Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère de la Fonction publique> Atelier de renforcement des capacités

Il est centré sur la politique de gestion des performances dans le secteur publicet le leadership féminin dans l’administration publique burundaise

 

DSC00700Le ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi a organisé le mardi 7 novembre 2017 un atelier de renforcement des capacités sur la politique de gestion des performances dans le secteur public et le leadership féminin dans l’administration publique burundaise. Ledit atelier a été ouvert par le Premier  vice-président de la République, Gaston Sindimwo. 

 

Dans son allocution, le ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Félix Mpozeriniga a fait savoir que personne n’ignore que la planification et la gestion axée sur les résultats sont des piliers de l’atteinte des résultats dans toute administration. C’est ainsi qu’en  avril 2012, le gouvernement s’est doté du programme nationale de la réforme de l’administration publique ( PNRA). Dans le cadre de cette réforme, le gouvernement  s’est doté d’une politique et des outils de gestion des performances. Le développement des outils de gestion axée sur la performance et les résultats fourni sont un ingrédient essentiel à plusieurs actions prévues dans le PNRA.    M. Mpozeriniga a précisé que c’est pour cette raison que la participation des femmes et l’égalité entre les genres dans les réformes de l’Etat et de la gouvernance reste primordiale. Cela permet une représentativité équilibrée du genre dans les instances politiques et administratives des institutions publiques. La participation de la femme dans les différentes réformes administratives, politique, sociales et économiques, leur dynamisme dans la construction et le développement du pays restent importants. Il a rappelé que le rôle des femmes est donc prépondérant dans la gouvernance administrative et le développement, avec toutes les réformes que ces aspects exigent. Pour cela, le PNRA a intégré dans ses actions les aspects genre et un guide d’intégration du genre dans le PNRA a été élaboré et adopté.

Le gouvernement soutient la réforme de l’administration publique

Dans son mot d’ouverture, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo a fait savoir que le diagnostic de l’administration publique burundaise dans le cadre du PNRA a conclu à certaines incohérences ou chevauchements au niveau du fonctionnement de certaines institutions publiques. « Ces incohérences ont une incidence négatives sur le fonctionnement de l’Etat burundais en tant que système administratif global. C’est pour pallier à ces défis que le PNRA a été mis en place avec une vision d’asseoir une administration publique qualifiée, performant, responsable, orientée vers l’intérêt général et le service au citoyen. Il a signalé que la définition dudit cadre d’action plaide en faveur de la participation des femmes et de l’égalité entre les sexes dans les réformes de l’Etat et de la gouvernance de l’Etat post-conflit afin de veiller à la participation équilibrée du genre dans les instances politiques et administratives des institutions publiques. Pour ce faire, 26 actions sur 35 que comporte le PNRA se prêtent le mieux comme portes d’entrée pour l’intégration du genre. Il a enfin affirmé que le gouvernement du Burundi ne peut donc ni ignorer, ni noyer la préoccupation de l’équilibre genre dans l’opérationnalisation des réformes pour garantir à la société burundaise un avenir meilleur. Il a remercié pour ce faire le Pnud qui finance ces réformes.   

ROSE MPEKERIMANA

 

Mairie de Bujumbura> Election sénatoriale partielle

Les candidats ont été élus à 97,6 %

 

DSC 0344Dans cadre du remplacement de l’honorable Martin Mbazumutima, qui a été nommé à d’autres fonctions, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a organisé, le mardi 7 novembre 2017,  une élection sénatoriale partielle en mairie de Bujumbura. Les membres des conseils des trois communes de la mairie de Bujumbura, Mukaza, Muha et Ntahangwa,  avaient répondu présent  à ce rendez-vous. Les candidats ont été élus à 97,6%. 

 

Comme constaté sur place, seuls deux personnes avaient déposé leurs candidatures à la Ceni et sont  toutes issues du parti au pouvoir CNDD-FDD. Il s’agit de Norbert Bikorimana, qui avait postulé pour remplacer l’honorable Martin Mbazumutima et Jean Bosco Nsengiyumva, qui avait postulé pour la place de suppléant. Selon le code électoral, seuls les membres de conseils communaux ont le droit de participer à ces élections. Signalons que des mandataires des partis politiques et des associations de la société civile étaient présents pour suivre le déroulement de cette élection. Il s’agissait du FNL, de l’UPD Zigamibanga ainsi que de la coalition Amizero y’Abarundi. Pour la société civile, il s’agissait du Collectif des organisations pour le développement intégré de la population (Codip), de l’Observatoire africain pour la démocratie et l’assistance en matière  électorale au Burundi (Aodam-Burundi) ainsi que de la Coalition féminine pour la démocratie en matière électorale (Cofed). Cependant, sur quarante sept électeurs prévus, seuls quarante deux se sont présentés. Après le dépouillement,  il s’est avéré  que les deux candidats ont été élus à quarante et une voix, soit à 97,6 %. Après l’annonce des résultats, Norbert Bikorimana, élu pour remplacer honorable Martin Mbazumutima, s’est réjoui du déroulement de ces élections et a rendu grâce à Dieu pour avoir été élu. Il a aussi remercié le parti CNDD-FDD pour lui avoir donné cette opportunité de se faire élire. Il a également manifesté sa gratitude envers ceux qui ont participé aux élections et qui ont investi leur confiance en eux.  Il faut aussi signaler que Norbert Bikorimana est ressortissant de la commune Mukaza et Joseph Désiré Nsengiyumva est de la commune Muha. 
Astère Nduwamungu

 

 

Burundi–Japon> Signature d’un accord de don

Il consiste en une aide alimentaire de 450 millions de yens

 

DSC09929Le gouvernement du Burundi et le gouvernement du Japon ont signé, le mardi 7 novembre 2017, un accord de don constitué d’une aide alimentaire d’un montant de 450 millions de yens, environ 3,96 millions de dollars  et ont échangé des notes. Ceci va secourir la population nécessiteuse suite aux effets des changements climatiques.  

 

Le ministre burundais des Relations extérieures et de la coopération internationale, Alain Aimé Nyamitwe et l’ambassadeur du Japon au Burundi avec résidence à Kigali Takayuki Miyashita ont signé cet accord qui concrétise la requête d’une aide alimentaire qui avait été introduite par le gouvernement du Burundi auprès du Japon. M. Nyamitwe s’est dit satisfait par ce don et a indiqué qu’il s’ajoute à d’autres initiatives antérieures comme le blé panifiable I et II, le riz, le carburant I et II, les engrais chimiques et les projets de grande envergure déjà réalisés ou en cours. Il se dit également satisfait des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.  Il a, à cette occasion, demandé à la délégation japonaise de soumettre aux autorités du Japon le souhait du Burundi de voir le démarrage du projet de réhabilitation du Port de Bujumbura et celui du projet d’amélioration de la productivité du riz dans l’Imbo pour aider le pays à accroitre le niveau de vie de la population et lutter contre la pauvreté. Ambassadeur Miyashita dit qu’environ 6300 tonnes de riz seront fournis au gouvernement du Burundi.  Conformément à cet échange de note, dit-il, le gouvernement du Burundi est tenu de déposer les recettes provenant de la vente du riz dans un compte désigné, de sorte que d’autres projets de développement soient mis en œuvre dans l’avenir par le biais de ce compte appelé « fonds de contrepartie ».  Ce diplomate a souligné le problème de grave pénurie alimentaire auquel le peuple burundais est confronté et espère que cette aide atteindra un grand nombre de nécessiteux  et améliorera leurs conditions nutritionnelles. Il sied de rappeler que la coopération au développement entre le Japon et le Burundi a commencé dans les années 1970. Depuis lors, ce pays a mis en œuvre une série de projets d’aide de plus de 300 millions de dollars. L’accent était mis sur trois domaines prioritaires dont les infrastructures de transport, l’agriculture et les services sociaux de base. L’ambassadeur promet que son pays va continuer à contribuer au développement économique, pour un meilleur avenir du Burundi. 

Alfred Nimbona

 

Commune Mwumba> Travaux de développement communautaire effectués par le président de la République

La construction du marché de Vyerwa est à une étape satisfaisante

 

DSC 0850Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a participé le lundi 6 novembre 2017, dans les travaux de développement communautaires à Vyerwa dans la commune Mwumba de la province de Ngozi. Il s’agissait de la construction du marché moderne pour lequel les travaux se trouvent à une étape satisfaisante.

 

La population de Vyerwa était venue nombreuse pour donner un coup de main  à la construction de ce marché. Elle passe trois fois par semaine sur le chantier dudit marché. Ces travaux concernaient le bâtiment qui va servir de boucherie et la clôture dudit marché.La population de Vyerwa était venue nombreuse pour donner un coup de main  à la construction de ce marché. Elle passe trois fois par semaine sur le chantier dudit marché. Ces travaux concernaient le bâtiment qui va servir de boucherie et la clôture dudit marché.                      

La commune Mwumba aura plus de recettes

Le chef de l’Etat s’est joint à la population de cette localité en faisant le mélange du ciment et du sable servant au pavage du bâtiment de boucherie. Quant à la clôture de ce bâtiment, les gens formaient une file indienne en se passant des briques afin de les acheminer sur la clôture en construction. D’après l’administrateur de la commune Mwumba, Emmanuel Ndayizeye, ce marché de Vyerwa se trouve au milieu de trois communes à savoir Mwumba, Gashikanwa et Ngozi. La commune Mwumba va augmenter les recettes grâce à ce marché car l’ancien marché de Kiziba a été détruit lors de la crise de 1993. Pour lui, ce marché sera fréquenté le plus parce que les commerçants de Ngozi y possèdent des échoppes. Ainsi, avec le gouverneur de Ngozi, ils vont voir comment  y mettre des articles qu’on ne trouve pas dans le marché de Ngozi.                        

Avantages pour les commerçants

M.Ndayizeye a également indiqué que les travaux sont à l’étape de finissage, c’est -à-dire à 98 %. « Nous faisons tout notre possible pour que ce marché de Vyerwa soit fonctionnel avant la fin de cette année ». Le président Nkurunziza a remercié tous ceux qui ont travaillé sur ce chantier en leur donnant chacun 10 kg de riz.Pour les commerçants, ce marché  leur sera d’une grande utilité car ils pourront échanger des produits avec ceux du marché de Ngozi. La clientèle sera nombreuse car ce marché est vaste par rapport à l’ancien marché. Aussi, ces commerçants ont souligné que leurs marchandises seront sécurisées grâce à la clôture. Ils pourront également déposer leur argent dans une micro finance qui sera à l’intérieur de ce marché. Le chef de l’Etat est d’abord passé dans ses champs composés de différentes cultures se trouvant en commune Gashikanwa. Il a aussi visité son troupeau de vaches, ses porcs et chèvres se trouvant dans cette même commune.                                                                                                      
Yvette Irambona  
   

 

 

PARTI CNDD-FDD> Inauguration d’une permanence communale de Ndava

La population de Mwaro est appelée à exécuter des travaux qui génèrent des revenus

 

IMG 3850Dans son programme de construire des permanences dans tout le pays, le parti au pouvoir a procédé, le samedi 4 novembre 2017, à l’inauguration d’une permanence en commune Ndava, Province de Mwaro. Le secrétaire général (SG) du parti CNDD-FDD au niveau national, Evariste Ndayishimiye et son épouse, avaient rehaussé de leurs présences ces cérémonies, les sénateurs et parlementaires élus en province de Mwaro, les ministres, les directeurs généraux, les administrateurs communaux, les secrétaires généraux du parti dans les autres communes qui constituent la Province, et bien d’autres invités. La population de Mwaro est interpelée à faire des travaux de développement. 

 

Les cérémonies d’inauguration de cette permanence ont débuté par les  activités de mélange de béton et du ciment pour le pavage des salles de classe d’une école d’enseignement des métiers qui a été  offerte par le Président de la République. Le secrétaire général  du parti au plan national a participé dans ces activités ensemble avec plusieurs Bagumyabanga. Dans son discours, Evariste Ndayishimiye a interpelé les Bagumyabanga de la province de Mwaro en général et de la commune Ndava en particulier pour rester unie et consolider la paix et la sécurité car c’est cela la source de développement durable.

«Construire le pays est l’un des objectifs de notre parti»

« Notre parti a l’objectif de construire le pays jusqu’à ce que les européens soient étonnés et surpris », a-t-il dit. Il a rappelé que le Burundi a parcouru un très long trajet où il y avait ceux qui ont tant voulu inculquer dans les gens les divisions ethniques qui sont sans issue mais depuis 2005, le parti CNDD-FDD a déraciné ce virus. Les Burundais doivent se sentir comme étant des frères et sœurs et construire le pays ensemble sans distinction aucune, a-t-il ajouté. La justice est pour le moment libre. Si par hasard quelqu’un commet un crime, il est appréhendé. Ce n’est pas la même chose pour les autres pays qui font toujours la pendaison. Au Burundi, on juge le  coupable proportionnellement aux fautes commises.L’exemple typique est celui de ceux qui ont tenté de renverser le pouvoir légalement élu. Beaucoup d’entre eux ont été appréhendés et mais on ne les a pas tué. Il est revenu sur le retrait du Burundi de la Cour pénale internationale (Cpi) qui ne cessait d’adresser de fausses accusations au gouvernement du Burundi. « C’est un grand pas franchi par notre pays », affirme -t-il.Concernant les permanences qu’on est en train d’inaugurer, M. Ndayishimiye a demandé aux Bagumyabanga de Ndava en particulier et ceux de Mwaro en général, de créer des cadres d’échanges sur les travaux de développement communal, provincial, voire national. Comme le parti se réfère sur le principe du développement par le peuple et pour le peuple, tous les natifs de Mwaro sont appelés à conjuguer les efforts afin de développer la province et le pays. « Notre pays regorge de beaucoup de richesses. Il faut que les gens évitent la paresse et les exploitent », a-t-il indiqué. Il n’a pas manqué de remercier les Bagumyabanga de Mwaro de la façon dont ils l’ont accueilli. Il a dit qu’il est satisfait des cadeaux qu’on lui a offerts. M. Ndayishimiye a profité de cette occasion pour donner une aide composée de tôles à quatorze familles vulnérables ainsi que deux tonnes de riz et une tonne de haricots qui vont nourrir plus de deux cents familles.

«Le parti est se porte bien dans notre province»

Le secrétaire provincial du parti  en province de Mwaro, Zacharie Ntirandekura, a fait savoir que le parti CNDD-FDD est se porte bien dans sa province. La preuve en est qu’il a gagné les élections depuis 2005. Il a indiqué que c’est la troisième permanence inaugurée parmi les cinq permanences déjà construites. Il espère que même lors de l’inauguration de ces autres permanences, le Secrétaire général au niveau national sera présent. Il est passé à la remise d’un cadeau d’une vache nommée « Ndava» et deux moutons accompagnés de plusieurs paniers de vivres.Le secrétaire général du parti en commune Ndava a remercié le secrétaire général du parti au niveau national et lui a demandé de leur apporter une aide surtout d’ordre matériel car la permanence n’a pas de chaises, de courant électrique, d’ordinateur etc. Les cérémonies ont été clôturées par la remise d’un certificat de mérite aux personnes qui se sont donnés plus que les autres dans la construction de cette permanence.
Olivier Nishirimbere

 

Editorial> Burundi-Tanzanie : Une volonté partagée de renforcer la coopération

Le président de la République Pierre Nkurunziza a reçu en audience samedi dernier, à Ngozi, au Nord du pays, le Secrétaire exécutif du Corridor centre en présence notamment de l’ambassadeur de la république unie de Tanzanie au Burundi. Le Corridor centre est l’axe par où transite l’essentiel des échanges commerciaux entre la république du Burundi et la république unie de Tanzanie. Au menu des échanges figuraient essentiellement les relations commerciales entre les deux pays et les modalités devant être mises en œuvre pour faciliter le commerce transfrontalier.Le président de la République Pierre Nkurunziza a reçu en audience samedi dernier, à Ngozi, au Nord du pays, le Secrétaire exécutif du Corridor centre en présence notamment de l’ambassadeur de la république unie de Tanzanie au Burundi. Le Corridor centre est l’axe par où transite l’essentiel des échanges commerciaux entre la république du Burundi et la république unie de Tanzanie. Au menu des échanges figuraient essentiellement les relations commerciales entre les deux pays et les modalités devant être mises en œuvre pour faciliter le commerce transfrontalier.Si le présent éditorial vous est proposé, c’est parce  que le contenu de l’entretien s’inscrivait dans la droite ligne de la visite de travail et d’amitié que le président de  la République Pierre Nkurunziza a effectuée, le 20 juillet 2017, en république sœur de Tanzanie, plus précisément dans le district de Ngara, comme l’a indiqué le porte-parole adjoint du chef de l’Etat Alain Diomède Nzeyimana, à l’issue de l’audience. Cette visite de travail et d’amitié a offert, rappelons-le, une précieuse occasion au président Pierre Nkurunziza et à son homologue tanzanien John Pombe Magufuli de passer en revue toutes les questions touchant les relations bilatérales et notamment celles commerciales, et de se dire d’une seule et même voix, que tout ce qui est de nature à contribuer au renforcement de ces relations sera encouragé. C’est dans ce contexte que le commerce transfrontalier s’améliorera chaque jour davantage dans un climat de fraternité, de confiance et de solidarité qui prévaut entre la république du Burundi et la république unie de Tanzanie, deux pays appartenant à une même communauté d’objectifs, une même communauté de destin, un véritable ensemble régional qui s’appelle la Communauté est-africaine. Le renforcement des relations bilatérales sur les plans politique, économique et commercial notamment, repose sur une volonté commune entre le Burundi et la Tanzanie d’unifier et de coordonner les actions en direction des population burundaise et tanzanienne, pour lesquelles les plus hautes autorités burundaise et tanzanienne s’emploient à trouver des réponses à leurs besoin sociaux, dans des canalisations de plus en plus satisfaisantes grâce justement à l’approfondissement des relations bilatérales.La coopération entre la république du Burundi et la république unie de Tanzanie s’avère donc fort fructueuse dans un climat d’affaires caractérisé par la solidarité, permettant de vastes perspectives des relations tanzano-burundaises. Il ne peut en être autrement car le Burundi et la Tanzanie ont noué une amitié profonde permettant à la coopération entre les deux pays de reposer sur une base solide. Les deux Etats attachent également une grande importance à leurs relations, dans le cadre bilatéral et régional. Dans la conjoncture internationale actuelle, les deux pays partagent des points de vue similaires et ont des intérêts fondamentaux communs sur les problèmes internationaux importants, la paix et le développement  demeurant leur cheval de bataille.Basée sur la solidarité, l’amitié, la sincérité et la compréhension mutuelle, la coopération tanzano-burundaise est pleine de promesses. Il faut une confiance totale réciproque entre le Burundi et la Tanzanie pour qu’ils s’engagent aussi fermement dans la recherche des solutions communes aux problèmes communs à travers de bonnes relations sans cesse affirmées.
Louis Kamwenubusa

 
Ouvrir