousses, le médiateur burundais est en train de tout faire pour réunir les ressortissants des différents quartiers pour la sauvegarde de la paix et le renforcement de la sécurité. D’où l’organisation de ces rencontres qui vont opposer les équipes des associations provenant de différents quartiers de la ville de Bujumbura.
Ainsi, les équipes qui vont participer dans ces rencontres proviendront de différentes associations notamment des extracteurs du moellon et du sable, des coiffeurs, des taxis vélos et motos, des démobilisés, des jeunes affiliés aux partis politiques ainsi que de la brigade spéciale pour la protection des institutions (BSPI).

ASTERE NDUWAMUNGU

 

Première vice-présidence de la république>Audience accordée à la représentante de l’UNFPA

Les relations entre le Burundi et cette organisation sont appréciables

 

Le Premier vice-président de la République du Burundi, Prosper Bazombanza, a reçu en audience la représentante du Fonds des Nations unies pour la population au Burundi, Suzane Mandong, le vendredi 27 mars 2015. Les deux personnalités ont échangé sur les relations qui existent entre le pays et cette organisation ainsi que les perspectives d’avenir.

 

DSC 0587« Les relations coopération entre le Fonds des Nations unies pour la population et la République du Burundi sont excellentes », a déclaré la représentante de cette organisation, Suzane Mandong, au sortir de l’audience. Au cours de cette audience, les deux personnalités ont échangé sue les grands axes de cette coopération. Selon Mme. Mandong, ils ont décidé de consolider les acquis de cette dernière. Ensemble, ils estiment qu’il faut voir comment maîtriser la croissance démographique au Burundi. Il est également ingénieux d’investir dans les jeunes de moins de 25 ans. « Environ 65% de la population sont des jeunes, il faut donc investir dans leur santé, leur éducation et en leur donnant des opportunités d’emploi parce que les jeunes c’est le futur des pays et du monde entier », a dit Mme Mandong.

Perspectives de cette coopération

Le gouvernement du Burundi et le Fonds vont travailler ensemble pour s’assurer que la population burundaise a une meilleure vie, un état de santé amélioré, qu’il n y a pas de grossesses au niveau des écoles et qu’il n’y a pas de décès maternel. Cependant, sur ce point, Prosper Bazombanza espère que les progrès sont déjà là avec la mesure du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, en rapport avec la gratuité des soins pour les mères qui accouchent et les enfants de moins de cinq ans.

Alfred Nimbona

 
Ouvrir