Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Assemblée nationale> Clôture de la session ordinaire du mois de février 2018

Beaucoup d’activités ont été réalisées

 

DSC 1409L’Assemblée nationale du Burundi a procédé, le lundi 30 avril 2018, à la clôture de la session ordinaire parlementaire du mois de février. Au cours de cette séance, le président de l’Assemblée nationale a présenté différentes activités réalisées par cette institution. 

 

Lors de cette séance, Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale, a fait savoir que cette institution a analysé et adopté neuf projets de lois. Elle a notamment analysé le projet de loi portant gestion des pesticides au Burundi ainsi que le projet de loi portant code de l’offre des soins et services de santé au Burundi. L’assemblée nationale a également analysé et adopté le projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’Accord de création de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), signé à Abidjan en République de Côte d’Ivoire, le 8 mai 1993.  Il a analysé aussi le projet de loi portant ratification par la République  du Burundi de l’Accord de financement entre le gouvernement du Burundi et la Banque internationale pour la reconstruction (IDA) relatif au financement du projet hydraulique de Jiji et Mulembwe signé à Bujumbura le 19 décembre 2017.Concernant le contrôle de l’action gouvernementale, M. Nyabenda a fait savoir que l’Assemblée nationale a reçu, en séance plénière, les réponses aux questions orales avec débat adressées au ministre de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ces questions concernaient le redéploiement des enseignants sur tout le territoire national, l’équivalence des diplômes de l’Ecole nationale d’administration (ENA), et le sort réservé aux programmes du soir dispensés par certaines universités privées. 

L’Assemblée nationale a organisé plusieurs descentes sur terrain

En ce qui concerne la représentation du peuple, M. Nyabenda a indiqué que l’Assemblée nationale a organisé plusieurs descentes sur terrain. Les députés se sont associés à la population dans les travaux de développement , etc. Au niveau social, l’Assemblée nationale a pu fournir de l’aide à certaines personnes démunies des différentes provinces du pays. Elle a réglé les factures d’hospitalisation impayées de 28 malades insolvables à l’hôpital Prince Régent Charles et à l’hôpital Roi Khaled pour un montant de six millions de francs burundais.  Concernant les prochains rendez-vous électoraux de 2018 et 2020, l’Assemblée nationale a versé à la Banque de la République du Burundi une somme de cent trente millions de francs burundais (130 000 000 FBu) comme contribution aux élections de 2020. Concernant la coopération interparlementaire, M. Nyabenda a fait savoir que l’Assemblée nationale burundaise a envoyé des délégations pour la représenter dans plusieurs activités organisées à l’étranger par l’Union interparlementaire, le Parlement panafricain, le Forum des parlements des pays membres de la Conférence interrégionale sur la région des Grands lacs, la Commission des Nations unies sur la condition de la femme, la conférence des présidents d’assemblées et de sections de la région Afrique de  l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, etc. Le président de l’Assemblée nationale a également invité la population à rester calme et à sauvegarder davantage la paix et la sécurité. Elle l’invite à aller voter massivement le 17 mai 2018. Signalons que cette activité de clôture de session ordinaire a eu lieu également au Sénat.

Lucie Ngoyagoye            

 

Province de Gitega> Audience accordée au vice-Premier ministre somalien par le chef de l’Etat

La Somalie est reconnaissante du travail fait par les troupes burundaises dans le maintien de la paix

 

DSC 0018Le président de la République Pierre Nkurunziza a reçu en audience le lundi 30 avril 2018, le vice-Premier ministre somalien Mahdi Mohammed Gulaid dans la province de Gitega. Il était porteur d’un message de salutation et de profonde gratitude envers le gouvernement burundais. 

 

Selon le porte-parole du président de la République, le vice-Premier ministre somalien était venu en marge de la finale de la Cecafa U17. Il était porteur d’un message de profonde gratitude à l’intention du gouvernement burundais qui appuie énormément le gouvernement somalien surtout en lui fournissant des troupes de maintien de la paix, étant donné que le Burundi fait partie du contingent de l’Amisom qui vient de passer plus de dix ans à aider le peuple somalien à recouvrer la paix et la sécurité.Le vice Premier ministre somalien était aussi porteur d’un message de salutation de la part du président somalien qui demande d’effectuer très prochainement une visite au Burundi. Le chef de l’Etat burundais a apprécié cette gratitude de la part du gouvernement somalien. Pierre Nkurunziza a promis de ne ménager aucun effort pour aider le peuple somalien car, a-t-il observé, une fois que la paix est perturbée dans un pays, il y a des conséquences qui affectent les autres pays du monde. Ainsi, le président Nkurunziza  a réitéré sa détermination pour que la paix et la sécurité règnent dans un pays de la région mais aussi dans tous les pays du monde. Concernant la visite d’Etat sollicitée par le président somalien, le chef de l’Etat burundais a anticipé sa bienvenue  en disant qu’il sera reçu avec tous les honneurs que le Burundi a toujours réservés aux autres demandes.

Yvette Irambona

 

Province de Gitega> Réunion de sécurité tenue par le président de la République

La situation sécuritaire est généralement bonne sur tout le territoire national

 

DSC 0055Le président de la République Pierre Nkurunziza a tenu le lundi 30 avril 2018, une réunion d’évaluation de la sécurité à l’intention de tous les gouverneurs de province, les ministres concernés par la sécurité ainsi que les corps de défense et de sécurité. La situation sécuritaire est généralement bonne, sauf quelques irrégularités qui s’observent. 

 

Selon le porte-parole adjoint du président de la République, Alain-Diomède Nzeyimana, cette réunion  a été introduite par le gouverneur de la province de Gitega qui, dans son mot d’acceuil a indiqué que la paix et la sécurité règnent dans sa province. Il s’est félicité du bon déroulement de la Cecafa U17 durant les deux semaines car, selon lui, les participants étaient ravis de leur séjour au Burundi.Certains points préoccupants ont été analysés lors de cette réunion, entre autres, l’existence des boissons prohibées, les pluies diluviennes qui font des dégâts tant humains que matériels. Aussi, des conflits familiaux emportent des vies humaines. Des accidents de la route s’observent toujours mais à un taux réduit. A cet effet, le chef de l’Etat invite tout un chacun à fournir plus d’efforts pour que ce problème soit résolu. La police de roulage doit aussi faire tout son travail pour y apporter des solutions. Un autre phénomène concerne des pertes humaines, des maisons brûlées à cause de l’électricité de la Régideso. Pour cela, le ministère de tutelle est invité à tout faire afin de résoudre ce genre de problèmes. Le président Nkurunziza a terminé cette réunion en invitant les participants à bien célébrer la fête du travail. Aussi, il les a invités à bien sécuriser  les sites miniers ainsi que la prochaine réunion de la Comesa qui se tiendra au Burundi.
Yvette Irambona

 

COOPERATION> Retour de Maroc du président du Sénat

Pour développer un partenariat entre les pays africains et ceux du monde arabe

 

DSC01765Le président du Sénat est rentré, le samedi 28 avril 2018, d’une mission de travail qui l’avait conduit au Maroc.  Un forum afro- arabe les réunissait pour parler de la sécurité alimentaire. C’était aussi dans le but de développer un partenariat entre les pays africains et ceux du monde arabe pour se soutenir et résoudre la question de la famine dans ces pays. Le porte-parole du président du Sénat, Gabby Bugaga, nous en dit plus. 

 

La production ne suit pas la courbe de la pression démographique, que ce soit dans les pays arabes ou dans les pays africains. Pour résoudre et prévenir des périodes de disette qui pourraient survenir dans certains pays, il faudrait un partenariat entre les pays africains et ceux du monde arabe en ce qui concerne l’augmentation de la production.  Ce sont des pays qui regorgent de potentialités mais qui se retrouvent toujours sous l’exploitation et déstabilisés par les grandes puissances. Ne pouvant pas ainsi définir des programmes à long terme à cause des guerres qui ne s’y calment jamais. Il s’agissait ainsi de conscientiser les gens de ces pays du monde arabe pour pouvoir travailler dans l’unité. Eviter tout ce  qui peut les diviser en vue d’éradiquer des conflits au sein de cette région. En effet, ces pays regorgent de richesses aussi bien minières qu’agricoles, mais ne peuvent pas en bénéficier. Ils se retrouvent toujours en dernière position parce qu’ils ne peuvent pas définir des politiques sur une longue période parce qu’ils sont souvent déstabilisés. Enfin, c’était aussi pour  développer un partenariat gagnant-gagnant entre les pays africains et ceux du monde arabe afin de garantir le bien-être des populations vivant sur cette partie du monde. 
Blandine Niyongere

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE > Audience accordée au président de la Caf

Ahmad Ahmad apprécie l’œuvre du chef de l’Etat burundais dans la promotion du sport

 

DSC 0063Au Palais présidentiel, le dimanche 28 avril 2018, le président de la République, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience, le président de la Confédération africaine de football (Caf), Ahmad Ahmad, en visite au Burundi. Celui-ci a apprécié le dévouement du président Nkurunziza dans la promotion du sport au Burundi et se dit disposé à accompagner la Fédération burundaise de football. 

 

A la sortie de l’audience, le président de la Caf a indiqué à la presse que leur échange a été fructueux et que la Caf reste disposée à accompagner la fédération burundaise.    « Quand on arrive dans un pays, la première chose est de marquer le respect aux autorités supérieures du pays. Je remercie le président du Burundi de l’accueil qu’il m’a réservé. J’ai entendu parler de son implication dans le sport et surtout dans le football. Nous apprécions ce qu’il est en train de faire », a-t-il dit. Pour Ahmad Ahmad, la Caf reste, avec le soutien du gouvernement burundais, disposée à accompagner la Fédération burundaise de football dans certains projets, surtout la formation des arbitres et des autres techniciens du football. « Car, a-t-il précisé, la pratique du sport nécessite un soutien permanent ». A la question de savoir si sa visite au Burundi serait liée aux compétitions qui allaient se clôturer à Gitega, M. Ahmad a répondu : « Nous essayons toujours de rentabiliser nos déplacements et de nous associer aux événements qui se déroulent. Car la Caf est très sensible par son engagement pour l’organisation de cette compétition au Burundi, une compétition qui engage toutes les zones pour la promotion du sport. Seulement, l’Afrique doit concentrer ses efforts dans le développement du sport ».Quant au Porte-parole du chef de l’Etat, Jean Claude Karerwa, il a dit que le président Nkurunziza a remercié son hôte d’avoir décidé de visiter le Burundi et lui a promis de ne jamais reculer devant la promotion du sport au Burundi, une tâche qui est dans ses habitudes et figure parmi ses priorités. Et d’ajouter que le chef de l’Etat a encouragé le président de la Caf qui vient de faire sa première année à la tête de la confédération, et lui a promis le soutien du gouvernement burundais qui ne ménagera aucun effort pour la promotion du sport au Burundi et en Afrique. Il importe de savoir que le président de la Caf était accompagné par celui de la Fédération de football du Burundi, Révérien Ndikuriyo.
Jean Bosco Nkunzimana

 

MAIRIE DE BUJUMBURA> Fête internationale du travail et des travailleurs

La population est appelée à répondre massivement aux élections référendaires

 

DSC 0441En mairie de Bujumbura, la Fête du travail et des travailleurs, qui s’est déroulée au terrain du Lycée Scheppers de Nyakabiga, a vu la participation de différentes autorités à savoir le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, certains ministres et députés. 

 

Différentes sociétés de télécommunications, les sociétés d’assurances, les banques et les micro-finances, les ministères, les communes de la municipalité de Bujumbura mais aussi les différentes institutions publiques et privées ont pris part au défilé.Dans son mot de bienvenue, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a indiqué que la Fête du travail et des travailleurs est une occasion de se réjouir des travaux déjà faits. Il a rappelé que le thème retenu pour cette année est « Dukure amaboko mu mpuzu twubake igihugu cacu », qui veut dire s’atteler aux travaux de développement pour construire notre pays, le Burundi.Il a précisé que ce thème fait un clin d’œil à tout Burundais qu’il faut valoriser l’agriculture, source du développement du Burundi. Pour ce faire, il a remercié le club Vaso (Valorisation du sol) pour son initiative de valoriser l’agriculture en montrant le contraire de ceux qui pensent que ceux qui sont instruits n’ont plus besoin de faire recours à l’agriculture.Dans son discours de circonstance, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, est revenu sur le message à la nation qui a été prononcé par le chef de l’Etat. Il a indiqué que dans le souci du bien-être des travailleurs, le gouvernement du Burundi a privilégié la trilogie entre l’Etat, les travailleurs et les employeurs en mettant en place une commission chargée d’étudier les questions qui hantent les travailleurs. Il a profité de l’occasion pour remercier cette commission pour le travail déjà fait notamment trouver une solution à la disparité salariale.M. Sindimwo a rappelé que ladite fête vient au moment où les Burundais se préparent aux élections référendaires. Il a pour ce faire interpellé toute la population à répondre massivement à ce rendez-vous le 17 mai de cette année. 

La Cosybu déplore l’octroi de l’emploi par favoritisme 

Dans son discours, le représentant de la Confédération des syndicats des travailleurs du Burundi (Cosybu), Célestin Musavyimana, a indiqué que cette journée est une opportunité offerte aux employés et employeurs de se mettre ensemble afin d’échanger et d’essayer de trouver des solutions à certaines discordances. Il a en outre souligné que le thème de cette année « Dukure amaboko mu mpuzu twubake igihugu cacu » interpelle tout Burundais à contribuer au développement du pays et de savoir que ce ne sont pas les étrangers qui vont construire le Burundi. Il a évoqué certaines questions qui préoccupent les employés qui font que certaines entreprises ne réalisent pas les bénéfices attendues. Il a cité, entres autres la liberté des syndicats où certains employeurs des établissements publics et privés ne respectent pas la réglementation en la matière. Il y a également le fait de ne pas privilégier le dialogue qui montre qu’il y a encore des lacunes surtout dans les entreprises publiques.Parmi ces questions, il a dit qu’il y a aussi l’octroi du travail qui se fait sur base du favoritisme et non en fonction des compétences ; la privatisation des entreprises publiques où il a demandé au gouvernement de ne pas se précipiter à mettre dans les mains des privés ses services. Pour celle de la sécurité sociale, le représentant des employés a souhaité qu’il y ait l’augmentation des montants de la pension et, s’agissant de la justice, la Cosybu déplore le comportement de certains employeurs.

Kazadi Mwilambwe

Rose Mpekerimana

 
Ouvrir