Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Présidence de la République> Séance de moralisation à l’intention du personnel de la Regideso

Aimer la patrie jusqu’à se sacrifier pour elle

 

DSC09037Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a animé, le mardi 12 février 2019, une séance de moralisation à l’endroit du personnel de la Regideso et des représentants des autres directions générales du ministère de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines. Lesdites activités ont eu lieu au centre islamique de la mairie de Bujumbura.  Il s’agissait d’une toute première séance à l’intention de ce personnel. Il a démontré comment les colonisateurs ont détruit la société burundaise et comment les rois burundais ont combattu pour le pays.  

 

A la sortie de cette séance de moralisation, le porte parole adjoint du président de la République, Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué à la presse qu’au cours de ses enseignements le président de la République a démontré aux participants comment le Burundi est né et comment nos ancêtres ont combattu pour le pays. Se basant sur  la parole de Dieu et sur le proverbe burundais qui montre réellement que si on faisait de la recherche  pour comprendre exactement comment le Burundi est né, on  changerait notre comportement et désormais préparer l’avenir de nos enfants parce que quand les gens meurent il faut que les générations qui viennent eux aussi puissent profiter de ce pays. Selon M. Nzeyimana, en plus de cela, le chef de l’Etat a démontré comment les colonisateurs ont détruit la société burundaise et comment les rois du Burundi, comme Mwezi Gisabo, ont défendu notre patrie. D’après le porte-parole adjoint, c’était juste une introduction, presque 1/5 de tout le cours qui doit être donné. Le président de la République a montré que ce cours est très important et a donné l’exemple de la population de la ville de Bujumbura qui a déjà bénéficié de ce cours plus de cinq fois. Il a indiqué qu’aujourd’hui ces gens ont changé de mentalité, ils se sont connus, ils sont organisés en association de développement, etc. 

C’est une des sociétés importantes dans la vie du pays

D’après M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a rencontré le personnel de  la Regideso pour bénéficier de ce cours de moralisation parce que c’est une des sociétés paraétatiques, des sociétés qui sont importantes dans la vie du pays, en ce sens que la Regideso s’occupe du traitement de l’eau et de l’électricité. « Et d’ailleurs dans la bible on trouve le rôle très important de la lumière et de l’eau.  C’est une société qui est malheureusement critiquée pour peut être une mauvaise gestion et du fait que l’eau et l’électricité ne sont pas distribuées au rythme ou tout simplement du fait que  les quantités nécessaires  ne sont pas disponibles. C’était alors une opportunité de donner ces leçons de moralisation aux employés de la Regideso parce que des fois on se dit que nous aimons notre pays mais l’amour de la patrie est une autre chose car comme on dit dans l’hymne national quand vous aimez réellement votre patrie vous êtes prêt à donner même la vie pour votre pays ». M. Nzeyimana a ainsi indiqué que le président de la République a promis de revenir pour continuer ce cours de moralisation comme il l’a fait pour les autres couches de la population burundaise. Vous saurez que le chef de l’Etat a entamé ses enseignements après une introduction de deux conseillers principaux du chef de l’Etat, qui ont parlé aux participants des mœurs et de la culture burundaise ainsi que de la colonisation, du néocolonialisme et de l’impérialisme. 

Astère Nduwamungu

 

Editorial> Conseil national de sécurité : l’environnement, priorité parmi les priorités

Le  Conseil national de sécurité a tenu, vendredi dernier, sa réunion ordinaire sous la présidence du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza. Comme il est de tradition, les membres du Conseil en question ont examiné en profondeur tous les sujets d’intérêt national inscrits à l’ordre du jour, avant d’émettre de précieuses recommandations en direction de celles et ceux chargés d’en assurer le suivi. La paix et la sécurité ayant toujours constitué une préoccupation permanente de la Direction politique, tel que cela a été affirmé à maintes  reprises par le président de la République Pierre Nkurunziza, le Conseil national de sécurité s’est réjouie des avancées fort positives en matière de paix et de sécurité, observées sur toute l’étendue du territoire national où, de jour comme de nuit, les gens vaquent normalement et sereinement à leurs activités diverses.Le  Conseil national de sécurité a tenu, vendredi dernier, sa réunion ordinaire sous la présidence du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza. Comme il est de tradition, les membres du Conseil en question ont examiné en profondeur tous les sujets d’intérêt national inscrits à l’ordre du jour, avant d’émettre de précieuses recommandations en direction de celles et ceux chargés d’en assurer le suivi. La paix et la sécurité ayant toujours constitué une préoccupation permanente de la Direction politique, tel que cela a été affirmé à maintes  reprises par le président de la République Pierre Nkurunziza, le Conseil national de sécurité s’est réjouie des avancées fort positives en matière de paix et de sécurité, observées sur toute l’étendue du territoire national où, de jour comme de nuit, les gens vaquent normalement et sereinement à leurs activités diverses.La sauvegarde de l’environnement  ayant toujours été une pressante exigence de la Direction politique, le Conseil national de sécurité a décidé que le jeudi de chaque semaine soit une journée dédiée à l’environnement. Disons-le tout de suite, il s’agit d’une bonne nouvelle et en même temps d’un grand pas en direction de la lutte pour la protection de l’environnement, dont la journée de jeudi qui lui sera désormais dédiée contribuera, sans nul doute, à relever les défis actuels au bénéfice du développement économique et social du pays. Bien informée et bien sensibilisée sur l’importance de cette journée, la population accédera, à coup sûr, à une étape supérieure dans le processus de la sauvegarde environnementale, ce qui matérialisera concrètement la décision du Conseil national de sécurité dont l’heureuse et grandissime initiative est à applaudir des deux mains.La journée de jeudi qui, désormais sera dédiée à l’environnement nous interpellera, autorisons-nous de le dire, en ces termes : « Réconcilions-nous avec nous-mêmes, mais également avec la nature ». De graves atteintes ont été portées à la nature et aux forêts, à la flore et à la faune, et d’innombrables espèces ont risqué de disparaître à tout jamais. Tout cela menaçait l’écosystème tout entier et, par conséquent, la survie de l’Homme. La nouvelle journée dédiée à l’environnement est une invitation de plus à protéger ce bien fondamental qu’est  la nature pour la vie humaine des générations présentes et futures. Il est donc du devoir de chaque citoyen burundais de répondre à cette louable initiative du Conseil national de sécurité, pour qu’il puisse être lui-même le principal artisan de son développement économique et social, en participant activement et efficacement à la protection de l’environnement.Nous savons tous la somme considérable d’efforts que les Institutions démocratiquement élues et le Gouvernement qui en émane consacrent à la sauvegarde de l’environnement, mais force est de constater que sans la mobilisation de tout le peuple burundais, l’avenir du pays ne sera pas assuré sans un environnement sain pour chacun et pour tous. Seule une mobilisation sans faille permettra, à titre illustratif, au projet environnemental « Ewe Burundi urambaye ! », d’atteindre les objectifs tels que souhaités par nous tous. Si tel n’est pas le cas, la sauvegarde de l’environnement subira les affres de l’immobilisme, au détriment de l’intérêt général du pays.Puisse la nouvelle initiative en matière environnementale nous être d’un grand apport dans une mobilisation sans précédent en faveur de la nature !        

Louis Kamwenubusa

 

Sororezo> Visite du Premier vice-président de la République à l’Eglise adventiste du 7e jour

Il a invité les fidèles à rester sereins et unis

 

DSC 0045Dans la matinée du samedi 9 février 2019, le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo,  a effectué une visite à l’Eglise adventiste du 7e jour de Sororezo en commune Kanyosha de la province de Bujumbura. Il a répondu à l’invitation des responsables de cette Eglise. Le représentant légal de l’Eglise adventiste du 7e jour l’a remercié pour cette visite. Le Premier vice président a tranquillisé les fidèles de cette église pour les moments de crise qu’elle vient de traverser. 

 

Arrivé à cette Eglise, le Premier vice-président de la République a été chaleureusement accueilli par les responsables et par un défilé des jeunes de cette église.  Le prédicateur du jour, pasteur Samuel Ndikumana, a centré ses enseignements sur l’amour de Dieu envers les hommes. Selon lui, cet amour    n’est pas sélectif, c’est pourquoi les hommes sont tenus de s’aimer les uns les autres sans distinction. Parlant de la vie éternelle, pasteur Ndikumana a indiqué que cette vie est un héritage que Dieu a donné aux hommes. Selon lui, on ne peut pas l’obtenir grâce à nos richesses, à nos études, à nos offrandes à l’Eglise, etc, mais c’est seul Dieu qui la donne. Pour hériter de la éternelle, il a invité tout croyant à faire toujours du bien aux autres et à le faire par amour que Dieu a placé en lui car on ne peut pas dire qu’on aime Dieu alors qu’on n’aime pas l’Homme qu’il a créé à son image. 

Remerciement au gouvernement

Au nom de l’Eglise adventiste du 7e jour, le représentant légal,  Pasteur Joseph Ndikubwayo, a remercié le Premier vice-président de la République pour la visite et pour tout ce qu’il fait à l’égard de cette Eglise que ce soit dans les moments difficiles ou de bonheur.  Il a également remercié le gouvernement du Burundi pour avoir contribué à la sortie de la crise qu’a traversée l’Eglise de Sororezo .  Ses remerciements ont aussi été adressés au chef de l’Etat pour ses efforts dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité dans tout le pays et a indiqué que l’Eglise adventiste du 7e jour soutient tous les projets de développement du gouvernement du Burundi. 

« La haine entre les frères est l’œuvre du diable »

Le Premier vice-président de la République a, à son tour, remercié les responsables de l’Eglise adventiste du 7e jour de Sororezo pour l’ avoir invité à prendre part à la journée de Sabbat. Il a profité de cette occasion pour tranquilliser les fidèles de cette Eglise en indiquant que la crise qui a secoué leur église va prendre fin car ils sont dans les mains de Dieu. M. Sindimwo les a aussi invité à rester serein  et à garder l’amour entre eux car, selon lui, la haine entre les frères n’est que l’œuvre du diable. Il les a conseillés de respecter toujours les dirigeants car tout pouvoir provient de Dieu. D’après le Premier vice-président de la République, celui qui marche dans la volonté de Dieu ne peut pas tenir sur quelqu’un des propos malveillants à l’endroit de son frère ou lui souhaiter du mal. Sur ce, il a invité les fidèles de cette Eglise et ceux de toutes les autres à s’aimer les uns les autres et à consolider la cohésion sociale, et comme cela, a-t-il indiqué, Dieu leur fera traverser tous les obstacles. Il a donné l’exemple de l’unité et la cohésion des Burundais qui ont sauvé le Burundi des différentes crises  qu’il a connues. Il a terminé en promettant qu’il va soutenir les activités de construction  de l’école fondamentale de Sororezo et en invitant les fidèles à prier toujours pour les responsables de leur Eglise. 

Astère Nduwamungu

 

PARTI UPRONA> Réunion d’évaluation des activités

« Les Badasigana ont été priés de rester toujours unis»

 

DSC 1577Le parti Uprona a organisé une réunion d’évaluation des activités à l’intention des membres du Bureau exécutif, des premiers secrétaires communaux, les premiers secrétaires provinciaux et leurs seconds  ainsi que les membres de ses  organes, le dimanche 10  février  2019  à  la permanence nationale « Ku Mugumya ». Les activités ont été rehaussées par la présence du Premier  vice-président de la République Gaston Sindimwo. 

 

Au cours de la réunion, le président du parti Uprona , Abel Gashatsi a indiqué qu’il avait promis aux Badasigana du parti Uprona d’être à leurs côtés   après son élection le 14 août 2016. M.Gashatsi  a signalé que le parti Uprona est présent dans tout le pays. Comme le prince Louis Rwagasore le faisait,  en rendant visite aux Badasigana, les dirigeants du parti Uprona essaient de lui emboîter le pas. Pour ce, le président du parti Uprona a demandé aux responsables de ce parti dans toutes les communes et provinces du pays de multiplier les réunions à l’intentions des militants de ce parti.M.Gashatsi a fait savoir qu’il avait promis, lors de son élection,  de renouveler et de surveiller les richesses du parti Uprona. C’est dans cette optique qu’une grande salle des réunions et des fêtes a été construite dans les enceintes de la Permanence nationale de ce parti. La direction du parti Uprona a également essayé de liquider les dettes que ce parti avait envers les banques en l’occurrence la BBCI, a dit M. Gashatsi. Certaines parcelles appartenant au parti qui étaient sur le point d’être vendues aux enchères à cause des dettes que ce parti avait contractées, ont été récupérées. Pour arriver à cela, le parti Uprona a été obligé de vendre certaines, notamment celle sise à Kamenge au quartier Songa lui appartenant. La direction de l’Uprona a pu doter ce parti de deux véhicules pour pouvoir faciliter le travail, a dit M.Gashatsi.Quant à la réconciliation des Badasigana, c’est un travail qui a été bien fait. En plus de cela, le parti Uprona a procédé au recrutement de nouveaux membres comme les autres partis le font. M.Gashatsi n’a pas manqué de demander aux Badasigana d’être courtois.

Le temps du désordre est déjà dépassé.

Le président du parti Uprona est revenu sur le récent tourbillon qui a secoué ce parti là où certains de ses membres ont fait sortir un document contenant des fautes qui ont été commises par M.Gashatsi. Ce dernier a démontré noir sur blanc que toutes les accusations portées contre lui n’avaient pas de fondement. Des documents justifiant tout ce qu’il a fait ont été montrés à l’assemblée présente.Après avoir donné des éclaircissements sur tout ce dont on l’accusait, M.Gashatsi a indiqué que le temps du désordre est déjà dépassé. Il a fait savoir qu’il est le conducteur du parti Uprona et qu’il doit le conduire jusqu’à la victoire des élections de 2020. Le président du parti Uprona n’a pas manqué de demander aux responsables de ce parti qui étaient présents d’éviter toujours les rumeurs.Prenant la parole, le Premier vice-président de la République Gaston Sindimwo a indiqué que c’est le parti Uprona qui a combattu pour l’indépendance du pays. Il a félicité les dirigeants du parti Uprona dans toutes les communes et provinces car ils se donnent corps et âme pour le bon fonctionnement du parti.  Concernant les accusations portées contre le président du parti Uprona et faisant état d’une vente illicite de certaines parcelles appartenant au parti, M.Sindimwo a indiqué que tout a été fait dans la transparence. Le Premier vice-président de la République a demandé aux Badasigana de rester toujours unis.

Martin  Karabagega

 

Commune urbaine de Mukaza > Célébration du 57e anniversaire de la victoire de l’Uprona

Un moment pour méditer sur la vie du parti et sur son avenir

 

DSC 0166Le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, en même temps membre du parti Uprona, s’est joint, le samedi 9 Février 2019, aux Badasigana de la commune Mukaza, en mairie de Bujumbura, dans la célébration du 57e anniversaire de la victoire de ce parti. Ces cérémonies ont eu lieu dans la zone de Nyakabiga et tous les intervenants se sont réjouis de cette victoire. Ils ont invité tous les Badasigana à méditer toujours sur le combat mené par le Prince Louis Rwagasore et ses compagnons pour arriver à cette victoire.  

 

Dans son discours, le premier secrétaire communal de Mukaza et en même temps chef de Zone de Nyakabiga, Eric Nkurunziza, a indiqué que cette journée était tant attendue par les Badasigana de la commune Mukaza. Il a aussi annoncé qu’au niveau de cette commune le parti se porte bien même s’il y a encore quelques difficultés à surmonter. Parlant de ces difficultés, il a indiqué qu’il y a des zones qui ont besoin d’être soutenu car les activités du parti n’avancent pas bien comme on le souhaitait. Il a ainsi sollicité le soutien des leaders au niveau national pour que les activités puissent produire un effet positif et surtout pour les élections de 2020. A son tour, le deuxième secrétaire provincial du parti Uprona en mairie de Bujumbura, Fabrice Bangema, a souhaité à tous les Badasigana un joyeux anniversaire et a remercié tous ceux qui se donnent corps et âme pour la consolidation du parti à tous les échelons, à commencer par le secrétaire du parti au niveau national, le Premier vice-président de la République et beaucoup d’autres leaders.  Il a invité tous les Badasigana à commencer à se préparer pour les élections de 2020.

Commémorer cette victoire pour quelques raisons

Prenant la parole à son tour, le vice-secrétaire général du parti Uprona au niveau national, Etienne Sindakira, a lui aussi souhaité un joyeux anniversaire à tous les Badasigana de la municipalité de Bujumbura, en particulier et à ceux de tout le pays en général. Parlant de la victoire de ce parti, il a indiqué que le combat mené par le prince Louis Rwagasore et ses compagnons n’était pas facile vu le leadership qui était en place à cette époque.Selon M. Sindakira, cette victoire est  commémorée chaque année pour trois raisons. C’est d’abord pour méditer sur la lutte et la bravoure du Prince Louis Rwagasore et ses compagnons pour l’indépendance du Burundi. En deuxième lieu, c’est pour voir ensemble pourquoi le parti Uprona a perdu le pouvoir. Selon lui, les crises du leadership qu’a connue le parti Uprona l’ont fragilisé et ont beaucoup contribué dans la perte du pouvoir. En troisième lieu, la commémoration de cette victoire est une occasion offerte aux Badasigana de faire des projets pour l’avenir du parti et surtout pour le ramener au pouvoir.Il a terminé son discours en invitant tous les Badasigana, surtout les leaders à tous les échelons, d’organiser des rencontres pour  parler aux membres du parti Uprona et surtout aux plus jeunes, ce que c’est le parti Uprona et ses réalisations. Au moment où le Burundi s’approche progressivement des  élections de 2020, M. Sindakira a invité les Badasigana à travailler pour que le parti Uprona puisse avoir la victoire. 

« On ne peut pas parler de l’indépendance sans parler de l’Uprona »

Le Premier vice-président de la République a, à son tour, indiqué que la victoire de l’Uprona en 1961 était une marque déposée pour ce parti car on ne peut pas parler de l’indépendance ou de la souveraineté du Burundi  sans parler de l’Uprona. Selon lui, tout ce que les autres planifient à réaliser pour le peuple burundais découle de l’idéologie du Prince Louis Rwagasore et de son parti. Tout en remerciant les Badasigana qui ne ménagent aucun effort pour le développement du parti Uprona, il s’est réjoui de la façon dont ce parti est aujourd’hui consolidé. « La façon dont le parti est  consolidé et la façon dont les Badasigana se comportent aujourd’hui n’a pas toujours été ainsi; c’est différent des années antérieures. C’est aujourd’hui que l’idéologie du parti Uprona de l’époque de l’indépendance est en train de renaitre et de se manifester ». Pour bien se préparer aux élections de 2020, le Premier vice-président de la République a interpellé tous les Badasigana à chercher de nouveaux adhérents à ce parti. Il a ainsi profité de cette occasion pour montrer aux Badasigana les nouveaux adhérents aux parti Uprona mais aussi pour inviter les membres du parti du Prince Louis Rwagasore à travailler pour la réussite des élections de 2020.

Astère Nduwamungu

 

COOPERATION> Départ du Deuxième vice-président de la République pour l’Ethiopie

Il va participer aux travaux de la 32e session de l’Union africaine

 

DSC 1509Le Deuxième vice-président de la République Joseph Butore a pris l’avion à destination d’Ethiopie, le samedi 9 février 2019. Il va participer aux travaux de la 32e session de l’Union africaine. 

 

Avant de prendre l’avion, le Deuxième vice-président de la République Joseph Butore a indiqué à la presse qu’il va participer aux travaux de la 32e session de l’Union africaine où il est aller représenter le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza.M. Butore a fait savoir que ladite session est organisée autour du thème relatif aux réfugiés, aux rapatriés et aux déplacés. Il sera alors question de chercher des solutions durables pour stopper les déplacements forcés des gens en Afrique. Se sera une bonne occasion  du côté du  Burundi pour partager avec d’autres pays africains l’expérience et les réalisations récentes. Ce sera également une occasion favorable pour mener des échanges formels et informels avec différents partenaires dans le but de renforcer davantage les liens de coopérations et d’amitiés, a dit M. Butore. Le Burundi trouvera une occasion de rappeler sa position sur certaines questions de sensibilité internationale, a-t-il ajouté.

Martin Karabagega

 
Ouvrir